Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Travaux
Articles (90)
Critiques (597)
Fictions (119)

Outils
Bibliographie (3619)
DVDthèque (213)
Encyclopedia (5553)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (5553)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Toutes les news » Les Abeilles de monsieur Holmes
par
Thierry Saint-Joanis
Les Abeilles de monsieur Holmes
"A Slight Trick of the Mind" novel in French
Août 8, 2007
PUBLICATION

"Les Abeilles de monsieur Holmes", nouveau pastiche holmésien, sortira la 24 septembre 2007. C'est la traduction du roman de l'auteur américain Mitch Cullin, "A Slight Trick of the Mind", paru en 2005. Holmes a 93 ans et il s'occupe de ses abeilles...


Sussex, 1947. A 93 ans, Sherlock Holmes se consacre désormais à sa passion pour les abeilles et vit dans une retraite misanthropique qu'il partage avec sa gouvernante et le fils de cette dernière. Miné par la vieillesse qui a usé sa logique et son esprit aiguisé, il voit ressurgir des émotions enfouies et se profiler une dernière enquête.








Auteur : Mitch Cullin
Traducteur : Hélène Collon  
Genre : Romans et nouvelles - étranger
Editeur : Naïve, Paris, France
> Collection : Naïve fictions
300 pages
Prix : 18.00 € / 118.07 F
ISBN : 978-2-35021-097-1
GENCOD : 9782350210971
Sorti le : 24/09/2007

 

Un extrait :

En rentrant de ses voyages à l'étranger, il réintégra sa ferme en pierre de taille par un après-midi d'été en laissant ses bagages devant la porte ; sa gouvernante viendrait les chercher. Puis il se retira dans la bibliothèque, où il s'installa tranquillement, heureux de se retrouver au milieu de ses livres, dans l'atmosphère familière du foyer. Il s'était absenté presque deux mois, qu'il avait passé à traverser l'Inde en train militaire avant de s'embarquer pour l'Australie sur un vaisseau de la marine royale débarquer enfin sur le rivage occupé du Japon d'après guerre. À l'aller et au retour il avait emprunté les mêmes itinéraires interminables, le plus souvent en compagnie de conscrits tapageurs dont peu reconnaissaient le très vieux monsieur qui dînait à côté d'eux, se déplaçait lentement, cherchait dans ses poches une allumette qu'il ne trouvait jamais et mâchouillait inlassablement un cigare jamaïcain qu'il n'allumait pas. C'était seulement dans les rares occasions où un officier mieux renseigné le présentait publiquement que les visages au teint rougeaud se tournaient vers lui, l'air stupéfait, car s'il se déplaçait à l'aide de deux cannes, le vieillard se tenait toujours bien droit et les années n'avaient nullement terni ses yeux gris au regard perçant ; ses cheveux, d'un blanc neigeux, longs et épais comme sa barbe, étaient peignés en arrière, à la mode d'Angleterre.
- Vrai ? C'est bien vous ? -J'ai cet honneur, en effet.
- Non ? Sherlock Holmes ? Je n'en crois pas mes oreilles.
- Ne vous en faites pas, c'est à peine si j'y crois moi-même. Mais enfin le périple s'achevait, encore qu'il eût du mal à s'en rappeler les détails. En fait, si elles l'avaient empli de contentement comme peut le faire un bon repas, a posteriori ces vacances lui paraissaient insondables, avec par-ci, par-là de brefs éclairs de mémoire qui se muaient en impressions vagues et retombaient invariablement dans l'oubli. Enfin... Il lui restait les pièces immuables de sa ferme, le rituel d'une vie bien ordonnée à la campagne, et la fiabilité de son rucher... Ces choses n'exigeaient pas de grandes capacités mémorielles ; elles s'étaient imprimées en lui au fil de ses années d'isolement. Et il y avait les abeilles : comme lui-même, le monde continuait à changer ; mais elles, elles demeuraient. Quand ses yeux se fermeraient, quand son souffle se ferait plus sonore, l'une d'entre elles l'accueillerait au seuil de sa demeure - une ouvrière se manifesterait dans ses pensées, constaterait qu'il était ailleurs, se poserait sur sa gorge et le piquerait.

 

Ecoutez le commentaire de l'éditeur.




La couverture de l'édition originale :



Le site web de l'auteur :





L'avis éclairé de notre camarade américain Peter Blau (BSI) :
 

At age twelve, Mitch Cullin was given access to the largest Sherlock Holmes collection in North America, according to publicity for A SLIGHT TRICK OF THE MIND (New York: Nan A. Talese/Doubleday, 2005; 253 pp., $23.95); needless to say, the collection belonged to John Bennett Shaw, and three years later, in 1984, a photograph of the two enthusiasts appeared in USA Today. A SLIGHT TRICK OF THE MIND is a fascinating book, set in 1947 and showing an ageing and sometimes forgetful Holmes, who visited Japan after the war and has returned to bee-keeping in Sussex; a pastiche is part of the book, which is written with style and imagination, and I wish that John had lived to enjoy a book that was born in his library twenty years ago. Cullin has an interesting web-site at <www.mitchcullin.com>.






 

Adhésion SSHF Adhésion SSHF Adhésion SSHF

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite
Politique de confidentialité