Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Travaux
Articles (90)
Critiques (597)
Fictions (119)

Outils
Bibliographie (3619)
DVDthèque (213)
Encyclopedia (5721)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (5721)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Toutes les news » Promenade dans le Paris holmésien (2)
par
Thierry Saint-Joanis
Promenade dans le Paris holmésien (2)
Sherlockian Parisian Tour (2)
Août 29, 2006
HOLMÉSOLOGIE

Une délégation de la Société Sherlock Holmes de France a profité du mois d'août pour visiter le Paris holmésien. Voici le deuxième épisode de ce voyage dans le temps, dans les allées du cimetière du Père Lachaise où reposent nombre de personnages canoniques...


De la rue d'Austerlitz, nous avons rejoint le métropolitain et nous nous sommes rendus au Cimetière du Père Lachaise. Conçu par Alexandre Théodore Brongniart et ouvert en 1804, le père Lachaise est le plus vaste des cimetières parisiens et constitue le dernier refuge de nombreux personnages historiques : hommes politiques, poètes, compositeurs, militaires, journalistes, danseurs, acteurs, sociologues, philosophes, peintres, romanciers, historiens, sculpteur, etc.
Situé sur la colline de Champ-l'Evêque, près de Ménilmontant, cet endroit est une véritable attraction touristique de par la renommée de ces « dormeurs »  et la beauté de son architecture.
Ce qui intéresse les holmésiens, c’est un dormeur en particulier. La rumeur laisse entendre que le célèbre détective Sherlock Holmes serait enterré au Père Lachaise. Des personnes ont aperçu un monument noir sur lequel sont gravées deux lettres dorées : un S et un H…Voilà une information qu’il nous fallait vérifier au plus vite.
Le cimetière est découpé en 97 divisions, comprend plus de 69 000 sépultures et s’étend sur 44 hectares de sorte que seule la consultation d’un plan permet de se repérer aisément.
Heureusement, Yves-Charles Fercoq et Wladimir V. Bogomoletz ont écrit dans le 3e numéro du Catalogue de la Franco Midland (janvier 2003), un guide qui permet à tout holmésien de se promener parmi les tombes canoniques et paracanoniques. Et là, nos neurones et nos mollets ont poussé, en chœur, un « ouf » de soulagement….
Ces deux holmésologues nous ont concocté un itinéraire holmésien qui commence à la « porte Gambetta » (appelée aussi « porte de la Dhuys »). Ils ont classé les tombes et stèles funéraires en trois catégories : les personnages canoniques (personnes citées « dans l’une ou l’autre des 60 aventures de Sherlock Holmes et qui correspondent à d’illustres personnalités historiques » reposant au père Lachaise), les personnages « paracanoniques » (personnes liés directement ou non à Arthur Conan Doyle) et les personnes dont les noms sont « des homonymes de personnages canoniques ou paracanoniques ».

Avant de partir en quête du tombeau SH, un mystère nous restait à éclaircir : Qui était le père Lachaise ? Un homme d’église ? Un chef de famille nombreuse ? Une rapide recherche sur le net nous apprend que le nom officiel de ce cimetière est « cimetière de l’est ». Les parisiens pensaient que cette dénomination était trop administrative et lui préféraient celle de « Père-Lachaise ». Ce nom se réfère à François D’Aix de la Chaise (1624-1709), que l’on appelait aussi le Père La Chaise. Ce dernier était le confesseur de Louis XIV et membre des jésuites qui possédaient l’endroit à l’époque. Il avait l’habitude de venir se reposer dans la maison et le parc.
      


 
 
Je vous propose des informations sur les sépultures de quelques dormeurs seulement afin de ne rien ôter au plaisir d’une éventuelle future visite… Je remercie Yves-Charles Fercoq et Wladimir V. Bogomoletz pour l’itinéraire et la richesse des informations holmésiennes qui ont facilité la rédaction de ces commentaires.

Le départ de cette promenade se fait donc à la porte Gambetta, au nord du cimetière, face à l’avenue des combattants étrangers morts pour la France. C’est rue Carette, 89e division, que nous rencontrons notre premier « dormeur ».




Oscar WILDE
"J’ai mis tout mon génie dans ma vie ;  je n’ai mis que mon talent dans mon oeuvre..."
Oscar Fingal O’Flahertie Wills Wilde dit Oscar Wilde est né à Dublin en Irlande le 16 octobre 1854. Outre son talent d’écrivain, Oscar Wilde est connu pour ses excentricités, son cynisme, sa démesure et son plaisir de choquer la société mondaine. Il prône la séparation de l'esthétique et de l'éthique, du beau et du moral.
En 1895, il est condamné à deux ans de travaux forcés pour homosexualité (encore punie par une loi de 1885). A sa libération, ce génie s’exile volontairement en France. Il meurt à Paris le 30 novembre 1900. D’abord enterré au Cimetière de Bagneux, ses restes sont transférés au cimetière du Père Lachaise en 1909.
Oscar Wilde est un personnage paracanonique. En effet, lors d’un dîner en août 1889,  Arthur Conan Doyle rencontre Oscar Wilde. Joseph Marshall Stoddart leur propose d’écrire chacun une histoire en vue d’une publication dans le Lippincott’s Magazine, journal dont il était le rédacteur en chef. Grâce à lui, le patrimoine littéraire britannique allait s’enrichir de deux œuvres magistrales : Le Signe des Quatre (A.Conan Doyle) et Le Portrait de Dorian Gray (O. Wilde).
 



Nous poursuivons jusqu’à l’avenue Aguaido, 89e division.
Alphonse BERTILLON         
« le père de la police scientifique »
Alphonse Bertillon, né le 22 avril 1853. est le fondateur du premier laboratoire de police scientifique d'identification criminelle et inventeur de  l'anthropométrie judiciaire appelée système Bertillon ou bertillonnage.
Simple employé chargé de classer les dossiers, il découvre qu'en prenant « 14 mensurations (taille, pieds, main, nez, oreilles, etc.) sur n'importe quel individu, il n'y avait qu'une seule chance sur deux cent quatre-vingt-six millions pour qu'on retrouve les mêmes chez une autre personne» : nous sommes en 1879 et il vient de créer un système d’identification des criminels par leurs mensurations. En 1888, il introduit l’usage des photos anthropométriques, prises selon des règles codifiées. Devenu chef  du service de l’identité judiciaire de la Préfecture de police en 1893, Bertillon va faire progresser les techniques policières en exigeant le relevé des indices sur le lieu du délit, la mise au point d’une méthode pour relever les signalements. Il meurt le 13 février 1914.
Alphonse Bertillon est un personnage canonique puisqu’il est évoqué par Sherlock Holmes dans le chien des Baskerville [ «- […] Je suis venu chez vous, monsieur Holmes, parce que je sais que je n’ai rien d’un homme pratique et que je me trouve tout à coup aux prises avec un problème grave, peu banal. Vous connaissant comme le deuxième plus grand expert européen…
– Vraiment, monsieur ? susurra Holmes non sans une certaine âpreté. Puis-je vous demander qui a l’honneur d’être le premier?
– À un esprit féru de précision scientifique, l’œuvre de M.Bertillon apparaît sans rivale.
– Alors ne feriez-vous pas mieux de le consulter ?
– J’ai dis, monsieur, « à un esprit féru de précision scientifique ». Mais chacun reconnaît que vous êtes incomparable en tant qu’homme pratique. J’espère, monsieur, que par inadvertance je n’ai pas…»]
Et dans le Traité Naval : [« Je retrouvai Holmes à la gare le lendemain. La petite annonce n’avait rien donné et il n’avait rien appris de neuf. Il avait, quand il le voulait, une impassibilité de peau-rouge et, encore que je le connusse bien, il m’aurait été impossible de dire s’il était ou non satisfait de la tournure que prenait son enquête. Durant le trajet, il ne me parla guère que du système anthropométrique de Bertillon, pour lequel il ne cachait pas son admiration. »].



Signé : Arkania

La suite demain...


 

Adhésion SSHF Adhésion SSHF Adhésion SSHF

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite
Politique de confidentialité