Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (117)

Outils
Bibliographie (3610)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (3426)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (3426)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Fictions » Signé... Watson
par
Paul Andreu
Ses autres fictions
Signé... Watson Décembre 27, 2005
Illustrations © Lysander


Assis à côté du Bow-window qui dominait Baker Street, Holmes était comme à son habitude plongé dans un amoncellement de papier, qui jonchait le sol de notre meublé. Lorsqu'il se retourna vers moi, on pouvait lire sur son visage les signes d'un profond agacement dont je craignais de connaître les raisons.
- Dites-moi Watson, vous aviez pourtant juré d'arrêter de siroter du Brandy en cachette.
- Mais... je vous jure Holmes que je n'ai pas bu une goutte depuis trois semaines et cette mémorable cuite qui avait suivi l'enquête sur le cambriolage de ces Distilleries en Ecosse.
- Vous mentez très mal mon ami, votre moustache est encore imprégnée d'un liquide brun qui me semble être le produit d'un appareil à distiller, vieilli dans une barrique de chêne limousin. Et de plus... je viens de lire votre manuscrit sur cette histoire de chien fantôme. Mais mon pauvre ami... personne ne va y croire, c'est certainement ce que vous avez écrit de plus mauvais depuis que vous vous êtes mis en tête de publier le récit de nos enquêtes.
Une fois de plus Holmes tentait de me dissuader de faire paraître mes nouvelles dans une revue. Mais j'allais m'accrocher !!!
- Mais enfin Holmes, pensez à la postérité, l'exemple que vous pourriez devenir pour tous ces jeunes lecteurs...
- Je vous arrête Watson...
- Mais j'ai rien fait moi... !!!
- Non... je parlais de votre idée de modèle pour la jeunesse... vous vous foutez de ma gueule non ?!?!... un toxicomane ?!?!... et pourquoi ne me faites-vous pas tirer au révolver sur le mur du salon tant que vous y êtes ?
- Tiens... c'est une idée ça. Vous voyez Holmes, quand vous voulez...
- Je vous préviens Watson...
- Non, non Holmes... ça pourrait être très positif si je précisais que vous tiriez dans le but patriotique d'inscrire le monogramme de notre souveraine par exemple.
- C'est encore plus grave que je ne le pensais.
- Mais non voyons, le public raffole de détails croustillants.
- Comme par exemple cette idée de me faire ranger mon tabac à pipe dans une babouche... alors que je ne fume même pas ?
- Ca donne à votre personnage un peu plus de profondeur, un air mystérieux, tiens... je suis sur que dans cent ans on discutera encore de savoir quel type de pipes vous préfériez.
- Ou de la couleur de votre pyjama...
- Et pourquoi pas ?
- Passez-moi l'expression mon vieux mais... on s'en bat les flancs de votre pyjama rose ! Est-ce que c'est une couleur pour un gentleman au fait ?
- Là mon ami je suis prêt à parier qu'il y aura des ladys qui un jour s'extasieront sur les hommes portant du rose, et même sur des hommes portant des maillots de bain pour aller à la plage.
- Cette mode de montrer ses mollets pour se dorer au soleil ne durera qu'un temps j'en suis sûr... d'ailleurs, j'ai horreur de montrer mes mollets.
- Vous avez tort, ils sont superbes.
Je sentis à ce moment-là le temps venu pour moi de faire une annonce que j'espère capitale pour la suite de notre association.
- Holmes au fait j'ai oublié de vous dire que j'avais obtenu un rendez-vous avec un agent littéraire au sujet de ma prose. C'est un ami qui me l'a proposé... c'est un ancien médecin.
- Qui ça, votre ami ?
- Non l'agent, un certain Conan Doyle.
- Qu'est que c'est que ce nom barbare... Conan, et pourquoi pas Canon.
- « Conan le barbare »... ça pourrait faire un nom très correct pour un roman ça... tiens.
- Vous êtes désolant Watson.
- De toute façon vous êtes nul en littérature.
- Ca c'est vous qui le dites... en tous les cas j'en sais suffisamment pour vous dire que vos histoires policières et votre galimatias pseudo scientifique ne se vendront jamais. Le public est sentimental, il aime les histoires d'amour, de passion... pas un ramassis d'ordures sanguinolentes sur les enquêtes d'un détective privé. Non mais sans rire, un détective privé... qui peut croire à une telle chose alors que nous possédons les meilleurs enquêteurs du monde à Scotland Yard.
- Mais c'est vous-même Holmes qui n'arrêtez pas de dire que vos méthodes d'investigation sont les meilleures'
- Watson... je vous le répète, je suis Contrôleur des Impôts moi, j'enquête sur les fraudes fiscales et pas sur des histoires criminelles.
- D'accord mais c'est quand même moins vendeur...
- En tous les cas ça permet de vous payer la moitié de votre loyer... même si ça commence à jaser sur notre compte dans le quartier...
- Et bien quoi... deux hommes ne peuvent plus vivre ensemble sans que l'on s'interroge sur leurs moeurs... ou va-t-on, je vous le demande ?
- C'est quand même élémentaire mon cher Watson, même dans un siècle la vie de deux célibataires sous le même toit ne pourra que paraître suspecte.
Je sentais qu'il fallait changer de conversation.
- Mais dites-moi Holmes, où en êtes-vous de cette histoire d'agent de change ?
- Vous voulez parler du jeune Monsieur Pycroft ?
- Oui, c'est ça...
- Il a l'air d'avoir trouvé sa voie... il a démissionné de chez Hawson and William's, et il vient de fonder une nouvelle société... une chaîne de quincaillerie, la « Franco Midlands », ça a l'air de bien marcher pour eux, ils ont cent trente-quatre agences en France, sans compter celles de Belgique et de SanRemo....
- Mais c'est une belle réussite ça...
- Oui et son slogan est extraordinaire... « Un produit Franco Midlands, un produit que l'on redemande ».
- Quel talent... j'en reste béat.
- Vous verrez Watson, on en parlera encore au XXIème siècle de cette histoire.



---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite