Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (117)

Outils
Bibliographie (3609)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (3470)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (3470)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Fictions » L'Orange de Noël (conte de Noël)
par
Éric Honoré
Ses autres fictions
L'Orange de Noël (conte de Noël) Décembre 25, 2005
Illustrations © Lysander


Aux holmésiens et holmésiennes du monde entier

I

Posté à la fenêtre de notre appartement, j'assistais au plus mélancolique des spectacles. Lentement, inexorablement, de minuscules mais si nombreux flocons blancs tourbillonnaient dans l'air glacé de Baker Street. Le gris sinistre des trottoirs avait disparu sous cette blancheur cotonneuse et aveuglante. Pas même le pas pressé de quelques passants ne parvenaient à la souiller, une couche nouvelle venant à chaque seconde s'ajouter aux anciennes.
Je me tournais alors vers le canapé de notre salon. Mais hélas ! Là aussi, la scène n'était pas des plus réjouissantes. Mon célèbre ami, M. Sherlock Holmes, s'y trouvait ainsi allongé, profitant de l'agréable chaleur du feu qui dansait dans la cheminée. Cela faisait déjà près de trois heures que Holmes n'avait pas bougé d'un muscle.
J'avais connu maints 24 décembre plus joyeux que ce 24 décembre-là.
Et le mal qui rongeait Holmes était sans aucun doute son pire ennemi.
L'ennui.
De temps en temps, un nuage de fumée s'élevait de sa pipe en terre, seul signe de vie que j'observais depuis cette fin d'après-midi. Mais je le connaissais suffisamment pour savoir que ce mois et demi d'inactivité le plongerait dans un tel état, malgré les fêtes de fin d'année. En prévision de quoi je lui avais réservé une surprise avant le réveillon de cette nuit.
- Holmes ! Levez-vous ! Je vous propose une petite soirée qui va certainement vous divertir.
- Hm ! se contenta de grogner le détective.
- Levez-vous, vous dis-je. Regagnez votre chambre et habillez-vous ! Nous sortons !
- Watson, que diable manigancez-vous ? !
- L'un de mes amis m'a parlé d'une pièce de théâtre qui est, paraît-il, formidable. Je suis persuadé que cela vous remettra d'aplomb.
- Une pièce de théâtre ? s'exclama Holmes, sceptique. Croyez-vous vraiment qu'une pièce de théâtre pourrait? ? Ma foi, pourquoi pas, après tout ! Vous avez raison : il n'est pas bon de rester ainsi vautré pendant toute une journée. J'ignore si cette pièce est aussi bonne que vous le dites, mais elle aura peut-être le mérite de me faire changer les idées. "
Ainsi, Holmes finit par se lever et disparut dans sa chambre. Pour ma part, je regagnais la mienne, heureux d'avoir réalisé l'exploit de le persuader de sortir.
Une fois préparés, nous affrontâmes sans crainte l'invasion incessante de la neige qui venait nous recouvrir les épaules. Malgré ce temps qui n'incitait guère à la promenade, nous préférâmes nous passer de fiacre pour gagner à pied le Treville Theatre. Le vent froid qui nous battait le visage nous faisait du bien, nous faisant oublier la chaleur étouffante du 221 b Baker Street.
Une demi-heure plus tard, nous arrivâmes enfin à destination. La foule qui était venue s'amasser dans le hall prouvait que la pièce, la " Maison Plummer ", bénéficiait d'un succès assuré. Nous fîmes chemin à travers ces montagnes de haut-de-forme et de chapeaux à plumes pour atteindre enfin la loge que je nous avais réservée.
En bas, dans le brouhaha ambiant, la salle se remplissait petit à petit, chacun étant désireux de trouver sa place. J'eus le plaisir de voir l'esquisse d'un sourire apparaître sur le visage de Holmes, tandis qu'il observait ça et là les nouveaux venus.
" Heureux de vous voir de meilleure humeur, lui lançai-je.
- Pour une fois, je dois admettre que vous avez eu raison de me forcer à vous suivre. Vous savez bien que je ne suis pas d'un caractère sociable, mais cela me fait tout de même du bien de voir tous ces visages heureux.
- Sûrement la magie de Noël !
- Il se pourrait que vous soyez dans le vrai, mon cher Watson ! "
Brusquement, nous nous retournâmes. La porte de notre loge venait de s'ouvrir et un homme au maintien guindé se tint alors devant nous. Lentement, l'homme nous dévisagea tour à tour avant de vaincre son appréhension en s'avançant vers nous.
" Veuillez excuser cette intrusion mais? Vous êtes bien M. Sherlock Holmes, n'est-ce pas ?
- En effet, admit mon ami, prudent. Et vous êtes? ?
- Stephen S. Gillette, directeur de ce théâtre.
- Enchanté, M. Gillette, fit Holmes en hochant de la tête. Voici mon ami, le Dr Watson.
- Enchanté, monsieur? M. Holmes, je me trouvais dans les couloirs et je vous ai reconnu lorsque vous avez gagné cette loge. "
Le directeur présentait sur son visage tous les indices révélant une certaine angoisse. Holmes s'en aperçut lui aussi, mais préféra se taire afin de forcer M. Gillette à expliquer le but de sa visite. Quelques secondes passèrent avant que Stephen S. Gillette vînt rompre le silence.
" M. Holmes, pourriez-vous me suivre jusqu'à mon bureau, je vous prie ?
- Auriez-vous un problème, M. Gillette ?
- Non pas, M. Holmes ! Rassurez-vous ! Seulement, je crains les oreilles indiscrètes? Et vous me rendriez un grand service en acceptant.
- Eh bien, vous nous accompagnons, dans ce cas.
- Ah ! Parfait ! Parfait ! "
Stephen S. Gillette poussa un léger soupir de soulagement. Lorsque nous quittâmes notre loge, les couloirs étaient quasiment déserts. Seuls quelques retardataires cherchaient encore leurs places.
Nous descendîmes quelques escaliers, traversâmes quelques corridors jusqu'à atteindre une solide porte sur laquelle une plaque dorée indiquait le nom de notre guide.
Mais curieusement, un homme faisait les cent pas devant le bureau de Stephen S. Gillette. La cinquantaine élégante, l'homme tourna vers nous un visage inquiet lorsqu'il nous entendit approcher.
Il s'élança aussitôt vers nous.
" Ah ! Vous revoilà enfin, Stephen ! Vous êtes son ami, elle vous écoutera. Vous devez absolument la convaincre que?
- Allons, Brett ! Ne vous faites plus de soucis. J'ai trouvé l'homme de la situation.
- Comment ? ! Ce monsieur? ?
- Je vous présente MM. Holmes et Watson? M. Holmes est un célèbre détective, et le plus brillant, qui plus est. Si quelqu'un peut nous aider pour cette affaire, c'est bien lui ! "
L'homme dévisagea alors Holmes avec une joie non dissimulée et lui serra vivement les mains.
" Soyez le bienvenu, M. Holmes !... Brett Williamson, pour vous servir. Je suis le mari de Brook Barrymore.
- La vedette féminine de la pièce, à en croire les affiches qui se trouvaient devant le théâtre, sourit Holmes.
- La grande Brook Barrymore, surenchérit Stephen S. Gillette, celle-là même qui vient d'achever une tournée où l'Europe entière l'a acclamée.
- Et qui a décidé ce soir de paraître ce soir de réveillon dans toute sa beauté, s'écria Brett Williamson, désespéré.
- Calmez-vous, Brett, je vous en prie ! Savez-vous où se trouve Brook ? L'avez-vous fait chercher ?
- Oui, elle se trouve en ce moment dans votre bureau, et elle n'attend plus que nous.
- Dans ce cas, ne la faisons surtout pas attendre ! Entrons, messieurs !
- Il ne faut jamais faire attendre une femme, rétorqua Holmes avec une légère pointe d'ironie.
- En particulier lorsqu'elle s'appelle Brook Barrymore ! " ajouta Brett Williamson, très grave.

II

Le bureau de Stephen S. Gillette était tellement vaste et éclairé que l'on se serait cru en plein jour. La chaleur de la pièce, alimentée par une splendide cheminée de style élisabéthain, était enrichie par des couleurs agréables à l'?il qui donnait une impression de confort et de bien-être.
Deux personnes, un homme et une femme, patientaient là. Mais il était évident que l'une et l'autre ne devaient pas se connaître, ou du moins s'apprécier, au vu de la distance qui les séparait et qui n'incitait guère à la discussion. L'homme, l'air très sérieux et déterminé malgré sa corpulence plutôt chétive, se tenait assis contre un mur et se ne préoccupa guère de se lever en nous voyant entrer.
Ce qui ne fut pas le cas de l'autre personne. L'une des femmes les plus ravissantes qu'il m'avait été donné de voir dans ma vie, aux longs cheveux bruns et aux immenses yeux bleus qui devaient faire battre bien des c?urs, s'avança avec nervosité vers le directeur de théâtre. Je trouvais cependant curieux de la voir vêtue à la mode du début du siècle, avant de me rappeler que Mme Brook Barrymore était actrice et qu'elle allait monter sur scène d'une minute à l'autre.
" Pour l'amour du ciel, vous voilà enfin ! Je désespérais de ne pas vous voir? Brett, cet homme est odieux ! ajouta-t-elle en nous désignant l'homme resté assis.
- Calmez-vous, ma chère ! la rassura Williamson en lui prenant délicatement les mains. Tout va bien ! Vous n'avez rien à craindre !
- Où étiez-vous donc passé, mon ami, pendant que je restais ici avec cet individu ? ! Encore une fois, vous vous êtes éclipsé ! Vous avez toujours eu horreur des conflits !... Quand je pense que c'est justement vous qui avez fait appel à lui !
- Qu'a-t-il donc fait ? fit Stephen S. Gillette, intrigué.
- Pour me donner un peu de réconfort en cette nuit de réveillon, je voulais jeter un dernier coup d'?il à l'Orange de Noël avant d'aller me montrer à mon public ! "
Brusquement, l'homme à tête de fouine qui se tenait contre le mur se leva et s'inclina légèrement, de façon très solennel.
" Je suis désolé, madame, mais votre mari et M. Gillette m'ont donné des consignes : je ne dois ouvrir ce coffre qu'avec leur accord à tous deux. En outre, il est nécessaire pour cela de posséder une combinaison que je ne connais pas. "
Mme Barrymore se campa dans une position très digne qui avait tout de la grande tragédienne.
" M. Cushing ! Je tiens à vous signaler que ce collier est MA propriété et qu'en l'occurrence, il est tout de même de mon droit de pouvoir voir et toucher MON collier !
- Je suis désolé, madame, répéta le dénommé Cushing, obtus. Mais les ordres sont les ordres. Il est de mon devoir de veiller à ce qu'ils soient respectés. "
Brett Williamson jugea bon d'intervenir :
" Après tout, ma chérie, M. Cushing a raison. Il n'agit que pour ton bien.
- Mais c'était justement pour mon bien que je voulais voir mon collier !... Au fait, Brett, qui sont ces messieurs ? ! "
Elle fit peser sur Holmes et moi-même un regard plein de condescendance. C'était à croire qu'elle s'attendait à nous voir faire un mauvais coup d'un instant à l'autre.
" Ma chère Brook, répondit Stephen S. Gillette, voici M. Sherlock Holmes, le célèbre détective privé. Et voici son associé, le Dr Wat? !
- M. Sherlock Holmes ? s'exclama joyeusement Mme Brook Barrymore, un large sourire s'élargissant sous son adorable petit nez. Quel honneur de rencontrer enfin un homme de votre importance ! Vous allez pouvoir arranger cette horrible situation ! "
Elle présenta sa main à mon ami qui, respectueux, y déposa un léger baiser.
" Quelle situation, madame ?
- Cet homme, précisément ! Je devrais plutôt dire : cet horrible bonhomme, qui a décidé d'être une barrière entre moi et mon bien le plus précieux.
- Mais? "
Bien que Mme Barrymore le tenait toujours par le bras, Holmes se tourna vers nous :
" M. Gillette, pouvais-je connaître le pourquoi de ma présence dans votre bureau ? J'avoue que pour le moment, je ne saisis pas très bien le service que je pourrais vous rendre !
- Ah oui !... Bien sûr !... En réalité, l'affaire est très simple !... Sachez qu'après la représentation de ce soir, toute la troupe va se rendre au Nimoy Club à un réveillon qui va réunir de grandes personnalités londoniennes.
- Brook a absolument tenu à se montrer dans toute sa gloire, continua Brett Williamson. Malgré toutes mes réticences, elle a alors tenu à y être parée du plus magnifique de ses colliers, dont la pierre principale est l'une des plus belles pierres précieuses de ce monde, l'Orange de Noël. L'Orange de Noël lui fut offerte par le prince De Almeida, un riche dignitaire de la ville espagnole de Granada. Ma femme fait une erreur à vouloir donner cette pierre à la tentation de tous, mais elle est têtue et lorsque une idée lui traverse la tête, elle n'en démord pas. Comme nous n'aurons pas le temps de repasser chez nous, Brook a dû amener ici le collier en question. Celui-ci se trouve actuellement dans cette pièce, dans le coffre-fort que vous pouvez apercevoir là-bas dans ce coin? Entre temps, je me suis empressé d'en informer la Higgins & Cook, la société chargée d'assurer la pierre contre tous risques, en particulier le vol. La Higgins & Cook nous a alors dépêché l'un de ses meilleurs détectives pour protéger le joyau, en l'occurrence M. Owen Cushing ici présent ! "
Un léger grognement sortit du policier privé en guise de salut tandis que Stephen S. Gillette reprit le relais de la conversation :
" Lorsque je vous ai vu, M. Holmes, gagner votre loge tout à l'heure, j'ai vu ça comme un signe et j'ai pensé que cela serait une bonne idée si vous veniez seconder M. Cushing dans sa mission !
- Me seconder ? ! s'écria le petit homme, outré par une telle idée. Mais, monsieur, je n'ai absolument besoin d'aucune aide ! "
Brett Williamson ne se préoccupa pas de la protestation de l'individu à l'encontre de Stephen S. Gillette et proposa à Holmes de lui montrer le fameux bijou.
" Vous allez voir, M. Holmes ! s'exclama Brook Barrymore. C'est une pure merveille !
- Le montrer ? ! tiqua Owen Cushing. Mais? vous êtes sûr ? Qui vous dit qu'il est réellement Sherlock Holmes et qu'il n'est pas un imposteur ?
- M. Cushing ! Ne me prenez pas pour une idiote ! Je sais tout de même faire ma différence entre un imposteur et un gentleman? Et M. Holmes est assurément un gentleman ! Ouvrez ce coffre ! "
Owen Cushing tenta de raisonner à son tour Brett Williamson, mais celui-ci partagea l'avis de son épouse :
" Allons, M. Cushing, vous n'avez rien à craindre. M. Holmes est suffisamment connu pour nous permettre d'affirmer qu'il est bien l'illustre Sherlock Holmes.
- Soit, puisque vous insistez ! céda Cushing, vaincu et furieux de l'être. Mais je vous aurais prévenu ! "
Comme pour retarder au maximum l'instant de l'ouverture, le détective sortit avec beaucoup de précaution une clef à forme curieuse du gousset de son gilet. En compagnie de Stephen S. Gillette, il se dirigea vers l'imposant coffre-fort qui reposait dans un coin du bureau.
A l'abri des regards, M. Gillette s'agenouilla à hauteur de porte et fit tourner le cadran afin d'aligner la bonne combinaison. L'opération faite, il s'écarta pour permettre à Owen Cushing de s'approcher à son tour. Le policier introduisit alors la clef dans la serrure et en donna plusieurs tours. Un lourd déclic métallique se fit entendre, Gillette fit pivoter la porte et Cushing engouffra ses mains à l'intérieur pour en ressortir un épais écrin de velours noir.
Brook Barrymore se dirigea droit sur le détective d'assurances et lui arracha pratiquement le coffret des mains. Elle posa la boîte sur un guéridon près de là, souleva le couvercle et se tourna alors vers nous.
Mille feux se mirent alors à scintiller devant nos yeux. Brook Barrymore avait levé à hauteur de cou un superbe chef d'?uvre d'orfèvrerie. Couleurs et lumières dansaient dans l'air, nous transportant dans un monde magique et féerique. Mais toutes ces pierres se trouvaient presque éclipsées par une seule d'entre elles. Celle-ci tenait lieu de joyau principal, celui qui devait reposer sur la gorge de Mme Brook Barrymore. J'avais rarement vu une pierre aussi magnifique. A première vue, il s'agissait d'un énorme saphir, le plus gros même qu'il m'avaiit été donné de voir dans ma vie. Mais au lieu d'avoir la teinte rouge habituelle pour un rubis, le bijou arborait une couleur orangée des plus envoûtantes.
Nous avions là l'une de ces pierres pour lesquelles les hommes étaient prêts à s'entretuer.
" Messieurs ! lança Brook Barrymore avec fierté. L'Orange de Noël !.... Aah ! "
L'actrice sursauta lorsqu'elle découvrit avec horreur que la porte du bureau venait brusquement de s'ouvrir en grand, permettant à deux nouveaux personnages, un couple apparemment, de pénétrer dans la pièce.


III

L'homme et la femme s'arrêtèrent aussitôt, émerveillés par le spectacle qui s'offrait involontairement à eux.
" Mazette ! s'écria l'homme. Alors ça, c'est du bijou ! "
Les joues de Mme Barrymore rougirent aussitôt sous le coup de la surprise et de la colère.
" Voulez-vous bien fermer cette porte, imbécile ? ! Vous voulez donc que tout le quartier sache ce qu'il se passe ici ? !
- Ah !... Veuillez m'excuser, Brook ! Mais vous avouez que?
- Fermez donc cette porte !
- Quelle porte ?
- Celle de ce bureau, celle qui se trouve juste derrière vous ! !
- Ah oui, soit ! Hé ! Hé ! " se mit bêtement à rire le jeune homme, une main dans ses cheveux ondulés.
Tandis qu'il se pressait d'obéir, sa compagne, une ravissante jeune femme blonde habillée d'une magnifique robe verte du début du siècle, dans le même style que celle de Brook Barrymore, s'avança lentement vers nous et posa sur l'actrice un regard ambigu de sens. Un adorable sourire moqueur naquit sur son visage.
" Mais dis-moi, Brook, j'ignorais que tu détenais là une telle merveille !
- C'est parce que je voulais éviter que tes yeux ne viennent la souiller, chère !
- Si tu veux ne pas la voir ternir, évite donc plutôt de la mettre autour de ton cou de mégère !
- Ce sont mes mains que je vais mettre autour du tien, maudite peste ! hurla Mme Barrymore en remettant le collier à son mari.
- Allons, mesdames ! s'écria Gillette. Allons, du calme ! "
Les deux femmes étaient littéralement prêtes à se jeter dessus. Leur regard se lançait des éclairs. Le directeur et le compagnon de la nouvelle venue se précipitèrent pour les retenir, afin d'éviter que le pire n'arrivât.
Ce fut l'occasion de découvrir qu'en fin de compte les deux jeunes gens qui nous avaient rejoints ne formaient pas un couple. Lorsque la femme en vert sentit sur son bras les mains de l'homme, elle s'écarta brusquement pour s'arracher de son emprise.
" Oh ! Vous, ne me touchez pas ! "
Mais lorsqu'elle s'éloigna de lui, un déchirement se fit entendre. Nous comprîmes tous que cela venait de sa robe. Robe sur laquelle avait malencontreusement marché l'homme en voulant attraper son bras.
" Mais? Mais? Ma robe ! Qu'avez-vous fait à ma robe ? !
- Je suis désolé, Lee ! fit l'homme, rouge de confusion. Je suis infiniment désolé !
- Je vais jouer dans une dizaine de minutes, et vous ne trouvez rien de mieux à faire que de déchirer ma robe ? !
- Ce n'est rien ! Ce n'est rien ! "
Il se pencha pour examiner de près le postérieur de la jeune femme en vert, n'hésitant pas pour cela à y mettre la main.
" Voyez ! C'est là ! Il y a rien de grave ! C'est juste quelques coutures qui ont sauté ! Notre couturière, Mme Cleese, vous réparera ça facilement en quelques secondes.
- Vous arrachez ma robe, et maintenant vous vous permettez de me tripoter ! Monsieur, vous êtes un mufle ! "
Entendant cette réflexion, le jeune homme se redressa aussitôt, rougissant davantage et levant les mains bien haut. Pendant ce temps, Stephen S. Gillette intervint pour calmer l'atmosphère :
" Allons, Lee ! Vous connaissez suffisamment notre ami pour savoir qu'il ne pensait pas à mal. Et comme il vient de vous le dire, votre robe n'a pas subi de grands dommages. Quelques secondes suffiront pour arranger ça.
- Mais? il m'a tout de même pincé les fesses.
- Il voulait juste se rendre compte de l'ampleur des débats.
- Je l'espère pour lui, mais la prochaine fois, sachez que? Mais je vois là deux messieurs que je ne connais pas.
- MM. Sherlock Holmes et le Dr Watson ! Ils viennent pour?
- Oh ! M. Sherlock Holmes ! sourit la dénommée Lee en direction de Mme Barrymore. Décidément, ma chère Brook, on ne se refuse rien pour protéger ton trésor !
- Exactement, ma chère Lee ! rétorqua Mme Barrymore avec le même sourire. Aucune précaution n'est inutile face à des personnes de ton genre !
- Hm ! Tes insinuations, ma chère Brook, témoignent de ta bassesse? M. Holmes, permettez-moi de me présenter : Lee Rathbone, aimable membre de la troupe qui jouera devant vos yeux ce soir? et qui partage la vedette de cette chère Mme Barrymore.
- Enchanté, madame ! "
Pendant ce temps, le jeune homme nous avait rejoint à son tour.
" Ainsi donc, vous êtes Sherlock Holmes, le célèbre détective ? Savez-vous que l'un de mes rêves les plus secrets serait de vous faire connaître grâce à ma plume ?
- Mais mon ami, le Dr Watson, s'y emploie déjà.
- Comment ? !... Ah oui, le Dr Watson, hé hé !... bégaya de nouveau le curieux bonhomme, plus rouge de minute en minute. Bien sûr, bien sûr ! Hé hé ! Mais ce n'est pas que je voulais dire !... Je parlais d'écrire vos aventures pour la scène, pour le théâtre !... Euh, le Dr Watson n'a jamais? ? Non ? ! Dans ce cas, je serai ravi d'adapter vos aventures pour le théâtre?
- Veuillez l'excuser, M. Holmes ! sourit Stephen S. Gillette. Il s'agit de M. Neville Caine, l'auteur de la pièce de ce soir. Un écrivain de génie, mais l'un des pires gaffeurs d'Angleterre.
- Oh ! Gaffeur est un bien grand mot ! Disons juste que je?
- Que vous ne pouvez pas vous empêcher de détruire tout ce que vous touchez, compléta Lee Rathbone, railleuse.
- Quelques petits riens !
- Ce sont à cause de ces petits riens que les pompiers de service ne veulent plus vous voir dans les coulisses.
- Craintes injustifiées ! se défendit Neville Caine.
- Vous avez tout de même involontairement décroché l'une des cordes du décor et failli mettre le feu au rideau avec votre cigarette
- Ah non, ce n'était pas le rideau ! Juste l'écharpe de Mme Barrymore !
- Quoi ? ! s'écria Brook Barrymore. C'est pour ça que je ne la retrouvais pas ! Vous l'avez cachée pour ne pas que je m'aperçoive que vous l'aviez détruite !
- Euh? se raidit Caine, se rendant compte de sa nouvelle bourde? Euh, non ! Finalement, je crois bien que c'était le rideau !... Ah oui, c'est ça, hé hé, le rideau ! "
Face à tous ces discours, Owen Cushing montra quelques signes d'impatience :
" Dites ! Et si nous revenions à l'Orange de Noël ? Je ne voudrais pas jouer les rabat-joie, mais la compagnie d'assurances m'en a confié la responsabilité, alors je n'aime guère le savoir entre les mains de tout le monde.
- Soit, soit ! admit Brett Williamson. Je souhaitais juste que M. Holmes puise le voir de ses propres yeux. "
Il joignit le geste à la parole en le remettant à mon ami. Celui-ci leva l'Orange de Noël à la lumière afin de mieux l'examiner. Cushing ne le quittait pas des yeux, emplis de méfiance. Yeux qui se braquèrent aussitôt sur moi lorsque Holmes me remit à son tour le collier.
Il était réellement magnifique. C'en était en à avoir le souffle coupé. Je pouvais aisément comprendre que le policier d'assurances pût ainsi se montrer extrêmement nerveux de voir des étrangers tenir entre leurs mains une telle merveille. A la place d'Owen Cushing, j'aurais sûrement eu la même réaction.
Pendant que je l'examinais, Holmes m'avait tourné le dos afin de s'adresser à Brett Williamson, Stephen S. Gillette et Mme Brook Barrymore.
" En voyant ce sublime joyau, je comprend que vous puissiez être assez nerveux. Si j'ai bien compris, vous souhaitez que je reste avec M. Cushing pendant toute la représentation pour veiller le coffre-fort ?
- C'est cela même. Deux paires d'yeux valent toujours mieux qu'une seule.
- Cependant?
- Cependant ?
- Mon ami Watson m'a invité ici afin d'assister à une pièce de théâtre et je ne tiens pas à me priver de ce plaisir. D'après ce que j'ai cru comprendre, aucun risque ne menace réellement l'Orange de Noël. Vous éprouvez juste de l'appréhension de le sortir hors de sa cachette habituelle.
- Vous? vous voulez dire que? vous refusez ?
- Oui, car je crois que ma présence n'est pas nécessaire. Et M. Cushing me fait l'effet d'être quelqu'un de compétent.
- Ravi de vous l'entendre dire, M. Holmes, " ricana à voix basse le policier privé en me présentant l'écrin avec impatience.
Comprenant le désir d'Owen Cushing, je déposai le collier et la fameuse Orange de Noël là où il voulait me les voir mettre. Ce fut fait et Cushing remit le couvercle sur l'écrin tandis que Holmes s'était retourné vers nous. Il revint à mes côtés et observa attentivement le retour du précieux écrin noir dans le coffre-fort.
Stephen S. Gillette rabattit la porte métallique et Owen Cushing fit jouer la clef pour le fermer dans les règles, nous faisant réécouter le lourd bruit du verrouillage.
" Voilà qui est fait ! Mesdames, messieurs, vous ne le reverrez désormais qu'après la représentation !
- Bien, sourit Mlle Lee Rathbone. Eh bien puisque ici le spectacle est terminé, je vais regagner ma loge afin que notre costumière puisse réparer la maladresse de Neville. "
La ravissante blonde disparut sur ces paroles.
Pendant ce temps, Owen Cushing s'apprêtait à remettre la clef dans son gousset lorsque Brett Williamson l'interrompit d'un geste.
" Un instant, M. Cushing !
- Quoi donc ?
- Même si M. Holmes refuse de vous aider à garder l'Orange de Noël, j'aimerais malgré tout lui demander un dernier service? M. Holmes ?
- Je vous écoute.
- J'aimerais que vous gardiez sur vous la clef du coffre pendant toute la représentation. Lorsque celle-ci s'achèvera, vous reviendrez ici pour nous la rendre et, ainsi, ma femme pourra se parer en vue de notre soirée de réveillon. "
Trouvant l'idée assez curieuse, Holmes ne put s'empêcher d'hausser un sourcil.
" Ce service ne me semble pas insurmontable. Je ne vois donc aucune objection à accepter cette proposition.
- Vous plaisantez ? ! s'emporta Owen Cushing. J'en vois une, moi, d'objection. Je n'ai pas confiance en ce gentleman et je considère que ma poche est le seul endroit où doit se trouver cette clef. "
Stephen S. Gillette tenta de le raisonner :
" M. Cushing, rassurez-vous. Ce n'est pas que vous n'avons pas confiance en vous, sinon vous ne seriez pas ici, mais nous tenons juste à mettre toutes les chances de notre côté pour éviter le vol de l'Orange de Noël. Ainsi, M. Holmes aura la clef, moi la combinaison et vous, vous resterez ici afin de veiller sur le coffre et son contenu. Après tout, même si M. Holmes était un imposteur, vous seriez toujours de garde dans cette pièce.
- Hm ! consentit avec difficulté le policier privé. Soit, soit ! Faisons comme cela, si vous êtes sûr de lui... Mais je vous préviens, M. Holmes : si vous osez vous pointer ici au cours de la représentation, je refuserais de vous donner l'accès au coffre pour n'importe quel prétexte. Suis-je clair ? !
- Très clair, rétorqua Holmes. Mais vous n'avez rien à craindre, je n'ai pas l'intention de manquer une seule seconde de cette pièce. "
Un peu plus rassuré, Cushing donna la clef à Holmes et avant de regagner sa place.
Puis nous nous séparâmes enfin : nous regagnâmes notre loge tandis que nos interlocuteurs se dirigeaient vers les coulisses.
La clochette qui recommandait aux spectateurs de gagner leur place se mit à retentir. Bientôt, le silence se posa dans la salle avant d'être rompu par les trois coups de brigadier.
Le rideau se leva. La pièce commença.


IV

La foule entière se leva et les applaudissements retentirent de toutes parts. Et Holmes n'était pas le dernier à manifester sa joie.
Sur la scène, les huit comédiens, Mme Barrymore et Mlle Rathbone en tête, large sourire de circonstance, saluèrent le public. Jamais je n'avais vu une pièce aussi bonne. L'intrigue avait été parfaite, les acteurs excellents et le rythme de la pièce n'avait pas ralenti du début à la fin. Voilà une pièce comme je les aimais, et qui concluait cette fin d'année avec brio.
De nombreux admirateurs jetèrent aux pieds de Mme Barrymore et Mlle Rathbone une pluie de bouquets de fleurs. Et à les voir se tenir par la main et envoyer de nombreux baisers à chacun d'entre nous, spectateurs, il était impossible d'imaginer qu'elles pouvaient être rivales dans la vie réelle.
" Formidable, n'est-ce pas ? " fit une voix dans notre dos.
Stephen S. Gillette nous avait rejoint.
" Voilà des gens qui ont un talent certain, approuva Holmes. C'était tout simplement extraordinaire. Le Dr Watson vous dira que ce n'est pas mon genre de m'extérioriser de la sorte, mais là je dois vous avouer que c'est mérité.
- Ravi que cela vous ait plu à tous les deux. Allons donc rejoindre les autres. "
Tandis que nous commentions chaque phase de la pièce, nous nous retrouvâmes une nouvelle fois devant le bureau. Mme Brook Barrymore et Mlle Lee Rathbone, ainsi que les autres acteurs, n'étaient pas encore là, car toujours en loge pour se changer, mais MM. Williamson et Neville Caine avaient entamé une intéressante discussion avec un groupe d'admirateurs.
Bientôt, Mme Barrymore et Mlle Rathbone firent leurs apparitions. Cette fois-ci, les deux actrices avaient revêtues une robe de type victorien, plus adaptées à notre époque. Trois rangées de perles cerclaient le cou délicat de Mlle Lee Rathbone, tandis que celui de Mme Brook Barrymore était resté vierge dans l'impatience d'accueillir la somptueuse Orange de Noël.
" Nous sommes prêtes, lança Brook Barrymore avec sourire. Encore une chose et tout sera parfait.
- Nous n'attendions plus que toi ", répondit avec chaleur son mari.
Stephen S. Gillette demanda au groupe avec qui nous discutions de partir devant. Il nous devança ensuite en pénétrant le premier dans son bureau. La jolie blonde Lee Rathbone et l'auteur Neville Caine suivirent également.
Depuis notre départ d'avant la pièce, rien n'avait changé. Owen Cushing, le détective d'assurances de la Higgins & Cook, se trouvait toujours assis à la même place, l'air plus vigilant que jamais.
" Tout s'est-il bien passé ? demanda Stephen S. Gillette.
- Absolument aucun problème ! ricana Owen Cushing. Si seulement toutes mes missions pouvaient ressembler à celle-là.
- Personne n'est venu ici en mon absence ?
- Non, personne. S'il n'y avait pas eu quelques applaudissements de temps en temps, j'aurais pu croire que je me trouvais dans un théâtre désert. "
Empressée de sentir contre sa gorge son bien le plus précieux, Brook Barrymore s'avança :
" M. Cushing, veuillez m'excuser pour mon attitude de tout à l'heure à votre encontre. Après tout, vous faites un détective des plus efficaces.
- Votre compliment me va droit au c?ur, madame, sourit Owen Cushing, se penchant légèrement.
- Maintenant, si vous me le permettez, j'aimerais entrer en possession de mon cher collier.
- Soit, madame. L'Orange de Noël n'attendait plus que vous. "
Stephen S. Gillette se mit à sourire à son tour et se dirigea vers le coffret.
" Bref, tout cela est parfait. Vous venez, M. Holmes ?
- Je vous suis, M. Gillette. "
Mon ami et le directeur de théâtre arrivèrent devant l'imposant meuble métallique. Ils procédèrent avec soin au même procédé d'ouverture que lors de notre première visite : Gillette tourna le cadran à combinaisons et Holmes se chargea de la clef. Le lourd déclic se fit de nouveau entendre, la porte fut écartée et Holmes attrapa à l'intérieur l'écrin noir qui renfermait le remarquable trésor.
Ce fut une Brook Barrymore au comble de la joie qui reçut l'écrin entre les mains. Elle le déposa délicatement sur la table et en souleva le couvercle.
Aussitôt, nous fûmes tous pris de surprise. Mme Barrymore venait de sursauter en poussant un long hurlement de douleur. Et tandis que son mari se précipitait sur elle, la jeune actrice s'écroula sur le tapis, évanouie.
" Re? regardez l'écrin ! s'écria Lee Rathbone, elle aussi au bord du malaise. Il? il?
- Il est VIDE ! ! ! fit Stephen S. Gillette qui manqua de suffoquer.
- QUOI ? ? ! ! "
Owen Cushing se précipita en avant et bouscula Gillette au passage. Il s'empara du coffret, rapidement rejoint par Sherlock Holmes. Les deux enquêteurs privés n'en crurent pas leurs yeux ! Mais non ! Ce n'était pas une hallucination ! C'était un cauchemar !
L'Orange de Noël et le collier qu'elle ornait avaient disparu !
" Un instant ! Un instant ! bégaya Cushing. C'est impossible ! Non, non ! Nous devons rêver ! Ce rubis, ce bijou devrait normalement toujours se trouver à l'intérieur ! Il s'y trouvait lorsque nous l'avons mis dans le coffre, alors il devait encore y être lorsque nous l'avons rouvert ! Le contraire serait contre les règles les plus élémentaires de la physique.
- Et pourtant, rétorqua Holmes redevenu très calme, songeur, pourtant il n'y est plus. "
Alors s'alluma dans son regard une étincelle que je n'avais pas vu depuis longtemps : la satisfaction d'être une nouveau fois confronté à une énigme digne d'intérêt. Le Sherlock Holmes de ce matin, celui assommé par l'ennui, n'était plus.
Tandis que Sherlock Holmes et Owen Cushing se posaient maintes questions, Brett Williamson, agenouillé près de sa femme toujours par terre sans connaissance, m'appela :
" Docteur, pouvez-vous m'aider à transporter Brook sur le canapé ?
- Bien sûr, M. Williamson. "
Ainsi, grâce à nos soins à tous deux, Brook Barrymore put enfin bénéficier d'une confortable couchette. Brett Williamson resta près de son épouse pour tenter de lui faire reprendre conscience.
Lorsque je reportais mon regard sur Holmes et Cushing, je remarquais que les deux hommes s'étaient tournés vers Stephen S. Gillette. Les yeux d'Owen Cushing lançaient des éclairs au directeur.
" Le vol n'a pas pu se commettre AVANT la pièce ! grogna Cushing. Et il n'a pas pu se commettre APRES ! C'est donc qu'il a été commis PENDANT ! Or, je n'ai pas quitté cette pièce de toute la soirée et personne, absolument personne, n'est venu dans ce bureau pendant ce laps de temps. Une seule conclusion s'impose ! "
Pendant ce temps, Holmes se dirigea vers le coffre-fort et dut s'agenouiller pour en examiner l'intérieur avec attention, tâtant de ses doigts les parois en différents endroits, tandis que Cushing ne quittait pas Stephen S. Gillette.
Celui-ci s'impatienta :
" Mais que diable voulez-vous insinuer ? !
- Comme je vois que M. Holmes examine le coffre, répondit le policier privé, c'est donc que nous avons eu la même idée.
- Et quelle est-elle ? !
- Fort simple : inutile de faire le malin, M. Gillette. En réalité, votre coffre-fort dispose d'un double fond, comme l'on peut en voir dans des spectacles de magie. Il y a en fait deux écrins : le premier est celui de Mme Barrymore, lequel contient l'Orange de Noël. Vous, vous en avez apporté un autre, vide celui-là. Le deuxième écrin était disposé dans le double fond. Lorsque tout à l'heure, tout juste avant le début de la pièce, nous avons rangé celui de Mme Barrymore dans le coffre, vous avez actionné un mécanisme quelconque qui, à l'intérieur même du coffre, a fait l'échange. Ainsi, l'écrin de Mme Barrymore est parti dans le double fond tandis que nous avons sorti le vôtre.
- Ce? c'est une plaisanterie ? ! Je vous assure que?
- Inutile de nier !
- Non ! Il ne ment pas !
Holmes s'était redressé. Il nous rejoignit au centre de la pièce, l'air plus déterminé que jamais.
" Malheureusement, cette hypothèse ne tient pas, poursuivit Holmes. Car le coffre-fort de M. Gillette ne contient pas de double fond. Je peux vous garantir qu'il n'y a là-dedans aucun compartiment secret. En outre, il aurait fallu que M. Gillette ait prévu que Mme Barrymore y viendrait déposer son collier? Par conséquent, il n'y a bien qu'un seul écrin, celui de Mme Barrymore, et il est désormais vide. "
Lentement, l'actrice ainsi volée revenait à elle. Elle attrapa les mains de son mari.
" Seigneur ! Brett, dis-moi? dis-moi que j'ai rêvé, que l'Orange de Noël n'a pas?
- Hélas, ma chérie, hélas !
- Mais comment ? !... Oh !... Mais alors? "
Cette fois-ci, la faible femme qu'il y avait chez Mme Barrymore laissa place à une véritable furie en colère. Elle bondit à terre, traversa la pièce à une vitesse folle et se planta juste devant Owen Cushing.
" Mais alors... ! C'est vous ! Cela ne peut être que vous !
- Madame ! Je vous en prie ! Reprenez-vous !
- Il n'y a pas d'autres solutions possibles ! Qui a eu en dernier cette boite entre les mains, avant la pièce ? Vous ! Qui est resté absolument seul pendant deux longues heures dans la même salle que mon Orange de Noël adorée ? Vous ! Si elle a disparu, c'est forcément pendant l'un de ces deux moments.
- Madame, vous insultez mon honneur !
- Quel honneur ? Depuis quand un voleur a-t-il un honneur ? !
- Madame, je vous interdis de?
- Je vous somme de me rendre mon collier sur-le-champ ! ! ! "
A les voir ainsi, on était en droit de croire que Brook Barrymore allait étriper Owen Cushing d'un instant à l'autre. Je me devais d'intervenir :
" Si M. Cushing a effectivement pris votre collier, ce dont j'ignore, il n'a pas pu le faire avant notre départ. C'est moi qui ai remis le bijou dans la boite et M. Cushing s'est juste contenté de remettre le couvercle par-dessus et de ranger l'écrin dans le coffre. Et pendant tout ce temps, j'observais très attentivement l'opération, et à aucun moment M. Cushing n'a soulevé le couvercle pour tenter d'en extraire discrètement l'Orange de Noël. "
Entendant ma déclaration, Neville Caine hocha vivement de la tête :
" Le Dr Watson a raison ! De mon côté, je l'observais moi aussi. Tout ce qu'a fait M. Cushing, c'est de remettre l'écrin en place dans le coffre-fort. Et l'Orange de Noël s'y trouvait effectivement à l'intérieur puisque j'ai vu le Dr Watson l'y déposer.
- Je confirme, ajouta Lee Rathbone. Tout s'est passé comme l'ont déclaré Neville et le Dr Watson. "
Face à tous ces témoignages, Brook Barrymore trépigna de rage :
" Bien, bien ! Dans ce cas, il a commis son odieux forfait pendant la représentation. Là, personne ne pouvait le voir, vu qu'il était seul.
- Non, impossible, réfuta Stephen S. Gillette. Tout simplement parce qu'il aurait fallu à M. Cushing d'ouvrir le coffre pour s'en emparer. Or, ce coffre est absolument inviolable. Pour mettre la main à l'intérieur, il faut deux choses : la combinaison et la clef. Or, je suis le seul à en connaître la combinaison ; quant à la clef, elle est impossible à reproduire et c'était M. Holmes qui la portait. La conclusion est donc simple : M. Cushing n'a pas pu ouvrir le coffre.
- M. Gillette a raison, fit Holmes. Je connais ce modèle de coffre-fort et il est réellement d'une très bonne qualité. Pour le moment, aucun professionnel n'a jamais réussi à le forcer, même en disposant de deux heures de libre devant lui. D'ailleurs, il ne présente aucune trace d'effraction, preuve que l'on n'a pas même pas songé à le forcer. "
Devant l'explication, Brook Barrymore fut prise de court et commença à se calmer.
" D'accord. Mais dans ce cas, c'est que le coffre n'était pas refermé à notre départ. Il n'y a plus d'autres explications.
- Une fois de plus, contesta Gillette, c'est impossible, sauf si vous pensez que je suis le complice de Cushing ! J'ai moi-même veillé à refermer le coffre. Et puis la clef enclenche un bruit métallique très particulier lorsqu'elle ouvre ou ferme le coffre. Or, avant notre départ de toute à l'heure, nous l'avons tous entendu, preuve que le coffre a bien été fermé à clef.
- Et ce bruit s'est reproduit lorsque je l'ai ouvert, souligna Holmes. Ce qui amène une seconde preuve dans ce sens. Je possède également une bonne oreille : le bruit provenait bien du coffre et non d'un quelconque objet que le criminel aurait pu actionner pour nous faire croire que le coffre s'était bien refermé. "


V

A chaque phrase qu'avait prononcé Sherlock Holmes, les yeux de Mme Barrymore s'arrondissaient davantage sous le coup de l'effroi.
" M. Holmes, vous ne voulez pas dire que?
- Je crains que si, madame. Il faut se rendre à l'évidence : entre le moment où nous avons quitté cette pièce tout à l'heure et celui où nous l'avons regagnée, personne n'a mis les mains à l'intérieur du coffre devenu inviolable depuis sa fermeture, laquelle a bien eu lieu.
- Dans ce cas, s'exclama Lee Rathbone, à moins de croire au surnaturel, je ne vois pas comment un collier a pu s'envoler de la sorte. C'est tout de même prodigieux !
- Me voler ma précieuse Orange de Noël ! se lamenta Brook Barrymore. Et la veille de Noël, qui plus est ! Serais-je donc maudite ? !
- Ce n'est pas la première fois que l'on vole un bijou pendant les fêtes de Noël, songea l'écrivain Neville Caine. Je me rappelle d'une de ces stupides histoires qui n'intéressent que les gamins. On avait découvert une sorte de caillou bleu dans le jabot d'une oie, il me semble, et il provenait justement d'un vol !... Mais je ne me souviens plus de la fin ! "
Mais avant que quiconque - en particulier moi - n'eût le temps de réagir sur cette? réflexion, Brett Williamson lança :
" Mais il faut bien que le collier de ma femme soit passé quelque chose ! Je ne crois pas au surnaturel. S'il n'a pas pu être volé avant ou pendant la représentation, c'est donc qu'il a été volé après.
- Finement raisonné, M. Williamson, ricana Owen Cushing. Dans ce cas, nous n'avons que deux suspects, à savoir les seuls qui ont touché l'écrin depuis. Il s'agit de M. Holmes et de Mme Barrymore. Or, M. Holmes est dans le même cas que moi : il a touché le coffret de velours mais je sais qu'il n'a pas soulevé le couvercle, ne serait-ce que d'un millimètre. Veuillez m'excuser, M. Holmes, mais je n'avais pas une grande confiance en vous, alors je ne vous ai pas quitté des yeux pendant que vous remettiez le coffret à Mme Barrymore? Il ne reste donc plus que vous, Mme Barrymore !
- Comment osez-vous, Owen, prétendre que? ? !
- Pas de familiarité, madame ! "
A cette déclaration, Mlle Lee Rathbone ne put s'empêcher d'éclater de rire :
" Mais oui, c'est évident ! M. Cushing a mis le doigt dessus. La grande Barrymore, qui se croit supérieure aux autres, a elle aussi une face noire, comme le Dr Jekyll a M. Hyde !
- Oui, confirma le détective d'assurances. Votre collier est assuré pour une très grosse somme. Alors, sa " perte " vous rapporterait pas mal d'argent. Jolie opération, Mme Barrymore, mais hélas ! elle n'a pas marché. Et comme vient de l'ajouter Mlle Rathbone, tout s'explique : cette histoire de disparition inexpliquée sent le plan d'une préméditation à plein nez. Or, le voleur est forcément une personne qui savait que vous faisiez garder temporairement votre collier ici. Et les seules personnes à le savoir sont au nombre de huit, moi compris, puisque nous sommes huit à l'avoir vu. Et elles se trouvent toutes ici, dans cette pièce. "
Brook Barrymore n'arrivait plus à prononcer une parole. Cushing en profita pour poursuivre :
" Mais qui donc savait suffisamment à l'avance, afin de préparer son plan, que le collier serait ici, dans ce coffre, ce jour-là ? M. Holmes et le Dr Watson ont été aperçus par M. Gillette qui a alors voulu les engager. Ils sont donc venus ici sans savoir de quoi il retournait. M. Caine et Mlle Rathbone se trouvent parmi nous uniquement par hasard puisqu'ils sont simplement entrés dans le bureau à l'instant même où vous nous montriez l'Orange de Noël. Ces quatre-là sont donc à rayer de la liste. M. Gillette n'a été prévenu qu'à la dernière minute que l'on comptait utiliser son coffre-fort. Quant à moi, engagé par M. Williamson parce que j'étais le seul détective encore présent à l'agence lorsqu'il est arrivé pour prendre le rubis, j'ignorais où serait déposée la pierre. Bref, seuls M. Williamson et Mme Barrymore pouvaient prévoir un plan à l'avance. "
Owen Cushing s'arrêta enfin, fier de lui, et contempla l'assemblée avec suffisance.
" Ainsi, suggéra Lee Rathbone, Brook a subtilisé le collier lorsqu'elle a soulevé le couvercle. Elle a ensuite feint l'évanouissement, pour remettre subrepticement le collier à Brett lorsque celui-ci s'est précipité pour l'aider.
- Vous avez tout compris, madame !
- C'est tout bonnement scandaleux ! s'écria Brett Williamson. Ainsi croire que nous sommes des voleurs, mais c'est inimaginable? Allez-y, Cushing ! Allez-y, fouillez-moi !... Si comme vous le dites, ma femme m'a remis son collier, alors je dois toujours avoir le collier sur moi. Fouillez-moi, mais je vous garantis que votre patron va entendre parler de vous.
- Hm ! Je ne vais pas vous fouiller, car vous avez très bien pu le cacher dans la pièce tandis que nous avons tous regardé M. Holmes examiner le coffre.
- Alors, fouillez cette pièce ! Mais je peux vous garantir que ni Brook ni moi-même n'avons touché l'Orange de Noël depuis le début de la représentation. "
Holmes posa une main sur l'épaule de Brett Williamson.
" Ne craignez rien ! Moi, je vous crois puisque je regardais Mme Barrymore tandis qu'elle prenait le coffret et qu'elle soulevait le couvercle. Le collier avait déjà disparu. Ce n'est pas elle qui a pris l'Orange de Noël de son écrin. "
Les sourcils d'Owen Cushing se haussèrent sous le coup de la surprise :
" Vous? vous dites ? ! Le collier avait déjà disparu ? Mais alors, vous êtes forcément le coupable !
- Non, je vous assure que je ne le suis pas. "
Le visage du policier se referma brusquement.
" Ecoutez, M. Holmes, je veux bien vous croire. Mais dans ce cas, nous voici dans une impasse : je ne vois plus à quel moment le vol a pu être commis. Si ce n'est pas avant, si ce n'est pas pendant, si ce n'est pas après, quand le voleur a-t-il pu commettre son forfait ? !
- Je réfléchis justement à cela, M. Cushing, et je dois bien avouer que la personne qui a dérobé le collier de Mme Barrymore s'y est prise avec beaucoup de maestria ! Mais je trouverais comment elle a réalisé ce tour de passe-passe ! "
En entendant le terme de passe-passe, j'eus soudain une idée :
" Dites-moi, Holmes, je crois que j'ai compris l'astuce du voleur !... Il y a encore un moyen pour subtiliser le collier hors de l'écrin sans que personne ne s'en rende compte? et dans ce cas, il n'y a plus qu'un seul coupable possible.
Sherlock Holmes m'adressa un large sourire.
- Vous voyez bien, Watson, que vous êtes beaucoup plus malin que ce que vous pensez de vous-même. Allez-y ! Nous vous écoutons.
- Eh bien, nous sommes tous d'accord pour dire que pendant le temps où le collier se trouvait dans l'écrin, personne ne pouvait soulever le couvercle sans être vu de tous, n'est-ce pas ?
- En effet.
- Mais se pourrait-il que l'écrin soit truqué ? Se pourrait-il que, même une fois le couvercle rabattu, il existe une ouverture secrète qui permette à un individu d'y glisser sa main dedans et d'en retirer l'objet ? "
Entendant cela, le visage d'Owen Cushing rougit de colère.
" Et dans ce cas, je serai le seul coupable possible, n'est-ce pas ?... S'il vous plait, M. Holmes, laissez-moi répondre à votre si " brillant " confrère. Sachez, mon cher docteur, que j'ignorais avant aujourd'hui que Mme Barrymore aurait voulu sortir avec l'Orange de Noël, et j'ignorais également que je serais chargé d'en assurer la surveillance !... Mais après tout, sait-on jamais ! "
Cushing s'empara d'un geste énergique de l'écrin posé sur le guéridon. Puis il s'approcha rapidement de moi, insistant pour que je prisse l'objet qu'il me tendait.
" Dans ce cas, Dr Watson, examinez-le attentivement et tachez de me montrer où se trouve cette fameuse ouverture secrète. "
Le malaise s'ancra davantage tandis que mes doigts palpèrent maladroitement le coffret de velours noir sous le regard lourd de reproche d'Owen Cushing. J'avais rarement vu un regard aussi angoissant. C'était à croire que Cushing sortait tout droit d'un roman d'épouvante.
C'en était effrayant !
" Alors, Watson ? questionna Holmes.
- Malheureusement, Holmes, murmurai-je, je crains que mon hypothèse ne soit fausse. Cet écrin est le plus honnête qui soit. Il n'y a là aucune fente secrète ! "
- Conclusion, docteur ? grommela Owen Cushing.
- Veuillez m'excuser, M. Cushing ! Vous n'avez pas pu vous emparer de l'Orange de Noël !
- Heureux de vous l'entendre dire, docteur ! "
Il m'arracha le coffret des mains et alla le reposer sur le guéridon.
Brusquement, Brett Williamson s'exclama :
" Un instant, M. Cushing : vous avez déclaré que seules huit personnes connaissaient la présence de l'Orange de Noël dans le coffre de Stephen. Mais en fait, rien ne vous dit que celles qui le savaient n'étaient pas plus nombreuses.
- Comment cela ? " fit Cushing, intrigué.
Williamson se tourna vers l'auteur Neville Caine et lui lança un regard noir.
" Vous semblez oublier que l'un d'entre nous, M. Caine en l'occurrence, est l'un des pires gaffeurs d'Angleterre.
- Gaffeur est un bien grand mot, M. Williamson. Il m'arrive juste de commettre quelques maladresses.
- Quelques maladresses ? ! Vous qui êtes bavard comme une pie, je suis persuadé que vous avez révélé à qui voulait l'entendre - ou qui ne voulait pas, d'ailleurs - ce que vous aviez vu tout à l'heure. Avec vous dans les parages, autant dire que le théâtre entier était au courant du contenu du coffre-fort de Stephen.
- Monsieur, je ne vous permets pas !
- Pendant l'entracte, je vous ai vu parler longuement avec l'un des acteurs, Howard Richardson. Lui, sa tête ne m'est jamais revenue. Je l'imagine fort bien faire un sale coup de ce genre.
- Richardson ? fit Neville Caine, surpris. Vous voulez parler de Robinson, non ?
- Pas du tout, son nom est Richardson, et non Robinson. Mais avec votre distraction naturelle, il vous arrive souvent d'écorcher les noms. C'est comme pour Henry Wilder : il a beau vous reprendre à chaque fois, vous persistez à vouloir l'appeler M. Wilmer !
- Comment ? M. Wilder s'appelle Richardson ?
- Qu'importe qui est qui ! s'emporta Brett Williamson. Je suis sûr que vous avez raconté à Howard Richardson la présence de l'Orange de Noël dans les bureaux de Stephen.
- Pas du tout ! Je sais garder un secret, tout de même !
- Vous pensez bien faire, mais votre langue va toujours plus vite que votre tête. De ce fait, vous ne vous rendez même pas compte si vous trahissez ou non un secret.
- Monsieur, vous?
- SILENCE ! "
Les deux hommes sursautèrent face à ce cri tout droit sorti du c?ur.


VI

Owen Cushing fulminait de rage.
" Cessez de vous comporter de la sorte !
- Mais?
- M. Williamson, vous pensez peut-être que je n'ai pas pensé à une éventualité de ce genre ? Moi aussi, j'ai songé que l'un d'entre vous - et effectivement, j'ai pensé à M. Caine en premier - a pu raconter aux autres membres de votre troupe la présence du collier, et pourquoi pas à MM. Richardson et Wilder que vous avez évoqués tout à l'heure.
- C'est Wilmer, corrigea Caine.
- Wilder ! reprirent d'une même voix M. Williamson et Mme Barrymore et Mlle Rathbone.
- Qu'importe Wilmer ou Wilder, poursuivit Cushing. Le fait est que les petits bavardages de M. Caine ne changent rien au problème. Beaucoup des membres de la troupe se trouvaient assez souvent sur scène pour pouvoir justifier d'un alibi. Mais le point le plus important est, je vous le répète, que personne n'a franchi la porte entre le moment où vous êtes partis et celui où vous êtes revenus. Là-dessus, la chose est claire. La solution est évidente, le coupable est parmi nous. N'êtes-vous pas d'accord, M. Holmes ?
- Tout à fait, M. Cushing ! répondit mon ami d'une voix basse, plongé en pleine réflexion.
- C'est purement scandaleux ! s'écria Brook Barrymore. Penser une telle chose, vraiment c'est?
- Eh bien moi, l'interrompit Lee Rathbone avec un petit rire, je suis toujours persuadée que c'est toi, Brook, qui a commis ce forfait.
- Comment oses-tu, misérable peste ? !
- Comme nous l'a fait rappeler M. Cushing tout à l'heure, cette affaire de disparition inexpliquée sent la préparation d'un plan fait à l'avance. Or, seuls ton mari et toi aviez pu le prévoir.
- Quelle stupidité ! Je n'aurais pas volé mon propre collier tout de même !
- Pourtant, M. Cushing nous a annoncé qu'en cas de vol, tu serais largement dédommagée.
- Mais non? Mais non ! Je préfère être en possession de mon Orange de Noël plutôt que récupérer de l'argent sur son vol.
- Mais puisque c'est toi-même qui l'as volé, tu gagnes une véritable fortune tout en gardant l'Orange de Noël, sourit Lee en adressant un clin d'?il à sa rivale. C'est vraiment très malin de ta part, ma chère Brook. Si le monde du crime était une scène, je m'arrangerais pour que tu reçoives les ovations du public.
- Comment de fois il faudra que je te le dise ? ! Je ne suis pour rien dans ce vol? Par contre, toi, ma petite Lee, je ne serai pas surprise d'apprendre que tu y sois mêlée.
- Moi ? ! Et pour quelle raison aurais-je agi de la sorte ?
- Par pure jalousie ! Lorsque tout à l'heure, tu es entrée et que tu m'as découverte présentant le collier et l'Orange de Noël à ces messieurs, j'ai vu dans ton regard une lueur malsaine de jalousie. Tu n'as tout simplement pas supporté de voir un joyau aussi magnifique être en ma possession.
- Tu délires, ma pauvre !
- Pas du tout. Tu l'as toujours jalousée. Après tout, je suis meilleure actrice que toi.
- Meilleure actrice ? Je tiens à te rappeler que moi, la talentueuse Lee Rathbone, j'ai déjà joué dans une même pièce le rôle de son héroïne et de l'aînée de celle-ci.
- Pourtant, c'est moi que l'on a pris pour jouer le rôle de l'héroïne de la pièce de Neville.
- Et c'était normal qu'il vous revienne, très chère Brook, sourit Caine. Vous le méritiez. Et puis après tout, Lee est beaucoup trop jeune pour?
- Vous, le mufle, taisez-vous !... Oui, ma petite Lee, tu as toujours été jalouse de moi, de ma carrière, de ma vie privée.
- Ce qu'il ne faut pas entendre ! soupira ironiquement la jolie blonde. Moi, jalouse ? !... Pfff ! De toute manière, s'il y a bien ici une personne qui ne peut être soupçonnée de ce vol, c'est bien moi.
- Et pourquoi donc ?
- Tout simplement, très chère, parce que je suis la seule ici à n'avoir touché ni le collier, ni l'écrin, ni même le coffre. Et ne disposant pas de pouvoirs magiques, je ne peux donc être la coupable? Mais j'y pense ! Neville est dans le même cas que moi ! Lui non plus n'y a pas posé les mains. N'est-ce pas, Neville ?
- Ah ! C'est vrai ! sourit l'écrivain en dévoilant toutes ses dents. Je suis heureux que, pour une fois, on ne puisse m'accuser de rien.
Pendant ce temps, Owen Cushing, de plus en plus de mauvaise humeur, sortit d'un étui argenté une cigarette qu'il glissa entre ses lèvres. Après l'avoir allumée, il grommela :
" Mouais ! Là, Mme Barrymore, on peut dire que votre amie marque un point. En examinant les faits, on peut effectivement s'apercevoir que ni elle ni M. Caine ne peuvent être les voleurs. En outre, Mlle Rathbone est partie avant vous et n'a pas donc pas assisté à la scène qui a suivi, à savoir la remise de la clef à M. Holmes. Donc, de sept, le nombre des suspects passe à cinq.
- Cinq ? s'étonna Brett Williamson.
- Oui, cinq, à savoir M. Gillette, M. Holmes, le Dr Watson, Mme Barrymore et vous, M. Williamson.
- Vous ne vous comptez pas, M. Cushing ?
- Je sais tout de même si je suis le coupable ou non mais soit, avec moi cela fait six? Et vous, M. Holmes, qu'en pensez-vous ? Cela fait déjà un petit moment que vous n'avez plus ouvert la bouche. "
Nous nous tournâmes vers mon célèbre ami, impatients d'entendre sa réponse. Se pouvait-il que cette énigme fût trop complexe pour lui ? J'avais peine à le croire.
Mais quelque chose d'inexplicable se produisit.
Nous vîmes un léger sourire prendre naissance sur son visage, puis le sourire prit des proportions inimaginables.
Holmes laissa alors éclater le plus grand rire qu'il m'eût été entendre de lui au cours de tous nos années d'amitié.
Ses mains s'agitèrent ensuite et se mirent à applaudir à tout rompre.
" Bon sang ! s'écria Owen Cushing. Vous êtes devenu fou ? !
- Pas du tout, M. Cushing ! Rassurez-vous, je n'ai même jamais été aussi bien? Voyez-vous, mon cher Watson, vous avez eu raison de me proposer cette sortie au théâtre. Ce matin, je m'encroûtais dans un ennui qui nuisait irrémédiablement à mon esprit. C'est pour cette raison que je n'ai pas tout de suite compris le fin mot de cette histoire dans laquelle nous nous trouvons plongés? Mme Barrymore, ajouta-t-il en s'inclinant légèrement, veuillez m'excuser d'avoir été aussi long et de tarder ainsi de vous rendre votre bien.
- Mais? je? Ce n'est rien, M. Holmes. "
Suite à la manifestation exagérée de mon camarade, nous étions tous assommés de stupeur. Nous n'en revenions pas. Cependant, la vue de revoir Holmes au meilleur de lui-même me redonna à moi également le sourire.
" Etes-vous en train de nous dire, Holmes, que vous savez enfin qui est notre coupable ?
- Parfaitement, mon cher Watson : je sais maintenant toute l'histoire. Je connais le coupable, je sais comment il a procédé, je sais quand il l'a fait, et je sais pour quel mobile. La vérité est si extraordinaire qu'elle a tardé à se manifester dans mon cerveau. Et pourtant, tout était si logique. "
A ses déclarations, Cushing fronça les sourcils.
" Attendez ! Attendez un instant ! Je ne comprends plus rien. Nous connaissons déjà le mobile. A part l'appât du gain, je n'en vois pas d'autre.
- Et pourtant, M. Cushing, pourtant ! Je suis persuadé que vous trouverez ce mobile extrêmement original. De toute ma carrière, c'est bien la première fois que je suis confronté à un mobile pareil.
- Alors, expliquez-vous ! le pressa Lee Rathbone. Je suis impatiente de l'entendre.
- Je vous comprends, Mlle Rathbone. Pour ma part, la solution était si gigantesque, si évidente que je ne l'ai pas vu tout de suite. Et pourtant, j'aurais dû m'en tenir à une règle que j'affectionne particulièrement.
- Laquelle est-ce ? " demanda Stephen S. Gillette.
Excité comme un petit garçon voulant connaître la suite d'une histoire, Neville Caine voulut s'asseoir. Il s'approcha du bureau du directeur et dut écarter de la main quelques objets pour lui permettre de s'installer sur le coin du meuble. Parmi ces objets, une petite bouteille d'encre bascula et répandit son contenu sur la table de travail.
" Oups ! Désolé, M. Gillette ! Hé hé hé ! rit-il bêtement en s'écartant.
- Ce n'est pas grave, Neville ", grinça avec mauvaise humeur Stephen S. Gillette entre ses dents.
Après ce petit incident, tous les regards se reportèrent sur Holmes.
" Quelle est cette méthode, M. Holmes ? demanda Brook Barrymore.
- Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable que cela paraisse, doit être la vérité.
- Mais enfin, Holmes ! lançai-je, surpris. Cette fois-ci, cette formule ne marche pas. Nous avons examiné absolument toutes les hypothèses. Aucune n'a été laissée de côté.
- Là-dessus, mon cher Watson, nous avons eu tort. Effectivement, comme vous, j'ai mis en balance toutes les hypothèses et, comme vous, je me suis à chaque fois retrouvé dans une impasse. Mais c'était une erreur ! Il restait encore une hypothèse que je n'avais pas étudiée, mais elle paraissait tellement invraisemblable que je suis totalement passé à côté.
- Allons, Holmes, ne nous faites plus languir. Dites-nous donc qui est le coupable !
- Mais enfin, Watson, la personne qui a monté tout ça, la personne qui a réussi à prendre l'Orange de Noël devant tout le monde sans que même moi je puisse m'en apercevoir, cette personne, mon cher Watson, c'est vous ! "



VII

Inutile de dire que la déclaration de Holmes tomba dans le bureau comme un coup de tonnerre. Je ne parvenais pas à en croire mes oreilles. Et visiblement, les autres étaient tout aussi surpris que moi. L'homme que Holmes désignait comme étant le coupable de ce vol n'était autre que son meilleur ami, à savoir moi-même.
Owen Cushing fut le premier à réagir :
" C'est une plaisanterie, M. Holmes ? A titre d'informations, je vous signale que plusieurs d'entre nous ont pourtant affirmé avoir vu le Dr Watson mettre le collier dans son écrin.
- En effet, M. Cushing ! Je sais très bien qu'au moins trois personnes l'ont vu faire, à savoir M. Caine, Mlle Rathbone et vous-même.
- Et pourquoi pouvez-vous expliquer cela ?
- Par l'explication la plus simple du monde, M. Cushing : vous êtes tout simplement le complice de ce cher docteur. Et M. Caine et Mlle Rathbone le sont tout autant !... Et j'irai même plus loin en affirmant que toutes les personnes ici présentes, moi mis à part, étaient dans la confidence. "
Holmes me dirigea lentement vers moi et posa sa main sur mon épaule. Me regardant droit dans les miens, ses yeux reflétaient d'une bienveillance assez rare chez eux.
" Watson ! Mon ami, lorsque vous pouvez le voir, je vous ai démasqué. Mais je pense que vous n'en attendiez pas moins de moi. "
Le temps était donc venu à la révélation.
" En effet, Holmes ! J'avoue être l'instigateur de tout cela. Vous m'avez battu. Mais j'ignore encore comment vous avez pu trouver aussi vite.
- C'est pourtant fort simple. Et personnellement, je trouve avoir mis longtemps avant de réagir. L'inconvénient avec les énigmes du genre impossible est lorsqu'une fois que l'on a compris le truc, la révélation du nom du coupable devient évidente. Et c'est justement le cas pour l'inexplicable disparition de l'Orange de Noël.
- Poursuivez !
- Comme nous l'avons rappelé tout au long de cette enquête, nous pouvions différencier trois différents moments : celui qui correspondait au rangement du collier, celui où le collier se trouvait dans le coffre, et enfin celui où l'on sortait le collier du coffre. En constatant que le collier à l'Orange de Noël avait disparu, et comme une explication surnaturelle ne tiendrait pas la route, il fallait se rendre à l'évidence : le vol ne pouvait être commis que pendant l'un de ces trois moments. Mais lequel ? Le dernier, quand nous avions sorti l'écrin ? Je suis celui qui l'avait sorti du coffre et, puisque j'observais Mme Barrymore soulever le couvercle, je sais qu'elle n'avait pas pu le faire disparaître, même discrètement. Et à part nous deux, personne n'avait touché l'écrin depuis l'ouverture du coffre. Par conséquent, le vol n'avait pas pu être commis durant cette phase. Etait-ce pendant, alors ? Impossible puisque le coffre est inviolable et était bien fermé pendant toute la représentation.
- Alors, interrompit Owen Cushing, vous saviez que le vol s'était commis pendant la première phase, à savoir avant la mise de l'écrin dans le coffre.
- C'était effectivement la seule solution possible. Mais là, je dois bien avouer que vous m'avez tous, sans exception, bien joliment mené en bateau. Au cours de cette phase, le chemin pris par le collier a été le suivant : M. Williamson me l'avait passé, puis je le passais à mon tour à Watson, lequel a placé le collier dans l'écrin. M. Cushing a refermé enfin celui-ci et l'a rangé dans le coffre. Mais si le vol a été commis au cours de cette phase, il y a nécessairement eu une faille pendant ce trajet, une faille pendant lequel le voleur avait subtilisé l'Orange de Noël. Mais où donc s'était-elle produite ? Je savais bien évidemment que cette fameuse faille n'avait pu être créée ni par Williamson, puisque lui m'avait bien remis le collier, ni bien sûr par moi-même. Ne restait plus que les étapes Watson et Cushing ! Mais les deux solutions m'ont tout d'abord paru impossibles : je n'avais pas du tout pensé que mon ami de toujours, Watson, avait pu commettre cet acte. De plus, plusieurs témoins, en l'occurrence M. Caine et Mlle Rathbone, ont juré que Watson et Cushing avaient bel et bien agi comme ils l'avaient déclaré. Sans compter que Watson et Cushing s'innocentaient eux aussi l'un l'autre par leur propre témoignage. Et c'est là que vous avez dû jouer serré !
- Comment cela ? demanda Stephen S. Gillette.
- Au théâtre, la disposition de chaque personnage sur la scène est très importante. Ce n'est pas à vous, gens du spectacle, que je l'apprendrais. Eh bien, dans notre cas, la disposition eut elle aussi son rôle à jouer. A l'exception de M. Caine et Mlle Rathbone qui se trouvaient sur le côté, nous formions tous une ligne parfaite. Le groupe constitué de MM. Gillette et Williamson et de Mme Barrymore formait la première extrémité. Puis il y avait moi. Ensuite se tenait derrière moi Watson. Enfin, derrière Watson, M. Owen Cushing tenait lieu de seconde extrémité de la ligne? Et là, tout s'est déclenché : Watson était en train d'examiner l'Orange de Noël que je venais de lui confier, mais il guettait également autre chose : le moment où j'allais me retourner vers MM. Gillette et Williamson pour leur répondre si j'acceptais ou non la mission qu'ils voulaient me confier.
- Et évidemment, sourit Owen Cushing, à cause de cette disposition linéaire, en vous tournant vers ces messieurs et Mme Barrymore, vous n'aviez plus le Dr Watson dans votre champ de vision, puisqu'il se trouvait désormais dans votre dos.
- C'est alors que vous, M. Cushing, vous vous êtes approché de Watson, tandis que l'on retenait mon attention. Et alors que je croyais qu'il mettait le collier dans l'écrin, Watson fit tout autre chose ! Il le plaça tout simplement dans votre main, M. Cushing, comme votre plan le prévoyait. Et de là, vous vous êtes empressé de le cacher dans l'une de vos poches. Et au moment où je revenais près de Watson, le couvercle refermait l'écrin et vous avez placé cette précieuse boite dans le coffre. Comme tout le monde, moi compris, observait la scène avec attention, nous ne pourrions pas vous accuser du vol par la même occasion. Quant à Mlle Rathbone et M. Caine, ils formaient le couple de témoins qui assurait l'alibi de Watson en quelque sorte. "
C'était extraordinaire ! Une fois de plus, bien que je le connaissais de mieux en mieux, ses facultés de raisonnement m'impressionnèrent. Curieux d'entendre la suite, je ne lui laissai même pas le temps de respirer.
" Mais enfin, Holmes, quand avez-vous compris que c'était moi qui avait menti en prétendant avoir remis le collier dans l'écrin ?
- Aussi improbable que cette solution pourrait l'être, elle était la seule possible. Comme je vous l'ai précisé tout à l'heure, la faille ne pouvait s'être faite qu'entre M. Cushing et vous. Or, il n'a qu'un seul instant dans toute cette chaîne où mon regard s'est trouvé détourné : celui où c'était vous, Watson, qui le teniez entre les mains. De là, la conclusion était d'une simplicité enfantine : le voleur, c'était vous? Cette solution expliquait tout ! Et si MM. Caine et Cushing, ainsi que Mlle Rathbone, vous ont protégé par leurs témoignages, c'est qu'ils étaient nécessairement vos complices, en particulier M. Cushing à qui vous aviez remis le collier. Vous n'avez pas préféré prendre l'objet avec vous car, tous, vous ne teniez pas que l'Orange de Noël sorte de cette pièce? Et si je m'étais retourné un peu plus tôt que prévu, ce n'était un problème, Watson, puisque M. Cushing m'était masqué par vous à ce moment-là? Autre détail intéressant : si moi je vous tournais le dos pendant votre opération, ce n'était pas le cas de Mme Barrymore et MM. Gillette et Williamson qui se tenaient en face de moi. Lorsque vous avez remis l'Orange de Noël à M. Cushing, il était impossible qu'au moins l'un des trois n'ait pas remarqué ce petit manège. Leur silence à eux n'expliquait qu'une seule chose : eux aussi étaient complices !... Bref, toute cette affaire n'était en fin de compte qu'une amusante mascarade.
- Vous avez donc compris quel était mon mobile ? " demandai-je avec plaisanterie.
Le sourire chaleureux que m'envoya Holmes m'informa qu'il avait réellement tout compris.
" En effet, Watson ! Et c'est même le mobile le plus original que j'ai connu de toute ma carrière ! Cette petite énigme qui est venue se présenter à mon cerveau est le plus beau cadeau de Noël que je pouvais bien recevoir !
- Je n'en pouvais plus de vous voir déprimer jour après jour dans notre salon. Et comme Noël approchait, j'eus l'idée de vous offrir le seul cadeau qui puisse vous faire plaisir et vous remonter le moral : la plus mystérieuse des affaires. Je savais qu'en plus de la pièce de théâtre, vous apprécieriez cette surprise.
- Et sachez, mon ami, que cette attention de votre part me va droit au c?ur. Grâce à vous, ce Noël sera inoubliable. "
Et Holmes se permit un geste que je n'aurais jamais cru possible venant de quelqu'un comme lui : il me prit longuement dans ses bras, tel le meilleur des frères.
En réponse à toutes ces émotions, les autres se mirent à nous applaudir, succombant à l'intense émotion qui planait avec allégresse dans la pièce. Mme Barrymore et Mlle Rathbone versèrent même une petite larme sous le coup de la joie.
" Maintenant, Watson, à vous de vous expliquer : comment avez-vous pu monter toute cette histoire, et surtout comment avez-vous pu convaincre ces personnes de vous aider ?
- Comme je vous ai dit, je détestais de vous voir dans un tel état d'abattement. Alors il me fallait absolument une idée pour vous changer les idées. Et c'est alors que j'ai pensé à Stephen et son théâtre.
- Vous connaissiez donc M. Gillette ?
- Oui : Stephen et moi avons fait partie de la même équipe de rugby pendant nos années de collège, et nous sommes de bons amis. Comme il dirigeait ce théâtre, je lui ai demandé son aide.
- Le fameux ami qui vous avait conseillé la pièce, sourit Holmes.
- Oui, c'était lui? Lorsque je me suis entretenu avec Stephen, Mme Barrymore était également présente. Apprenant que l'on allait monter une surprise au célébrissime Sherlock Holmes, Mme Barrymore a absolument tenu à participer. Pour cela, elle était prête à tout, jusqu'à prendre comme " appât " son collier et sa si précieuse Orange de Noël !
- Je suis l'une de vos plus grandes admiratrices, M. Holmes, rougit Brook Barrymore. Pour rien au monde, je n'aurais pas manqué une occasion pareille de vous rencontrer.
- Quant à chaque détail de cette affaire, ajouta Stephen S. Gillette, ils ont été imaginés par ce talentueux auteur qu'est M. Neville Caine. C'est lui qui a proposé à John d'être le voleur.
- Et j'ai immédiatement accepté, soulignais-je, car je trouvais l'idée absolument géniale.
- Géniale, elle l'est, en effet, affirma Holmes. Et cela explique également la présence de M. Caine dans cette histoire ! A moins qu'il ne soit pas le gaffeur que vous prétendez être !
- Oh si, plaisanta Lee Rathbone, Neville est bien le pire gaffeur d'Angleterre. Comme il est gaucher, je dirais qu'il a deux mains droites ! Tous les petits incidents qu'il a causés n'étaient pas prévus. Fort heureusement, ce n'est par aucune qu'entre elles que vous avez découvert le pot aux roses.
- Vous exagérez beaucoup tout, Lee, rougit Caine.
- Si M. Caine est aussi maladroit que cela, pourquoi donc l'avoir invité à rester ?
- Neville étant l'homme qui a imaginé toute cette histoire et étant lui aussi l'un de vos plus fervents admirateurs, rétorqua Stephen S. Gillette, il était normal qu'il participe au projet. Mais personnellement, j'ai crains pendant toute la soirée qu'il ne fasse la gaffe de trop.
- Ainsi, tout s'explique ! Et je présume que Mme Barrymore et Mlle Rathbone ne sont pas du tout rivales, et que M. Cushing n'est pas non plus détective d'assurances.
- En effet, s'avança Owen Cushing. Brook et Lee sont en réalité les meilleures amies du monde. Se crêper le chignon a dû follement les amuser. Quant à moi, je suis non seulement comédien, et donc pas du tout dans les assurances, mais également le cousin de Brook.
- D'ailleurs, fit Holmes, au cours de cette soirée, Mme Barrymore avait involontairement trahi votre amitié, M. Cushing.
- Je sais de quoi vous voulez parler, M. Holmes : pendant notre dispute, elle m'a appelé par mon prénom, ce qu'elle n'aurait jamais fait si réellement elle ne me connaissait pas. Moi aussi, je m'en suis aperçu et je l'ai d'ailleurs tout de suite reprise.
- Et votre intervention m'a empêché de ne pas rebondir là-dessus !
- Et malgré cela, M. Holmes, vous avez découvert la solution avec brio. Encore bravo !
- Quant à vous, M. Cushing, vous auriez fait un bien meilleur policier que ceux de Scotland Yard !
- Ce que vous me dites-là, M. Holmes, me touche beaucoup. "
Les deux hommes se serrèrent chaleureusement la main. Puis Owen Cushing se dirigea vers la cheminée et attrapa un vase posé sur son manteau.
Il en sortit la toujours aussi fabuleuse Orange de Noël et son collier. Il prit lui-même le soin de l'accrocher au cou de sa charmante cousine, Mme Brook Barrymore. Celle-ci, aussi belle qu'une déesse grecque, se tourna vers nous :
" M. Holmes, Dr Watson, vous nous feriez un immense honneur en acceptant de fêter ce réveillon avec nous, au Nimoy Club.
- Ce serait avec joie, mais nous ne voudrions pas nous imposer.
- Ne dites donc pas de bêtises, M. Holmes ! On ne peut refuser d'inviter MM. Holmes et Watson à sa table. De toute façon, vous n'avez rien à craindre. J'ai déjà prévu notre hôte, M. Larsen Rowe, que vous vous joindriez à nous et il a été absolument ravi d'apprendre cette nouvelle. D'ailleurs, ne le faisons pas attendre ! "
Et ce fut ainsi que nous achevâmes notre soirée de réveillon au Nimoy Club, chez M. Larsen Rowe, le célèbre tragédien shakespearien à l'aspect juvénile, avec comme compagnie celles des personnes les plus charmantes qui fussent. Et mon ami ne fut pas le dernier à s'y amuser.
Pour Holmes et moi, cela fut sans aucun doute le plus mémorable de nos Noëls !



---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite