Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (117)

Outils
Bibliographie (3610)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (3426)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (3426)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Fictions » La Tragédie des frères Atkinson
par
Éric Honoré
Ses autres fictions
La Tragédie des frères Atkinson Octobre 22, 2003
Illustrations © Lysander


I

Après l'affaire du « Signe du quatre », lorsque Miss Mary Morstan devint Mrs John Watson, j'avais dû abandonner mes appartements du 221 b Baker Street et la compagnie de mon ami Sherlock Holmes pour m'installer avec ma femme et ouvrir un cabinet médical. Si je menais auprès de Mary le bonheur le plus parfait, je devais reconnaître que partager les aventures de Holmes me manquaient quelque peu. Certaines d'entre elles étaient peu communes. Dans « un scandale en Bohême », j'avais notamment évoqué le cas des frères Atkinson, où Holmes joua un petit rôle. Sur ma prière, Holmes me la conta dans son intégralité. Je pris ensuite soin de la reporter sur papier.
Tout commença lorsque Mrs Hudson vint réveiller Holmes. C'était une de ces journées où mon ami avait pour habitude de se lever très tard dans la matinée. Ce fut pourquoi il exigea de Mrs Hudson qu'elle lui annonçât rapidement le motif de la perturbation.
« C'est un monsieur. Il voudrait vous consulter. Il prétend que c'est urgent.
- Hmm ! grommela Holmes. A-t-il l'air bouleversé ?
- Oui.
- Et quelle heure est-il ?
- Huit heures.
- Laissez-moi deux minutes et faites-le monter ! »
C'est ainsi que deux minutes plus tard, Holmes accueillit un homme de corpulence robuste, vêtu avec soin, âgé d'une trentaine d'années. Ses cheveux bruns, coiffés avec soin, étaient recouverts d'un haut-de-forme.
Holmes le jugea de la tête aux pieds avant de lui indiquer le fauteuil.
« Installez-vous donc, docteur !
- Com' comment savez-vous que je suis médecin ?
- Je ne suis pas d'humeur à vous expliquer le fondement de ma pensée. Sachez seulement que mon meilleur ami est médecin et que je sais reconnaître un médecin à cent lieues à la ronde? Racontez-moi plutôt ce qui vous tracasse !
- Comme vous venez de le dire, je suis médecin : je suis le Dr Nathan Atkinson, l'unique médecin de mon village natal, Trincomalee. Ma famille vit dans cette région depuis six générations. C'est la raison pour laquelle les villageois ont pris l'habitude d'appeler notre grande maison Atkinson House.
- Parfait !? Et alors ?
- Il y a quinze jours, mon père, Mr John Atkinson, décéda d'une crise cardiaque.
- Et vous soupçonnez le contraire ?
- Pas du tout. Deux collègues et moi-même avons démontré qu'il s'agissait d'une crise cardiaque. »
Holmes commença à donner des signes d'impatience.
- Très bien : votre père est mort de manière naturelle et tout va bien dans le meilleur des mondes !? Mais qu'est-ce que? ! ! »
Holmes bondit de son fauteuil, en entendant une cavalcade se dérouler dans l'escalier. La porte s'ouvrit en grand et un nouveau visiteur apparut sur le seuil de l'appartement.
Holmes aperçut devant lui la réplique exacte du Dr Atkinson, le haut-de-forme en moins. Ce dernier, découvrant le nouveau venu, bondit sur les pieds, stupéfait. La même expression se lut dans les yeux du double lorsqu'il constata sa présence.
- Toi, ici ! Maudit sois-tu !!
- Je pourrais te retourner le compliment ! aboya le Dr Atkinson. A moins que tu ne devais à Mr Holmes qu'une visite de courtoisie.
- Maudit sois-tu ! » répéta l'autre.
Holmes devina qu'ils étaient prêts à se jeter l'un sur l'autre et décida d'intervenir :
- Du calme, messieurs ! Il est inutile de vous battre. (Il se tourna vers le nouvel arrivant :) Il n'est pas nécessaire d'être devin pour savoir que vous êtes le frère jumeau du Dr Atkinson.
- Si seulement nous n'étions que jumeaux, cela aurait divisé le problème par deux. Mais cela?
- J'aimerais que vous me mettiez au courant de la situation.
- Nathan ne vous a pas raconté ?
- Il allait le faire, mais vous avez débarqué à ce moment-là. »
Atkinson bis s'installa près de son frère sans lui accorder le moindre regard. De son côté, le Dr Atkinson eut le même réflexe.
- Mon nom est Ted Atkinson. Je suis employé de banque, avec un salaire en conséquence ! C'est à moi que doit revenir la fortune de papa.
- Un instant, Mr Atkinson ! Auriez-vous l'obligeance de tout me raconter depuis le début.
- Soit, soit ! s'empressa d'ajouter Ted. Comme vous l'avez remarqué, Nathan et moi sommes frères, nés le même jour. Mais nous ne sommes pas jumeaux : nous sommes des quadruplés !
- Des quadruplés ? Vous avez donc deux autres frères ?
- Oui : Walter et Sean.
- Sean ? Vous êtes les frères de Sean Atkinson, le boxeur ?
- Vous connaissez Sean ? grogna Nathan Atkinson.
- De nom, uniquement. Il paraît que c'est un solide combattant.
- Sean n'est qu'une brute ! s'exclama Ted. Je ne vois aucun plaisir à frapper sur son prochain.
- Si vous le voulez bien, intervint Holmes, j'aimerais revenir sur votre problème. »
Pendant quelques secondes, Nathan et Ted se regardèrent en chien de faïence. Finalement, le médecin poursuivit :
- A la mort de notre père, Mr John Atkinson, son testament fut ouvert. A l'intérieur, le notaire ? Mr Oller, un vieil ami de papa ? dévoila le testament proprement dit et quatre enveloppes : une pour chacun d'entre nous.
- Je présume que le problème de votre famille consiste en ce testament. »
Préoccupé, le Dr Atkinson se pencha en avant, les mains sur les genoux.
- Vous avez raison, Mr Holmes. Ce testament est la cause de tout.
- En quoi ?
- S'il est vrai que nous sommes des quadruplés, poursuivit Ted Atkinson, nous sommes au fond de nous très différents : Nathan est devenu médecin, Sean boxeur, Walter militaire et moi-même comptable dans une banque. Nos opinions divergent du tout au tout, bien que nous vivions tous les quatre à Atkinson House. Dans son testament, notre père a avoué avoir caché la totalité de sa fortune. Selon lui, c'est au plus méritant d'entre nous quatre que doit revenir l'argent.
- C'est la raison pour laquelle vous vous disputez : chacun d'entre vous désire mettre la main sur ce trésor.
- C'est exact, confirma le Dr Atkinson. Le trésor devra revenir à qui se montrera le plus malin. D'après le testament, les enveloppes contiennent les informations nécessaires qui nous mettraient sur la voie. En réalité, je n'y comprends rien. Joeignore ce que contiennent celles de mes frères, mais pour ma part, je n'ai vu devant mes yeux qu'une phrase sans queue ni tête.
- Quelle est cette phrase ?
Discrètement, Nathan loucha vers Ted. Celui-ci s'en aperçut et, offusqué, se leva.
- Monsieur mon frère veut peut-être que je sorte !
- C'est inutile, Mr Atkinson, vous pouvez rester, répondit Sherlock Holmes.
- Hum ! tiqua Nathan Atkinson. Veuillez m'excuser, Mr Holmes, mais je ne souhaite pas que Ted en ait connaissance. Lui pourrait y trouver un sens, ce qui l'amènerait tout droit à l'héritage.
- N'aie crainte, ricana Ted, si ta phrase est aussi énigmatique que la mienne, cela m'étonnerait beaucoup que je mette la main sur quoi que ce soit.
- Vos phrases sont-elles donc différentes les unes des autres ? demanda le détective.
- D'après Mr Oller, le notaire de papa, oui ! Sinon, pourquoi aurait-il fait quatre enveloppes et non une seule ?
- Avez-vous votre message sur vous, Dr Atkinson ?
- Il ne quitte plus mon portefeuille. Promettez-moi seulement que vous ne dévoilerez pas son contenu à Ted.
- Si vous le désirez !? Et vous, Mr Atkinson, avez-vous le vôtre ?
- Non ! s'exclama Nathan. Vous ne pouvez pas travailler à la fois pour Ted et pour moi. L'argent de papa me revient de droit !
- Comment cela ? ! glapit Ted. Tu gagnes bien ta vie : tu es le seul médecin à Trincomalee et ses alentours.
- Je suis le seul de nous quatre à être marié. Et Lucy attend un enfant. Je vais bientôt avoir trois bouches à nourrir.
- Tes honoraires suffiront à cela. C'est moi que Mr Holmes doit aider. Mon emploi à la banque ne vaut pas très cher. J'ai besoin de cet argent. Je ne vous montrerais mon message que si vous m'acceptez comme client et que vous ne vous occupez pas de mes trois frères' Qu'en dites-vous ? »
La mine sombre, Holmes les regarda à tour de rôle. Il demanda ensuite à Ted :
- Où habitez-vous, Mr Atkinson ?
- Je vis avec mes trois frères à Atkinson House. Mais j'envisage de quitter la demeure familiale pour venir m'établir à Londres.
- Si vous le voulez bien, je vais vous accompagner tous les deux à Trincomalee. Là-bas, je pourrais rencontrer vos deux autres frères et j'aurais ainsi une vision plus précise de votre situation. Où en sont vos recherches pour le moment ?
- A un moment donné, j'ai cru parvenir à un début de réponse, avoua Nathan. Mais cela a débouché sur une impasse.
- Et vous, Mr Atkinson ?
- Vous voulez rire ? fit Ted. Ma phrase n'a aucun sens.
- Bien ! sourit Holmes. Il ne nous reste plus qu'à partir pour Trincomalee. Attendez-moi ici, je cours chercher ma valise. »

Note au lecteur
Je me permets d'interrompre mon récit pour avantager mes lecteurs, si ce récit venait à s'offrir à des yeux autres que les miens. Je juge en effet plus loyal de vous divulguer dès maintenant les énigmes des quatre frères Atkinson puisque Holmes, quant à lui, n'en avait eu connaissance qu'au cours de la soirée.
Je me dois d'avouer que lorsque Holmes, au cours de son récit, me fit part de ces phrases mystérieuses, j'avais été obligé de me déclarer vaincu, car je ne voyais rien là-dessus qui puisse permettre l'accession à la fortune de Mr John Atkinson. Je vous souhaite, amis lecteurs, plus de chance et de perspicacité que moi.
Docteur John H. Watson
Enigme mise à la disposition du Dr Nathan Atkinson :
« Afin que tes serviteurs puissent chanter, avec des voix libérées, le caractère admirable de tes actions, Ôte, saint Jean, le péché de leurs lèvres souillées ; c'est ainsi que ferait l'aigle royal sans pape. »
Enigme mise à la disposition de Mr Ted Atkinson :
« Ferme les yeux jusqu'à la mort du seigneur immortel et rends-toi dans la demeure de la nourrice divine, car de là naquit l'enfant que tu portes. »
Enigme mise à la disposition du Lieutenant Walter Atkinson :
« Le grand roi Mausole rendit à son épouse l'hommage qu'elle lui offrit. Tu devras partir à la rencontre de la reine lorsque ta peinture aura autant de grâce que celle du talentueux Raphaël. »
Enigme mise à la disposition de Mr Sean Atkinson :
« Il te suffira de démasquer l'infâme tromperie du vénéré Will ; qu'il soit philosophe ou homme de science, lui seul pourra t?aider. Désormais, tel un lion français, il faudra te battre contre tes frères anglais. »



II

Une fois arrivés à la gare de Trincomalee, les deux frères et Sherlock Holmes montèrent dans la voiture des Atkinson qui les attendait là. La voiture fila en direction d'Atkinson House. Nathan et Ted Atkinson demeuraient silencieux. Visiblement, aucun des deux n'avait envie d'adresser la parole à l'autre. Tout au long du chemin, les deux frères se contentèrent de jeter leurs yeux sur le paysage verdoyant. Quant à Sherlock Holmes, l'ambiance qui régnait dans la voiture ne l'incitait guère à la conversation.
L'attelage fut rapidement en vue d'Atkinson House. La bâtisse en forme de L s'élevait sur deux étages. Ses façades d'un gris triste s'accordaient bien avec la lande lugubre. A cent mètres de là, une partie du terrain se trouvait délimitée par des grilles ; à l'intérieur de la zone étaient parsemées une trentaine de pierres tombales.
Le regard de Holmes fut aussitôt attiré sur le cimetière. Un homme allait de tombe en tombe et procédait à un nettoyage minutieux des stèles près desquelles il s'arrêtait. Par sa physionomie, Holmes devina qu'il s'agissait d'un des deux autres frères Atkinson. Le docteur et Ted l'aperçurent et l'anxiété se lut sur leur visage.
« Mais' c'est Walter !
- Bon Dieu ! Il a trouvé ? Impossible !
- Hm ! ajouta Ted avec dédain. Il ne trouvera rien.
- Qu'en sais-tu ?
- J'ai visité le cimetière moi aussi? J'en suis revenu bredouille.
- Le cimetière ? La solution se trouve dans le cimetière ?
- Par ma foi ! fit Ted, haussant des épaules. J'y ai pensé et, visiblement, Walter a eu la même idée. »
Mais l'oeil de Holmes était tourné vers l'étage d'Atkinson House, où une faible lueur apparaissait à l'une des fenêtres.
« Qu'est ceci ?
- De quoi parlez-vous ?? Oh ! Ce scintillement ? Depuis quelques jours, notre frère Sean ne se sépare plus de la longue-vue de grand-père. Lorsque l'un de nous quitte la maison pour s'aventurer dans la lande, Sean suit chacun de ses mouvements, espérant surprendre un détail qui lui permettrait d'entrer en possession de la fortune de papa. »
Tandis que la voiture s'arrêtait au bas du perron, une jeune femme descendit les marches à la rencontre des frères Atkinson. Elle se jeta au cou de Nathan pour l'embrasser amoureusement. Son ventre rebondi indiquait qu'elle attendait pour bientôt un heureux événement. Elle se mit ensuite à contempler Holmes.
« Ma chérie, je te présente Mr Sherlock Holmes' Mr Holmes, mon épouse Lucy.
- Enchanté, Mr Holmes, sourit Mrs Nathan Atkinson, présentant sa main fine au détective.
- Il va m'aider à récupérer l'héritage de papa.
- Ah ! Ah ! rit Ted. Tu te trompes, Nathan : c'est moi que Mr Holmes va aider. »
Lucy Atkinson fit une moue d'impatience.
« Oh ! Assez, tous les deux ! Le testament de papa Atkinson va détruire notre famille si vous continuez ainsi. (Elle regarda en direction du cimetière, où Walter, agenouillé, était masqué par une pierre tombale) Cela fait bien trois heures que Walter court d'un point à l'autre ; et depuis tout ce temps, Sean s'est enfermé dans sa chambre, persuadé que j'ignore qu'il espionne Walter? Mais entrez donc, le déjeuner va être servi. »
Holmes, Ted, le docteur et Mrs Atkinson passèrent à table. Tandis qu'un domestique passait derrière les convives pour mettre les assiettes, une autre réplique de Nathan et Ted fit son apparition dans l'encadrement de la porte. Aussitôt, l'individu jeta sur Holmes un regard curieux. Il avait accroché à sa ceinture une splendide longue-vue en métal doré. Holmes devina qu'il se trouvait en présence de Sean Atkinson. En outre, son visage trahissait une habitude à prendre des coups.
« Qui est-ce ? demanda le boxeur en s'installant à sa place.
- Mr Sherlock Holmes, répondit son frère Ted. Nathan et moi l'avons ramené de Londres et il devra choisir lequel de nous deux il devra porter assistance.
- Un détective privé ? Décidément, sourit Sean, vous ne reculez devant rien. Et Sherlock Holmes, qui plus est !? Savez-vous, Mr Holmes, que nous avons une connaissance commune ?
- Qui donc ?
- McMurdo ( 1 ). Mac m'a souvent parlé de vous et de votre fameux crochet du menton. J'adorerais vous affronter sur un ring ; alors, à l'occasion'
- Un jour, peut-être.
- Nathan et Ted vous ont donc montré les énigmes auxquelles ils sont confrontés. Qu'en pensez-vous ?
- Rien pour le moment. Vos frères ont refusé de m'en faire part tant que je n'ai pas décidé pour lequel des deux je devrais travailler. Chacun d'eux estime qu'il mérite cet argent plus que l'autre. »
Gênés, les deux concernés baissèrent la tête dans leur assiette sans dire mot. Sean les détailla l'un après l'autre d'un air railleur :
« Eux ? Des sottises, oui ! Ils exercent tous deux une profession qui les occupera jusqu'à leurs vieux jours. Mais moi, je ne peux malheureusement pas en dire autant : qui sait pendant combien de temps je pourrais encore monter sur le ring. J'ai trente-quatre ans et ma carrière prendra bientôt fin. C'est donc à moi que revient la fortune de papa.
- Cela ne marche pas comme cela, Sean ! » intervint une voix qui provenait de derrière Holmes.
Le quatrième frère fit son entrée dans la pièce et s'assit à côté de Ted. Tout homme aurait trouvé oppressant d'être entouré par plusieurs hommes ayant exactement le même visage. Mais Holmes n'était pas homme à se laisser aussi facilement impressionner.
« Vous êtes Mr Walter Atkinson ?
- Lieutenant Walter Atkinson, rectifia le quatrième frère. Vous êtes Sherlock Holmes, n'est-ce pas ? Je vous prie d'excuser mes frères qui n'ont rien compris à la règle du jeu. »
En examinant le lieutenant Atkinson, on ne pouvait détecter sur lui sur aucune trace de poussière ou de terre. Il s'était donc changé avant de se rendre à table. Rien ne pouvait indiquer en lui qu'il venait de passer trois heures à courir quasiment à quatre pattes dans le cimetière.
« Voyez-vous, Mr Holmes, poursuivit Walter, mes frères sont trop impulsifs. Ils ne réfléchissent pas assez. Lorsque notre père disait que la fortune devait revenir au plus méritant, il voulait simplement parler du plus malin. Chacune des phrases qu'il nous a laissé révèle l'emplacement du trésor. A nous simplement de le débusquer !
- Lorsque vos frères Nathan et Ted et moi-même sommes arrivés à Atkinson House, nous avons cru remarqué de votre part beaucoup de détermination à parcourir tout le cimetière. Seriez-vous sur une piste ?
- Vous parlez de Ted et Nathan, rit Walter, mais vous oubliez Sean.
- Com' comment ? sursauta le boxeur.
- Désolé, mon vieux, mais la discrétion et toi, cela fait deux. Je t?ai remarqué dès le départ. Je t?ai laissé voir tout ce que tu voulais car je ne te crois pas suffisamment malin pour comprendre quoi que ce soit à mes agissements' Voyez-vous, Mr Holmes, si nous sommes effectivement nés le même jour tous les quatre, c'est moi que papa considérait comme l'aîné. Non seulement je suis arrivé au monde le premier, mais je suis le plus habile de nous quatre.
- Bon Dieu, Walter ! s'écria Nathan. Attention à ce que tu dis !
- Tu ne me crois pas ? Dans ce cas, j'aimerais vous poser une question : avez-vous compris quoi que ce soit à vos énigmes ?
- Euh? non ! grommela Ted. Mon mot parle de mort, alors j'ai bien pensé au cimetière, mais j'ai dû abandonner rapidement, faute de piste.
- Quant à moi, ajouta Nathan, tout ce que j'ai pu obtenir, c'est une traduction en latin.
- Une traduction en latin ? fit Lucy, alors qu'elle approchait sa fourchette de la bouche. Mais pourquoi aurais-tu besoin d'une traduction latine ?
- Je n'en sais strictement rien. Visiblement, une grande partie de mon énigme est tirée d'un texte religieux.
- Un texte religieux ? ricana Ted. Voilà pourquoi tu avais si peur que Mr Holmes cite ta phrase devant moi : j'aurais pu en saisir le sens.
- Pourquoi donc ? » questionna Holmes.
Ted Atkinson sortit de sous sa chemise la médaille qu'il portait autour du cou et la montra à Holmes. Il s'agissait d'une représentation de Jésus-Christ sur fond de feuille d'or. Avant de la remettre à sa place, Ted la contempla avec émerveillement.
« Ceci est mon objet fétiche. Il me porte chance.
- Ted est très croyant, expliqua Sean. Il croit sans doute que Dieu va l'aider à dénicher ce maudit trésor.
- Dieu est Infini. Il est bon. Il m'aidera. »
Pendant un instant, tous se turent subitement pour entamer davantage leur assiette. Puis Walter Atkinson reprit :
« Et tu dis, Nathan, que tu n'en as tiré que cette phrase latine ?
- Exactement. Contrairement à Ted, je n'y connais rien en religion. Je me suis donc adressé au révérend Masterson, le pasteur de Trincomalee. Il n'a pu m'en dire plus, sauf cette fichue traduction latine. J'ai abouti à une impasse.
- Roger Masterson est trop jeune, sourit Ted. Je suis heureux de voir que tu n'en as rien tiré de bon.
- Résultat : vous n'avez rien trouvé tous les trois, ajouta Walter avec le même sourire. Malheureusement, je vais vous décevoir : j'avance, moi ! Et à grand pas ! »
Le Dr Atkinson restait pétrifié. Sean, lui, serra immédiatement les poings. Intérieurement, il se maudit de n'avoir rien compris au manège de son frère pendant les trois heures que celui-ci venait de passer dans le cimetière. Quant à Ted, il devint blanc comme un linge. Comme étrangère à toute cette agitation, Lucy lui demanda, souriante :
« Tu as trouvé ? Mes félicitations, Walter !
- Lucy !!! hurla brusquement le Dr Atkinson. Tu passes chez l'ennemi, maintenant ?!?
- Chez l'ennemi ? Mais, Nathan, c'est ton frère.
- Mon frère qui me vole ce qui me revient de droit !
- Non, à moi ! surenchérit Ted, se levant de table avant de se rasseoir aussi sec.
- Vous faites erreur sur toute la ligne, ricana Sean. C'est à moi qu'il doit revenir, puisque papa m'encourage dans son message.
- Que? que dis-tu ?
- Parfaitement : papa affirme que je ne dois pas me laisser faire par vous.
- Curieux ! songea Holmes.
- Pourquoi ?
- Votre frère Walter a raison : c'est au plus malin d'entre vous à découvrir le trésor. Pourquoi votre père aurait-il voulu vous encourager, vous ? Votre énigme est-elle plus simple que celles de vos frères ?
- Aucune idée, fit Sean. Tout ce que je sais, c'est que papa m'encourage? et que je ne comprends rien au reste.
- Pour ma part, révéla Walter, je suis parvenu à déchiffrer la première partie de mon énigme. Il ne me reste plus à trouver l'autre partie. Et c'est là que se pose le problème. Je n'y connais absolument rien en peinture.
- En peinture ?
- Eh oui, ma chère Lucy, figure-toi que papa m'incite, pour réussir, à me mettre à la pein' Oh ! Quel idiot je fais ! »
Le lieutenant Atkinson bondit de sa chaise et s'élança vers les escaliers. Tous le suivirent des yeux, médusés.
« Savez-vous où il a filé ? demanda Holmes.
- Alors là ! fit Nathan. Aucune idée.
- Je vais en avoir le c'ur net, clama Sean. J'en ai plus qu'assez des grands airs du lieutenant Walter. (Il se mit à parodier son frère :) Et c'est moi l'aîné ! Et c'est moi le plus malin ! Et c'est moi qui ai trouvé la solution !? Ras-le-bol, moi, du lieutenant Walter ! »
Le lutteur sortit au pas de course à la suite de Walter.



III

Sherlock Holmes revint d'une longue promenade à travers la lande, en proie à la plus vive réflexion. Le choix était cornélien : à qui devait-il apporter son aide ? Nathan ou Ted ? Finalement, il avait choisi la simplicité : puisque le Dr Nathan Atkinson avait atteint son appartement avant Ted, ce serait lui qui bénéficierait des lumières du grand détective.
A l'approche de la maison, il aperçut sous le porche de la maison Walter Atkinson, assis sur le banc de bois, pipe à la bouche. Mais le militaire était loin du Walter Atkinson optimiste qu'il avait rencontré au déjeuner. Il était devenu maussade, les yeux tournés incessamment vers le cimetière. Sa pipe s'était éteinte sans qu'il s'en aperçût.
« Cela ne va pas, lieutenant ?
- Vous voulez mon avis, Mr Holmes ? grinça Walter. Mon moral est au plus bas.
- Je croyais que vous aviez trouvé la solution de l'énigme.
- Moi aussi : j'en avais compris la première partie, mais impossible de la coller avec la seconde. Je ne parviens pas à trouver la solution à cette fichue phrase, et pourtant je suis sûr qu'elle se trouve juste mon nez. »
De nouveau, il regarda en direction du cimetière.
« Croyez bien que je vous comprends, compatit Holmes. Je suis détective et, de ce fait, je suis confronté à ce type à situations.
- Pour qui allez-vous travailler ?
- Votre frère Nathan. Il est arrivé le premier chez moi.
- Ted va rager, sourit le militaire. A quelques secondes près, c'était lui qui en aurait profité.
- Honnêtement, cela me gêne beaucoup de m'incruster dans vos affaires de famille.
- Ne vous inquiétez pas pour cela ! rassura Atkinson en haussant les épaules. Au contraire, cela pourrait éviter que la fortune de papa passe dans les caisses du royaume.
- Dans les caisses du royaume ?
- Nathan ou Ted ne vous en ont pas parlé ?
- Qu'ont-ils oublié ?
- Nos recherches sont limitées dans le temps. Notre père avait inclus une clause particulière dans son testament : si au bout d'un mois, aucun de nous ne découvre le trésor de papa, celui-ci devra être mis au bénéfice de l'Empire britannique.
- Alors quelqu'un est au courant de son emplacement? Le notaire, je présume ?
- Oui. Jeremy Oller étant un vieil ami de papa ? et son notaire, par dessus le marché ?, il était la personne indiquée à qui papa devait confier le secret. Je précise qu'Oller est capable de les déchiffrer, mais ignore où est le trésor de papa.
- Comment savez-vous qu'Oller connaît la solution ?
- C'est Oller lui-même qui nous l'a révélé lors de la lecture du testament.
- Et il ne reste plus que quinze jours avant que la clause ne s'opère.
- C'est la raison pour laquelle Nathan et Ted se sont précipités chez vous. Le temps s'écoulant, ils ont été pris de panique. Déjà qu'ils avaient blêmi lorsque Oller nous avait lu la fameuse clause.
- Mais ni Sean ni vous-même n'avez eu la même idée ?
- Sean est trop fier pour faire appel à qui que ce soit. Et il aurait trop peur de devoir payer les services d'un inconnu. Quant à moi, je me croyais assez malin pour déchiffrer ma phrase? et visiblement, je me suis trompé.
- Vous prétendez néanmoins en avoir résolu la première partie.
- Oui? Vous voyez ce cimetière ? Tous les anciens propriétaires d'Atkinson House s'y trouvent enterrés, tout comme mes parents' Je vais vous aider : il est vrai que, depuis votre arrivée à Trincomalee, vous devez nager en plein brouillard, car vous n'avez eu connaissance d'aucune de nos énigmes' Je vais vous montrer la mienne.
- Vous me faites si confiance que cela ? N'avez-vous pas peur que je m'en serve pour aider votre frère ?
- Je préfère nettement que l'héritage de papa revienne entre les mains de Nathan plutôt qu'à l'Etat. »
Walter Atkinson retira de son portefeuille une petite lettre pliée en deux, laquelle finit entre les mains de Sherlock Holmes. Ce dernier découvrit sa première énigme tandis que Walter l'invitait tacitement à le suivre jusqu'au cimetière.
« Hum' Le grand roi Mausole rendit à son épouse l'hommage qu'elle lui offrit. Tu devras partir à la rencontre de la reine lorsque ta peinture aura autant de grâce que celle du talentueux Raphaël ! récita tout haut Holmes. A première vue, je dois vous avouer que vous détenez une formule bien étrange.
- Qu'en dites-vous ?
- Le nom Mausole fait aussitôt penser au nom Mausolée, dont la description serait un monument funéraire de grandes dimensions. C'est pourquoi vous avez pensé au cimetière ?
- Le cimetière fut ma première idée. Mais qu'aurais-je fait une fois là-bas ? Comme Ted, je n'avais aucun autre élément. Mes recherches auraient été vaines, c'était couru d'avance. Puis j'ai pensé à un jeu de mot. Mais tôt ce matin, j'eus un éclair : j'ai attrapé l'Encyclopédie britannique pour la consulter ; et savez-vous ce que j'y ai découvert ?
- Non.
- Que le roi Mausole a réellement existé. Ce fut en son hommage qu'à été bâti l'une des sept Merveilles du monde, le Mausolée d'Halicarnasse, en Turquie. Le Mausolée était le tombeau du roi de Carie. Et savez-vous qui lui avait fait cet honneur ?
- Son épouse, à en croire votre énigme.
- Tout juste. Elle s'appelait Artémise. L'énigme déclare que Mausole a rendu à la reine le même hommage qu'elle lui avait fait? Et là, tout est clair : papa parlait ici d'une des tombes. Ce matin, je me suis précipité ici, au cimetière? et regardez ce que j'y ai trouvé ! »
Les deux hommes étaient parvenus jusqu'au cimetière. Walter Atkinson pointa son doigt vers l'une des pierres tombales. Sur celle-ci était indiquée :

Artemis Ydone-Forfive
1762 ? 1796

« Cela correspond, en effet, souligna Holmes.
- La seconde partie de l'énigme parle de peintures qu'il faut comparer à celles de Raphaël, le célèbre peintre de la Renaissance. Evidemment, il ne faut pas la prendre au premier degré, puisque je suis nul question arts. J'ai alors pensé qu'il faisait allusion à un autre artiste, contemporain du peintre. J'ai relevé dans l'Encyclopédie britannique les artistes de la Renaissance les plus célèbres. Pendant trois heures, j'ai couru de tombe en tombe pour relever tous les noms, les surnoms, afin d'y chercher un rapport avec l'un des peintres.
- Et alors ?
- Déception totale ! Aucun rapport entre eux. Au déjeuner, il me vint une idée : puisque la phrase parlait de peinture, peut-être papa faisait référence à un portrait de cette Mrs Ydone-Forfive. Malheureusement, il n'y en a aucun' C'est désespérant? Je crois que Nathan vous attend ! »
Au loin, sur le seuil d'Atkinson House, Holmes aperçut le Dr Atkinson, au bras duquel se tenait sa femme, Lucy. Les deux époux avaient les yeux tournés vers le cimetière, pesant sur Walter et Holmes.
« Je vais lui annoncer mon attention de lui venir en aide, rétorqua Holmes. Avant de vous quitter, j'aimerais vous remercier de la confiance que vous m'avez accordé en me dévoilant votre message. En retour, j'aimerais vous ouvrir une nouvelle piste. »
Une lueur d'intérêt brilla dans l'oeil de Walter.
« Connaissez-vous la mythologie gréco-romaine ?
- Désolé, mes connaissances en Histoire remontent à Napoléon. Pourquoi ?
- La Renaissance est une période de l'Histoire qui voulait reprendre les connaissances de l'Antiquité. Les artistes de cette époque se consacrèrent souvent aux figures mythologiques.
- Et alors ?
- Je vois que vous ignorez que la déesse grecque de la chasse se nommait Artémis.
- Artémis ! s'écria Walter. Elle porte le même nom qu'Artémise, la reine de Carie. Merci ! Merci infiniment, Mr Holmes ! Je pars sur-le-champ consulter de nouveau l'Encyclopédie britannique. »
Walter sprinta en direction d'Atkinson House et passa comme un éclair à côté de son frère et sa belle-s'ur. Holmes le suivit à pas modéré. Il s'arrêta devant Nathan. Interloqué, ce dernier faisait les yeux ronds.
« Quelle mouche l'a piqué ?
- Il est parti vérifier une nouvelle théorie.
- Hum !
- Dr Atkinson, puisque c'est vous qui êtes arrivé le premier dans mon bureau ce matin, j'ai décidé de vous offrir mon aide.
- Vrai ? fit Nathan, ravi. Et vous n'aiderez pas Ted ?
- Comme vous l'avez dit vous-même, je ne peux pas servir deux parties à la fois.
- Splendide !? Cela ne va pas, chérie ? »
Lucy Atkinson soupira, exacerbée. Elle lâcha le bras de son mari pour regagner l'intérieur de la demeure. Elle faillit se cogner contre Ted qui arrivait de l'intérieur. Ted s'excusa aussitôt avec un sourire :
« Je te demande pardon, Lucy, je ne t?avais pas vu.
- Ce n'est rien, Ted. Par contre, tu vas avoir une surprise.
- Ah bon ? (Il dévisagea le détective :) Vous vous êtes enfin décidé, Mr Holmes ?
- Euh? Mr Atkinson : j'ai pris ma décision : puisque votre frère est parvenu à mon bureau le premier, c'est avec lui que je traiterai. »
Ted Atkinson ne cacha pas sa déception.
« Ah ! Bien ! C'est de bonne guerre, après tout !? Il ne me reste plus qu'à redoubler d'efforts pour résoudre cette satanée formule. »
Sans ajouter un mot, Ted s'installa sur le banc de bois. Ses yeux tombèrent alors sur le clocher lointain de l'église Saint-Georges, à Trincomalee, et ne le quittèrent pas. Pendant ce temps, Nathan demanda à Holmes de le suivre dans son bureau qui lui servait également de salle d'auscultation.
Holmes s'appuya contre la table de travail tandis que le Dr Atkinson lui remettait son énigme. Celle-ci se présentait exactement sous la même forme que celle de son frère Walter. Le détective la lut lentement à voix haute :
« Afin que tes serviteurs puissent chanter, avec des voix libérées, le caractère admirable de tes actions, Ôte, saint Jean, le péché de leurs lèvres souillées ; c'est ainsi que ferait l'aigle royal sans pape? Oui, vous aviez raison : la partie de l'énigme située avant le point-virgule est issu d'un texte religieux. Cela ne fait aucun doute. Il s'agit même d'une prière. Mais n'étant pas un spécialiste en ce domaine, je ne pourrais pas en dire plus' Puisque votre frère Ted est croyant pratiquant, peut-être lui pourrait nous aider.
- Non ! Inutile d'insister ! Il serait capable de comprendre cette phrase et de m'envoyer, moi, sur une fausse piste. Je m'y refuse catégoriquement.
- Dans ce cas, poursuivons notre étude !? Mais, j'y pense : vous avez affirmé au cours du déjeuner que vous aviez consulté le pasteur de Trincomalee pour l'interprétation de cette phrase. Que vous a-t-il déclaré précisément ?
- Est-ce réellement important ?
- On ne sait jamais.
- Le révérend Masterson n'a fait que me traduire cette phrase en latin. Il m'a également précisé qu'elle était tirée des premiers vers de l'hymne des Vêpres de l'office de saint Jean-Baptiste.
- Vous rappelez-vous de cette traduction ?
- Elle débutait par « Ut queant laxis' ». Je ne me souviens plus de la suite.
- Que venez-vous de dire ?
- Ut queant laxis ; pourquoi ?
- Je suis sûr que c'est la réponse !
- La traduction latine ?
- Exactement ! Connaissez-vous Gui d'Arezzo ?
- Non.
- Gui d'Arezzo était un moine italien qui vécut au XIème siècle. Il était également professeur de musique et inventa un système de codification' Regardez plutôt ! Vous allez comprendre ! »
Holmes s'approcha du tableau noir placé à côté de la fenêtre, s'empara d'un bâton de craie et inscrivit sept phrases latines.
« Confirmez-vous qu'il s'agit là de la traduction latine que vous a donnée le révérend Masterson ? »
Sur le tableau, le Dr Atkinson lut :

Ut queant laxis,
Resonare fibris,
Mira gestorum,
Famuli tuorum,
Solve polluti,
Labii reatum
Sancte Iohannes

« Ce sont exactement les phrases que m'a données le révérend Masterson. Joeignorais que vous possédiez des notions de latin.
- Oh ! Mes notions sont plutôt restreintes. Joeignorais que cette phrase était issue de l'office de saint Jean-Baptiste. C'est la phrase latine que vous m'avez citée qui m'a ouvert les yeux.
- Bon sang ! Expliquez-vous !
- Je vois que vous n'êtes pas musicien, sinon vous auriez compris depuis longtemps. Le système de codification qu'a effectué Gui d'Arezzo concerne la musique. Il me suffit d'effacer l'essentiel de ces vers pour ne garder que les premières lettres de chaque phrase, ainsi que les initiales de Sancte Iohannes. »
Holmes joignit le geste à la parole : il attrapa un chiffon et l'agita énergiquement au contact de la surface noire. Le résultat de son opération donnait :

Ut
Re
Mi
Fa
Sol
La
S I

Le Dr Atkinson sursauta :
« Mais c'est?
- Le nom des notes de musique que l'on emploie dans les pays latins : ut ? qui sera remplacé par do au XVIIème siècle ?, ré, mi, fa, sol, la et si. Il est normal que le révérend Masterson ait oublié de vous faire part de cette particularité puisque ce système de notification n'est pas utilisé en Grande-Bretagne, comme d'ailleurs dans les pays germaniques, où nous employons plutôt les premières lettres de l'alphabet. »
Nathan se mit à faire les cent pas. Alors qu'il était tout excité du fait que Holmes avait réussi à déchiffrer la première partie de l'énigme en si peu de temps, son enthousiasme tomba brusquement d'un coup :
« Tout cela est bien beau, mais cela n'a toujours aucun lien logique avec le reste de la phrase, qui affirme que c'est ainsi que ferait l'aigle royal sans pape.
- Vous avez raison, docteur, approuva Holmes, mais ce n'est pas la seule chose qui me surprenne. Votre phrase n'a également aucun lien logique avec celle de votre frère Walter.
- Que dites-vous ? Vous avez lu l'énigme de Walter ? Que dit-elle ?
- Par respect pour votre frère, je ne vous la dévoilerai pas. »
Subitement, Holmes s'interrompit, en proie aux pensées les plus profondes. Son cerveau était maintenant au meilleur de sa forme. Lentement, il finit par se tourner vers le Dr Nathan Atkinson, les sourcils froncés.
« J'ai été stupide !
- Je vous demande pardon ?
- Ce n'est pas vous qui méritez la fortune de votre père. Il faut que je voie vos frères.
- Hors de question ! s'emporta Nathan. Et je ne vous permets pas de me parler sur ce ton !
- Docteur Atkinson ! Nous devons avoir tous les deux une conversation avec vos frères. Sinon, la fortune de votre père deviendra à votre insu la propriété de la Royauté britannique. »


IV

Le lieutenant Walter Atkinson se leva du canapé pour permettre à sa belle-s'ur, Lucy, de prendre sa place. Il vint ensuite se mettre aux côtés de Ted. Pendant ce temps, déjà assis sur le canapé, Nathan et Sean ne quittaient pas Sherlock Holmes des yeux.
Le détective attendit que Lucy s'installât confortablement. Il lança alors de manière très solennelle :
- Mrs Atkinson, que pensez-vous de la situation à laquelle sont confrontés votre mari et ses frères ?
- Je trouve cela ridicule. Mon beau-père devait être fou lorsqu'il rédigea son testament. Le seul résultat auquel nous avons abouti est le déchirement de notre famille. (Le Dr Atkinson lui prit tendrement les mains :) Je t?en prie, Nathan, je t?en supplie ! Abandonne ce trésor ! Walter, Ted et Sean sont la seule famille qui nous reste. Je ne pourrais pas supporter son éclatement.
- Tu sais bien que je ferai tout ce que tu voudras pour te faire plaisir, Lucy. De plus, Mr Holmes m'a révélé que ce n'était pas moi qui devais mériter la fortune de papa.
Nathan Atkinson se leva lentement dans le but d'attirer sur lui l'attention de ses frères. Il glissa sa main sous sa veste pour en tirer son énigme.
- Walter ! Ted ! Sean ! Je refuse de troubler mon mariage pour de l'argent. Je me retire de la course. Voici ma devinette ; faites ce que vous en voulez !
- Nathan ! » s'exclama Ted.
Il jeta sur la table basse installée près du canapé le petit morceau de papier qu'il tenait encore dans la main. Mais à la stupéfaction générale, une seconde feuille recouvrit la première. Curieux qu'on eût pu imiter son geste, le Dr Atkinson blêmit :
- Walter?
- Que veux-tu ! sourit le militaire. Lucy a raison. Nous sommes une seule et unique famille. Et rien ne doit la détruire ! Je touchais peut-être au but, mais cela n'en vaut pas le coup. Tu as raison, Nathan, et je te suis.
Ted se mit à les dévisager avec gravité. Il se mordit la lèvre intérieure avant d'attraper les deux mots abandonnés.
- Pas question ! ordonna-t-il brusquement. Vous n'abandonnerez pas ! Nous continuerons ensemble.
- Bien dit, Ted ! soutint Sean en sortant son billet et en le mettant dans la main de son frère. A quatre, nous pourrons venir à bout de ce problème. »
Ted joignit son énigme aux trois autres et les posa les unes à côté des autres sur la table basse. Lucy reprenait des couleurs, ravie de les voir se souder comme jadis.
- Etes-vous prêt à nous aider, Mr Holmes ? » demanda Ted.
Holmes ne répondit pas, prit les énigmes de Ted et Sean et les examina. Il commenta enfin :
- Voyons' Celle de Ted : ferme les yeux jusqu'à la mort du seigneur immortel et rends-toi dans la demeure de la nourrice divine, car de là naquit l'enfant que tu portes' Voilà des termes bien étranges' Et celle de Sean : il te suffira de démasquer l'infâme tromperie du vénéré Will ; qu'il soit philosophe ou homme de science, lui seul pourra t?aider. Désormais, tel un lion français, il faudra te battre contre tes frères anglais. »
Sous les regards impatients des quatre frères Atkinson, Sherlock Holmes finit par répondre :
- Cela confirme mon intuition : chaque énigme n'a rien à voir avec les trois autres' Sans le savoir, vous venez de réussir la première partie de l'épreuve.
- C'est-à-dire ? insista Sean.
- Votre père a déclaré que seul le plus méritant d'entre vous aurait droit à sa fortune. Ce matin, lorsque je n'avais eu connaissance d'aucune de vos phrases, je trouvais étrange qu'un père puisse préférer un de ses fils par rapport aux autres ; d'autant plus lorsqu'il s'agit de quadruplés. Mais lorsque je découvris les mots du lieutenant Atkinson puis du docteur et que je découvris qu'il n'y avait entre eux aucun lien logique, je compris subitement : vous quatre, ensemble, méritez la fortune de John Atkinson ; sa fortune devait revenir au groupe et non pas à un individu en particulier.
- Papa voulait donc que nous mettions nos efforts en commun, résuma Walter.
- Vous avez compris, lieutenant. En réalité, nous n'avons pas affaire à quatre énigmes distinctes, mais à une seule et même énigme. Pour trouver le trésor de votre père, il fallait avoir connaissance des quatre éléments.
- Pourtant, souligna Walter, j'avais réussi à déchiffrer la première partie de mon énigme.
- A mon sens, rétorqua Holmes, cela ne signifie qu'une seule chose : c'est vous qui détenez le premier élément. Cependant, vous n'avez pas pu résoudre la seconde partie de votre mot puisqu'elle n'était pas une suite logique de la première. Même chose pour le Dr Atkinson' Et même chose pour Ted et Sean Atkinson !? En réalité, nous avons huit petites énigmes divisées en quatre groupes. Nous avons donc deux éléments, plus deux éléments, plus deux éléments, et encore deux éléments' Cela ne vous fait penser à rien ?
Tous se mirent à réfléchir avec intensité. Soudain, Lucy lâcha :
- On dirait que nous avons affaire à une sorte de rébus, ou de charade.
- Et je pense, personnellement, assura Holmes, que vous avez mis le doigt dessus, Mrs Atkinson ! De plus, nous tenons deux éléments : pour le Dr Atkinson, il y est fait référence aux sept notes de musique employées sur le continent : ut, ré, mi, fa, sol, la et si.
- Quel mot devons-nous retenir ? consulta Sean. Le mot « note » ? Le nom d'une de ces notes ?
- Visiblement, ajouta Holmes, le mot n'en dit pas plus ; nous y reviendrons plus tard' Passons à l'autre élément : dans le mot du lieutenant Atkinson, on parle du roi Mausole. Grâce aux recherches du lieutenant, cette phrase est également résolue : Mausole reçut comme hommage un tombeau magnifique : le Mausolée d'Halicarnasse, l'une des sept Merveilles du monde.
- Si je me souviens bien, intervint Ted, les sept Merveilles du monde étaient le Mausolée d'Halicarnasse, la pyramide de Kheops, les jardins suspendus de Babylone, la statue de Zeus olympien, le temple d'Artémis à Ephèse, le colosse de Rhodes et le phare d'Alexandrie.
- Le mot qu'il faut retenir est-il « Artémis » ? proposa Walter. L'épouse de Mausole était la reine Artémise, et une autre des Merveilles du monde est consacrée à la déesse Artémis.
- Non, je ne crois pas, réfléchit Holmes. Néanmoins, le fait que l'épouse de Mausole s'appelle Artémise semble avoir son importance. Là aussi, je crois que le lieutenant Atkinson a touché dans le mille, mais nous y reviendrons tout à l'heure? Cependant, il apparaît un point commun entre nos deux éléments découverts. Le voyez-vous ?
- Bien sûr ! fit le Dr Nathan. Il y a sept notes de musique et sept Merveilles du monde.
- Exactement ! s'écria Holmes. Et je pense que nous devons rechercher non des mots, mais des chiffres. A mon avis, le premier élément de chaque énigme donne les dizaines d'un nombre et le second donne les unités.
- Attendez ! interrompit Ted. Que ferons-nous une fois ces nombres décryptés ?
- Un problème à la fois, voulez-vous !? Occupons-nous d'accord de découvrir ces chiffres ! Voyons d'abord le nombre du lieutenant : le chiffre des unités doit figurer dans la phrase « lorsque ta peinture aura autant de grâce que celle du talentueux Raphaël », à laquelle nous avons enlevé la référence à la reine Artémise. Y voyez-vous un chiffre ?
- Hmm ! grommela Ted. Là, je sèche. Peut-être la date de naissance de Raphaël ? Loeun de vous sait-il quand est né le peintre Raphaël ?
- Malheureusement, non, soupira Nathan.
- J'ai lu la biographie de Raphaël dans l'Encyclopédie britannique, se souvint Walter. Ses dates sont 1483 et 1520? Si à la limite, la date se terminait par 04 ou 05, ç?aurait pu être la solution. Mais ici, nous avons 83 et 20. La solution se trouve ailleurs.
Ce fut alors qu'un éclair de génie passa dans les yeux de Lucy Atkinson :
« Mais' mais' mais oui, c'est évident? Le chiffre qu'il faut trouver, c'est le trois ! ! !
- Le trois ? lui demanda son mari. Où l'as-tu vu ?
- Vous n'avez pas compris ? « Lorsque ta peinture aura autant de grâce que celle du talentueux Raphaël » est un jeu de mots : le mot « grâce » ne fait pas référence à la qualité « grâce », mais à une oeuvre de Raphaël. Raphaël a souvent peint des personnages mythologiques ou bibliques. Et parmi cette pléiade de personnages, nous trouvons les fameuses « Grâces », les trois divinités grecques de la Joie, du Charme et de la Beauté.
- Oui, sourit Holmes. Je crois que c'est la réponse. Ainsi, l'énigme du lieutenant fait apparaître le nombre « 73 »? Voyons le mot du Dr Atkinson : nous connaissons déjà le chiffre des dizaines : il s'agit du « 7 ». L'énigme des unités est : « c'est ainsi que ferait l'aigle royal sans pape ». Quel est le chiffre ?
- Hum ! songea Sean. Il me paraît clair que « l'aigle royal » représente un roi ou un empereur.
- De plus, « sans pape » suggère que le souverain a passé outre l'autorité du pape, ajouta Sherlock Holmes. Et « c'est ainsi » fait penser à une date précise.
- De toute évidence, papa voulait parler d'Henri VIII. Quand a-t-il renié l'autorité du pape pour pouvoir épouser sa seconde femme, Anne Boleyn ?
- Je crois, rétorqua Lucy, que c'était environ vers l'année 1520.
- Donc, ce n'est pas ça. Combien de fois a-t-il été marié ?
- Six fois.
- Le chiffre sera donc « six », sourit Sean.
- Je crois que vous faites erreur, prévint Holmes. Votre père parle d'un « aigle royal », animal qui n'était pas le symbole d'Henri VIII. Je pense plutôt à l'Empereur des Français, Napoléon Ier. Je crois me rappeler qu'il se posa lui-même la couronne sur la tête lorsqu'il se proclama empereur. (Il se tourna vers Walter :) Lieutenant, je crois me rappeler vous avoir entendu dire que vous connaissez bien la période napoléonienne.
- C'est exact.
- Quand a-t-il été proclamé empereur ?
- En 1804? Hum ! 04? Le « quatre ».
- Le second nombre, en conclut Holmes, est donc « 74 »? Troisième énigme : celle de Mr Sean Atkinson. Les dizaines sont signalées par la phrase : « il te suffira de démasquer l'infâme tromperie du vénéré Will ; qu'il soit philosophe ou homme de science, lui seul pourra t?aider ».
- Cette fois-ci, sourit Ted, je pense connaître la réponse : le vénéré Will est sans conteste une référence à notre plus illustre écrivain, William Shakespeare, celui que l'on surnomme le « Grand Will ». Et l'histoire de Shakespeare ressemble à celles de nombreux autres auteurs : certaines personnes affirment que quelques-unes de ses oeuvres ne seraient pas de lui.
- D'où la « tromperie », en conclut Holmes. « Quoeil soit philosophe ou homme de science, lui seul pourra t?aider » ne fait pas référence à Shakespeare puisqu'il n'était ni l'un ni l'autre. Votre père doit donc faire référence à l'auteur soi-disant réel des oeuvres de Shakespeare.
- Les historiens, poursuivit Ted, ont avancé plusieurs noms. Parmi eux se trouvent Francis Bacon, Christopher Marlowe et même le comte de Southampton, qui était le protecteur de Shakespeare.
- Je pencherais pour Francis Bacon, proposa Holmes. Parmi ces trois hommes, lui seul correspond aux termes philosophe et homme de science. Dans ce cas, le chiffre ici serait « deux ». Je connais le nom de Bacon car il mit au point un code secret particulier, basé sur l'utilisation de deux lettres de l'alphabet uniquement : le a et le b. Nous avons donc « deux ».
- Parfait ! sourit Nathan. Maintenant, occupons-nous des unités. La phrase dit : désormais, tel un lion français, il faudra te battre contre tes frères anglais.
- Inutile de s'éterniser ici : l'énigme est très simple. Votre père met l'accent sur le lion français. Comme l'aigle royal de l'énigme du Dr Atkinson, il faut chercher ici l'identité de ce roi français, dont le numéro est notre fameux chiffre. Dans l'histoire de France, un seul souverain était surnommé le Lion : Louis VIII, le père de Saint Louis. Le chiffre des unités est donc « huit » ; ce qui nous donne « 28 »? Il ne reste plus que l'énigme de Ted Atkinson. La première partie est : « ferme les yeux jusqu'à la mort du seigneur immortel et rends-toi dans la demeure de la nourrice divine ».
- Mais Dieu n'a jamais eu de nourrice, rappela Ted. Cette phrase n'a aucun sens. Et par définition, un immortel ne peut pas mourir.
- Par divine, vous pensez aussitôt au dieu chrétien, corrigea le détective. Mais il existe d'autres dieux : ceux des mythologies antiques' Mrs Atkinson, vous avez trouvé tout à l'heure l'énigme des trois Grâces ; à votre connaissance, l'un des dieux de l'Antiquité a-t-il eu une nourrice ?
- Effectivement, confirma Lucy après réflexion, le roi des dieux grecs, Zeus lui-même, a eu une nourrice lorsqu'il se cachait de son père, Cronos, lequel voulait le manger pour éviter toute rivalité. La nourrice était, si je me souviens, une chèvre du nom d'Amalthée. Pour la récompenser, Zeus en fit la constellation du Capricorne.
- Et le Capricorne, ajouta Ted, est l'un des signes du Zodiaque. Mais là, ça ne colle pas puisque nous avons besoin d'un nombre entre 0 et 9. Or, il y a douze signes et le Capricorne est le dixième.
- Pourtant, l'analyse de votre belle-s'ur me paraît bonne : le chiffre a un lien avec le Capricorne. Néanmoins, le Capricorne doit être analysée en tant que constellation et non en tant que signe du Zodiaque. La preuve en est le début de la phrase : « la mort du seigneur immortel » est une allégorie. Elle représente le soleil ? seigneur immortel ? qui se couche et laisse place à la nuit ? la mort du seigneur ? au milieu de laquelle naissent les étoiles et les constellations.
- Je crois savoir, intervint le Dr Atkinson, que la constellation du Capricorne compte cinq étoiles principales.
- Par conséquence, le chiffre est « cinq »? Il ne nous reste plus que la formule « de là naquit l'enfant que tu portes ». Là aussi, comme pour Louis le Lion, la réponse est évidente.
Ted Atkinson le regarda, haussant les sourcils :
« Vous trouvez ? Au lieu de vous surprendre, je n'ai pas d'enfants. Et seule Lucy est enceinte.
- Vous faites fausse route, Mr Atkinson, cet enfant n'est pas un être humain au sens propre. En fait, vous le portez en permanence autour du cou. »
Machinalement, Ted leva la main jusqu'à toucher sa médaille au Jésus-Christ gravé.
« Oh !? L'enfant !? Papa voulait parler de Jésus !
- Vous avez compris, sourit Holmes. En quelle année est né Jésus-Christ ?
- Vers l'an 5 avant son ère.
- Le dernier chiffre est par conséquent une nouvelle fois le « cinq », ce qui nous donne le nombre « 55 »? Nous obtenons ainsi quatre nombres : le 73 pour le lieutenant Atkinson, le 74 pour le Dr Atkinson, le 28 pour Mr Sean Atkinson et le 55 pour Mr Ted Atkinson. »
Subitement, le Dr Atkinson se leva de son siège.
« Certes ! Tout cela est bien joli, mais nous ne savons toujours pas où trouver le trésor.
- Mais pourtant, docteur, nous avons fait le plus dur.
- Ah ! fit Nathan, exacerbé. Vous trouvez ? Pour dénicher un trésor, que faut-il ? Je vais vous l'apprendre : tout d'abord, un point de départ ; ensuite, des directions à suivre ; enfin, des distance à respecter. Soit ! nous possédons quatre nombres, mais ? s'il s'agit là de distances ? rien n'indique quelle est l'unité de mesure. Est-ce le pied, le yard ?? ou peut-être le pouce !
- Mais nous avons tout cela, grâce à votre frère, le lieutenant Atkinson. »
Tous se mirent à détailler Walter. Celui-ci se mit à sourire, comprenant la pensée de Holmes, et avança :
« La tombe de Mrs Artemis Ydone-Forfive.
- Effectivement, certifia Sherlock Holmes. Rappelez-vous, messieurs, que l'énigme du lieutenant faisait mention d'Artemise, l'épouse du roi Mausole. Voyant que « le roi Mausole rendit à son épouse l'hommage qu'elle lui offrit », Walter Atkinson se rendit au cimetière et y découvrit d'une femme se prénommant Artemis y était enterrée. Le lieutenant venait en réalité de découvrir le point de départ de votre chasse au trésor. Mais ce qu'il ne vit pas, c'est que la stèle contenait les informations nécessaires à la progression. Votre père a simplement utilisé le nom de famille amusant d'Artemis : il est en effet possible de décomposer le nom de Ydone-Forfive en Yd ; one for five.
- Ce? ce qui veut dire, s'écria Sean, que les nombres des énigmes doivent être multipliés par cinq ? one for five ? et que l'unité de mesure du résultat est à compter en yard, dont l'abréviation est yd.
- Le calcul est rapide à effectuer, réagit Ted. Nous obtenons 365 yards, 370 yards, 140 yards et 275 yards.
- C'est formidable, je l'admets, grogna Nathan, mais nous ignorons toujours deux éléments : les directions à prendre et l'ordre de ces distances.
- Oh si ! rit Holmes. Vous les connaissez ! Et vous les connaissez même très bien !
- Mais' je vous assure que nous l'ignorons !
- Voyons, docteur ! rétorqua gentiment Holmes. Ces deux éléments ne sont autre que vous-mêmes.
- Com' comment ? s'exclama Sean.
- Vous allez d'ailleurs comprendre tout seul (Lentement, Holmes se tourna vers Ted :) Mr Atkinson, dans de nombreux cas, le prénom Ted est le diminutif de Theodore, mais il arrive quelque fois qu'il soit celui d'Edward. Je suis prêt à parier que votre véritable prénom est justement Edward.
- C'est exact, consentit Ted, mais'
- Fantastique ! s'exclama Walter. Je n'aurais jamais pensé à ça !
- Enfin, Walter ! reprocha Nathan. Explique-nous !
- Mes chers frères : c'est réellement très simple. Nous avons besoin des directions, c'est-à-dire des points cardinaux. Je ne vous apprendrais rien en vous révélant que les quatre ponts cardinaux sont north, south, east et west : N, S, E et W? Et nos prénoms commencent par ces lettres.
- Mais alors, raisonna Lucy, Nathan donne le nord, Sean le sud, Ted ? Edward ? l'est et Walter l'ouest.
- Maintenant, l'ordre des messages ! termina Holmes. Il est clair que le lieutenant détient la première partie puisqu'il y est fait part dans son énigme du point de départ. Or, vous avez déclaré tout à l'heure qu'il était né le premier. En toute logique, l'ordre des messages est l'ordre de vos apparitions ici-bas.
- L'ordre est donc Walter, Nathan, moi-même et enfin Sean.
- En clair, résuma le boxeur, nous devons parcourir 365 yards vers l'ouest en partant de la tombe de cette Mrs Artemis Ydone-Forfive, puis nous montons vers le nord sur 370 yards, avant de tourner vers l'est jusqu'à atteindre 275 yards. De là, il faut redescendre vers le sud sur 140 yards.
- Parfaitement ! »
Alors, tour à tour, les quatre frères Atkinson vinrent serrer la main de Sherlock Holmes. Le grand détective venait de faire fin à la tragédie qui gangrenait leur famille.



Epilogue

« Et le trésor était bel et bien enterré à l'endroit déterminé ?
- Tout à fait, mon cher Watson, sourit Holmes.
- C'est extraordinaire ! Décidément, vous seul pouviez les aider à résoudre cette affaire.
- Vous vous trompez, Watson. Je n'eus qu'un rôle purement centralisateur. Il suffisait juste que les frères Atkinson comprennent qu'ils devaient, pour réussir, agir ensemble et non pas l'un contre l'autre. Le reste n'était plus qu'une question de temps. Sans moi, les Atkinson auraient mis plus de temps à découvrir la solution à leur problème. Je n'ai fait, pour ainsi dire, que précipiter les choses.
- Pourtant, il faut avouer que les devinettes de John Atkinson étaient débordantes d'imagination.
- Il est vrai, reconnut Holmes. Seulement, le vieil homme comptait sur les différentes compétences culturelles de ses fils et de sa bru pour les voir mériter leur héritage? Je vous le répète, s'il n'y avait pas eu de conflits entre eux, ils auraient parfaitement réussi à résoudre le problème sans mon aide? En réalité, ce que voulait John Atkinson par-dessus tout, c'était démontrer que l'amitié entre frères, en particulier des quadruplés, doit être plus forte que tout. »

_______________________________
1 Voir le Signe des quatre, de Conan Doyle. McMurdo est un ancien boxeur professionnel. Il fut concierge à Pondichery Lodge, où habitait Bartholomew Sholto.



---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite