Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4479)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4479)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Fictions » Le petit drôle
par
Alexis Barquin
Ses autres fictions
Le petit drôle Septembre 1, 1991
Illustrations © Lysander


- Bonjour madame Hudson ! cria Holmes en entrant dans le vestibule. Comment allez-vous ?
- Oh la la monsieur ! Depuis votre départ, tout est allé de travers. Une chose horrible est arrivé, savez-vous !
- Vous m'inquiétez !
- Hier, je me suis tordue la cheville dans les escaliers. Dieu sait pourtant le nombre de fois où je les ai gravis.
- Et puis ?
- C'est tout.
- Ah ?... oui... c'est en effet très fâcheux. Non, non, restez assise ! Le docteur est-il là ?
- Oui, au premier.
- Bien.

J'avais entendu Holmes rentrer et je m'empressais de l'accueillir chaleureusement.
- Alors Holmes, cette conférence à Edinburgh ?
- Lamentable ! Tous ces criminologues sont imprégnés d'idées préconçues. Pas un pour relever l'autre. Néanmoins, un conférencier plein de talent a su rehausser le niveau et clouer le bec à tous ces quinquagénaires.
- Vraiment ? Qui donc ?
- Moi !! s'esclaffa Holmes.
- Cela fait plaisir de vous voir de si bonne humeur. Et si vous me racontiez votre "aventure" devant un bon verre ? Je dispose d'un quart d'heure avant d'accompagner madame Hudson à l'hôpital pour son entorse.
- A l'hôpital ? Il y a des complications ?
- Non, il faut juste lui appliquer un plâtre.
Nous nous assîmes et devisâmes tranquillement jusqu'à ce qu'il fut l'heure pour moi de partir. Lorsque je me levai, la sonnette retentit.
- Allez-y, Holmes, je dois préparer mes affaires.
- Laissez madame Hudson ! hurla-t-il en descendant les escaliers. Je vais ouvrir !
Un long silence précéda un autre hurlement.
- Madame Hudson ! A moi !
Je dévalai les marches quatre à quatre, et quelle ne fut pas ma surprise lorsque je vis Holmes, tenant dans ses bras un paquet de linge blanc d'où émergeait une petite frimousse rose.
- Par tous les saints, Holmes, qu'avez-vous ramassé là ?
- Heu... c'est-à-dire que... c'était sur le pas de la porte...
- Il y a un mot ficelé au poignet du petit, remarqua Mrs Hudson. Oh ! Qu'il est mignon ! Coucou !
- Lisez-le ! Je vous en prie ! lança Holmes qui avait soudain perdu sa bonne humeur.

"Mr Holmes,
Cet enfant m'a été confié par sa mère, Lolly Farrow, avant sa mort. Dans son agonie, elle m'a tout raconté. Comment vous l'aviez rencontré et comment vous l'aviez abandonnée, enceinte. Ne pouvant subvenir seule aux besoins de votre fils, je vous le confie en espérant qu'il trouvera auprès de son père légitime le bonheur que je ne pourrais jamais lui apporter."

- Il n'y a pas de signature, ajouta-t-elle.
- Cette histoire est incompréhensible !
- Enfin, Holmes ! Vous avez le droit d'avoir une vie privée ! J'admets toutefois que vous cachiez bien votre jeu ! dis-je ironiquement. Vous venez madame Hudson ? Le docteur Anderson nous attend.
- Madame Hudson... ? implora-t-il finalement d'une petite voix.
Jamais je n'oublierai l'image pathétique de Holmes, tout déconfit, sur le pas de la porte considérant son paquet avec stupeur.

Lorsque nous revînmes à Baker Street quelques heures plus tard, nous trouvâmes Holmes décoiffé, décolleté, les yeux exorbités et haletant comme s'il venait de combattre un démon. Derrière lui, le nourrisson braillait à briser les tympans.
- Cent livres à celui qui réussira à le faire taire !! défia-t-il en nous voyant entrer.
- Je vais m'en occuper, avança Mrs Hudson.
Holmes s'assit alors lourdement sur les marches de l'escalier et se passa les mains sur le visage.
- Vous souvenez-vous, Watson, de votre récit " l'Etude en Rouge " où vous décriviez mes connaissances générales ? Vous auriez aussi pu ajouter Baby-Sitting : nulles.
- Chacun sa spécialité, dis-je.
- Enfin ! Maintenant il me faut retrouver au plus vite le véritable propriétaire de ce nourrisson si je veux profiter pleinement de ma soirée.
- Ce sera chose simple car je crois savoir comment il est arrivé devant notre porte.
Il me tendit la main pour que je l'aide à se relever et m'intima de m'expliquer.
- Ce n'est pas une certitude mais la coïncidence est troublante. Lorsque nous sommes rentrés tout à l'heure, nous avons aperçus un ouvrier qui posait une enseigne cinq numéros plus bas, à la place du vieux magasin de Clayton, où était inscrit : " Francis Holmes, Horloger. " Certainement y a-t-il eut confusion de destinataire. Qu'en pensez-vous ?
- J'en pense simplement que votre information confirme la sixième hypothèse que j'avais formulée lorsque le petit homme eut la bonne idée de dormir un peu.



---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite