Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3612)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (3763)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (3763)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Fictions » L'Assassin du boulevard (II)
par
Jean Vermeil
Ses autres fictions
L'Assassin du boulevard (II) Décembre 5, 2014

« N'oublie pas ton violon » lui avait écrit Augusta. Drôle de cousine qui faisait carrière de compositrice en France. Au moins, avec un métier si peu féminin, cette fille née à Paris cultivait ce « je ne sais quoi » de l'excentricité qui, du Penjab à la Provence, fait la vraie Anglaise. Ou une vraie Holmes, pour dire... Sacrée Augusta ! Quelle idée lui a-t-il pris d'ajouter un accent sur notre e en demandant la nationalité française ? Enfin se dit Sherlock, Holmès c'est comme Barthès, une saveur de cette Aquitaine qui fut nôtre.

Passée la houle, voici maintenant le train qui crachait sa vitesse vers la ville lumière. Le détective se réjouit de l'escapade. Il avait besoin de repos, et auprès d'une femme. Mieux, il cherchait le repos d'une femme. Une douce qui lui ferait oublier son échec avec Irène Adler, la vénéneuse et la venimeuse. Sa raison de détective lui avait fait trouver la photographie compromettante, elle la lui avait reprise. Son seul échec et pire, sa première ambiguïté. Car la mauvaise issue de l'Affaire du Scandale en Bohème combla son royal client, extasié jusqu'au bout par la fatale férocité de la dame qui l'abandonnait...

Le détective compta les platanes, puis les vaches qui aiment voir passer les Français. Le train miaula devant une cathédrale et sa toute petite cité. Paris approchait, bientôt la tranquillité : Augusta est grandiose mais sans surprise. La France ne se trompe pas avec ses pièce de cérémonie, si anglaises dans leur façon de séduire les foules sans les subjuguer. Justement, la République fêtait le premier centenaire de 1789. Depuis quelques mois, son Exposition universelle illuminait le monde par la tour de l'ingénieur Eiffel. Et c'est à ses pieds qu'Augusta Holmès conviait le peuple à son Ode triomphale.

Tandis que le rapide dévalait la Picardie, le détective retourna la lettre griffonnée sur le carton d'invitation. Demain mercredi 11 septembre, cousine mènerait mille deux cents musiciens et choristes dans un décor de trois cents mille francs-or ! Sans compter les figurants... Sherlock soupira :

- Que prend-il à la France de se pavaner ainsi ?

La Prusse lui avait bien volé sa fierté et deux provinces, mais il y avait bientôt vingt ans. Le détective analysa la tournure des phrases, scruta le carton, évalua le choix des caractères et conclut :

- La peur y flotte.

Oui, la jeune République tremblait devant son diable : Georges Boulanger, le général Revanche au sommet de sa gloire. Lui savait parler antiboche, lui avait rallié les royalistes et les bonapartistes, lui emportait toutes les élections auxquelles il ne se présentait même pas ! Et justement, les élections législatives se profilaient dans quelques jours que ce Méphisto d'opérette ne devrait pas gagner !

Le détective soupira :

- Pauvre Europe !

Le nationalisme régnait, patriotique ou rétrograde. En Prusse, en Scandinavie, en Grèce, partout. Lui-même l'avait éprouvé dans son duel amer avec Irène. Wilhelm d'Ormstein, roi héréditaire de Bohême, ne se souciait pas que de voiler ses frasques à la princesse Clothilde. Roi sans trône, il préservait ses chances de régner sur une nouvelle Bohême. Rude perspective, quand le Parti national se divisait déjà en Vieux-tchèques proches de lui et Jeunes-tchèques républicains. Que d'intrigues en une simple photographie...

- Maintenant Paris imite Prague, se dit-il. En fait de bohème, Montmartre devrait lui suffire.

L'air français le mettait en verve, même encharbonné. A la fin du courrier, la cousine avait ajouté d'une autre encre : « Tu aideras un ami de la police à trouver l'assassin du boulevard. Chut : affaire d'État... » Cette perspective le réjouissait plus que le concert. Chère Augusta ! Avait-elle cherché à l'appâter ou se souciait-elle de meubler son séjour ?

Paris approchait. Holmes se pencha à la fenêtre, un plaisir d'enfant. Dans les cahots et les escarbilles, la gare du Nord lui parut fondre comme celles de Monet à Saint Lazare. Il en tira comme une science :

- Il faudrait très précisément calculer l'incidence de la vitesse sur l'art impressionniste, se dit-il.

Puis il rit intérieurement :

- Nous ne sommes pas les petits neveux de Vernet pour rien. Le peintre des batailles, un peintre pompier !

Il rit de ce goût de l'emphatique qui animait peut-être l'art des Holmes. Avec tant de ministres, de nobles et trois couronnes, ses enquêtes tenaient-elles de cette veine ?

Tuuut ! Au pied du train, Augusta regardait sa montre, puissante stature, inquiète de ses répétitions. Ses filles se réjouissaient, une jeune femme, une adolescente et une enfant, longs cheveux roux d'une origine irlandaise. Au signal de la mère, elles entonnèrent :

- Bonjour tonton !

- Bonjour ma grande Huguette et vous Claudine et Hélyonne !

Sherlock Holmes prit sa mine de détective. Les filles frappaient dans leurs mains :

- Fais-nous tes déductions, Tonton.

Sherlock leur tint ce langage :

- Vous avez toutes les trois posé pour un peintre, plutôt célèbre.

- Oui, fit la plus grande. Pour Renoir !

- Mais comment ? fit sa cousine éblouie ? Qu'as-tu sorti de ton chapeau ?

- Mon deerstalker, Augusta, restons Anglais ! Voici : vous vous êtes regroupées pour m'accueillir dans une composition qui ne semblait pas naturelle tout en étant gracieuse. L'aînée contre le pilier comme à un piano, la seconde devant, la troisième un peu à l'écart. Vous n'avez pas bougé du regard, preuve de l'habitude d'une pose fixe. Vous avez enfilé pour moi vos beaux habits, ceux que vous portiez à l'atelier. Hélyonne dissimule mal, sous le cirage de sa bottine gauche, trois gouttes de peinture d'un rose qui ne peut être que de Renoir...

Claudine, celle à mi-âge et au milieu du tableau, secoua la manche du détective :

- Ca va, nous avons compris. Tu es splendide.

Sherlock rosit intérieurement. Rougit de même, même. Il n'avouerait jamais qu'il avait vu une reproduction du tableau l'an passé, dans une revue d'art. Il ne trichait pas tout à fait : l'image était en noir et blanc. Avec ses jeunes filles, il retrouvait la couleur de la vie. Il garda pour lui, plus profonde encore, sa grogne. Le tableau s'appelait « Les trois filles de Catulle Mendès », du nom de leur père, ce rimailleur ampoulé qui engrossa sa cousine cinq fois avant de la quitter à la ruine.

Augusta allait l'embrasser, en Française devenue, mais elle se retint. Elle se congratulèrent comme il se doit et elle l'emmena dans sa voiture. Sans pudeur devant les filles, elle attaqua :

- Que je te dise. La République est en danger.

- Tu parles en commère de la guillotine...

- Sherlock, cesse ce chauvinisme. L'affaire est pour toi.

- L'homme du boulevard ?

- Huret, oui.

- L'assassin. Il sera demain au concert.

- Mais comment le sais-tu ?

- On t'expliquera.

- Et pourquoi moi ?

- Sherlock, tu as sauvé la Bohême, aide la France !

- Tu es vraiment une artiste officielle, Augusta. Mais qui t'a dit ?

- Le roi Wilhelm lui-même ! Il assiste à mes opéras avec sa chère Clothilde. Je ne sais comment tu t'y es pris, mais tu l'as impressionné.

- Je n'ai pas l'impression d'avoir été efficace.

- Au contraire. Sa Majesté parle d'affaire d'État, de résolution invisible, d'équilibre des forces. En un mot, ton art à son sommet.
Sherlock déglutit. Lorsque cela vient de la famille... Il rassembla ses esprits :

- Pour lui suite, ce sera qui ?

- Détends-toi, il arrive... Moi, je pars répéter...

Elle le planta là, suivie du tourbillon des jupes de ses filles.

A la réception, un télégramme attendait Sherlock. Ce cher Watson câblait déjà. Il rachetait son absence de jeune marié. Le détective savoura un très vieux cognac en lisant : « Veuillez trouver dans ce télégramme copie du mot remis à votre domicile. Je vois que la musique était un prétexte. Watson. » Le mot renvoyé suivait : « Merci de prêter main forte à la République française de la subtilité avec laquelle vous avez préservé le sort de notre couronne. »

Sa Majesté encore ! L'affaire était sérieuse. Sherlock se résigna à attendre. Il tira un petit livre de sa poche et s'y plongea. La suite ne tarda pas. Un homme entra au salon de l'hôtel, le front haut et la barbe en pointe, à la française. Il se planta devant Sherlock qui s'en déplia d'un coup :

- Alphonse Bertillon ! Le plus grand expert d'Europe. J'ai souvent parlé de vous.

- Je sais, dans l'affaire du Chien des Baskerville et celle du Traité naval... Je vous lis de près.

Le Français parlait d'une voix posée, presque enfantine.

- Tout le mérite revient au docteur Watson que je soupçonne d'enjoliver. Je vous lis aussi, comme votre nouvel ouvrage, à l'instant, La Photographie judiciaire.

Alphonse Bertillon reconnut le fascicule marron et en déglutit. Sherlock Holmes poursuivit :

- J'ai eu récemment à m'intéresser à la photographie.

- Une femme troublante, en effet.

Le détective sursauta :

- Vous savez ?

- Nous disposons d'excellents renseignements. Et les Tchèques nous renseignent... Nos ennemis sont les mêmes.

Sherlock se reprit :

- L'affaire qui m'amène relève de cette importance ?

Bertillon se prit à déclamer à la façon des banquets républicains :

- Plus ! La République en danger. Boulanger la menace de son populisme et fait le lit des royalistes avec leur Philippe d'Orléans et fait le lit des bonapartistes avec leur Napoléon-Jérôme Bonaparte... Heureusement, il reste la photographie !

A ce mot, Sherlock se mit à fuser de long en large. Il criait très fort, mais en lui :

- Photographie ! Si je tenais ma revanche ?

Il en aurait presque dansé :

- Pardon, j'aurais dû vous inviter à vous asseoir.

Bertillon le tira par la manche :

- Au contraire, il est temps de filer. Nous parlerons en chemin.

Ils marchèrent le long des avenues encore neuves de Paris. La voiture du chef du Service d'identification de la Préfecture les suivait à pas prudents, deux chevaux et trois policiers, pas moins. Sherlock Holmes contempla les façades suffisantes. Par chance, la pierre tendre de Paris et sa lumière incertaine en apaisaient la raideur. Le commencement de l'impressionnisme, se dit-il... Bertillon suivait le regard de son hôte, tentant de déduire ses déductions. Il ne se retint pas d'inventorier selon ses méthodes son haut front, le nez aquilin : s'il n'était génial, cet Anglais aurait fait un parfait assassin.

Holmes se voyait vu, et revint à leur souci :

- Cet assassin du boulevard ?

- Huret, nous le connaissons. Ce n'est pas un criminel. C'est un hôte du boulevard du crime.

- Boulevard du crime ?

- Le boulevard aux spectacles sanglants et mélodrames terrifiants avec enfants ravis, veuves violées, orphelins abusés et cadavres à la pelle. En vingt ans, ses six premiers acteurs avaient commis cent cinquante mille crimes ou les avaient subis avec le même détachement. Imaginez un demi-siècle après : nul n'a plus jamais compté...

Les deux hommes s'approchèrent du lieu, tout près de la place qu'on venait de dédier à la République.

- Voici, fit Alphonse Bertillon.

Sherlock scruta alentour : rien ! Toujours le chic morne des façades, déroulées comme de la clôture. Plus rien des dix mille fêtards entassées chaque soir sur deux cents mètres de théâtres, baraques, tréteaux, cabinets de curiosités, cafés et cabarets ouverts jour et nuit. Plus rien de l'enivrante sueur des acteurs, pantomimes, acrobates, marionnettistes, bonimenteurs, bateleurs, charlatans, chiens ou singes savants...

Le détective haussa les épaules :

- Napoléon III a tout rasé ici aussi. Je l'avais lu, mais le voir...

Bertillon pétilla. Il tenait de quoi étonner le détective :

- Tout ? Non, tournez vous... Il en reste un qui, par chance, était du mauvais côté : le théâtre Déjazet.

Une façade étroite, un des ces vieux théâtres logés dans la longueur d'un vieux jeu de paume, l'ancêtre du tennis. Holmes vit. Bertillon le vit voir. Et Holmes regardait Bertillon le regarder. Il le considéra d'un air dubitatif : ce fonctionnaire de génie n'a pas une once de flair. Il le chargea, mais avec délicatesse :

- Si vous savez l'homme et le lieu, où est le mystère ?

Le fonctionnaire livra au détective une réponse ciselée depuis un moment :

- Le mystère réside en ceci que nous ne savons que cela.

- Vraiment ?

- Seul un nom ressort : la vicomtesse Marguerite de Bonnemains.

- Qui ?

- Une maîtresse.

- Ce nom sonne comme une spécialité.

Bertillon ne s'attendait pas à cela. Il est vrai que les Anglais traversent la Manche pour desserrer leur col... Il fronça le sourcil :

- C'est la maîtresse du général Boulanger.

- Ah !

- Vous voyez.

- Et puis ?

- Rien. La piste s'arrête là. Nous ne pouvons aller plus loin. Question de sécurité nationale. A vous de jouer.
Sherlock réfléchit :

- Et la photographie ?
Bertillon reprit son air vague répété devant le miroir trouble d'un lavabo de service :

- Mes équipes sont à votre disposition. Je ne suis pas Nadar mais...

- ...« nulle part l'acte de la reconnaissance ne se fait d'une façon plus brutale que dans l'exercice de la Photographie judiciaire. », je sais. Ceci se trouve dans votre livre...

Bertillon déglutit encore. Holmes conclut :

- La photographie, il s'agira de la prendre plutôt que de la reprendre.

Alphonse Bertillon regarda encore dans le vague. C'est la seule attitude qu'il avait travaillé. Un fonctionnaire a ses limites. Les deux hommes se serrèrent une franche main. Ils se détestaient cordialement peut-être, comme leurs gouvernements respectifs.

Si loin de la civilisation, Sherlock Holmes ne disposait d'aucun des moyens élaborés en son logement de Baker street. Il voulut entrer mais il lui manquait tout : un déguisement et la meilleure connaissance de ces affaires françaises.

Il lui restait une source pour savoir vite, celle de Jésus lorsqu'il voulut faire savoir sa résurrection : les femmes. Justement, il en avait une sous la main et c'était l'heure de la rejoindre. Il allait affronter sa cousine préférée, dans une posture plutôt inconfortable : au violon.

Il n'était pas tard mais les enfants avaient été écartés, y compris Raphaël, un jeune homme déjà mais si fragile. Augusta avait changé le décor de son logis, tout de rose désormais. La maîtresse-femme avait pour maîtresse une femme. Quarantaine fraîche comme la sienne, avec deux ans de moins, Méry Laurens se détendait de ses poses et marivaudages avec les mâles Manet, Huysmans ou Mallarmé. Elle soufflait surtout de sa longue liaison avec Thomas Evans, dentiste de l'empereur, de même qu'Augusta n'en finissait de vomir son Catulle.

Augusta trouvait puissance et plaisir dans la musique. Puissance, en composant comme Richard Wagner et en écrivant ses livrets comme lui. Plaisir, en mordant la vie à pleines dents et à pleins poumons, une passion du chant. Elle avait osé un inventaire des Sept ivresses, aussi peu féminin alors que l'art de la composition, alignant l'Amour, la Gloire, le Vin, la Haine, l'Or, le Rêve et le Désir :

Dieu fort, anéantis moi !
Je me livre ! Je suis ivre !

Sherlock devait chaque fois transposer au violon ses partitions pour le chant. Le docteur Watson saurait rendre l'esprit de cette musique, si féminine et wagnérienne à la fois, dans son récit de l'affaire du Signe des quatre, rédigé très peu après. S'il en attribua par erreur le caractère étrange à son ami, c'est que celui-ci n'en aura jamais avoué l'origine familiale. On reconnaîtra à ce médecin une certaine intuition : « Il prit son violon, et il commença de jouer tandis que je m’allongeais. C’était un air rêveur et mélodieux; de sa propre composition certainement, car il savait improviser avec beaucoup de talent. [...] Puis il me sembla que je m’éloignais paisiblement, flottant sur une douce mer de sons, pour ensuite atteindre le royaume des rêves où le joli visage [de ma fiancée] se penchait vers moi. »

On ne s'étonnera plus de ce que les Anglais furent les premiers à savourer la musique française fin-de-siècle, et ceci dès l'époque. Cette fin d'après-midi, on s'attaquerait aux Griffes d'or. Sherlock devait clamer à l'archet ces stances pour la voix :

Tu m'as pris le coeur dans tes griffes d'or
Et tes cheveux d'or ont lié ma vie...
O désir cruel d'un cruel trésor !
Tu broyas mon coeur sous tes griffes d'or,
Et tes fauves yeux m'ont donné l'envie
De perdre à jamais mon âme asservie
Dans l'enfer divin qui me fuit encor !

Dire qu'Augusta se prétendait fille naturelle d'Alfred de Vigny... La cousine malaxait le piano en sensuels arpégés, Méry tournait les pages tandis qu'il se livrait à des gémissements mélancoliques. Il s'appliquait de ses bras maigres au va-et-vient de son archet, le visage attentif. Holmes implora une pause pour passer l'archet au colophane. Il fallait savoir, elles devaient parler. Il glissa :

- Merci, Augusta, de cette rencontre inespérée avec le grand Bertillon. Il m'a emmené voir les vestiges du boulevard du crime.

La grande dame inspectait ses ongles lorsqu'elle laissa tomber :

- Il n'en reste rien.

Méry, qui semblait connaître :

- Presque.

Augusta s'étonna tout de même :

- On ne vous a pas mandé pour si peu.

- Rassurez-vous, cousine. Votre entregent se justifie... On m'a parlé d'un certain Huret.

Méry servait maintenant les petits fours. A l'écoute de ce nom, elle s'immisça :

- Je le connais. Je le connaissais, il doit être très vieux.

- Que faisait-il ?

- Il tenait un cabinet du curiosités. Quelque chose de cher et de très privé. Il fallait être riche pour voir.
Sherlock Holmes poussa :

- Dites-m'en plus.
La demi-mondaine minaudait :

- Délicat pour une dame. Cela s'appelait : Au bonheur des dames.
Augusta terre-à-terre :

- Comme le magasin ?

- En plus précis, risqua la compagne.

Le détective comprit que ces dames se fermeraient s'il poursuivait. Il replongea avec gêne dans l'impudicité musicale de cette Holmes passablement latinisée. Dans la seconde strophe, Sherlock fit vibrer encore mieux les notes plaintives de l'air obsédant :

Mais je veux mourir sous tes griffes d'or,
Te laissant goûter cette affreuse joie
D'écraser mon cœur dans tes mains de soie
Comme un fruit que l'on broie
En déchirant sa proie...

Augusta arrêta. Ouf ! Quelle rimailleuse assommante ! Son Catulle Mendès lui aurait-il tapissé la tête aussi mal que la matrice ? Crayon à l'oreille, la cousine souriait, cherchant à enrichir une harmonie. Sherlock en profita pour sonder l'amie. Aux mouches de son ravissant visage, il semblait préférer le dos très largement décolleté. Le détective cherchait les coups de griffes... Il se reprit :

- Huret. Où peut-on trouver le bonhomme ?

- Au père Lachaise, je présume, pouffa Méry.

Encore biaiser :

- Dites-moi au moins où il se trouvait avant.

- Sa baraque démolie, il a fini comme rien. Portier, je crois, au dernier théâtre.

- Déjazet ?

A ce nom, Augusta sortit de ses notes. Elle cria de sa voix de stentorette :

- Déjazet ? Oui, oui, il y en viendra quelques-uns dans les figurants de demain.

Holmes se laissa alors labourer des griffes d'or, musicalement s'entend. Il soupa très peu et s'allongea aussitôt.

A minuit, le détective se releva. Faute de déguisement, il s'était donné l'allure d'un noceur en froissant son complet. Il arriva pour les applaudissements. On venait de donner Les deux font la paire, une comédie en un acte de certains Lafon et Noirot. Le public riait encore en sortant sans précaution. Sherlock remonta ce flot bruyant et entra juste pour se voir expulser. Il joua des coudes, trébucha dans le couloir du théâtre long comme un corridor. Il dérangea et cela arriva. Un gars fripé surgit, sans âge, le cheveu filasse, affublé en majordome. Il s'écria :

- Sortez, Rosbiff ! Le boulevard est mort, changez de guide.

Holmes raidit de la nuque. Paraître si vite anglais, cette honte ! Non d'être anglais, ni même touriste anglais, mais pour sa faille dans le déguisement ! Lui cousin d'une compositrice d'Opéras... Nul ne reconnut dans le pochard ce Sherlock Holmes que les journaux français ne livraient qu'en photographie retouchée. L'importun roula artistiquement dans le caniveau et simula un ronflement. Il y attendit. Le portier ferma la dernière porte. Il avait mis de mornes habits et ne s'éloigna pas. Le détective anglais le suivit dans la rue derrière, sous l'entrée des artistes. Huret ouvrait une cave crasseuse et y entra. Sherlock attendit encore. La lune éclairait haut lorsqu'une voiture arriva, vitres closes. Deux personnes en sortirent, couvertes d'une longue cape. Elles frappèrent un code à la trappe. Sherlock en savait assez.

Le mercredi matin, une berline noire l'attendait, ornée du coq et du faisceau, les armes de la République. Le ministre réclamait le fameux détective anglais. Sherlock Holmes accédait aux ors du pouvoir républicain, autant de lambris confisqués aux nobles de jadis. L'affaire était vraiment grave. On arriva au ministère de l'intérieur, tout près du palais présidentiel. Le ministre Ernest Constans lui fut présenté. Une pure émanation de la III° République : c'était un homme à poigne doublé d'un professeur de droit triplé d'un franc-maçon. Barbe en pointe comme les autres, il reçut Sherlock avec son accent du Midi :

- Le danger repousse comme les têtes de l'hydre. J'ai interdit la Ligue des patriotes de ce redoutable tribun, il y a six mois à peine. En vain.

Holmes roula ses longues mains. L'homme devant lui avait fait ses humanités, comme on dit en France. La mythologie risquait de toute y passer, une revanche sur sa petite extraction. Inutile d'être grand détective pour constater les erreurs de manières que Constans feignait de cultiver comme un défi.

Les courtoisies passées, le ministre de l'intérieur se leva et rejoignit l'Anglais, s'asseyant très près de lui :

- Cette affaire dépasse les forces de la police et même celles de nos stratèges en haute politique. Nous ne pourrons nous défaire du général Revanche que par la ruse.

- La Sûreté intérieure, monsieur le Ministre ? On m'a vanté son excellence.

Le ministre avança trop près :

- A la rigueur l'extérieure, dirais-je. L'espionnage...

Le ministre frappa la main du détective anglais comme on achète un cheval :

- Mais sous une forme privée...

A l'invite, Sherlock déplia ses jambes :

- Nous même...

Il se prenait pour César devant ce gaulois. Il se corrigea aussitôt :

- Je voulais dire : moi. Ai-je bien compris ?

Constans hocha la tête et poursuivit de la bouche :

- Voici notre plan : nous faisons courir la rumeur de l'arrestation imminente de Boulanger. Nous annonçons son jugement en Haute Cour pour atteinte à la sûreté de l'État. Le bonhomme réagira ou fuira.

- Et moi ?

- Trouvez le moyen de précipiter les choses, monsieur Holmes. La République ne doit pas se salir...

Sherlock ne releva pas cette présomption à la pureté. Ce pays servait bien des mets de génie à côté de toilettes immondes. Il ne répondit pas, sinon d'un mouvement de tête. Il pouvait s'agir d'un assentiment.

Ainsi informé, le ministre aborda la péroraison :

- Bertillon vous convient-il ? Pas tout à fait enquêteur mais vous l'êtes pour deux.

Sherlock tint à rappeler son instruction anglaise et son éducation de même :

- C'est le cartésianisme fait police.

Le ministre se leva sur un laconique :

- Profitez de ses machines...

La photographie, encore.

Sherlock Holmes se rendit à la poste centrale de la rue du Louvre, toute neuve et déjà fameuse pour ne jamais fermer. Il consulta longuement la longue rangée des annuaires classés par départements puis par pays. Faute d'archives, il avait trouvé ce pis-aller et s'en satisfit. Il n'aurait pas à recourir à la foule de journaux installés alentour. Il trouva sur les étagères cirées d'infimes détails pour comprendre les Parisiens.

En d'après-midi, le détective musarda autour du théâtre Déjazet. Des fenêtres giclaient des cris à frémir. On répétait Le Krach, la pièce à venir, un texte grinçant de Julaime, du rire de boursicoteur. Grâce à ces éclats, il couvrit le ferraillement caverneux de la porte qu'il crochetait. Vingt marches, par-dessous, le menèrent au vieux Paris que les gravats, les ordures, les défunts n'auront cessé d'enfouir. Sherlock découvrit au briquet une méchante table de fer entourée de mille casiers aux étiquettes étranges : Pompadour, Néron, Nuages, Lagune, Samson (Dalila), Sanson (Guillotine), etc. Des accessoires du théâtre, visiblement. Mais pourquoi cette table, sinistre comme une paillasse de dissection ? Holmes avisa une ouverture en son centre et dessous un mécanisme assez original. Il s'apprêtait à l'actionner lorsque la lumière de la rue le délogea. Huret refermait la trappe dans un vacarme de poussière. Il descendit rageur, lampe sourde au poing :

- Encore toi l'Engliche ! Voici pourquoi tu renaudais... Vous êtes des vicieux dans ton pays. Juste voir, ne pas attendre, ne rien payer. Prenez rendez-vous. Pourquoi le Baedecker a-t-il signalé ma digne entreprise dans ses pages confidentielles ? Un de vos princes, je présume, pour se venger...

Sherlock attendit que la colère du vieillard retombât. De sa voix la plus douce :

- Veuillez me pardonner, la couronne m'envoie.

Huret pétilla des yeux. Une consécration :

- Scotland Yard ?

- En quelque sorte. Je dois justement surveiller...

Le mystère délie les langues.

- Ah, sa grâce **** ?

Sherlock Holmes ne mentit pas. Il opina.

- Il n'existe pas, lui, un manque totalement d'imagination.

- Je m'en doutais...

La formule vague invitait à enchérir :

- On ne vient pas ici pour la banalité, Monsieur le fin limier. Je suis le grand Huret, dernier du boulevard du crime. Ah, si je vous disais mon Cabinet de curiosités, au fond de l'impasse, quel succès ! Pourquoi Badinguet a-t-il tout cassé ?

Ce sobriquet de Napoléon III remontait de loin. Le vieux poursuivit :

- Il me reste l'essentiel : la machine...

- Vous voulez dire : cette table ?

Huret retrouva un air de triomphe, sa manière à lui de rajeunir :

- Voyons, détective, c'est une machine de célibataire...

- Une ?

A l'instant, son pied écrasa une pédale. Une tige émergea du centre de la table, rose et gélatineuse. Le détective n'en croyait pas ses yeux :

- Un pénis !

- Ma baraque s'appelait Au bonheur des dames mais ces messieurs appréciaient aussi. Je leur ai arraché tant de cris qu'on me surnomma l'Assassin du boulevard. Et les mœurs changent. Maintenant, mes clients viennent aussi se faire percer en couple...

Huret lâcha le pied. Le pénis effectua quelques aller-retours dans un bruit de cliquetis avant de disparaître sur une sorte de soupir. Le manipulateur contempla sa table d'un air amoureux :

- Un excellent modèle avec démultiplication et si bien entretenu. Mais je vise à mieux. Depuis que je suis passé à l'Exposition internationale d'électricité, je veux le moteur qui me délivrera de tout effort. L'invention du docteur Butler nous comblera, mes hôtes et moi...

Il montra les casiers :

- Ainsi me consacrerai-je mieux à la partie esthétique de nos rendez-vous. Le client choisit son atmosphère, je bâtis le décor et déclame les vers qui vont avec. Je suis un artiste, moi ! Quant à cet amant inlassable, il restera une machine.

Sherlock se souvint de lectures criminologiques sur le mécano-érotisme du docteur Hirschfeld. Mais ce Français, devant lui, l'épatait : il avait converti les sinistres engins de la médecine utérine en objets de foire. Mieux : en objets de plaisir. Qui sait si, un jour, on s'aviserait de posséder le sien à la maison ? Sherlock préféra indiquer deux fils qui tombaient de la voûte :

- La précieuse électricité vous sera fournie par le théâtre, je vois.

Le portier blêmit :

- N'en dites rien, Monsieur le détective.

- Rien si vous m'aidez à comprendre votre pays.

- Tout ce que vous voudrez.

- Parlez moi du général Boulanger...

Huret réussit à blêmir encore :

- Comment, ici ?

Maintenant, Holmes savait. Il patelina :

- Mais non, voyons. Je parle du héros de la France !

L'assassin du boulevard se mit au garde-à-vous :

- L'homme qui a repeint les guérites aux trois couleurs ! Autorisé les fourchette et la morue à la troupe ! J'ai fait la

Tunisie avec lui, Mister, j'ai accompli notre mission civilisatrice. Jamais je ne trahirai un officier de sa trempe...

Il était temps de partir. Sherlock laissa ce patriote :

- Encore merci pour le prince de ****.

- Rien à tirer de lui... Débarrassez-m'en, la liste d'attente est longue.

Holmes taquina Huret en remontant l'escalier.

- Que d'aristocartes ! Et que faites vous pour le peuple, Monsieur ?

- Les grisettes ont droit au progrès et l'usine le leur apporte. Elles s'excitent aux vibrations du pédalier de leur
machine à coudre.

La France reste le pays de la Révolution... Holmes se hâta, il ne devait pas manquer le concert de sa cousine. Il retourna enfiler son smoking et en profita pour téléphoner à Bertillon. Le détective lui recommanda de dissimuler un appareil photographique dans le casier appelé Les mousquetaires au couvent.

Le concert aurait lieu tôt dans la soirée, plutôt la fin d'après-midi. Sherlock Holmes accompagnait Méry en chevalier servant, persuadé de rencontrer les nouveaux peintres qu'elle honorait de sa nudité. Cette femme rivait les yeux des hommes sur elle et lui, si discret, eut la sensation de bénéficier de cet étrange pouvoir du féminin. Ils entrèrent à l'Exposition. La République en danger avait bien fait les choses. Elle s'affirmait en livrant à la planète un Versailles d'acier, de vapeur et de foule. Des découvertes, des nouveautés, des explorations ! Une fontaine du Progrès détrônait la fontaine d'Apollon des ci-devant rois. Et la Galerie des machines pouvait contenir trois fois la Galeries des glaces. C'était le lieu du concert. Le couple d'occasion bénéficiait de places de faveur, devant. Il parcourut dignement les deux cents mètres de la voûte de verre où se pressaient des milliers d'invités. Plastrons et voilettes, le public de la première réunissait la crème du pays. On avait pratiqué une scène, sur la gauche, et par dessus un décor immense, un peu religieux à la façon des cultes jacobins à l'Être suprême. Il faudrait y loger plus d'un millier de choristes et de musiciens. iici

Méry embrassa sa voisine, comme si les deux dames s'attendaient. L'amie découvrait au décolleté ce qu'elle dissimulait du visage sous un strict voile, un contraste très provocant. Mais Holmes n'y prêta guère attention. Il contemplait comme un enfant le faste de la cérémonie, ces masses soulevées par Augusta. L'orchestre s'ébroua selon l'usage, en coups de cordes et gammes des vents. Enfin la musique s'éleva, immense et solennelle, une façon de Bayreuth habilement adouci de France et de féminité. Édouard Colonne dirigeait en personne, un signe de qualité. Augusta avait tout inventé, tout écrit. Après un prélude applaudi, les chœurs s'ébranlèrent en défilés de vignerons, de soldats, de travailleurs, sans compter les arts, les moissons, les jeunes gens, les marins, les sciences et les jeunes filles. Leur trajet se ponctuait de figurant poudrés comme marbre, autant d'allégories du Vin, de la Guerre, du Travail, du Génie, de l'Amour, de la Moisson, la Mer, l'Industrie, la Raison, la Jeunesse et tout en haut la République. Sherlock sourit : le Vin et l'Amour comme dans ses passions de l'autre fois. La cousine avait ses marottes.

Défiler, chanter. Orchestre. Chanter, défiler... Sans le vouloir, Holmes se lassa, navré pour sa cousine. On s'ennuyait alentour de ce grandiose qui contente les ministères. Mathilde Romi, la soliste pêchée à Rouen, peinait à se faire entendre. Le détective feuilleta le programme pour tromper l'ennui. Il lut au hasard : « vignerons aux chapeaux de paille enguirlandés de raisins et de pampres ». Il chercha, comme ça, dans les chœurs multicolores et parmi les vignerons, il vit : Huret ! Sa cousine avait dit juste. L'assassin s'exhibait pour le centenaire. Méry, tout aussi distraite à côté du cousin, lui ficha son coude dans la poitrine. Elle lui coula de sa voix faite pour désarçonner :

- Que vous êtes guindé ! Laissez ces corporations et considérez la délicieuse jeune femme près de moi. Il n'y a pas qu'Augusta.

Holmes se reprit et salua du buste la belle invisible. La musique évitait de parler. Une femme convenable, de stature fine, petite peut-être, sans le moindre excès. Il voulut quand même savoir. Rompue à précéder le désir des hommes, Méry répondit avant la question :

- Cette dame n'existe pas, sa présence incommode. Je ne vous dira pas son nom : Marguerite de Bonnemains.

La maîtresse ! La compagne du général Boulanger... Le détective se demanda aussitôt :

- Ici, dans la République que cet homme vomit ! Mais que fait-elle ?

A l'entracte, Sherlock alla rejoindre sa cousine. Il lui fit les compliments d'usage, elle promit une réduction de la partition pour la jouer à deux. Le cousin s'excusa d'avance de ne pouvoir rester au buffet. Les devoirs de son métier...

L'excuse émoustilla la cousine :

- Ah, si je composais une enquête musicale ?

- Demande au docteur Watson, il te trouvera ce qu'il faut.

Sherlock se fit plus grave, un instant, pour demander :

- Sincèrement, Augusta : serais-tu boulangiste ?

- Comment oses-tu, se récria-t-elle, alors que je sers si fidèlement la République ?

- Il est vrai que je vois des triangles, des compas et des bannières au long des défilés. Mais Georges, l'homme Boulanger ?

Une larme gicla de l'œil d'Augusta :

- Oh, lui... N'enquête pas par là, cousin. Je ne veux pas perdre Méry...

Fendant l'entracte et ses saveurs de parfum, de cigare et de champagne, Sherlock Holmes remarqua au loin Alphonse Bertillon qui lui fit un mouvement de l'index : l'appareil était prêt. Quel talent ! Soudain, le détective vit derrière l'expert Méry se faufilant le long des plantes d'apparat. L'amie affectait de chercher les lavabos mais bifurqua vers les coulisses. Elle poussa la porte, Sherlock vit. Il l'attendait, chapeau de pampres en mains : Huret ! Le situation lui donnait raison de laisser sa cousine à son triomphe. Holmes rejoignit son siège parmi les rangs officiels clairsemés, nonobstant la perspective du buffet. Les autorités s'étaient esquivées ou intriguaient dehors, cigare au bec. Il s'assit seul, les deux sièges vides à côté. Méry revit avec le léger retard qu'on accorde aux coquettes, surtout si elles vous frôlent le nez de leur jupe. Quant à femme à la voilette, elle avait disparu.

Méry ne parla plus, malgré la pesanteur de la suite. Au premier claquement de mains, elle fila. Holmes suivit. Cela alla très vite : Méry rejoint Huret à la porte des artistes, ils tirèrent une Marguerite titubante vers une voiture aussitôt cravachée. Sherlock suivit. Il lui fallait un véhicule rapide. Trois policiers attendaient et il les reconnut. En deux phrases sans appel, il confisquait la berline de Bertillon.

Sherlock Holmes savait l'adresse et voulait arriver le premier. Il frappa à la trappe du théâtre selon le code retenu. Huret ouvrit, habillé en gandin à jabot, un costume fané et un peu trop grand. Il s'écria :

- Vous ici !

Le ton de Sherlock lui fit comprendre qu'il ne passerait pas outre : Sherlock ne dit rien. En bas, l'assassin avait fait son travail d'artiste du boulevard du crime. La cave était drapée de rouge, deux pliants louis-philippards, un candélabre de laiton qui bavait déjà. Somme toute, un dispositif assez probable pour des yeux gorgés d'envie. Le casier servant à la scène s'intitulait : Camélia. Le détective considéra la machine. La table était revêtue d'un de ces draps ouverts que les chastes ménages utilisent pour se reproduire sans honte. Quel art de la boutonnière dans son cercle brodé main, presque velu ! On frappait déjà et rituellement à la trappe. Holmes eut le temps de se dissimuler derrière la tenture, sous un soupirail salvateur. Les hôtes descendirent à trois, couverts de longues capes, les deux femmes du concert et un fier en uniforme, homme à la mine avantageuse et la barbe en pointe, évidemment. Le général Boulanger !

Huret salua sa clientèle d'une révérence assez réussie. Il proposa :

- Cognac, Mesdames, Monsieur ?

Il lui fut répondu d'une cri d'officier :

- La dame est déjà préparée. Que la fête commence !

L'assassin se jucha sur une petite estrade et commença à déclamer :

Je suis mourante, mais je suis heureuse aussi, et mon bonheur cache ma mort... Vous voilà donc mariés... Quelle chose étrange que cette première vie, et que doit donc être la seconde !... Vous allez encore être plus heureux qu'auparavant. — Parlez de moi quelquefois, n'est-ce pas ? Armand, donne-moi ta main... Je t'assure que ce n'est pas difficile de mourir, quand on est heureux !

Le trio se mit à son affaire, selon des gestes cent fois répétés. L'homme retira les capes des dames puis fut décapé à son tour. La maîtresse portait une chemise de nuit toute de dentelles qui suggérait une chair blême et la toison au roux presque blanc. Elle avait la mine grave lorsqu'on la conduisit, ses deux mains portées par celles levées de ses compagnons, à la table du sacrifice. Cette façon de menuet dura un temps interminable tandis que s'époumonait l'artiste du boulevard :

Voilà Gaston qui vient me chercher... je suis aise de vous voir encore, mon bon Gaston. Le bonheur est ingrat : je vous avais oublié... Je ne souffre plus. On dirait que la vie rentre en moi... j'éprouve un bien-être que je n'ai jamais éprouvé... Mais je vais vivre ! ... Ah ! que je me sens bien !

On assit la maîtresse et releva un peu sa chemise. Mise à nu ou presque, Marguerite faisait une mine de veuve sur la machine célibataire, même. Le général pressa la pédale de ce pied grandiose qui foula le gibier des colonies. La maîtresse s'empala sans un soupir, graduellement, dans une indifférence qui ne lui arracha pas un sourire. Méry se tenait à son côté, habillée et gantée, et lui prodigua un conseil à l'oreille :

- Éprouvez-vous, madame ?

La vicomtesse haussa les épaules, ce qui pour son mâle impatient pouvait se prendre pour une émotion. Elle eut ces mots :

- Il me semble qu'elle était moins froide l'autre fois...

Le général pompa et pompa encore, la table cliqueta et la vicomtesse sembla ressentir cette intrusion obstinée. Il est vrai que les cadavres bougent s'ils sont pleins des vers qui les évident. Puis le pédaleur souffla, la table se mit à grincer. Méry se pencha vers la vicomtesse et lui fit cette proposition :

- Il serait séant, Madame, d'exprimer une émotion.

Sous les vers de Dumas, dans le cliquetis de la machine, Marguerite de Bonnemains eut un hoquet qui ravit le général Revanche. Il lâcha le pied, la verge se rétracta d'un souffle déçu. Huret continuait d'assassiner Dumas fils :

Elle dort ! Marguerite ! Marguerite ! Marguerite ! Ah ! Morte ! Mon Dieu ! mon Dieu ! que vais-je devenir !... Elle t'aimait bien, Armand, la pauvre fille ! nichette, qui est agenouillée. Dors en paix, Marguerite ! il te sera beaucoup pardonné, parce que tu as beaucoup aimé !

Sherlock Holmes n'était pas demeuré inactif pendant ce spectacle navrant. Le casier des Mousquetaires était à portée de sa main. Il déclencha lui-même le cliché, à l'instant précis où passa la flèche des rots. Bien sûr, on n'avait pas entendu grand-chose mais la photographie n'est pas faite pour entendre. Le grand détective se persuada qu'il détenait assez pour compromettre le diable de la République. Une mission facile, à vrai dire. Pas tout à fait parfaite, mais...

Mais le tambour roula, malmené par Huret. Le général se mit au garde à vous. Méry vira de l'hygiéniste à la maîtresse des cérémonies :

- Général, en selle ! A vous !

L'officier garda les épaulettes mais quitta le pantalon. Méry acheva de le dépouiller de son caleçon. Assis, le général se montra désarmant comme un baigneur prêt aux langes. Il accomplissait sa propre parole : « Le peuple a besoin qu'on s'occupe de lui comme d'un enfant ». Quant à son Jésus, il avait la furtivité de l'embryon des premiers jours.

Méry ordonna :

- Vicomtesse, à vous !

La drogue s'estompait et Marguerite hésita. Méry lui prit la main, la serra autour du membre mou et l'y maintint de la sienne, gantée sur la double chair sans passion. Cependant Huret déclamait haletant, en soldat qui sonne la charge :

Il est vrai que je ne vous suis rien, mais si vous le vouliez, Marguerite, je vous soignerais comme un frère, je ne vous quitterais pas et je vous guérirais. Alors, quand vous en auriez la force, vous reprendriez la vie que vous menez, si bon vous semblait; mais, j'en suis sûr, vous aimeriez mieux une existence tranquille, qui vous ferait plus heureuse et vous garderait jolie.

Méry se découragea un instant. Elle avait tout vu, mais jamais si peu. L'exercice lui fut difficile : en serrant trop, les mains ne coulissaient plus, en serrant trop peu, son élève retirait la sienne, laissant Méry devant un exercice qui n'était pas le sien. Il y eut bien une consistance, un instant, mais, très vite, l'avantage du général Boulanger alla décroissant.

Marguerite en aurait pleuré, Méry baissa les bras. Face à la déroute, Huret, valeureux assassin du boulevard, sauta de l'estrade. Il reprit le drapeau pour l'honneur du corps :

- Général, ne mollissez pas ! La France vous regarde...

Georges Boulanger faisait petite mine :

- Tout est perdu, fors...

- Flasque ! soupira Marguerite de dépit.

- Et votre épiderme sans papille ?

Une guerre intestine, maintenant... C'était trop pour Huret. Il sauta à deux pieds sur la pédale. La tige jaillit, s'enfonça dans un fondement qui n'attendait que ça. L'assassin éructa :

- Général, souvenez-vous la Tunisie, les gamins des palmiers et la porte étroite !

Il pressa la pédale tout à fait. Le général fit :

- Han !

Le caporal Huret ouvrait la voie de la colonisation à la française, celle du grand Lyautey, le conquérant esthète qui préserva les vieilles cités marocaines rien que pour le dédale de leurs mignons.

Han ! Gloui... Il y eu un gargouillis de graisse épanouie. Le général cria :

- Ah !

Puis :

- Non !

Puis

- Encore !

Et puis l'un et puis l'autre au gré de l'ardeur du caporal extasié. Quel grand œuvre ! Le cul du général rendait le musc comme la saucisse piquée attise la braise. Cet homme retrouvait un parfum de vérité.

Au comble de l'attente, Georges eut un scrupule :

- Pauvre France !

Marguerite, Méry lui tenaient chacune une main. Elles le rassurèrent :

- Vous seul pourrez sonder la France jusque dans ses fondements.

Georges pleurait de joie, de honte, des deux. Jamais son système n'avait été plus réduit, jamais il ne s'était mieux senti. C'était un vrai homme de droite. Devant des dames qui usent si bien de la plainte, Georges préféra jouer la honte :

- Mais les royalistes, mais les bonapartistes, mais la saine France que je souille, sainte fille de l'Église...

- Oubliez la politique, Général, pensez à vous !
Georges ne dit plus rien. Silence d'avant la bataille. Il explosa d'un coup, une vraie pièce de 40 :

- Aah !

La vicomtesse fit un signe de croix : au moins lui... Le caporal jubilait. Le bat' d'Af' et sa baraque, la guerre et l'amour, Huret vivait le bel instant de sa vie :

- Au moins, Général, vous ne faites pas dans le cliché.
Cliché ! Sous la tenture, Sherlock Holmes s'écria très fort, toujours pour lui :

- Merde !

Il le dit sans dire certes, mais en français. L'exotisme adoucit l'injure.

Oui, merde ! Le tribun qui fait frémir la France est impuissant. C'était la photo à prendre et ce stupide appareil venait de servir. Décidément, Sherlock n'avait pas de chance avec la photographie. Et il se le dit. Mais le détective dut différer ses remords. Il s'apprêtait à glisser par le soupirail lorsqu'il entendit le général exulter :

- Caporal Huret ! Je ne sais si je dois vous féliciter ou vous blâmer ! Vous m'avez fait entrevoir une France que je désapprouve et pourtant, il me semble que cette France aime ça. Caporal, un général aime la certitude, même s'il se lance dans la politique. Vous me faites douter, voici votre récompense.
Georges, redevenu le général Boulanger, tira un pistolet de sa poche :

- Voici pour vous, caporal.

Pan ! Il révolvérisait son hôte. L'inoffensif assassin du boulevard du crime n'était plus. Un demi siècle de fête parisienne s'éteignait.

Holmes n'avait plus de jambes. Heureusement, une main secourable l'extirpa du soupirail. Bertillon venait récupérer sa voiture. Il s'enquit :

- Le feu, ce n'est pas vous ?

- Voyons. Intéressez-vous à la maîtresse, une affaire de jalousie.

- C'est déjà étouffé alors.

Puis Bertillon ajouta, très technique :

- Et le cliché ?

Sherlock Holmes feignit la superbe :

- Accordez-moi de le développer moi-même. N'en prenez pas ombrage, cela n'a rien à voir avec votre art...

Le mystère forge les complicités :

- Avec ma science, voyons. Je comprends, une situation dont vous voulez tirer profit. Vous n'êtes qu'un..., vous êtes un privé, sans le fond, tout rapporte.

Sherlock abonda :

- Ah, la clairvoyance française.

Les deux se serrèrent la main. Ils devaient s'apprécier, ou apprécier leur détestation réciproque. Et tant pis pour leurs gouvernements...

- Je vous raccompagne ?

- Non, je rentre à pied.

Holmes marcha, il marchait la tête lourde. Que d'efforts, que de vains espoirs. Il tenait sous le bras la plaque sensible dans son boîtier. Dire qu'il n'y a rien là-dedans, tout juste de quoi obtenir un divorce ! Il se souvint que les Français emploient le terme détective pour désigner les tâcherons de ce genre. Comment vais-je m'en sortir ? Sherlock Holmes marcha, roulant cent mensonges en chemin pour justifier son piètre résultat : une partie à trois autour d'une machine pour hystérique, et encore ils étaient tous habillés, ou presque. Rien de croustillant sinon les pâles jambes d'une dame recevant un massage pelvien...

Il passa le tambour de l'hôtel, prêt à appeler Watson pour lui demander conseil. Mais un paquet l'attendait, gris et anonyme, apporté par un vagabond pour une pièce. Qui donc le savait au travail à Paris ?

Il arracha la ficelle sans patience, joncha le parquet de dix couches de papier. Tout au fond, une photographie. Nette, parfaite, explicite. Il vit la cave du Déjazet et le général embroché sur la machine célibataire, l'air aux anges. Des mains de femme et l'assassin du boulevard se tenant de côté, la bouche grande ouverte.

- Mais comment ? fit Sherlock incrédule.

Une lettre accompagnait le précieux document :

« Bien cher Sherlock, la France vous aura sollicité après la Bohème, m'apprend un roi qui ne désarme pas. Il est possible que le document joint vous soit utile. Je sais votre infortune avec les photographies et tiens à me rattraper en vous faisant bénéficier du meilleur de la technique américaine. Vive la France ! » Il avait reconnu l'écriture et la signature le confirma : Irène Adler. La femme ! Oui, Irène Adler le narguait avec affection...

Le ministère reçut la photographie. Bertillon lui trouva une « facture très anglo-saxonne » et ne s'en montra pas jaloux : cela disculpait ce cher fonctionnaire de toute compromission. Heureusement, Augusta dut redonner trois fois son concert, libérant son cousin du souci de l'entretenir. Méry, quant à elle, était retenue par un peintre dans une pose complexe, qui semblait picturale. On sait la suite : le général Boulanger s'enfuit à Bruxelles, agité d'une soudaine terreur. Constans, à l'intérieur démissionna, entraînant la chute du gouvernement. Mais la République était sauve, elle avait gagné les élections.

Quant à l'étrange maîtresse, Madame de Bonnemains, elle sut retenir le meilleur des leçons de la cave : elle mourut de phtisie. Le général Boulanger se suicida sur sa tombe, inconsolable. Elle avait été la seule femme qui n'eut jamais envie de lui.

Le docteur Watson attendait son ami Holmes à la descente du train. Il s'enquit du concert de la cousine :

- Fut-il agréable ?

Le détective lui répondit :

- Aussi mitigé que le séjour. Il y avait un peu trop de femmes pour moi.

Watson se tut : il savait que son ami ne lui en dirait jamais plus. Le fidèle compagnon apprit l'importance de l'épisode peu d'années après, lorsque la présidence française, en 1894, souhaita proposer le détective à la légion d'honneur. Prudent, Sherlock se la fit remettre par le consul. S'il retournait à Paris, il devrait subir, au palais Garnier, la Montagne noire, le nouvel opéra de sa cousine Augusta Holmès.



---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite