Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4385)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4385)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Fictions » L'aventure n'ayant aucun rapport avec la choucroute
par
Jean-Claude Mornard
Ses autres fictions
L'aventure n'ayant aucun rapport avec la choucroute Août 13, 2013
Illustrations © Lysander


Une aventure de Shamrock Horse et du docteur Hansom

Un certain jour de juillembre 188..., dans notre confortable salon de Butcher Street, alors que le brouillard était tombé sur Londres comme un cheveu roux dans la soupe aux pois d'un bûcheron canadien, Shamrock Horse, en proie à une crise de mélancolie due au fait qu'aucune affaire intéressante ne s'était présentée à sa sagacité depuis le cas du joueur de maracas aveugle et du trombone coincé dans le cul de l'éléphant peint en vert, prit un bain de pieds aux câpres, s'enveloppa dans du papier journal, alluma son violon et commença à jouer un air invraisemblablement triste sur sa pipe la plus puante.
"Je connais ce morceau, fis-je d'un ton pénétré.
- C'est une œuvre de ma musicienne préférée, répondit Horse après m'avoir giflé sans raison apparente.
- Votre musicienne préférée ? Augusta Holmès ?
- Mais non, Hansom, Chantal Goya ! Quand j'étais enfant, mon frère Mycrosoft m'a emmené à l'un de ses concerts et, par la suite, dans sa loge, elle m'a tatoué son autographe sur le mollet gauche."
Je dus avouer mon ignorance quant à cette artiste et, passablement vexé, Horse, après avoir teint ses cheveux en vert en guise de représailles, refusa de m'adresser la parole durant plusieurs mois.
Comme je déteste perdre mon temps, je mis à profit les quelques mois en question pour écrire "Les mémoires d'un âne", de la comtesse de Ségur, qui obtint un succès honorable en librairie mais se fit descendre en flammes dans l'émission de Laurent Ruquier.
Toutefois, nullement découragé, je poursuivis cette expérience littéraire en rédigeant (à la hâte, il me faut l'avouer), "Moby Dick", d'Hermann Melville.
Hélas, j'en étais à peine à la rédaction du 7.389e chapitre lorsque l'inspecteur Gregstrade, arborant une moustache si neuve qu'il venait forcément de l'acheter, débarqua dans notre salon à la manière d'un typhon ou d'un sanglier blessé à la recherche de ses petits, probablement enlevés par un collectionneur de marcassins.
Horse le toisa de la tête aux pieds puis des pieds à la tête, s'attarda sur les ais-selles, lui pinça le nez en riant et, par inadvertance, l'invita à s'asseoir dans le tub qui m'avait servi, la veille, à laver une vache égarée dans le living et particulièrement malodorante.
"C'est terrible, M. Horse ! s'exclama l'homme de Scotland Yard après avoir roulé une cigarette qu'il fit disparaitre dans son oreille.
- Excellent tour ! s'esbaudit Shamrock Horse. Pas vrai Hansom ?
- Digne d'un spectacle de M. Barnum, Horse. L'inspecteur a raté sa vocation !"
Nous applaudîmes de bon cœur et Gregstrade, ne se sentant plus de joie, ouvrit un large bec et laissa tomber un fromage qui, manifestement, s'était logé dans l'une de ses dents creuses.
"Stilton ! lança Horse sans l'ombre d'une hésitation.
- Vous êtes un sorcier ! rétorqua l'inspecteur, bouche bée. Comment avez-vous deviné ?"
Horse fronça les sourcils et, sans prévenir, frappa violement Gregstrade à l'aide d'une tapette à mouche oubliée par notre dernier client, le cardinal Toscan du Plantier.
"Je ne devine jamais, inspecteur ! C'est une habitude déplorable qui empêche de digérer la soupe à la tortue et, au bout d'un certain temps, finit par vous rendre chauve, bègue et légèrement accro à la mayonnaise !
- Je l'ignorais, s'excusa l'homme du yard, tellement gêné qu'il arracha sa toute nouvelle moustache avant d'aller la coller sur le portrait du général Gordon.
- Ce n'est pas grave !", laissa tomber mon vieil ami d'un ton plus froid que l'épi-derme de Catherine Deneuve lorsqu'elle s'était retrouvée à poil sur la banquise à la suite d'un tournage ayant... ben, ayant mal tourné, quoi.
Gregstrade, durant un moment, ne sut quoi rétorquer et, afin de garder conte-nance, dansa le sirtaki d'un pied sur l'autre.
Cependant, Shamrock Horse, tout en fabriquant machinalement un cerf-volant avec des peaux de harengs rescapées de notre breakfast, commençait à montrer des signes d'impatience assez flagrants (il se rongeait les ongles des pieds, s'enduisait les cheveux de confiture d'orange et récitait les œuvres complètes de Françoise Sagan).
"Si vous en veniez enfin au but de cette visite, inspecteur ? Sans vouloir me montrer impoli, Hansom et moi avons autre chose à foutre que de converser bêtement au coin du feu: il nous faut encore régler l'affaire de chantage dont est victime le prince de Lu, terminer en beauté l'enquête concernant la ligue des ors mous, démanteler la société des amants mandateurs, mettre hors d'état de nuire le rat géant en surimi, neutraliser le pire suceur de l'ex vamp, démêler les fils de l'énigme du thon du port, aider la visionnaire poêlée, couper le sifflet au sicaire du solstice, retrouver les trois cars perdus, résoudre le mystère des cinq oranges de Pétain et arrêter Charlton DeMille Heston, le roi des maîtres-chanteurs à la croix de bois.
- Vous oubliez l'affaire du crime de l'Occident Express, Horse, fis-je remarquer.
- Je n'oublie rien, Hansom ! Cette enquête ne m'a jamais été confiée. C'est Hercule Turiste qui s'en occupe. Vous confondez encore vos lectures avec la réalité ! Comme la fois où, après avoir lu "La case de l'oncle Tom", vous vouliez délivrer le groom Willy et Mrs Hickson, notre logeuse, des chaînes de l'esclavage !
- Vraiment ? Hercule Turiste ? Le détective luxembourgeois ?
- Oui, Hansom, ce petit pedzouille moustachu et prétentieux."
Là-dessus, mon vieux compagnon me fourra une de ses babouches dans la bouche (tiens ? Je suis doué pour les rimes ! Un des ces quatre il faudra que je me décide à écrire un recueil d'Apollinaire ! )
Ensuite, il se tourna vers Gregstrade et répéta:
"Venez-en au fait, inspecteur.
- Vous avez raison, M. Horse, j'ai assez tourné autour du pot. En fait, l'affaire qui m'amène ici est plus grave que la voix d'Orson Welles ! Figurez-vous... mon dieu, c'est trop horrible ! Figurez-vous... je ne vais jamais pouvoir, c'est tellement délicat ! Figurez-vous..."
Horse s'empara du tisonnier et m'en donna un grand coup dans la tronche.
" Ce n'était qu'un avertissement, Gregstrade. Cette fois, j'ai visé Hansom donc c'est sans conséquence. Mais, si vous ne vous décidez pas à parler, je vous obligerai à vous asseoir sur cette chose !
- Sur Hansom ? questionna l'inspecteur avec une lueur de panique au fond des yeux.
- Mais non, face d'anchois! Sur le tisonnier ! Vous n'avez jamais regardé "Les rois maudits" ou quoi ?
- C'est un porno ?" questionnai-je en crachant la babouche de Horse.
Le grand détective me lança un regard noir comme celui d'un taureau dans un opéra de Bizet et poussa un soupir apte à faire s'envoler la collection de timbres que je ne m'étais jamais décidé à entamer.
"Pourquoi ne suis-je entouré que d'imbéciles ? fit-il en imitant la voix de Paul Préboist afin d'adoucir la dureté de son propos. Et maintenant, inspecteur Gregstrade, racontez-nous votre affaire si vous ne voulez pas me rendre fou au point de manger les trois kilos de factures de gaz en attente de payement épinglées sur le manteau de la cheminée !
- Soit, je me lance M. Horse... avez-vous entendu parler de lord Todox ?
- Je crois me souvenir avoir croisé, un jour où j'accomplissais une promenade de santé dans les égouts, deux éboueurs devisant à son propos. Il triche au jeu, non ?
- Absolument ! Et il doit participer, ce soir, au grand tournoi de châteaux de cartes organisé par le ministre des affaires sans intérêt classées dans le tiroir du bas !
- Quel rapport avec moi ?
- Vous ne comprenez pas, M. Horse ! S'il triche au cours de cette compétition de renommée internationale, le scandale s'avèrera immense ! La reine risque de se suicider en lisant les œuvres d'Oscar Wilde ! Ce sera la chute du gouvernement ! Des étudiants lanceront des pavés dans la rue ! Le lait des vaches, des chèvres et des nourrices tournera ! Les femmes enceintes accoucheront d'enfants tout poilus et fans de Francis Lalanne ! Des touristes japonais viendront faire leurs besoins naturels dans la fontaine de Piccadilly Circus ! Ma femme va me quitter pour un berger des landes ! Les allemands vont attaquer Pearl Harbour ! Des cosaques vont boire de la vodka sur le rebord extérieur des fenêtres du Kremlin ! Le prince Albert pourrait bien ressusciter d'entre les morts et se mettre à manger de pauvres prostituées de l'East End après leur avoir tondu le crâne ! Les esquimaux envahiront le Kent ! Six policemen violeront cinq prêtres dont un soldat en permission ! Le monstre du Loch Ness va...
- La ferme ! interrompit posément Horse. On a compris: ça risque d'être le souk, le boxon, la révolution, l'anarchie. Mais, en quoi au juste cette affaire concerne-t-elle Scotland Yard ?"
Gregstrade, étant donné qu'il avait oublié de mettre des chaussures, regarda longuement, d'un air coupable, la pointe de ses chaussettes trouées.
" Je ne sais si vous êtes au courant, M. Horse, mais le chef du Yard, sir Warles Charren, occupe ses loisirs en faisant de la plomberie en amateur.
- Et alors ? Personne ne songerait à lui en vouloir... moi-même, je cultive quelques marottes bien innocentes comme, par exemple, celle consistant à tirer au violon sur les murs. Parfois, j'emploie mon temps libre en m'injectant dans le bras une solution à 7% de liquide vaisselle. Il m'arrive même, quand je suis d'humeur particulièrement morose, de réveiller Hansom en lui brûlant les poils des testicules avec ma pipe allumée, juste pour le plaisir de l'entendre jurer comme un charretier irlandais.
- Hahaha ! ricana l'homme du Yard.
- Hahaha ! rétorqua Horse non sans à-propos.
- Et si on en revenait plutôt aux talents de plombier de sir Warles Charren ?" intervins-je après avoir, d'un geste aussi nerveux que machinal, lancé dans l'âtre de la cheminée un ragondin égaré dans le salon.
L'inspecteur Gregstrade reprit aussitôt son sérieux et, tout en dégustant une portion de fish'n chips qu'il avait fait surgir de sous son chapeau, poursuivit son récit.
"Sir Charren est un ami personnel de lord Todox. Il y a deux mois, il l'a aidé à déboucher les ouatères de sa résidence secondaire, à Stout Upon Beer. C'est idiot mais, en fait, les toilettes étaient obstruées à cause d'une tribu de gitans qui campaient dans la tuyauterie. Bon diables, sir Warles et lord Todox les ont aidé, en lieu et place, à s'installer dans l'armoire à pharmacie de la salle de bains.
- Bel exemple du légendaire sens de l'hospitalité britannique ! m'enorgueillis-je.
- Quoiqu'il en soit, poursuivit l'inspecteur, l'amitié entre notre chef et cet abominable filou risque de faire retomber les nauséabondes éclaboussures du scandale sur le Yard tout entier ! Il faut absolument empêcher lord Todox de tricher lors du tournoi de ce soir !"
Horse, plongé dans un abîme de réflexion, se frotta longuement le menton à l'aide du hérisson mort dont le colonel Afterzewar lui avait fait cadeau après que mon ami eut résolu le mystère des pantalons pattes d'éléphant retournés à l'état sauvage.
"Vous êtes vraiment certain qu'il va tricher, Gregstrade ?
- J'en mettrais ma main au feu dans la gueule d'un lion ! D'après l'un de mes hommes en planque devant chez lui, lord Todox, depuis plusieurs semaines, se fait quotidiennement livrer d'étranges sacs en toile de jute. Je n'ai pas encore établi de rapport avec une éventuelle tricherie mais ça me parait plus louche qu'une cuiller à soupe !
- Des sacs de toile ?" interrogeai-je tout en grattant avec perplexité la tête de Horse qui était plus proche de moi que la mienne.
Puis, pris d'une subite inspiration:
"Je trouve que cette affaire manque singulièrement de choucroute, Horse !
- Et alors, Hansom ?
- Le détail est d'importance, non ?
- Comme d'habitude, vous dites des conneries. Tout ceci n'a rien à voir avec la choucroute !"
Le détective joignit l'extrémité de ses oreilles sous son menton, signe, chez lui, d'une intense concentration.
"Mais oui ! s'écria-t-il au bout d'un long moment. C'est élémentaire ! Il s'agit de sacs de ciment ! Du ciment avec lequel notre homme va consolider son château de cartes !"
Horse se précipita dans sa chambre, lut quelques chapitres de "La guerre des Gaules", se fit un shampoing à la sauce Worcester, retapissa les murs avec un papier plus clair, enfila son costume, coiffa son chapeau et revint dans le salon en quatrième vitesse.
"Vite, il faut nous rendre chez lord Todox afin de le convaincre de renoncer à son funeste projet en lui mettant le nez sur les preuves de sa future forfaiture !"
Quelques secondes plus tard, nous étions dans la rue encombrée de badauds, de chiens errants, de marchands de marrons chauds, d'accordéonistes aveugles, de ramoneurs au chômage, de chanteurs sous la pluie, d'un ou deux tigres du Bengale échappés du zoo et de groupes d'holmésiens occupés à photographier notre maison.
"Laissons passer deux cabs et prenons le troisième ! intima Shamrock Horse d'une voix méfiante comme celle d'un huissier auquel sa victime souhaiterait la bienvenue.
- Pourquoi ? demanda Gregstrade en levant un bras. C'est une inutile perte de temps et en voici justement un qui arrive."
Le cab s'arrêta à notre hauteur mais Horse toisa le cocher et lui lança, après avoir craché par terre:
"Tu ressembles au postérieur d'un rhinocéros enrhumé !"
Avec un haussement d'épaules, l'automédon fouetta son cheval et la voiture reprit sa route.
"Vous ne vous sentez bien ou quoi, M. Horse ? s'inquiéta l'homme du Yard. Voici un second cab, tâchez de vous montrer un peu plus poli cette fois !"
Sitôt le nouveau cocher à portée de voix, Shamrock Horse lui décocha un toni-truant:
"Ta face m'évoque un truc chié par un chien malade !"
Cette fois encore, le cab poursuivit sa route.
"Et voilà, fit mon vieil ami, nous pouvons emprunter le prochain véhicule.
- M'enfin ! Qu'est-ce qui vous a pris, M. Horse ?
- Il s'agit, inspecteur, d'un mal assez pernicieux dont je souffre depuis mon séjour au collège et, plus précisément, depuis le jour où, dans le bureau du professeur de cuisine italienne, Giacomo Riarti, la fille du doyen a tenté de me violer avec un concombre.
- Quel rapport avec les cabs ?
- Je ne suis pas psychiatre, Gregstrade ! Tout ce que je peux vous dire, c'est que, depuis cette date fatidique, je me sens obligé d'insulter chaque jour les deux premiers cochers croisant mon chemin."
Nous nous engouffrâmes dans le cab et, après avoir pris, du fait de sa surdité, la direction de Brighton, où nous passâmes quinze jours fort agréables au bord de la mer, le cocher récupéra le cap.
Quelques instants plus tard, toujours au passé simple, nous nous retrouvâmes dans Bottlebottom Street, face à la demeure de lord Todox.
"C'est très laid, grimaça Shamrock Horse en payant le cheval tout en refilant un sucre au cocher. Un improbable mélange de manoir gothique, d'église byzantine et de restoroute. J'en déduis que le propriétaire des lieux a un goût de chiotte, des cors au pied, le nez bouché et, agglutinés derrière son oreille droite, deux ou trois macaronis ainsi qu' un reste de yaourt à la banane datant de son dernier rasage."
D'un doigt énergique, mon vieil ami appuya sur le bouton de sonnette et, après un temps indéterminé, la porte s'ouvrit sur un serviteur malais âgé d'au moins sept ou huit siècles.
L'homme était vêtu d'une livrée ayant connu des jours meilleurs, probablement au temps du règne des rois fainéants, et coiffé, par-dessus sa perruque rouge et bouclée, d'une espèce d'iguane mort ou endormi.
"Vous avez un iguane mort ou endormi sur la tête, fit remarquer Shamrock Horse en usant de son habituel sens de l'observation.
-C'est parce que j'ai un second emploi: la nuit, je fais du strip-tease dans une boîte de Soho.
- Evidemment, ça explique tout, concéda Horse. Toutefois, nous ne sommes pas ici, mes petits camarades et moi, pour parler de frivolités telles que le strip-tease et les iguanes morts ou endormis. Menez-nous à votre maître, mon brave.
- Il n'est pas là car il est absent.
- Cessez de mentir ! Sur le trottoir, j'aperçois clairement un poil arraché à ses rouflaquettes lorsque, voyant arriver notre voiture, lord Todox a brutalement fermé la fenêtre de son bureau au premier étage. Menez-nous à votre maître sans quoi j'ordonne à mon ami Hansom, dont la réputation de chirurgien n'est plus à faire, de vous greffer sur une fesse cet iguane mort ou endormi !
- Mais, ça me gênerait pour m'asseoir ! s'écria le malais.
- Et ça sera bien fait pour vous ! ricana Shamrock Horse.
- T'es pas cap !
- Tu veux parier ?
- T'es qu'un gros naze !
- C'est celui qui le dit qui l'est !
- Lalalère !
- J'en ai une plus grosse que toi !
- Mon père est plus fort que le tien !
- C'est même pô vrai !"
Soudain, cet échange me fit monter la moutarde aux oreilles.
"Bouclez-là tous les deux, espèces de sales gamins ! hurlai-je. Si vous ne vous calmez pas, je vais être obligé de vous laver la bouche avec du mou pour chat !"
Horse me lança un regard méprisant.
"La tradition n'exige-t-elle pas plutôt, en ce genre d'occurrence, l'utilisation de savon noir ? interrogea-t-il à la cantonade.
- Absolument ! rétorqua le malais. Votre ami chirurgien me semble plus idiot qu'une assiette de spaghettis posée sur le rebord des toilettes !"
L'inspecteur Gregstrade, dont la patience était manifestement à bout et qui avait profité de cet intermède pour écrire une longue lettre à sa vieille mère, retirée dans une maison de repos du Sushire, arrêta soudain un garde pontifical qui passait par hasard, lui faucha sa hallebarde et pointa cette dernière en direction de la poitrine maître d'hôtel.
" Si tu ne nous mènes pas immédiatement à ton maître, je planterai ta tête sur cette pique et j'irai exposer le tout dans la salle des horreurs de Madame Puceau !
- Tussaud, corrigeai-je machinalement.
- Toi, le demeuré, ta gueule !"
Quelques secondes plus tard, après nous avoir fait visiter la maison ainsi qu'un pub irlandais des environs, le serviteur malais nous introduisit...
Oups !
Excusez- moi d'interrompre la rédaction de cette passionnante aventure mais on sonne à la porte.
**********
Et voilà.
C'était simplement le facteur qui m'apportait le nouveau catalogue Ikea.
J'en étais où, moi ?
"...le serviteur malais nous introduisit..."
Comme c'est étrange !
Je n'ai gardé aucun souvenir de cet épisode.
Qu'est-ce qu'il a bien pu nous introduire, cet animal, et dans quelle partie de notre individu ?
Le corps humain (et, en tant que médecin, je suis bien placé pour le savoir) compte de nombreux orifices.
Quant aux différents objets susceptibles d'y être introduits, ils sont légions !
"Un crayon dans l'oreille" ?
"Une capsule de cyanure dans la bouche " ?
"Des vers luisants dans les narines" ?
"Une reproduction du David de Michel Ange dans le...
Oups !
Excusez-moi à nouveau: le thé est en train de bouillir !
*********
Bon, cette fois, j'espère bien avoir la paix afin de poursuivre tranquillement ma narration.
Or donc, après nous avoir introduit je ne sais où un truc mal défini, le maître d'hôtel nous mena dans le bureau de Lord Todox.
Ce dernier (lord Todox, pas le bureau) se présenta à nos yeux sous l'apparence d'un individu à mine patibulaire, le visage mangé jusqu'aux yeux par d'épais favoris en poils de castor, les oreilles décollées et posées sur un guéridon, le nez en cor de chasse, les pieds palmés, les dents pointues et verdâtres dépassant de lèvres couleur limace, les doigts, en forme de cœur d'artichaut, couverts de taches grisâtres.
Curieusement, il était vêtu, en sus d'un t-shirt trop étroit à l'effigie de Tatayet, d'un pantalon m'ayant appartenu quelques années plus tôt et que j'avais revendu sur eBay après avoir chopé des morpions au cours de la sanglante affaire du violeur de yacks du Yorkmouth.
Assis sur un éléphant de mer mort ou endormi (une habitude de la maison ?),les bras croisés, les doigts dans le nez, il nous toisait de son regard bleu persil.
"Haha! fit Horse d'un ton triomphal.
- Héhé !" ajoutai-je pour ne pas être en reste.
Gregstrade, quant à lui, n'ajouta rien car il avait repéré, dans un coin de la pièce, un lit à eau sur lequel il s'étendit avant de se mettre à lire un ancien numéro de Penthouse qu'il avait fait surgir d'une poche de la robe d'un évêque égaré du côté de la bibliothèque.
"Qui êtes vous, messieurs ? Et que faites-vous chez moi au milieu de la nuit ? laissa tomber lord Todox d'une voix coupante comme un... comme une... comme un truc coupant, quoi !
- Il est trois heures de l'après-midi, répondit Shamrock Horse sans se démonter.
- Je le sais parfaitement, M. Horse ! C'était pour tester vos capacités de détective.
- Si vous me connaissez, pourquoi m'avoir demandé de décliner mon identité ?
- Toujours pour tester vos capacités de détectives.
- Et ?
- J'avoue qu'elles sont à la hauteur de votre réputation."
Ne se sentant plus de joie, mon vieil ami ouvrit un large bec et laissa tomber sa proie: le stilton subrepticement ramassé sur le tapis de notre salon et précédemment logé dans la dent creuse de Gregstrade.
"C'est dégueulasse ! ne pus-je m'empêcher de lancer à la face de Horse en même temps qu'un cendrier en marbre.
- J'avais une t'ite faim, s'excusa le détective.
- N'empêche ! Un fromage qui a traîné dans la bouche d'un inspecteur de Scotland Yard !
- Ne la ramenez pas trop, Hansom, intervint Gregstrade sans interrompre sa lecture. Vous savez vous montrer moins délicat lorsque, par exemple, vous fourrez votre hideux gros machin turgescent dans une femme au plus profond de laquelle a déjà traîné le hideux gros machin turgescent d'un inspecteur de Scotland Yard.
- Si vous parlez de votre épouse, Gregstrade, je vous jure...
- Mais non, insondable ahuri, je parle de la vôtre.
- Il y a des années que ma pauvre Mary-Violet a été emportée, d'abord par la tuberculose puis, étant donné que j'avais commis l'erreur de mal fermer la porte de sa chambre funéraire, par un chien errant ! répondis-je du tac à l'autre machin qui ne me revient pas en tête en ce moment.
- Ah ? s'étonna Gregstrade en se frottant machinalement le genou avec le nez. Dans ce cas, je dois me tromper. Il doit s'agir de la femme de quelqu'un d'autre... vous êtes marié M. Horse ?"
Mon vieil ami se raidit comme si un gamin de rue avait glissé une anguille électrique dans son caleçon.
" Moi ? Vous rêvez, inspecteur ! Je préfèrerais encore me rouler tout nu dans la caisse du chat de Mrs Hickson !
- Et vous, poursuivit l'homme du Yard en s'adressant à lord Todox, vous êtes marié ?
- Je l'ai été, répondit, de mauvaise grâce, le pair du royaume. Hélas, au bout de quelques heures à peine, mon épouse m'a quitté au profit de la garnison de la tour de Londres. Aux dernière nouvelles, elle vivait en concubinage avec l'équipe nationale de rugby et...
- Pourquoi diable avez-vous des traces de plâtre sur les doigts ? interrompit subitement Horse.
- Quel rapport avec la choucroute ?" questionnai-je.
Le détective leva les yeux au ciel et, très calmement, sortit de sa poche un revolver qu'il pointa sur moi.
"Encore un seul mot à propos de choucroute, Hansom, et je jure que je vous fais un trou de balle entre les deux yeux.
- Si vous voulez mon avis, c'est un truc que vous auriez dû faire depuis des années", ricana Gregstrade.
Posément, Shamrock Horse tourna le canon de l'arme en direction de l'inspecteur et, sans sommation, lui tira une balle dans la tête.
"Merde ! s'écria aussitôt mon vieux compagnon. Je visais la jambe !
- Je connais ça, le consolai-je. En Afghanistan, quand j'ai tenté de me faire réformer, je me suis tiré une balle dans la jambe en visant mon épaule.
- Mais on s'en fout de vos blessures de guerre, Hansom ! On s'en tape royalement ! On s'en cire ! On s'en tamponne le coquillard ! On s'en... on s'en...
- On s'en branle ? tenta lord Todox.
- Parfaitement ! Merci my lord !
- Tout à votre service. Sur ce, vous venez tout de même d'abattre un policier sous mes yeux."
Horse, vif comme l'éclair, me plaça d'autorité le revolver encore fumant dans la main.
"Vous aurez mal vu, mon cher lord Todox. Celui qui a tiré, c'est cet imbécile, cet ahuri, ce cornichon, cet ahurissant abruti, ce faux-frère, ce judas, ce... cet...
- Cet enculé de sa race ?
- Merci lord Todox, je n'aurais pas mieux dit !"
Ahuri, je contemplai tour à tour l'arme dans ma main, le cadavre de Gregtrade, Horse qui serrait le pair du royaume dans ses bras et une douzaine de danseuses du ventre, dont le malais, ayant fait irruption par le conduit de la cheminée.
"Mais enfin ! m'époumonai-je. Vous ne songez pas sérieusement à me faire porter le chapeau, Horse, à faire accuser un ami de vingt ans ?
- C'est vous qui le dites !
- Alors, vous allez me livrer à la police ? Sans remord ? Sans considération pour toutes ces années que j'ai passées à vous seconder dans vos enquêtes ?
- Pour dire la vérité, Hansom, vous êtes un vrai boulet ! On pourrait me torturer pendant des mois que je serais incapable d'avouer pourquoi je m'embarrasse de votre présence à mes côtés ! Toutefois, je vais me montrer bon prince: vous avez deux jours pour quitter le pays, vous faire oublier, disparaitre de la circulation, vous transformer en courant d'air, aller chez les grecs et vous faire...
Oups !
Désolé d'interrompre une fois de plus le fil de cette enquête haletante mais mon encrier est presque vide.
Et, dans ce hameau de Bohème où je me suis réfugié après cette affaire, il n'y a pas moyen d'en acheter: il faut, pour s'en procurer, faire dix kilomètre à pied ou à dos de berger complaisant afin de se rendre à la ville la plus proche.
De toute façon, j'ai assez écrit pour aujourd'hui.
Mes yeux sont fatigués et j'ai faim.
En fait, je me taperais bien une bonne choucroute, moi.




---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite