Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (117)

Outils
Bibliographie (3612)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (3576)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (3576)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Fictions » Le Mystère de la table à cinq pieds
par
Jean-Claude Mornard
Ses autres fictions
Le Mystère de la table à cinq pieds Octobre 17, 2011
Illustrations © Lysander


Une aventure de Shamrock Horse et du docteur Hansom

Par un sombre matin du mois de gingembre 1888 et demi, mon vieil ami Shamrock Horse se trouva confronté à l'affaire la plus curieuse, la plus périlleuse, la plus énigmatique, la plus incroyable, la plus phénoménale, la plus extraordinaire, la plus fabuleuse, la plus invraisemblable de sa pourtant longue carrière.
Il venait, au cours de la semaine, de résoudre le mystère des quatre hiboux pétomanes, l’affaire des culottes en laiton du la reine des belges, l’énigme des étrangleurs à la voix fluette, le cas du pasteur qui se prenait pour un aspirateur et deux ou trois autres babioles du même acabit.
Aspirant (comme le susdit pasteur) à un repos bien mérité, il se prélassait sur le canapé en lisant les aventures de Babar.
Quant à moi, fatigué par une longue nuit de veille au chevet d'un oncle malade dont j'avais fini par m'apercevoir qu'il n'était pas mon oncle vu que je n'en ai jamais eu, je rongeais pensivement un os de poulet retrouvé dans la poche de mon pyjama.
Soudain, on frappa à la porte.
Horse lança les aventures de Babar dans la cheminée et se rua sur moi afin de m'arracher le pilon de poulet qu'il cacha sous le paillasson.
Ensuite, il se recoiffa vivement à l’aide un squelette d'oiseau-mouche posé sur le guéridon, se repoudra le nez, donna une dernière couche de vernis à la maquette de bateau dont il avait entamé la construction sept ans plus tôt et, finalement, ouvrit la porte.
Notre visiteur était un homme de taille moyenne mais assez petit, doté d'un nez énorme et néanmoins assez imposant derrière lequel son visage disparaissait presque entièrement.
Son haleine fleurait le gin et l’aisselle d’ours mort.
Il portait un costume à gros carreaux verts et jaunes et un chapeau en forme de cheminée d'usine.
Ses favoris, qui n'avaient manifestement plus été taillés depuis huit ou neuf ans, tombaient jusqu'à ses chaussures en cuir de berger allemand (en cuir de chien, donc, pas en cuir de mec qui garde des moutons en Allemagne).
"Banal" est le mot qui me vint naturellement à l'esprit lorsque je jaugeai sa personne de la tête aux pieds, en passant par les oreilles et les poils sur les phalanges.
- Lequel d'entre vous est M. Shamrock Horse ? demanda-t-il à la cheminée.
- Je constate que vous êtes myope, fit Shamrock Horse d'un ton suffisant.
- Ouah ! Vous êtes encore plus fort qu'on ne le dit ! s'exclama l'homme en s’adressant au portrait du général Gordon.
- Je suis là, dit Shamrock Horse en donnant un violent coup de poing dans le dos du visiteur.
- Et moi, je suis ici, ajoutais-je en agitant la cloche qui pendait au cou d’une vache paissant tranquillement dans le salon afin que l'homme puisse me localiser plus facilement.
Le visiteur, me confondant sans doute avec le canapé, s'assit sur mes genoux.
- Votre canapé est confortable, fit-il à l'intention de l'horloge.
- Merci, fis-je.
- Et, en plus, il parle ! s'esbaudit l'homme. Où l'avez-vous trouvé ?
- C'est fini, les conneries ? demanda Horse en débarrassant notre visiteur de son chapeau avant de s'asseoir dessus (sur le chapeau, donc, pas sur notre visiteur: Shamrock Horse est excentrique mais pas à ce point !) Si vous nous révéliez le but de votre visite...
L'homme, en proie à une réflexion intense, me frotta longuement le menton.
Ensuite, pour faire bonne mesure, il me gratta la tête.
Il me faut avouer que ce n’était pas désagréable.
Il me faut aussi avouer que je dois encore à Horse un billet de vingt livres que j’ai chapardé dans son portefeuille un jour où j’en avais besoin pour acheter quarante paires de chaussettes à l’effigie d’Homer Simpson.
- Je ne sais plus pourquoi je suis venu, finit par énoncer notre visiteur. Je me souviens que j'ai besoin de votre aide, mais je serais bien en peine de dire à quel sujet !
- Non seulement vous êtes myope, railla Horse, mais vous me semblez aussi con qu’une table à cinq pieds !
En entendant le mot pied, l'inconnu se mit à battre des mains.
- Ce que vous êtes doué, M. Horse ! Encore une fois, vous avez mis dans le mille ! Depuis que je suis tout gosse, on n'arrête pas de me dire que je suis con comme une table à cinq pieds ! Ma mère me disait que j'étais con comme une table à cinq pieds ! Ma nourrice me disait que j'étais con comme une table à cinq pieds ! Mon père était muet donc ça compte pas ! Mes professeurs me disaient que j'étais con comme une table à cinq pieds! Pendant mon service militaire, les officiers me disaient que j'étais con comme une table à cinq pieds ! Mon ex-femme me disait que j'étais con comme une table à cinq pieds ! Mes camarades de club me disent que je suis con comme une table à cinq pieds ! Mon...
- Dans toute légende, il y a un fond de réalité, interrompit Shamrock Horse d'une voix coupante comme un… une... comme un truc qui coupe, quoi.
- Voilà qui est bien dit, M. Horse !
- Arrêtez de me lancer des fleurs ! C'est un truc qui m'agace particulièrement… surtout de la part d'un type dont l'haleine sent le gin et l’aisselle d’ours mort !
- Comme c'est vrai, M. Horse, comme c'est vrai !
- Il toujours raison, renchéris-je.
- Ca suffit Hansom ! N'en rajoutez pas une couche !
Ce disant, Horse louchait vers le tisonnier et, comme je ne me souvenais que trop du coup sur l'oreille qu'il m'avait donné quelques jours plus tôt, après que j'eus émis quelques doutes -légitimes à mon avis- quant à sa façon de déclamer du Shakespeare tout nu à la fenêtre, je décidai de la fermer (ma bouche, pas la fenêtre).
- Ça me revient ! fit soudain notre visiteur en me frappant le front.
- C’est pas dommage ! rétorqua Shamrock Horse en vidant le chargeur de son revolver en direction d’un pigeon qui chantait Ramona sur l’appui de fenêtre.
- Je suis venu vous voir car tout le monde me dit que je suis con comme une table à cinq pieds !
Horse soupira.
-Ça, on l'a déjà compris ! Où est le mystère là dedans ?
L'homme sembla se plonger à nouveau dans une profonde réflexion.
- C'est à dire... je ne sais pas exactement ce qu'est une table à cinq pieds.
Shamrock Horse partit d'un éclat de rire évoquant le fracas d'une vitre qui se brise ou le vacarme produit par un éléphant dansant la salsa dans une boucherie chevaline.
- Eclairez donc la lanterne de ce monsieur, Hansom !
Je fouillai mes poches à la recherche d'une boîte d'allumettes.
- Allons, maugréa Horse en frappant du poing sur la tête du groom qui venait d’entrer. Ne me dites pas que vous ne savez pas non plus ce qu'est une table à cinq pieds, Hansom ? Ne suis-je donc entouré que d’un troupeau d'incultes ?
Je haussai les épaules un peu trop brusquement ce qui eut pour effet d'envoyer notre client rouler sur le sol.
Le détective en profita pour lui donner un coup de pied vicieux dans les côtes avant d'allumer posément sa pipe en peau de singe.
- Une table à cinq pieds, commença-t-il d'un ton docte, est...
- Vite, Horse ! Je me languis de connaître la solution de cette terrifiante énigme !
- Si vous m'interrompez sans cesse, non seulement vous ne la connaîtrez jamais, Hansom, mais, en plus, je vais vous mettre mon poing sur la figure. Ou mon pied au derrière, selon l'humeur du moment.
- Bien envoyé, râla notre visiteur depuis le parquet sur lequel il se roulait de douleur.
- Vous, on ne vous demande rien ! m'emportai-je en lui faisant vicieusement respirer ma chaussure gauche.
L'homme s'évanouit et Horse et moi pûmes reprendre notre passionnante discussion.
- Une table à cinq pieds, Hansom, c'est… eh bien, c’est à peu près la même chose qu'une table à quatre pieds.
- Incroyable ! Je n'aurais jamais cru ça !
- Et pourtant, c'est la vérité. L'unique différence entre une classique table à quatre pieds et une table à cinq pieds est que cette dernière compte un pied de plus.
- Qu'entendez-vous exactement par "un pied de plus" ?
Horse s'approcha du tableau noir et se mit à griffonner divers schémas à l'aide d'un morceau de saindoux qu'il avait l'habitude d'utiliser en guise de craie.
- Regardez bien: voici une table classique. Vous constatez qu'elle possède quatre pieds.
- Jusque là, pas de problème.
- Toutefois, si j'ajoute un cinquième pied...
- Où ça ?
Il fit courir le saindoux sur l'ardoise.
- Ici, par exemple.
- Au beau milieu ?
- Ce n'est pas obligatoire, Hansom. Je peux le placer ailleurs: à gauche, à droite, dessus, dessous... où vous voulez.
Je réfléchis un bref instant.
- A gauche me semble convenir.
- Excellent choix, Hansom.
Il ajouta un pied à gauche de son dessin.
- Bravo ! fis-je. Vous êtes un grand artiste !
Horse balaya l'argument d'un ample geste du nez.
- L'important n'est pas là, Hansom: regardez attentivement mon dessin.
Ce que je fis.
- Combien de pieds possède à présent cette table, Hansom ?
- Euh...
- Prenez votre temps.
- Cinq ?
- Excellent ! Vous progressez de jour en jour ! Et, pourquoi a-t-elle cinq pieds ?
- Euuuuh...
- Ne vous précipitez pas pour répondre.
- Parce que...
- Oui ?
- Parce que ... parce que vous en avez rajouté un !
Shamrock Horse me donna une grande tape sur l'épaule.
- Parfaitement ! Je n'aurais pas mieux résumé la situation: cette table possède cinq pieds parce que j'en ai rajouté un aux quatre qu'elle possédait à l'origine !
Ce disant, il réveilla notre visiteur en lui fourrant son morceau de saindoux dans une narine.
- Regardez, mugit Horse à son intention. Voici un exemple de table à cinq pieds.
L'homme dansa de joie et embrassa Horse sur chaque favori.
- Merci, merci ! Le grand mystère de ma vie est enfin éclairci !
Horse s'apprêtait à reconduire notre trop expansif visiteur jusqu'à la porte (ou la fenêtre) lorsque, sans prévenir, l'homme ajouta:
- Toutefois...
- Quoi encore ? demanda le détective.
- En quoi est-ce tellement con, une table à cinq pieds ?
- C'est vrai, ça, Horse ? En quoi est-ce tellement con, une table à cinq pieds ?
Mon vieil ami nous regarda à tour de rôle, le visiteur et moi.
- Allez donc admirer votre reflet dans un miroir, messieurs. Vous comprendrez !
Je me souvins alors que j'avais une grande psyché dans la poche arrière de mon pantalon.
L'homme et moi nous y mirâmes.
- On a l'air con, ne pus-je m'empêcher de faire remarquer.
- Et bien voilà ! triompha Shamrock Horse. Vous avez enfin compris !
Là dessus, il s'empara d'un chat qui passait par hasard et, après lui avoir fourré son archet dans le derrière, en tira de mélancoliques sonorités.
Une fois notre visiteur parti, je crois bien que je me suis endormi.
Ou alors, je suis allé aux toilettes, j'ai oublié les détails.
En tout cas, cette affaire a trouvé une digne conclusion.



---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite