Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (3935)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (3935)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Fictions » Les Sept moules de cristal
par
Jean-Claude Mornard
Ses autres fictions
Les Sept moules de cristal Mai 14, 2008
Illustrations © Lysander


Une aventure de Shamrock Horse et du docteur Hansom

Ce jour là un brouillard épais comme ma cuisse enveloppait Londres de sa moiteur ouatée et vraiment très moite. Dans notre meublé de Baker Street, Shamrock Horse, debout sur les épaules de notre logeuse, Mrs Hickson, se livrait à une partie de polo en attendant qu'un client se présente... ou que la vieille se casse la gueule, je ne sais pas trop. Quant à moi, je jouais du piano debout, c'est peut-être un détail pour les gusses qui ont la Gall à l'oreille mais pour moi ça ne veut rien dire du tout.
Soudain, la porte vola en éclats et un individu singulier, qui ne jouera aucun rôle dans cette histoire, fit irruption dans la pièce: il était de taille moyenne, avec des cheveux moyens, des yeux moyens, une bouche moyenne et un costume d'expert-comptable (moyen aussi). Il portait une grosse paire de lunettes sur son dos.
- Salut, fit-il avec la voix de Horse.
- Ca alors, m'écriai-je. Cet individu parle avec votre voix, Horse! Comment cela se fait-il ?
- Je n'en sais rien et je m'en tape, Hansom.
- Au revoir, fit l'étrange personnage, toujours avec la voix de Horse.
Et il s'en alla après avoir essuyé ses pieds.
- Voilà un mystère énigmatique et néanmoins impénétrable, m'exclamai-je en flamand.
A cet instant précis, Mrs Hickson mourut d'une crise cardiaque et Horse fourra le cadavre dans la cheminée.
- Voilà une bonne chose de faite, s'écria-t-il en se frottant les mains sur mon derrière.
Ensuite, il extirpa son violon de la poche de son pantalon et se mit à jouer un air d' André Rieu. Tout en jouant, il s'approcha de la fenêtre sur le rebord de laquelle venait de se poser un pigeon peint en rouge.
- Les pigeons ont une drôle de couleur, cette année ! constata-t-il sans originalité.
Il aurait pu disserter sur ce thème pendant des heures mais la porte vola à nouveau en éclats (sur ces entrefaites, une quinzaine d'ouvriers chinois- dont un portugais déguisé en cosaque- étaient venus la réparer avec du papier collant et du sirop de Liège) pour livrer passage à un autre individu non moins étrange que le précédent.
C'était un gusse qui avait le type parfait du savant dans les bandes dessinées: cheveux fous, regard fou, lunettes folles, bouche en trompette, nez en cul de poule et chaussures vertes de trois pointures trop grandes.
- C'est terrible, M. Horse ! mugit-il avec une voix de cheval malade.
- Je ne vous le fait pas dire, répliqua sèchement Horse tout en enduisant ses joues de mayonnaise pour les protéger du soleil. Ca fait deux fois aujourd'hui qu'un imbécile démolit la porte !
- Il s'agit bien de ça !!! hurla notre visiteur avant d'avaler le pigeon rouge qui était venu imprudemment se poser sur son chapeau en peau de castor enrhumé. Il arrive une chose épouvantable, un truc maousse à côté duquel le retour du groupe Abba, c'est de la roupette de Samsonyte !!!!
Shamrok Horse, en une série de gestes familiers, tapa trois fois sur son ventre, se passe la langue dans les cheveux et feuilleta quelques pages d'un numéro de "Voici" qui traînait sur un guéridon en poil de chameau.
- Racontez-moi votre histoire, fit-il en allumant sa pipe en noyaux de cerises. En insistez lourdement sur les détails, surtout les détails scabreux. Ca plaira à Hansom et, après tout, il faut bien qu'il ait une vie sexuelle ce pauvre bougre. N'épargnez pas la sueur de votre salive.
L'homme s'assit sur le cadavre de phoque qui faisait office de canapé depuis le dernier passage des huissiers.
- Voilà, commença-il en se curant les ongles avec les dents, je suis le professeur Mouthofwood, le fameux archéologue. Pas plus tard qu' hier, un groupe de sept savants placés sous ma direction organisa une expédition dans les égouts afin de retrouver la tombe du grand pharaon Santambournitrompeht qui, d'après un plan dessiné sur un rouleau de PQ (que j'ai acheté à prix d'or à un marin luxembourgeois ivre) se situe quelque part sous Trafalgar Square. Au bout de longues heures de marche, nous fûmes attaqués par un groupe de fans de Céline Dion qui massacra nos soixante-huit porteurs indigènes avant de violer un faon qui gambadait dans les parages. Déjà fort marqués par cet incident, nous allions continuer notre périple, lorsque, sans crier station de chemin de fer, mon second, le professeur Morningwood, lâcha une caisse qui faillit nous faire tous passer l'arme à gauche. Ca puait comme un danseur étoile mort dans la misère ! Le jeune Leginwood se mit à pleurer et à appeler sa maman, le gros Promenonouinzewood en fut si malade qu'il se mit à manger sa cravate sans raison apparente, le vieux Nathaliwood voulut se suicider en se frappant la tête avec un genre de lampe à huile ringarde, comme on en trouvera dans les années 1970, le petit Hollywood commença à courir dans tous les sens et à chanter "God save the Queen" en hébreu, et, pour finir, le brave Eilenorwood se ficha un cigare dans l'oreille avant de s'évanouir...
- Les noms de tous le membres de votre petite expédition se terminent par wood ? Voilà qui est étrange et néanmoins curieux ! interrompit Shamrock Horse histoire de montrer qu'il ne dormait pas bien qu'il ait enfilé son pyjama et qu'il serrât son iguane en peluche dans ses bras.
- Certes, répondit l'archéologue, mais on s'en fout totalement ! Je peux continuer ?
- Dès que je serai revenu du Kamtchatka où je suis attendu pour résoudre l'affaire du baril de bière hanté.
Et, sur ces viriles paroles, Horse sortit de la pièce par un passage secret aménagé dans le seau à charbon, et disparut pendant six mois.
A son retour, Mouthofwood et moi étions en train de jouer à la marelle dans la salle de bains.
- Alors, Horse ? Ca s'est bien passé, demandai-je par pure politesse.
- Quoi donc, mon cher Hansom ?
- Votre mission au Kamtchatka ?
- Je ne vois pas de quoi vous parlez, cher vieux bananier ! Je reviens de la réception organisée par la famille royale de Norvège à l'occasion du mariage du prince Thotor avec une douzaine d'élans !
Là dessus, il ôta ses bottes en peau d' Eskimo et trempa ses pieds à moitié gelés dans une tasse de thé.
- Poursuivez, fit-il à l'adresse de notre client.
- Je vous disais donc, reprit celui-ci après avoir mangé un poisson rouge extirpé de sa poche poitrine, que nous progressions dans les égouts à la recherche du tombeau de Santambournitrompeht. Au bout d'un long périple à travers la jungle, la montagne, deux ou trois terrains vagues, une scène de music hall, un terrain de foot, des marécages, six bistrots, des savanes, une toundra, le scénario d'un film de Jean-Luc Godard et une pièce ronde pleine de femmes à poil qui jouaient du violoncelle, nous arrivâmes en vue de la pyramide.
Shamrock Horse, profondément ennuyé par ce récit d'une rare stupidité, m'enjoignit d'aller chercher des sandwiches aux rillettes, une bouteille de chianti et des oeufs durs.
A mon retour, Mouthofwood n'avait toujours pas terminé son histoire.
Horse jongla un peu avec les oeufs durs, trempa les sandwiches dans le chianti avant de les balancer par la fenêtre. Ensuite, lassé de ces jeux puérils, se mit à composer une symphonie pour clavecin et fanfare avinée.
- ...et , poursuivait l'archéologue sans se démonter, devant la chambre funéraire, nous nous trouvâmes face à une antique inscription gravée dans une motte de beurre: "malheur à celui qui viole la tombe du pharaon, disait-elle, la malédiction de Santambournitrompeht sera sur lui: il deviendra ami du percepteur des impôts, ses enfants mangeront des mouches vivantes, il deviendra con comme un manche et devra lire la collection complète des "Brigade mondaine" par Michel Brice". Cela nous fit tous beaucoup rire, M. Horse: Morningwood se tapait les cuisses avec des cuillers en bois, Leginwood s'emballa dans du papier de verre, Eilenorwood traita Hollywood de grosse tarlouze avant de l'attraper par l'oreille et de lui rouler une galoche qui tue, Promenonouinzewood pouffait avec componction, Nathaliwood se curait le nez avec des aiguilles à tricoter et, moi-même, je dansais une petite rumba avec un coolie monégasque qui passait par là.
Faisant fi de la malédiction, nous pénétrâmes dans le tombeau et nous emparâmes par erreur de Brigitte Fontaine qui était venue là pour faire son jogging matinal.
Ce n'est qu'une fois de retour dans nos foyers que nous nous rendîmes compte de notre méprise et, après avoir envoyé Brigitte Fontaine faire l'andouille dans une émission de Marc Olivier Fogiel, décidâmes d'organiser une seconde expédition.
Trois ans plus tard, nous étions enfin de retour avec la momie du pharaon...et c'est à ce moment que nos vrais ennuis commencèrent !
Shamrock Horse, qui était occupé à m'épouiller, se tourna distraitement vers le savant.
- Continuez, continuez ! fit-il. C'est tout à fait fascinant ! Une petite tisane avant de vous y remettre ?
- Non, merci ! hurla le savant en s'arrachant des poignées de cheveux. Je hais la tisane depuis que me petite soeur s'est noyée, sous mes yeux, dans un bol de riz au soja ! Mais je ne serais pas contre un grand verre de sauce Worcester...
Shamrock Horse en sortit un de la poche intérieure de mon veston et le tendit à Mouthofwood.
Le savant renifla le verre et le lança par dessus son épaule.
- Ca fait du bien, fit-il en se frottant les mains avec ses chaussures. Où en étais-je ? Ah, oui ! Depuis notre retour dans le monde civilisé, nous avons été victimes de la fameuse malédiction: mes six camarades ont été retrouvés fous: certains dans leur lit , d'autres aux cabinets, selon les cas, et, chaque fois, on a découvert sur le sol les débris d'une petite moule de cristal !
- Une moule ? demandais-je en levant la tête de mon album à colorier.
- Absolument, Dr Hansom ! Une moule ! Une moule comme dans "moules-frites" ! Apparemment, chacune de ces moules contenait une forte dose de poisson qui rend fou !
- Vous voulez dire "de poison" ? interrompit Horse qui a toujours été très tatillon, voire carrément casse pieds.
- Non ! se récria Mouthofwood. Le poisson qui rend fou, ou poisson rouge de Silésie, est un oiseau qui vit dans les plus hautes branches des cèdres, du côté d' Edimbourg ! Son venin hallucinogène lui permet de rendre dingues les danseuses de music hall qu'il convoite avant d'abuser d'elles en les forçant à lui cirer les pompes et à torcher ses oisillons !
Horse se mit à faire les cent pas sur l'appui de fenêtre.
- Qu'attendez-vous de moi exactement, professeur ? Que je vous cède mes places gratuites pour le concert des Rolling Stones ?
L'archéologue se frotta longuement le menton avec son oreille.
- Je veux bien, cela va sans dire ! Mais avant ça, je souhaite que vous passiez examiner la momie de Santambournitrompeht: elle trône dans le salon de ma villa de Quinquempois, dans la banlieue de Londres. Et je commence à craindre pour ma santé mentale vu que je suis le seul membre de l'expédition qui ne se prenne pas encore pour un canard ou un formulaire d'inscription dans le corps des pompiers volontaires de Californie du nord.
Horse, sans prendre le temps de terminer notre partie de monopoly, se coiffa de sa mitre et empoigna sa crosse:
- Allons-y de ce pas, lança-t-il. Plus vite on en aura fini avec ça, plus vite on pourra regarder un nouvel épisode des Experts sur TF1 !
Nous nous précipitâmes à la suite de Horse mais, une fois sur le trottoir, nous nous aperçûmes qu'il pleuvait !
- Quel temps de chien, mugit Horse. Pas question de se promener sous toute cette flotte ! Rentrons, je vais préparer des soupes en sachet !!!
Cette proposition déclencha une vague de liesse telle que j'en ai rarement connue ! Mouthofwood m'invita à danser, tous les chiens du quartier s'enfilèrent simultanément, une jeune femme complètement nue se jeta de la fenêtre d'un immeuble et la garde royale entama un long voyage à la rame jusqu'au Chili.
Une fois de retour dans le salon, Samrock Horse, comme promis, prépara trois verres de vodka-tonic (qui ne furent que les premiers rejetons d'une nombreuse famille) et nous prîmes une murge d'enfer !
Lorsque le soleil revint, quelques mois plus tard, nous nous rendîmes tous trois chez l'archéologue.
Sa villa était une grosse baraque peinte en mauve, hérissée de six ou sept gargouilles, avec la tête de Fancis Lalanne, qui nous regardaient en louchant depuis la façade aussi tarabiscotée qu' un gâteau de mariage dans une famille de nouveaux riches.
Une fois en face de l'espèce d'aquarium sans eau qui contenait la momie de Santambournitrompeht, Horse enleva ses chaussures et les mit dans les poches de son pardessus en laine de yak.
- Vous êtes bien sûr que ce n'est pas Brigitte Fontaine ? demanda-t-il en arrosant les plantes vertes qui ornaient le salon.
- Certain ! répondit le savant en faisant sauter des crêpes dans une poële en forme de poële.
A cet instant précis, un domestique qui avait un peu la dégaine de Jean Gabin (mais avec des bigoudis sur la tête et un pantalon orange) entra dans la pièce, suivi par un chien qui ressemblait un peu à Simone Signoret dans "Casque d'or" avec aussi un zeste de Wolfgang Amadeus Mozart enfant.
- C'est l'heure du dîner, fit le chien tandis que le domestique s'enfuyait à cheval sur un âne qui passait par là.
Sans que qui que ce soit puisse avoir le temps d'éviter le drame, Shamrock Horse se rua sur l'animal et lui arracha ses Nike !
- Je te tiens, Moriarty ! rugit-il après avoir mangé la crêpe à la confiture de coing que lui tendait aimablement Mouthofwood.
- Va te faire voir ! répondit le chien d'une voix familière tout en ôtant son déguisement.
Sous cette défroque de chien apparut le plus gros canari que j'aie jamais vu !
Le canari enleva son masque et la tête de Moriarty nous fit face dans la lumière blafarde des lampes à huile de baleine qui éclairaient la pièce.
Aussitôt, il s'envola par une fenêtre ouverte, après avoir fait ses besoins sur le couvercle d'une marmite à pression qui traînait sur le parquet.
- Incroyable, fis-je depuis la baignoire en or massif dans laquelle j'avais fait couler du hachis parmentier.
- Je me doutais depuis le début que Moriarty était derrière tout ça ! se rengorgea Horse.
- Depuis le début de quoi ? demandais-je avec à propos.
- Depuis le début de ce film avec Russel Crowe qu'on est allés voir la semaine dernière, Hansom ! La vérité m'a crevé les yeux quand mon regard s'est posé sur les Nike du chien ! Les mêmes que celles de Moriarty... et pour cause ! C'étaient elles ! Moriarty collectionne les mugs en forme de chameau, les momies et les aventures avec des femmes à barbe ! Quand il a appris que vous aviez retrouvé Santambournitrompeht, Mouthofwood, il a imaginé ce plan diabolique et néanmoins démoniaque pour s'emparer de la momie !
- Pourquoi ne s'en est-il pas pris directement à moi ? demanda l'archéologue (ce qui n'était pas si con que ça, il faut bien l'avouer !)
- Parce-qu'il lui restait du poisson qui rend fou et que, dans son invraisemblable barbarie, il a voulu vous terroriser avant de vous occire et de voler le pharaon séché ! répondit Horse (ce qui était très con mais fera bien l'affaire pour mon histoire !)
- Voilà une enquête rudement menée, M. Horse, fit Mouthofwood en plaçant un disque de Patrick Sébastien sur la platine. Vous aimez "Le petit bonhomme en mousse" ?
Horse se faufila derrière moi en hurlant:
- Vite, Hansom ! Tirez avant qu'il ne soit trop tard !
Extirpant maladroitement mon revolver de la poche de mon pardessus en toile de jute, je fis feu à quatorze reprises pendant que Horse terminait la lecture du nouveau calendrier des postes.
Mouthofwood s'écroula, touché en plein coeur, en pleine oreille, en plein pied, en plein sternum, en pleine cuisse gauche, en pleine épaule droite, en plein gras du pouce, en pleine lèvre inférieure, en plein genou droit, en plein index gauche, en pleins cheveux, en pleine narine droite, en pleine incisive groite et en plein sourcil dauche.
- Rentrons à la maison, Hansom, fit Horse en me prenant la main.
Nous marchions main dans la main vers la porte de sortie lorsqu'un fracas épouvantable retentit derrière nous.
- Horreur ! glapit Horse.
- Enfer et damnation ! surenchéris-je
La momie venait de prendre vie et de briser son sarcophage de verre !
Elle se dirigeait droit sur nous avec une expression plus terrifiante encore que celle de Horse quand il était forcé de manger les légendaires choux de Bruxelles préparés par Mrs Hickson. Ou quand il sortait des toilettes le lendemain !
- Tirez sur ce machin, Hansom ! Je crois qu'il veut nous bouffer ou nous faire subir les derniers outrages.
Tout en terminant un reste de cassoulet qui traînait dans ma poche, je fis aussitôt feu à 64 reprises mais le monstre ne sembla pas plus dérangé par les balles que si un hamster avait mordu ses chaussures en crocodile du Nil !
Heureusement, à cet instant fatal, un troupeau d'éléphants à la recherche d'un point d'eau et d'une brasserie alsacienne passa justement en trombe( et en trompes) dans la pièce !
La momie fut écrasée comme une tomate sur la tronche d'un acteur de seconde zone jouant Hamlet avec des collants troués et de la crotte de chien sur ses pantoufles lors d'une tournée dans le Yorkshire.
- Voila une bonne chose de fesse, fit Horse en m'embrassant dans le cou.
- Vous voulez dire "de faite" ?
- De fait.
Et nous rentrâmes à Baker Street, après un léger détour par les Cornouailles afin d'acheter du saucisson de chèvre, que nous fîmes brûler dans la cheminée en regardant la finale de Star Academy sur TF1.



---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite