Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (117)

Outils
Bibliographie (3609)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (3470)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (3470)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Fictions » Le manuscrit Einstein (Parodie théâtrale)
par
Denis Queille
Ses autres fictions
Le manuscrit Einstein (Parodie théâtrale) Septembre 1, 1998

Comédie policière en trois actes
Librement inspirée par Arthur Conan Doyle (Le rituel des Musgrave)


Personnages
Charlot Colmès Détective intellectuellement brillant, cassant avec les personnes moins douées que lui. Il est sûr de sa logique et copie volontiers les tics de son maître: Sherlock Holmes
Sigmund Colombo Le biographe de Charlot Colmès. Il est un peu naïf et un peu gaffeur, mais tout dévoué à son idole, et au fond, pas si idiot que cela.
Jeanne Aymar Une jeune américaine, pétillante de vie et très maline. Elle est la fiancée du châtelain Francis Einstein.
Francis Einstein Jeune baronnet britannique. C'est un sujet typique de Sa Gracieuse Majesté, avec son sens des convenances.
Ulla Drack La gouvernante de Francis Einstein. Vieille dame assez petite, très bizarre, elle supporte difficilement les événements.
Arnold Blacknigger Inspecteur de Scotland Yard. C'est une force de la nature, grand amateur d'armes en tout genre, et plutôt porté vers l'action que vers la réflexion.
Madame Hudson La logeuse de Colmès et Colombo.


Acte 1
Scène1

(Rideau fermé, projection d'un cliché silhouette de Sherlock Holmes sur le rideau, voix off)

Sigmund Colombo

Si je relis mes notes de l'année 1947 (bruits de papier froissé). Attendez que je les trouve (bruits de papier froissé).

Non, c'est pas ça, (bruits de papier froissé), quel bor... quel fouillis dans cette malle (bruits de papier froissé). Ah! voilà. (Bruit de malle qui se ferme)

Si je relis, disais-je mes notes de 1947, j'y trouve une affaire qui marqua un tournant dans la carrière de mon ami Charlot Colmès, et qui transforma sa réputation en célébrité.
Je venais de revendre mon magasin de bretelles, afin de me consacrer entièrement à ma passion... les enquêtes criminelles, aux côtés de celui qui allait devenir le détective que nous connaissons tous.

Soit dit en passant, j'avais fait une bonne affaire, car en 1947 la nourriture était rationnée et les pantalons avaient une tendance naturelle, et générale, à tomber sur les genoux des imprudents n'ayant pas pris la précaution de les fixer à leurs épaules par le truchement de cette invention magnifique et géniale, les bretelles.
D'ailleurs ma femme...

Charlot Colmès

Colombo

Sigmund Colombo

Oui Colmès?

Charlot Colmès

Croyez-vous que vos considérations bretellières intéressent les gens?
Racontez cette histoire, nom d'une pipe, sinon nous serons encore là demain.

Sigmund Colombo

Excusez-moi Colmès.

Charlot Colmès

Elémentaire mon cher Wats...heu...Colombo.

Sigmund Colombo

Bien, j'en suis où moi? ... Ah oui! L'affaire du manuscrit Einstein.

En 1947, un matin du début de décembre, nous étions, Charlot Colmès et moi, dans notre appartement du 22ter Parker Street, en train de prendre le petit déjeuner que notre logeuse nous avait préparé avec l'amour ... et la lourdeur ... dont une gouvernante anglaise doit être dotée.

(Ouverture du rideau)

Scène 2

Le salon/bureau de Charlot Colmès, avec une petite table et deux fauteuils. Murs jaune défraîchi, avec des portraits divers. Une petite commode couverte de dossiers et de journaux.

Sur la table une théière, avec deux tasses et des assiettes vides. Par terre des plats.

Charlot Colmès

Voulez-vous encore un peu de porridge Wats...heu...Colombo?

Sigmund Colombo

Non merci Colmès. Je ne sais pas si c'est les ?ufs brouillés, les saucisses, les côtelettes, les saucisses ou le porridge, mais je me sens un peu lourd.

Charlot Colmès

Vous m'étonnez mon cher. Vous êtes pourtant un bon anglais, habitué à avaler dès 7 heures du matin un solide petit déjeuner.

Sigmund Colombo

Solide ne veut pas dire étouffant, et puis vous oubliez que mon père était d'origine italienne, et donc pour moi, un ristretto suffit en général.
(On entend un bruit de pas dans les escaliers)
Mais quel est ce bruit?

Charlot Colmès

Elémentaire mon cher Wats...heu...Colombo. Il s'agit d'une femme, encore jeune, élancée et sportive.

Sigmund Colombo

Colmès, vous vous moquez.

Charlot Colmès

Tut, tut Wats...heu...Colombo. C'est une évidence.
Elle monte les marches deux à deux, ce qui implique de longues jambes et une bonne forme physique. De plus les marches ne craquent pas autant que lorsque vous montez, elle est donc fine, et ceci indique qu'elle n'a pas encore eu le temps de grossir.
Mais, elle arrive...
(On frappe)
Entrez.

Mme Hudson

Monsieur Colmès, il y a là une jeune dame qui souhaite vous parler.

Sigmund Colombo

Quelle taille a-t-elle?

Mme Hudson

Que voulez-vous dire?

Sigmund Colombo

Est-elle mince, ou grasse?

Charlot Colmès

Colombo, je vous en prie.

Sigmund Colombo

C'était juste pour savoir.

Charlot Colmès

Faites entrer.

Jeanne Aymar

(Sur le pas de la porte)
Ah! Monsieur Colmès. Veuillez m'excuser de vous déranger si tôt mais ...
(Elle vacille)

Charlot Colmès

Vite Colombo. Faites-la asseoir, et servez-lui une tasse de thé.

Jeanne Aymar

Ah non! Pas de thé, j'en ai horreur. Servez-moi plutôt ... un whisky.

Sigmund Colombo

Un whisky!

Charlot Colmès

A cette heure et ... à votre âge!

Jeanne Aymar

J'ai été élevée à la dure, en Amérique ...

Charlot Colmès

Ah bon! C'est une américaine, tout s'explique.
(Sigmund Colombo lui sert un whisky)
Mais dites-moi ce qui vous a poussée à sauter dans le premier train, après avoir traversé à pied une plage et un champ?

Jeanne Aymar

Mais comment savez-vous?

Charlot Colmès

Elémentaire.

Jeanne Aymar

Ah bon.
(Silence, Colmès fait des signes à Colombo pour qu'il relance la conversation)

Sigmund Colombo

Mais enfin Colmès, comment ...

Charlot Colmès

(Satisfait)
Allons Wats...heu...Colombo, vous connaissez mes méthodes.
Vous avez, Madame...

Jeanne Aymar

Mademoiselle...

Charlot Colmès

Mademoiselle, sur la chaussure gauche, un morceau de méduse et un peu de sable, d'où la plage. Votre chaussure droite est tachée de boue et parsemée de brins d'herbe, d'où le champ. Quant au train, vous avez le billet à la main.

Sigmund Colombo

Elémentaire!

Charlot Colmès

(Fâché)
Wats...heu...Colombo

Sigmund Colombo

Excusez-moi Colmès.

Charlot Colmès

Je vous écoute Mademoiselle.

Jeanne Aymar

Je suis Jeanne Aymar, la fiancée de Sir Francis Einstein, du manoir de Twostones.
Frank, ... oui, je l'appelle Frank ...

Sigmund Colombo

Frank Einstein, ... ça me dit quelque chose.

Charlot Colmès

(Cassant)
Suffit Colombo, laissez-la parler.

Jeanne Aymar

Tout a commencé quand le frère aîné de Frank a disparu, il y a six mois.

Charlot Colmès

Oui, je me souviens de cette affaire, ... la police a nagé, comme d'habitude.

Sigmund Colombo

Et on ne l'a pas retrouvé, ni mort, ni vivant.

Jeanne Aymar

La semaine dernière, le notaire de la famille a remis à Frank une enveloppe provenant de son frère. Elle contenait une lettre et un parchemin.
La lettre parlait de malédiction et prévenait que le possesseur du parchemin courait un grave danger.

Charlot Colmès

Pouvez-vous vous souvenir des termes exacts de la lettre?

Sigmund Colombo

Je dirais même plus, des termes exacts.

Charlot Colmès

Wats...heu...Colombo vous vous trompez de scénario, on n'est pas chez Hergé ici.

Jeanne Aymar

J'ai une copie de la lettre
(Elle la montre)

Charlot Colmès

Bravo, excellent réflexe. Colombo, lisez.
(Sigmund Colombo prend la lettre)

Sigmund Colombo

(Il lit)
Mon bien fer chrère

Charlot Colmès

Comment?

Sigmund Colombo

Pardon.
(Il lit)
Mon bien cher frère,

Lorsque tu liras cette lettre j'aurais probablement disparu.
Le parchemin qui l'accompagne m'a été transmis par notre père, qui l'avait reçu du chien ...

Charlot Colmès

Comment

Sigmund Colombo

Pardon,
(Il lit)
du sien, et ainsi de suite depuis de nombreuses années.
Fais attention, ce parchemin est maudit, et ceux qui le possèdent risquent gros s'ils cherchent à comprendre son contenu.
J'ai essayé et je sens maintenant l'ombre de la mort planer sur moi.
Voilà mon chien ber frère... pardon ... mon bien cher frère.

Et c'est signé Franz Einstein.

Ah, le frère s'appelait Franz. Franz Einstein, ça me dit quelque chose.

Charlot Colmès

Suffit Colombo.

Sigmund Colombo

Oui Colmès.

Jeanne Aymar

Je vous ai également amené une copie du manuscrit.
(Elle sort un papier et le tend à Colmès)

Charlot Colmès

Voyons
(Il lit)
Le liquide de vie d'un caillou bien français.
Est inclut dans le comte au souffle plus mauvais.
Notre étoile au jour le plus court rase la chaîne.
Et dans l'ombre tu trembles mais ça en vaut la peine.
Il est vain par le nord, le sang coule au sud-ouest.
Et l'homme vint du sud et dit: "Non, pas vers l'est!"
Regarde au-dessous et seras étonné.
Et sera dénoncé le crime abominé.

Sigmund Colombo

C'est du chinois, et en plus de la mauvaise poésie.

Charlot Colmès

Wats...heu...Colombo, la poésie n'a rien à voir là dedans. Il s'agit d'un code.

Sigmund Colombo

Comme pour les cartes de crédit.

Charlot Colmès

Vraiment Wats...heu...Colombo, vous dites n'importe quoi, et puis les cartes de crédit n'existent pas encore.
(Il se tourne vers Jeanne Aymar)
Mademoiselle, je vais m'occuper de votre affaire.

Jeanne Aymar

Merci Monsieur Colmès. Mon pauvre Frank est dans un état.
(Silence)
D'ailleurs tout le monde est perturbé. Même sa gouvernante, la vieille Ulla est toute retournée depuis la disparition du frère de Frank.

Sigmund Colombo

Ulla?

Jeanne Aymar

Oui, Ulla Drack, elle est au service des Einstein presque depuis sa naissance, car ses parents, avant elle...

Sigmund Colombo

Ulla Drack ... Drack Ulla... ça me dit quelque chose.

Charlot Colmès

Bien Mademoiselle, dites à Monsieur Einstein d'être d'une grande prudence. Je vous donnerais de mes nouvelles sous peu.

Jeanne Aymar

Merci Monsieur Colmès. Au revoir Messieurs.
(Elle sort)

Scène 3

Charlot Colmès

Qu'en pensez-vous Colombo?

Sigmund Colombo

Que c'est compliqué et que je n'y comprends rien.

Charlot Colmès

C'est pourtant clair.

Sigmund Colombo

Comme du jus de chaussette.

Charlot Colmès

Wats...heu...Colombo, pas de comparaison douteuse.

Sigmund Colombo

Mais enfin c'est vrai! Ce type qui disparaît, ce parchemin qui ne veut rien dire, j'y perds mon latin.

Charlot Colmès

Vous parlez le latin?

Sigmund Colombo

Non, ... c'est juste pour dire.

Charlot Colmès

Je me disais aussi. (Silence) Bon, il faut faire quelque chose. Je vais appeler Blacknigger à Scotland Yard.

Sigmund Colombo

Déjà!

Charlot Colmès

Quoi déjà?

Sigmund Colombo

D'habitude il ne vient qu'à la fin.

Charlot Colmès

D'abord, j'ai besoin de renseignements concernant cette famille, et puis celui qui joue Blacknigger ne serait pas content de n'arriver qu'au dernier acte.

Sigmund Colombo

Ca c'est vrai.

Charlot Colmès

Je vais lui téléphoner.
(Il se dirige vers le téléphone)

Scène 4


Colombo en voix off, rideau ouvert, Charlot Colmès est au téléphone et Sigmund Colombo lit le journal.

Sigmund Colombo

Arnold Blacknigger, la crème de la police anglaise.

Certains l'appelaient l'insecticide, car là où il passait, la vermine trépassait, d'autres le surnommaient le Pittbull, car il ne lâchait que rarement sa proie après l'avoir happée.

Physiquement, c'était un costaud, avec des bras gros comme mes cuisses et des épaules de catcheur; bref quelqu'un d'épais.

Intellectuellement, .... il était épais aussi. Il n'avait pas inventé la poudre, mais, comme les suspects qu'il interrogeait, il savait la faire parler.

Colmès déduisait, et lui réduisait. Le couple idéal quoi.

Il débarqua avec armes et bagages, ... enfin avec armes surtout.

Il avait les renseignements demandés pas Colmès.

Scène 5

(Colombo et Colmès sont assis. La porte s'ouvre brusquement et Blacknigger entre. Il est armé jusqu'aux dents et porte deux cartouchières en bandoulière.)

Arnold Blacknigger

(Sur le pas de la porte)
Salut Colmès, Salut Colombo. Alors, on a besoin de la police officielle, hein!

Charlot Colmès

Et réciproquement Blacknigger.

Arnold Blacknigger

C'est vrai Colmès, je l'avoue. Mais à chacun son rôle: à vous les petites cellules grises...

Charlot Colmès

(Enervé)
S'il vous plaît Blacknigger, ne me confondez pas avec ce légume belge et gominé.

Arnold Blacknigger

Hein?

Sigmund Colombo

Il veut parler d'Hercule Poirot

Arnold Blacknigger

Moi je ne connais pas ce ... Carotte.

Sigmund Colombo

Poirot.

Arnold Blacknigger

Bof, tout ça c'est la même soupe. Bon, passons à l'acte.
(Il prend un énorme flingue, Colombo se couche par terre)

Charlot Colmès

(Un peu inquiet)
Blacknigger, ... remettez le cran de sécurité de ce canon, et parlez.

Arnold Blacknigger

On peut pas tirer chef?

Charlot Colmès

Mais non, ça viendra, mais pas encore.

Arnold Blacknigger

Ah ... Bon ... D'accord.
(Silence)
Bon, les Einstein.
(Silence)
Malgré leur nom, ce sont des anglais.
(Silence)
Enfin seulement depuis quelques générations, alors c'est quand même des gens bizarres, presque des étrangers quoi.

Charlot Colmès

(Moqueur)
N'avez-vous pas vous-même des ancêtres germaniques.

Arnold Blacknigger

(Ennuyé)
Ouais, ...bon, ... (se justifiant) mais mon père à quand même traduit notre nom en anglais, c'est un signe non?

Sigmund Colombo

Quel était votre nom?

Arnold Blacknigger

Ben, Black devient Schwarz, et nigger devient negger. Tout ça donne, avec l'accord: Schwarzenegger.

Sigmund Colombo

Schwarzenegger, ... Arnold Schwarzenegger, ... ça me dit quelque chose.

Charlot Colmès

Suffit Wats...heu...Colombo, laissez parler Blacknigger.

Arnold Blacknigger

Où j'en étais moi?
(Il réfléchit)
Ah oui, les Einstein.
Attendez que je sorte mes notes.
(Il sort des papiers)
Voilà
(Il lit, en suivant avec son doigt)
Ils sont arrivés en Angleterre il y a quelques générations, en provenance d'un coin perdu de Bohème.
Ils sont riches, très riches.
Mais la police a eu plusieurs fois affaire à eux: disparitions inexpliquées.

Charlot Colmès

Tous les membres de la famille?

Arnold Blacknigger

Non, quand même, mais à chaque fois les disparus ont laissé une impression étrange à leur entourage. Ils semblaient chercher quelque chose, être complètement absorbés par un mystère.

Charlot Colmès

Et ces gens ont été retrouvés?

Arnold Blacknigger

Ni vivants, ni morts.

Charlot Colmès

Comme c'est bizarre.

Sigmund Colombo

Vous avez dit bizarre?

Charlot Colmès

Wats...heu...Colombo, silence

Sigmund Colombo

Oui Colmès

Arnold Blacknigger

C'est tout ce que j'ai à dire.

Charlot Colmès

Merci Blacknigger, je vous avertirais si je trouve quelque chose.

Arnold Blacknigger

Salut la compagnie
(Il sort)

Charlot Colmès

Bon, il faut que je réfléchisse. Wats...heu...Colombo, ne me dérangez plus jusqu'à ce que je vous le dise. Compris?

Sigmund Colombo

Bien Colmès.

(Rideau)

Acte 2
Scène 1

(Voix Off, rideau fermé, silhouette de Sherlock Holmes)

Sigmund Colombo

Comme à son habitude, Colmès s'enfonça dans son fauteuil, et dans ses réflexions.
Il fumait pipe sur pipe, et ne pipait pas mot.
Cela pouvait durer 3 heures ou 3 jours, voire plus, et malheur à celui qui aurait osé le déranger.
De temps en temps, il semblait près d'arriver à une solution et son visage s'éclairait. Puis il retombait dans sa méditation.
J'avais pris l'habitude de ces périodes d'hésitation...

Charlot Colmès

De réflexion Colombo, s'il vous plaît.

Sigmund Colombo

Bien sûr Colmès, de réflexion.
Je ne le dérangeais donc jamais, mais l'atmosphère devenait vite difficile à supporter.
Cette fois-ci, je l'entendais déclamer le soit disant poème à tue-tête.
(On entend le poème en arrière fond)
Parfois il s'arrêtait et disait: "Je dois trouver avant le 21 décembre, il va se passer quelque chose, ce jour est important"
Nous étions du 18 décembre lorsqu'un télégramme de Jeanne Aymar le força à sortir de sa torpeur et ...

Charlot Colmès

J'ai dit réflexion Colombo

Sigmund Colombo

Si vous voulez Colmès

Charlot Colmès

Mais un peu que je veux.

Sigmund Colombo

Bon, d'accord.
Nous partîmes donc par le premier train vers Twostones.
Après un voyage éprouvant (Confidence) surtout pour moi qui devais écouter Colmès raconter comment il allait terrasser le mensonge et faire éclater la vérité...

Charlot Colmès

Colombo

Sigmund Colombo

Oui Colmès, je continue.
Après un voyage éprouvant disais-je, nous arrivâmes au manoir.
Il y régnait l'angoisse et la peur: Frank Einstein venait d'être victime d'une tentative de meurtre,

Scène 2

(Salon du manoir de Twostones)

Frank Einstein

Comme je vous l'ai dit Monsieur Colmès, j'ai été la victime d'une tentative d'assassinat, et sans la présence d'esprit de Jeanne, je ne serais plus de ce monde.

Jeanne Aymar

Vous exagérez mon cher.

Frank Einstein

Non, non, vous avez été magnifique ma chère, et sans vous ...

Charlot Colmès

Comment cette tentative a-t-elle eu lieu?

Jeanne Aymar

Quelqu'un a mis du ciment et des cailloux dans le porridge de ce matin.

Sigmund Colombo

Du ciment et des cailloux!

Frank Einstein

Oui. Heureusement, j'en avais peu mangé lorsque Jeanne m'a alerté.

Charlot Colmès

Vous en aviez quand même absorbé?

Sigmund Colombo

Et vous n'avez pas trouvé ça un peu lourd?

Frank Einstein

Avez-vous déjà mangé du porridge?

Sigmund Colombo

Hélas oui.

Frank Einstein

Alors vous devez savoir que c'est toujours lourd.

Charlot Colmès

Mais qui avait préparé ce porridge?

Jeanne Aymar

La cuisinière bien sûr.

Sigmund Colombo

Alors c'est elle la coupable.

Charlot Colmès

Tut, tut Wats ... Colombo, n'importe qui a pu pénétrer dans la cuisine.

face="Verdana, Arial" size="-1"> Sigmund Colombo

Mais quand même...

Charlot Colmès

(Sèchement)
Laissez-moi le soin de juger Wats ... Colombo.

Sigmund Colombo

Bien Colmès

(Charlot Colmès sort loupe, brucelles, etc. et furète partout, debout, à quatre pattes. Il frappe les murs, les dalles... )
(Sorte de ballet musical)

Charlot Colmès

Monsieur Einstein, avez-vous d'une manière où d'une autre étudié, ou parlé d'étudier le parchemin?

Frank Einstein

Oui, j'ai cherché, sans rien trouver d'ailleurs, à comprendre ce charabia.

Charlot Colmès

Je vous avais pourtant recommandé la plus grande prudence.

Sigmund Colombo

La plus grande prudence.

Charlot Colmès

Wats ... Colombo

Sigmund Colombo

Colmès?

Charlot Colmès

Perdez cette habitude de répéter tout ce que je dis.

Sigmund Colombo

Ce que vous dites?

Charlot Colmès

Vous voyez, vous recommencez.

Sigmund Colombo

Je recommence.

Charlot Colmès

(En colère)
Assez!

Sigmund Colombo

Oui Colmès.

Charlot Colmès

Je dois étudier la cuisine.
(il sort)

Scène 3

Jeanne Aymar

Il a l'air en colère.

Sigmund Colombo

Vous croyez?

Frank Einstein

Peut-être ne trouve-t-il rien et que cela ...

Sigmund Colombo

Je vous arrête tout de suite.


Frank Einstein

(Apeuré)
Mais je suis innocent.

Sigmund Colombo

Ce n'est pas ce que je veux dire.

Frank Einstein

J'aime mieux ça

Sigmund Colombo

Je veux dire qu'il va trouver, c'est sûr.
(Ulla Drack entre avec le thé)

Ulla Drack

Monsieur, le thé.

Frank Einstein

Merci Ulla
(Ils vont s'asseoir)

Ulla Drack

Monsieur Colmès prend-il aussi du thé?

Sigmund Colombo

Je ne pense pas, de plus il est assez énervé comme ça, alors ...

Ulla Drack

Quel dommage, du si bon thé ...
(Elle sert)
Enfin...

Frank Einstein

Comment allez-vous Ulla?

Ulla Drack

Pas très bien Monsieur. La disparition du frère de Monsieur m'a retournée.

Frank Einstein

Je sais ma brave Ulla.

Ulla Drack

Et maintenant, un attentat contre Monsieur, quelle horreur ...

Jeanne Aymar

Pauvre Ulla, vous les avez vus naître n'est-ce-pas?

Ulla Drack

Ah ça! J'ai même aidé la sage-femme, si je puis me permettre.

Frank Einstein

Mais oui ma chère Ulla.
(Il l'embrasse sur le front).
Vous savez Jeanne, Ulla nous a fait la classe, à Franz et à moi. Et il n'était pas question de ne pas travailler. Elle était sévère, mais d'une efficacité...



Ulla Drack

Monsieur exagère.

Frank Einstein

Mais non, c'est vrai.

Ulla Drack

Merci Monsieur

Frank Einstein

Prenez donc le thé avec nous Ulla.

Ulla Drack

Je ne sais pas si je dois ...

Jeanne Aymar

Puisque Frank vous le dit.

Ulla Drack

(Elle s'assoit)
Alors ...

Frank Einstein

(Lui tendant la tasse libre)
Prenez la tasse de Monsieur Colmès, puisqu'il ne s'en servira pas.

Ulla Drack

Oh non Monsieur.
(Se levant)
Et puis, à la réflexion, je n'ai pas vraiment envie de thé ... depuis la disparition de Franz, oh pardon de Monsieur Franz.

Jeanne Aymar

Il faut tout de même vous alimenter un peu Ulla. Un peu de thé chaud...

Ulla Drack

(Reculant)
Non, non. Merci Mademoiselle ... Excusez-moi, j'ai à faire
(Elle sort en emmenant la tasse de Colmès).

Jeanne Aymar

La pauvre.

Frank Einstein

Elle aimait tant Franz.

Sigmund Colombo

(Prenant la balle au bond)
Pourquoi en parlez-vous comme s'il était mort?

Frank Einstein

Comment?

Sigmund Colombo

Oui, vous en parlez au passé. Rien ne prouve sa mort, à moins ...

Frank Einstein

(Précipitamment)
C'est vrai, mais aucun des disparus de la famille n'a réapparu, alors ...

Jeanne Aymar

(Comme pour détourner la conversation)
Mais j'entends Colmès qui arrive.

Scène 4


(Colmès entre, tous se lèvent)

Sigmund Colombo

Alors Colmès?

Charlot Colmès

J'ai eu une conversation avec la cuisinière. Elle me semble sincère, et je pense qu'elle n'a rien à voir avec l'empoisonnement du porridge.
Par contre ...

Sigmund Colombo

Par contre?

Charlot Colmès

Elle affirme avoir été appelée pour aider la femme de chambre à déplacer un meuble.
Elle a donc été absente de la cuisine pendant une demi-heure.

Sigmund Colombo

Ce qui veut dire que n'importe qui a pu mettre le ciment et les cailloux dans ...

Charlot Colmès

Bravo Colombo, vous faites des progrès étonnants ...

Sigmund Colombo

(En colère)
Ne vous moquez pas de moi Colmès. Je ne suis pas un oligocéphale, comme vous aimez à le penser.
(Tout le monde le regarde, estomaqué)

Frank Einstein

Un quoi?

Sigmund Colombo

(Colère)
Oligocéphale, d'oligo qui veut dire très peu, et céphale qui signifie cerveau.
(Déclamant)
Un oligocéphale est donc un individu sans cervelle.

Frank Einstein

Quelle érudition mon cher.

Jeanne Aymar

Je reste sans voix devant tant de savoir. N'est-ce pas Monsieur Colmès.
(Colombo bombe le torse, Colmès se renfrogne)

Charlot Colmès

Bof

Sigmund Colombo

(Sûr de lui)
Donc quelqu'un d'extérieur a très bien pu commettre cet acte, et ...

Charlot Colmès

(Reprenant le dessus)
Alors là, je vous arrête ...

Sigmund Colombo

(Protestant)
Mais je suis innocent.

Charlot Colmès

Ce n'est pas ce que je veux dire. (Silence) Le coupable ne peut pas venir de l'extérieur.
(Colombo s'affaisse un peu)

Jeanne Aymar

Et pourquoi?

Frank Einstein

Je sais. (Silence) Je me charge moi-même de la fermeture et de l'ouverture des portes du manoir, et je n'ouvre qu'après le petit déjeuner, donc ...
(Colmès bombe le torse, Colombo s'affaisse tout à fait)

Sigmund Colombo

(Vaincu)
Le coupable est forcément dans le manoir.

Charlot Colmès

(Triomphant)
Je ne vous le fais pas dire. (Silence) Bien, Monsieur Einstein, j'aimerais interroger votre personnel.

Frank Einstein

Je vous en prie Monsieur Colmès. Il y a la cuisinière, que vous avez déjà vue, la femme de chambre, le maître d'hôtel et Ulla, la gouvernante.

Charlot Colmès

Vous oubliez le jardinier.

Frank Einstein

Impossible, il n'habite pas le manoir, et ne peut donc être concerné.

Sigmund Colombo

(Reprenant du poil de la bête)
Très juste.
(Regard noir de Colmès)

Charlot Colmès

(Insidieux)
Wats ... Colombo, ne voyez-vous personne d'autre, vous qui êtes si futé?

Sigmund Colombo

Non Colmès.

Charlot Colmès

Monsieur Einstein et Mademoiselle Aymar étaient également dans la maison.

Frank Einstein

Enfin Monsieur Colmès, comment osez-vous?

Jeanne Aymar

(Le calmant)
Il a raison mon cher, il n'y a pas de raisons de faire de faveurs à qui que ce soit. Moi-même par exemple, j'aurais pu vouloir votre mort...

Frank Einstein

Vous?

Jeanne Aymar

C'est un exemple.
Et vous aussi mon cher Frank, vous pourriez faire un coupable parfait.

Frank Einstein

Qu'allez-vous imaginer la?

Jeanne Aymar

Faites un effort d'imagination, juste pour comprendre pourquoi Monsieur Colmès a raison de vouloir nous inclure dans les coupables possibles.

Frank Einstein

(Réfléchit un instant)
J'aurais pu simuler un attentat contre moi, afin de camoufler un vrai meurtre: celui de mon frère. Il y a même un mobile éventuel, puisque j'hérite de tout.
(Se reprenant)
Mais ceci est stupide.

Jeanne Aymar

Bien sûr, mais cela prouve que Monsieur Colmès n'a pas à nous ménager.

Frank Einstein

Vous avez raison ma chère.
Excusez-moi Monsieur Colmès.

Charlot Colmès

Bien. Colombo, vous allez interroger Ulla Drack. Je me charge de la femme de chambre et du maître d'hôtel.

Sigmund Colombo

Merci Colmès.
(Ils sortent, sauf Colombo)

Scène 5


(Ulla Drack entre)

Sigmund Colombo

Madame Drack ...

Ulla Drack

Mademoiselle.

Sigmund Colombo

Oh pardon, Mademoiselle Drack, j'ai quelques questions à vous poser.

Ulla Drack

Je ne sais pas si je peux, .... Monsieur Einstein.

Sigmund Colombo

J'ai son accord.

Ulla Drack

Dans ce cas ...

Sigmund Colombo

Etes-vous également d'origine germanique?

Ulla Drack

Non Monsieur, mes ancêtres viennent de Roumanie.

Sigmund Colombo

De Roumanie?

Ulla Drack

De Transsylvanie pour être plus exacte. Mais je suis née ici, dans ce manoir, et je suis anglaise.

Sigmund Colombo

Ne le prenez pas mal, Mademoiselle, je suis moi-même descendant d'un italien, alors ... d'ailleurs je me demande s'il existe un véritable anglais.
(Silence)
Mais revenons à nos moutons ... Vous êtes depuis longtemps au service de Monsieur Einstein.

Ulla Drack

Depuis toujours et mes parents avant moi étaient ...

Sigmund Colombo

Mais oui, que je suis bête. Mademoiselle Aymar nous l'a dit.

Ulla Drack

Oh! celle-là.

Sigmund Colombo

Comment?

Ulla Drack

Rien!

Sigmund Colombo

Si, vous avez dit: "Oh! celle-là", avec un ton ...

Ulla Drack

(Sur la défensive)
Non, Non.

Sigmund Colombo

(Rassurant)
N'ayez pas peur, je ne dirais rien.

Ulla Drack

(En confidence)
C'est une chercheuse d'or.

Sigmund Colombo

Il y a de l'or dans la région.

Ulla Drack

Non, je veux dire qu'elle veut épouser Monsieur Francis pour son argent.

Sigmund Colombo

Vous croyez? Elle me semble sincèrement amoureuse.

Ulla Drack

C'est ce qu'elle veut faire croire, mais dès qu'elle sera mariée...

Sigmund Colombo

Quoi?

Ulla Drack

Vous me comprenez ...

Sigmund Colombo

Non, pas du tout.

Ulla Drack

(Avec un geste évocateur)
Couic ...

Sigmund Colombo

Comment ça couic?

Ulla Drack

Elle le tuera pour hériter.

Sigmund Colombo

Mais non. Et puis la tentative d'assassinat a eu lieu avant qu'elle soit mariée, alors ...

Ulla Drack

C'était une répétition ... Elle l'a averti à temps, mais la prochaine fois, ... couic.

Sigmund Colombo

Vraiment couic?

Ulla Drack

Je vous le dis. Je les connais ces jeunes. Elles ne veulent plus travailler, elles veulent tout, tout de suite, elles n'ont pas de religion, elles ...

Sigmund Colombo

Oui, j'ai compris. Mais dites- moi ce que vous pensez de ces disparitions successives, car enfin Mademoiselle Aymar n'était pas encore là.

Ulla Drack

C'est le destin. Ils sont maudits depuis des générations. Ma famille les sert depuis un siècle Monsieur, et tous ont quelque chose de bizarre. Ils collectionnent des choses, mais des choses ...

Sigmund Colombo

Quoi?

Ulla Drack

(Regarde si personne n'écoute et doucement)
Des membres ...

Sigmund Colombo

Hein?

Ulla Drack

(Doucement)
Des morceaux de corps humain ...

Sigmund Colombo

C'est pas vrai?

Ulla Drack

Si. Dès que quelqu'un de la famille perd quelque chose, ils le conservent congelé.

Sigmund Colombo

Je ne comprends pas.

Ulla Drack

C'est pourtant simple. Monsieur François, le père, avait perdu un bras en 14-18. Ils l'ont gardé.
On a dû enlever un rein au frère de Monsieur, ils l'ont gardé. Et ainsi de suite... Le congélateur est presque plein de ces morceaux.

Sigmund Colombo

Mais enfin pourquoi?

Ulla Drack

Ils disent que ça peut toujours servir.

Sigmund Colombo

Bizarre, étrange. Mais revenons au frère de Monsieur Einstein ...

Ulla Drack

Quelques mois avant sa disparition, il était normal. C'était même un brave petit, oh pardon.

Sigmund Colombo

Ce n'est rien.

Ulla Drack

Puis tout-à-coup, il a commencé à marmonner tout seul, à répéter les phrases du parchemin. Il me disait qu'il approchait de quelque chose d'important, de grave.
Je l'ai même vu marcher dans le jardin, en comptant ses pas, revenir en arrière et recommencer.
Tout ça était d'un étrange.

Sigmund Colombo

Vous avez dit étrange, comme c'est bizarre.

Ulla Drack

Hein?

Sigmund Colombo

Non, rien.

Ulla Drack

Il m'a même demandé si l'on n'avait pas abattu un tremble dans le parc.

Sigmund Colombo

Et il y en avait un?

Ulla Drack

Oui, il devait l'avoir oublié. Un orage l'avait abîmé et son père l'a fait abattre.

Sigmund Colombo

Vous le lui avez dit?

Ulla Drack

Bien sûr et il a eu l'air enchanté. Il est reparti vers le jardin en courant, jusqu'à l'endroit que je lui avais indiqué.

Sigmund Colombo

Et qui était?

Ulla Drack

A l'emplacement de la statue, à côté du bassin.

Sigmund Colombo

Je vois, avez-vous quelque chose d'autre à me signaler?

Ulla Drack

Non-Monsieur, je ne suis que la gouvernante vous savez.

Sigmund Colombo

Je vous remercie.
(Elle sort)

Scène 6


(Charlot Colmès entre)

Charlot Colmès

Alors Wats ... Colombo, succès?

Sigmund Colombo

Ah ça oui. Elle a répondu à toutes mes questions.

Charlot Colmès

Et alors?

Sigmund Colombo

Franz Einstein, avant sa disparition, n'arrêtait pas de parcourir le jardin en comptant ses pas, de recommencer, et ainsi de suite.

Charlot Colmès

J'en étais sûr ... et ensuite?

Sigmund Colombo

Rien de particulier.
(Entrent Jeanne Aymar et Frank Einstein)

Jeanne Aymar

Tout va bien?

Charlot Colmès

On ne peut mieux. Je pense être en mesure bientôt de vous fournir toute la lumière sur cette ténébreuse affaire.

Frank Einstein

Ah, tant mieux!

Charlot Colmès

(Va vers la fenêtre)
Dites-moi, Monsieur Einstein, je vois un chêne dans le jardin, mais, à votre connaissance, y avait-il un tremble par le passe?

Sigmund Colombo

Oui

Charlot Colmès

Comment le savez-vous?

Sigmund Colombo

Ulla Drack m'en a parlé. Elle m'a même dit que le frère de Monsieur Einstein lui avait posé la question ...

Charlot Colmès

(Colère)
Et vous ne m'avez rien dit!

Sigmund Colombo

Mais ...

Charlot Colmès

Je rêve, ce n'est pas possible. C'est une des clés du problème, et Môssieur ne dit rien...

Sigmund Colombo

Mais Colmès ...

Charlot Colmès

Taisez-vous. Lui avez-vous demandé la hauteur de cet arbre?

Sigmund Colombo

Pourquoi?

Charlot Colmès

(Hors de lui)
Vous êtes vraiment le dernier des derniers Wats ... Colombo.

Sigmund Colombo

Je vous en prie Colmès.

Charlot Colmès

Ah! Taisez-vous.
(Il se dirige vers la sortie)
Il faut que je le demande à Ulla.
(Il sort)

Frank Einstein

Mais je connais la hauteur qu'avait cet arbre.

Sigmund Colombo

Trop tard, il est parti.

Frank Einstein

C'était un arbre de 22 mètres exactement. Ulla s'en servait pour nous enseigner les triangles semblables en géométrie. J'en ai d'ailleurs bavé pour...

Jeanne Aymar

Il a l'air très en colère contre vous.

Sigmund Colombo

(Encore effrayé)
Dites plutôt qu'il est sur le point d'exploser.

(On entend une explosion. Charlot Colmès entre, débraillé, le visage noir, avec un morceau de tuyau de pipe entre les dents)

Sigmund Colombo

Que s'est-il passé Colmès?

Charlot Colmès

(Retire le tuyau de sa bouche)
On a tenté de me tuer ...

Jeanne Aymar

Non?

Charlot Colmès

Si.

Frank Einstein

Comment?

Charlot Colmès

On a piégé ma pipe, et quand je l'ai allumée, ... boum

Jeanne Aymar

Mon dieu.
(Elle s'évanouit)

(Rideau)


Acte 3
Scène 1

(Arnold Blacknigger, Jeanne Aymar et Franck Einstein, dans le salon)

Arnold Blacknigger

Alors comme ça le fameux détective a failli passer l'arme à gauche.

Jeanne Aymar

C'était horrible, vous auriez dû le voir, avec ses vêtements déchirés, son visage noirci.

Arnold Blacknigger

Si j'avais été là, il ne se serait rien passé, foi de Blacknigger.

Jeanne Aymar

Comment pouvez-vous en être sûr?

Arnold Blacknigger

(Enervé)
Douteriez-vous de l'efficacité de la police de sa Majesté?

Jeanne Aymar

(Lui tient tête)
Pourquoi pas?

Franck Einstein

Calmez-vous ma chère.
(A Arnold Blacknigger)
Elle est américaine, vous comprenez.

Arnold Blacknigger

Ah, si elle est américaine ....

Jeanne Aymar

Quoi américaine, c'est une tare d'être américaine.

Arnold Blacknigger

C'est vous qui le dites.
(Jeanne Aymar lui fonce dessus, Franck Einstein la retient)

Franck Einstein

Mais non ma chère, seulement les coutumes sont différentes, et en Angleterre il ne viendrait à personne l'idée de douter le la police.

Jeanne Aymar

(En regardant Arnold Blacknigger)
C'est peut-être pour ça qu'ils sont aussi gonflés et sûrs d'eux.

Arnold Blacknigger

(Se levant)
Madame!

Jeanne Aymar

(Souriante)
Mademoiselle...

Franck Einstein

Bon. Ne pourriez-vous pas cesser de vous disputer, nous avons autre chose à penser que ces querelles de clocher.
(Jeanne Aymar se lève et va à la fenêtre)

Franck Einstein

(Confidentiellement, à Arnold Blacknigger)
Veuillez l'excuser, les événements l'ont un peu bouleversée.

Arnold Blacknigger

na, Arial" size="-1"> Ouais, ... elle ne pourrait pas faire partie de Scotland Yard, ... trop émotive.
Nous, nous gardons notre calme dans toutes les situations.

Jeanne Aymar

(Brusquement)
Venez voir!

Arnold Blacknigger

(Bondit, et sort son flingue)
Quoi, qu'est-ce qui se passe?

Franck Einstein

(A Arnold Blacknigger)
Dans toutes les situations hein?

Arnold Blacknigger

(Range son flingue, agressif)
Parfaitement Monsieur.

Franck Einstein

Bon, allons voir.
(Il se déplace vers la fenêtre)
Que se passe-t-il Jeanne?

Jeanne Aymar

Monsieur Colmès et Monsieur Colombo sont en train de faire quelque chose de bizarre dans le jardin.

Franck Einstein

Quoi?

Jeanne Aymar

Il a planté un long bâton dans le sol, à côté de la statue, et il mesure son ombre.

Arnold Blacknigger

Pourquoi faire?

Jeanne Aymar

Je n'en sais rien.
Maintenant il continue sa mesure plus loin que l'ombre du bâton, mais dans le même axe, et il plante un drapeau.

Franck Einstein

Quel comportement étrange!

Jeanne Aymar

Il marche, on dirait qu'il compte ses pas.
(Arnold Blacknigger vient vers la fenêtre)
Il replante un drapeau, et change de direction.

Franck Einstein

Cela me rappelle le comportement de mon frère avant sa disparition.

Jeanne Aymar

Oui, je me souviens de ce qu'il avait dit l'autre jour, le comportement de votre frère explique tout, ou presque.

Arnold Blacknigger

Je n'y comprends rien.

Franck Einstein

Monsieur Colmès nous a annoncé hier qu'il se passerait le 21 décembre, c'est-à-dire aujourd'hui, des événements qui apporteraient la lumière sur cette affaire, et qu'il aurait à travailler dans le jardin.

Jeanne Aymar

Regardez! Il a terminé ses mesures. Il est arrêté devant l'entrée de la chapelle.

Arnold Blacknigger

Il y rentre, mais qu'est-ce qu'il fout?

Franck Einstein

Je n'en sais rien.

Arnold Blacknigger

(Regardant par la fenêtre)
Il ressort. Oh là là, il a sa tête des mauvais jours. A mon avis il a dû tomber sur un os.

Jeanne Aymar

Ils viennent par ici. Nous allons savoir.

Scène 2


(Les mêmes, plus Sigmund Colombo et Charlot Colmès)

Charlot Colmès

(En entrant, à Sigmund Colombo)
Je suis sûr d'avoir raison Wats ... Colombo et ce n'est pas ce petit contretemps qui m'arrêtera.

Sigmund Colombo

Mais enfin Colmès, vous voyez bien qu'il n'y a rien dans cette chapelle.

Charlot Colmès

Suffit Wats ... Colombo.

Jeanne Aymar

(Allant vers eux)
Alors Monsieur Colmès, une contrariété?

Charlot Colmès

Aucunement Mademoiselle.


Franck Einstein

Et pourtant?

Charlot Colmès

(Sec)
J'ai dit aucunement.
(Silence)
Il faut que je réfléchisse.

Arnold Blacknigger

A quoi que vous pensez?

Jeanne Aymar

Mon dieu, quelle syntaxe!

Arnold Blacknigger

Qu'est-ce qu'elle dit encore celle-là?

Franck Einstein

Rien, elle ne dit rien.
(Il éloigne Jeanne Aymar d'Arnold Blacknigger)

Arnold Blacknigger

Ah bon! Alors Colmès?

Charlot Colmès

Vous savez que je n'aime pas faire part de mes réflexions avant qu'elles n'aboutissent, mais enfin ... je vais faire une exception.
Permettez que je prenne mes notes.
(Il sort un carnet de sa poche et l'ouvre)
Voilà.
(Il lit à moitié)
Tout part du poème, disons plutôt du code.
Je laisse de côté les deux premiers vers car ils sont encore obscurs.
Prenons le suivant:

Notre étoile au jour le plus court rase la chaîne.

Notre étoile c'est...

Sigmund Colombo

Le soleil

Charlot Colmès

(Moqueur)
Bravo Wats ... Colombo.
(Sigmund Colombo se renfrogne)
Au jour le plus court ...

Sigmund Colombo

Le jour le plus court c'est ...

Jeanne Aymar

Aujourd'hui, le 21 décembre.


Franck Einstein

Au fond c'est facile. On dirait une charade.

Charlot Colmès

Attendez la suite: rase la chaîne
(Silence)
Alors on fait moins les mariolles hein!

Sigmund Colombo

Oh, Colmès!

Charlot Colmès

Excusez-moi, je me suis laissé aller.
(Silence)
Tout devient clair si l'on remplace "la" par "le" et que l'on ne tient pas compte de l'orthographe: rase le chêne.
On obtient donc:
Le 21 décembre, à l'heure où le soleil rase le chêne

Franck Einstein

Merveilleux.

Charlot Colmès

Vers suivant:
Et dans l'ombre tu trembles mais ça en vaut la peine.

Jeanne Aymar

J'ai compris: il s'agit de l'ombre du tremble.

Charlot Colmès

Bravo.

Jeanne Aymar

Mais la seconde partie?

Charlot Colmès

Rien, c'est du remplissage qui rappelle l'importance de ce que l'on doit trouver
Passons aux deux vers suivants:
Il est vain par le nord, le sang coule au sud-ouest.
Et l'homme vint du sud et dit: "Non, pas vers l'est!"
(A Jeanne Aymar)
A votre avis?

Jeanne Aymar

Je ne vois vraiment pas, à part: nord, sud-ouest, sud et est qui indiquent des directions.

Charlot Colmès

C'est déjà ça. Bravo Mademoiselle.

Franck Einstein

Ne serait ce pas l'explication de votre itinéraire dans le jardin?

Sigmund Colombo

Mais bien sûr!

Arnold Blacknigger

Mais le nombre de pas dans chaque direction.

Charlot Colmès

(Etonné)
Bien Blacknigger. C'est l'étape suivante. Colombo, relisez lentement ces deux vers, s'il vous plaît, à haute voix.

Sigmund Colombo

Il est vain par le nord ...

Charlot Colmès

Vingt pas au nord ...

Sigmund Colombo

Le sang coule au sud-ouest ...

Charlot Colmès

Cent au sud-ouest...

Sigmund Colombo

Et l'homme vint du sud ...

Jeanne Aymar

Vingt pas au sud ...

Sigmund Colombo

Et dit: "Non, pas vers l'est".

Franck Einstein

Dix pas à l'est. C'est lumineux!

Arnold Blacknigger

Ah bon?

Jeanne Aymar

Et cet itinéraire vous a amené à la chapelle.

Charlot Colmès

Oui, mais il a fallu d'abord déterminer le point de départ.
A l'ombre du tremble signifie en fait au bout de l'ombre, sinon cela n'a aucun sens.
Il fallait donc déterminer le bout de l'ombre d'un arbre qui n'existe plus, ce que j'ai fait à l'aide d'un bâton de longueur connue et ...

Franck Einstein

Par les triangles semblables, comme lorsque l'on était gosse.

Charlot Colmès

Exactement.

Franck Einstein

C'est merveilleux de comprendre.

Arnold Blacknigger

De comprendre quoi?
(On frappe à la porte)

Franck Einstein

Entrez!

Scène 3


(Les mêmes et Ulla Drack. Ulla Drack entre avec le thé)

Ulla Drack

Le thé Monsieur.

Franck Einstein

Merci Ulla.
(Aux autres)
Si vous voulez bien vous asseoir.
(Ils s'assoient et Ulla Drack commence à servir le thé)

Jeanne Aymar

Vous êtes donc entrés dans la chapelle.
(Ulla Drack laisse tomber la tasse qu'elle tient)

Ulla Drack

Oh pardon Monsieur.

Franck Einstein

Ce n'est rien Ulla

Ulla Drack

Je me fais vieille Monsieur, et toutes ces émotions ...

Franck Einstein

Je sais ma bonne Ulla. Prenez une tasse de thé avec nous.
(Il se lève et lui laisse sa place)

Ulla Drack

Oh non, Monsieur, pas votre place.

Franck Einstein

J'insiste.

Ulla Drack

Bien Monsieur.
(Elle s'assoit, Jeanne Aymar continue le service. Charlot Colmès regarde Ulla avec insistance)

Charlot Colmès

(Comme s'il se parlait à lui-même)
Mon dieu, que j'ai été lent ...

Sigmund Colombo

Comment Colmès?

Charlot Colmès

(Revenant sur terre)
Comment comment Wats ... Colombo?

Sigmund Colombo

Vous disiez?

Charlot Colmès

Je réfléchissais à haute voix.

Jeanne Aymar

(S'assied)
Nous parlions de la chapelle...

Charlot Colmès

Colombo ...

Sigmund Colombo

Oui Colmès. Nous sommes entrés dans la chapelle et nous avons sondé le sol... du diable si je sais pourquoi.,

Charlot Colmès

(Fatigué)
Le vers suivant Wats ... Colombo.

Sigmund Colombo

Vous avez soif?

Charlot Colmès

Mais non, le vers v e r s.

Sigmund Colombo

Oh pardon.
Regarde au dessous et tu comprendras tout.
Et alors?

Charlot Colmès

Au-dessous, Colombo ... au-dessous

Franck Einstein

(S'exclamant)
La crypte ...
(Tout le monde sursaute, Charlot Colmès bondit sur ses pieds)

Charlot Colmès

Quoi la crypte?

Franck Einstein

Il y a une crypte sous la chapelle, et il y a des tombes.

Sigmund Colombo

Mais je n'ai pas vu d'entrée dans la chapelle.

Franck Einstein

Il n'y en a pas.

Arnold Blacknigger

Mais alors, comment qu'on y rentre?

Franck Einstein

Par la cuisine, ou plutôt par la cheminée de la cuisine. Il suffit de tourner le chenet de droite et la porte secrète s'ouvre. N'est-ce pas Ulla?

Ulla Drack

(Gênée)
Oui Monsieur.
(Précipitamment)
Mais il y a longtemps que cette porte n'a pas été utilisée, et je ne sais pas si elle marche encore.

Franck Einstein

Allons voir tout de suite
(Tous, sauf Ulla Drack et Charlot Colmès se lèvent et vont vers la porte)
Vous venez Monsieur Colmès?
(Colmès se lève, vacille et tombe)

Sigmund Colombo

(Se précipitant vers Colmès)
Mon dieu, Colmès, que se passe-t-il?
(Les autres le suivent, Sigmund Colombo assied Charlot Colmès)
Colmès, Colmès ...
(Charlot Colmès ouvre les yeux)
Ah! Ca va mieux?

Charlot Colmès

Ce n'est rien Colombo, juste un petit malaise. La fatigue sans doute ...

Sigmund Colombo

La fatigue qu'il dit ...
(Aux autres)
Il n'a pratiquement pas dormi et presque rien mangé depuis trois semaines ...

Charlot Colmès

Ca va, ça va Wats ... Colombo.
(Aux autres)
Si vous n'y voyez pas d'inconvénient, j'aimerais aller me coucher. Nous irons dans la crypte demain.

Arnold Blacknigger

Mais ...

Charlot Colmès

(Avec un regard appuyé)
Blacknigger

Arnold Blacknigger

D'accord Colmès
(Ils sortent. Sigmund Colombo et Arnold Blacknigger soutiennent Charlot Colmès)
(Rideau)

Scène 4


(Voix off)

Sigmund Colombo

Tout le monde s'était couché, chacun imaginant à sa manière ce qui allait se passer le lendemain. J'eus beaucoup de peine à m'endormir. Je retournais tous les événements dans ma tête. Nous avions trouvé la partie pratique de l'énigme, mais à quoi cela allait-il nous mener? Quel était le crime abominé dont parlait le poème?
Je venais de sombrer dans un sommeil profond lorsque:
(Voix jeunes)

Charlot Colmès

Colombo ... Colombo ... Réveillez-vous!

Sigmund Colombo

Quoi? ... Qu'est-ce qui se passe? Il y a le feu?

Charlot Colmès

Non, non, calmez-vous Colombo.

Sigmund Colombo

Colmès que faites-vous ici? Ce n'est pas prudent!
Quand on est malade, on reste au lit. D'ailleurs ma femme ...

Charlot Colmès

Laissez votre femme où elle est. Je ne suis pas plus malade que vous.

Sigmund Colombo

Mais votre malaise?

Charlot Colmès

Une bonne comédie.

Sigmund Colombo

Mais pourquoi?

Charlot Colmès

Je ne voulais pas aller dans la crypte avec cette tribu à mes basques. Levez-vous, nous y allons.

Sigmund Colombo

Maintenant?

Charlot Colmès

Oui, maintenant?

Sigmund Colombo

Tout de suite?

Charlot Colmès

Oui, maintenant, tout de suite, immédiatement, sur l'heure, et j'en passe.

Sigmund Colombo

Attendez que je m'habille.

Charlot Colmès

Il s'agit bien de cela. Enfilez une robe de chambre et ...
(Silence)
Armez-vous.

Sigmund Colombo

Vous croyez?

Charlot Colmès

Oui

Sigmund Colombo

(Voix vieux)
Nous descendîmes dans la cuisine et Colmès tourna le chenet. La plaque de la cheminée tourna, découvrant un passage sombre.
Colmès me fit remarquer que la porte fonctionnait bien et me montra les gonds: ils étaient graissés, ce qui prouvait que quelqu'un était entré récemment.
Nous traversâmes un long couloir, et nous arrivâmes dans la crypte.

(Rideau)

Scène 5


(Pendant un moment, on voit Sigmund Colombo et Charlot Colmès chercher dans la crypte. Ils déplacent des bûches, sondent les murs et tapent par terre.
Tout à coup, un coup résonne plus que les autres. Ils s'arrêtent et se regardent)

Sigmund Colombo

Il y a un trou là dessous.

Charlot Colmès

Je ne vous le fais pas dire.
(Ils se mettent à genoux)
Regardez, la pierre n'est pas scellée. Nous allons la soulever.
Prenez des bûches pour caler la pierre.
(Sigmund Colombo amène des bûches)
Allez, on soulève. Un, deux, trois
(Ils soulèvent)

Sigmund Colombo

Calez la pierre Colmès, je la tiens.
(Charlot Colmès place les bûches)
Ouf, ça c'est de la dalle.

Charlot Colmès

Nous allons enfin savoir.
(Il prend la lampe et la place au-dessus du caveau)
Colombo, je vous présente Monsieur Franz Einstein, le frère de notre ami.

Sigmund Colombo

Mon dieu Colmès, il est donc mort.

Charlot Colmès

Vous vous attendiez à ce qu'il revienne en dansant le tango?

Sigmund Colombo

Quelle horreur ... mais il y a des squelettes.

Charlot Colmès

Les autres disparus de la famille.

Sigmund Colombo

Colmès, il y a un coffre dans le caveau.

Charlot Colmès

C'est normal Wats ... Colombo.

Sigmund Colombo

Comment ça normal?

Charlot Colmès

Les gens que vous voyez ici sont venus chercher quelque chose. Ils n'étaient pas en promenade.

Sigmund Colombo

Mais quel est le monstre qui ...

Charlot Colmès

Pas le, Colombo, les monstres. Certaines disparitions remontent à plusieurs dizaines d'années.

Sigmund Colombo

Mais qui sont ces personnes?

Charlot Colmès

J'ai une idée en ce qui concerne la dernière.

Sigmund Colombo

Et c'est?

Charlot Colmès

C'est ...
(Ulla Drack est sur le pas de la porte, elle a un revolver)

Ulla Drack

Ne dites rien Monsieur Colmès.
(Ils se relèvent)

Sigmund Colombo

Ulla Drack

Charlot Colmès

C'est elle la coupable.

Sigmund Colombo

Mais pourquoi?

Ulla Drack

Tous les gens qui sont ici étaient trop curieux Monsieur Colombo. Ils ont chercher à savoir ce que tout le monde doit ignorer.

Sigmund Colombo

Mais enfin vous ne les avez pas tous tués. Qui alors?

Ulla Drack

Mon père, et son père avant lui.

Charlot Colmès

Tout s'explique.

Sigmund Colombo

Vous trouvez-vous!

Ulla Drack

Mais oui Monsieur Colombo. C'est une affaire de famille. Il s'est passé un événement grave, il y a longtemps. Ma famille pourrait être déshonorée si cela se savait.
Nous avons donc fait disparaître tous ceux qui s'approchaient de la vérité.

Charlot Colmès

Mais quel est événement qui justifie tous ces morts

Ulla Drack

(Elle leur montre le caveau)
Vous allez les rejoindre, alors je peux vous le dire. Il y a 150 ans, mon ancêtre ...

(La porte s'ouvre brutalement, Arnold Blacknigger apparaît avec un énorme fusil. Charlot Colmès et Sigmund Colombo plongent)

Arnold Blacknigger

Attention les plantes vertes, ça va arroser!

(Enorme rafale, fumée, bruit. Ulla Drack s'écroule. Grand silence)

Sigmund Colombo

(Relevant légèrement la tête)
Colmès, ... vous êtes vivant?

Charlot Colmès

Oui Colombo
(Il se relève)
Eh bien Blacknigger, on peut dire que vous faites dans la dentelle.

Arnold Blacknigger

Ouais, moquez-vous n'empêche que si je n'étais pas arrivé ...

Charlot Colmès

C'est vrai.

Sigmund Colombo

(Se relève et avance vers Arnold Blacknigger)
Vous auriez pu nous tuer avec cette artillerie.

Arnold Blacknigger

Je maîtrise Colombo, ... je maîtrise.

Sigmund Colombo

Ouais

Charlot Colmès

Merci quand même Blacknigger, mais comment êtes-vous arrivé?

Arnold Blacknigger

Je vous connais Colmès. Je savais que cette histoire d'évanouissement était du bidon, et que vous vouliez venir ici sans moi.

Charlot Colmès

(Gêné)
Mais non

Arnold Blacknigger

Mais si.
(On entend un bruit de course, Jeanne Aymar et Franck Einstein entrent)

Franck Einstein

Qu'est-ce qui se passe?

Jeanne Aymar

Quel est ce bruit?

Arnold Blacknigger

C'est ma petite copine.
(Il montre son artillerie)

Franck Einstein

Monsieur Colmès ...
(Il s'avance et voit Ulla Drack)
Mais c'est Ulla. Pourquoi est-elle couchée?

Sigmund Colombo

Elle est morte Monsieur Einstein.

Arnold Blacknigger

Et si vous voulez boucher les trous, commandez un camion de rustines.

Charlot Colmès

Blacknigger, s'il vous plaît!

Jeanne Aymar

Mais pourquoi?

Sigmund Colombo

C'est elle, enfin c'était elle la coupable.

Franck Einstein

Non, je ne peux pas le croire.
(Il s'approche du caveau)
Mon dieu, Franz.

Sigmund Colombo

Oui Monsieur Einstein.

Franck Einstein

Mais pourquoi Ulla ...?

Charlot Colmès

(Sortant le coffre du caveau)
Pour ça.
(Il montre le coffre)

Jeanne Aymar

Qu'est ce que c'est?

Charlot Colmès

Les preuves ...

Sigmund Colombo

Quelles preuves?

Charlot Colmès

Le poème Colombo, le poème: Et sera dénoncé le crime abominé.
(Il donne le coffre à Colombo)
Ouvrez-le voulez-vous?

Sigmund Colombo

Oui Colmès.

Jeanne Aymar

Mais quel est ce crime?

Charlot Colmès

Je ne sais pas Mademoiselle, Blacknigger est arrivé quelques minutes trop tôt.

Arnold Blacknigger

Ca vaut mieux pour vous que trop tard

Charlot Colmès

C'est vrai Blacknigger. Mais enfin, Ulla Drack n'a pas eu le temps de parler.

Sigmund Colombo

Ca y est Colmès! C'est ouvert.
(Il donne le coffre)

Charlot Colmès

Voyons
(Il fouille)
Voici la preuve ...
(Il montre un dentier de vampire).

Arnold Blacknigger

C'est quoi ça?

Charlot Colmès

Un dentier Blacknigger, avec des canines très développées.

Jeanne Aymar

Un vampire?

Sigmund Colombo

On dirait.
(Il examine le dentier)
Mais regardez Colmès, il y a un fil coincé entre les dents.

l" size="-1"> Charlot Colmès

(Il regarde le dentier)
C'est vrai, on dirait ...

Franck Einstein

Quoi?
(Jeanne Aymar prend le coffre)

Charlot Colmès

Du fil de pêche ...

Franck Einstein

Je n'y comprends rien.

Arnold Blacknigger

Moi non plus.

Sigmund Colombo

Et vous Colmès?

Charlot Colmès

Rien non plus, je dois l'avouer mais ...

Jeanne Aymar

Monsieur Colmès.

Charlot Colmès

Mademoiselle?

Jeanne Aymar

Il y a quelque chose d'écrit dans le couvercle.

Charlot Colmès

Quoi?

Jeanne Aymar

Attendez
(Elle prend la lampe et l'approche)
DRA ... CU ... LA
FRAN ... KEN ... STEIN

Sigmund Colombo

Encore une histoire de vampire.

Charlot Colmès

Ecoutez, j'ai besoin d'un peu de temps pour comprendre tout ça. Je vous propose de nous retrouver chez nous, à Parker Street, disons ... samedi prochain, à l'heure du petit déjeuner.
En attendant ...

(Rideau)

Scène 6


(Voix off)

Sigmund Colombo

Pendant toute la semaine, Colmès se démena comme un beau diable.
Il avait rempli notre salon de livres sur le vampirisme et se plongeait dans ces ouvrages pendant des heures.
Il fit même venir un généalogiste, afin d'étudier de plus près les familles Drack et Einstein.
Il ne cessait de me répéter qu'il fallait comprendre les deux premiers vers du poème, que la clé de l'énigme était là, mais ... Nous n'avancions pas ...

Charlot Colmès

Nous Colombo, voilà un pluriel bien singulier!

Sigmund Colombo

Cela prouve que j'assume une partie de ces hésitations ...

Charlot Colmès

Comment ça des hésitations ...

Sigmund Colombo

Oui, des hésitations.

Charlot Colmès

Vous n'avez pas tort.

Sigmund Colombo

Revenons à notre affaire: nous approchions du rendez-vous fixé, et je sentais Colmès nerveux.
Et puis, dans la nuit du jeudi au vendredi, aux alentours de 3 heures du matin, je fus réveillé en sursaut par Colmès qui ouvrit la porte de ma chambre et entra en hurlant: "J'ai trouvé, j'ai trouvé Colombo, j'ai trouvé". Je lui demandai des explications mais il me dit qu'il me faudrait attendre samedi.
La journée de vendredi fut d'une longueur éprouvante, et j'eus quelque peine à dormir la nuit suivante. Enfin, arriva le samedi.
(Rideau)

Scène 7


(Salon de Sigmund Colombo et Charlot Colmès: Jeanne Aymar et Frank Einstein sont assis autour de la table. Madame Hudson sert le petit déjeuner. Charlot Colmès est debout et se déplace dans la pièce)

Charlot Colmès

(Consultant ses notes)
Dans cette affaire, tout est inclus dans le poème.
Dès le début je savais qu'il s'agissait d'un code, et je passais une semaine à essayer de comprendre.
Les vers donnant le nombre de pas étaient, pour moi, évidents, mais il me fallait trouver le point de départ et j'avoue que cela me fut impossible avant de voir le jardin.
Il fallait également trouver le ou la coupable de la tentative de meurtre et là...

Mme Hudson

(A Jeanne Aymar)
Vous reprendrez bien un peu de porridge ...

Jeanne Aymar

Non, merci

Charlot Colmès

Et là, disais-je, j'avoue que j'ai un peu pataugé. Des indices qui me semblent maintenant évidents auraient dû m'indiquer que ...

Mme Hudson

(A Frank Einstein)
Monsieur reprendra bien du bacon et des ?ufs.

Charlot Colmès

Madame Hudson, je cause.

Mme Hudson

Oh pardon Monsieur.

Charlot Colmès

Enfin, vous savez comme moi ce qui s'est passé.

Frank Einstein

Mais la raison de tout cela.

Charlot Colmès

C'est la dernière énigme, et il m'a fallu du temps pour trouver la solution.
Prenons le premier vers du poème:

Le liquide de vie d'un caillou bien français.

Le liquide de vie c'est le sang, et le caillou bien français est un jeu de mot sur "stein", qui veut dire caillou et français que l'on peut à peu près, dans ce cas, traduire par "frank".
C'est tiré par les cheveux, d'accord mais cela donne: le sang de Frankenstein.

Est inclut dans le comte au souffle plus mauvais.

Est inclus signifie "est dans", quant au reste...

Mme Hudson

(A Sigmund Colombo)
Il faut le finir, Monsieur, cela ne se conserve pas.

Charlot Colmès

(Hurlant)
Madame Hudson.

Mme Hudson

Bien Monsieur, je m'en vais Monsieur.
(Elle sort)

Charlot Colmès

Le comte au souffle plus mauvais est le comte Dracula.

Sigmund Colombo

Comment?

Charlot Colmès

Oui, souffle égale vent, et plus mauvais égale pire. Ce qui donne le comte vampire. Vous en connaissez plusieurs?

Jeanne Aymar

Admirable.

Charlot Colmès

On obtient alors, pour les deux premiers vers: le sang de Frankenstein est dans le comte vampire.
L'événement qui a provoqué tout ceci est donc le suivant: le vampire Dracula a, dans le passé, bu le sang de la créature du docteur Frankenstein.
(Silence)

Frank Einstein

Mon dieu, tous ces morts pour une raison aussi idiote.

Charlot Colmès

Je suis d'accord avec vous, mais la famille Drack, descendante de Dracula, avait une tare génétique assez prononcée.

Jeanne Aymar

Mais la preuve?

Charlot Colmès

Il s'agit du dentier de Dracula, et le fil que m'a fait remarquer Colombo est du fil chirurgical, reste de crime.

Frank Einstein

(Se levant)
Monsieur Colmès je ne vous serais jamais assez reconnaissant d'avoir ...

Charlot Colmès

Cela n'est rien Monsieur.
(Frank Einstein et Jeanne Aymar sortent , Sigmund Colombo les raccompagne à la porte)
Alors Colombo, qu'en dites-vous?

Sigmund Colombo

Superbe Colmès. Mais ce qui me fait le plus plaisir, c'est ...

Charlot Colmès

C'est?

Sigmund Colombo

Que depuis que Blacknigger a failli nous tuer, vous m'avez appelé par mon nom, sans vous tromper avec ce Wats. A propos, qui est Wats?

Charlot Colmès

Watson, Colombo, le docteur Watson.
(Rideau)



---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite