Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (117)

Outils
Bibliographie (3610)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (3426)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (3426)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Fictions » Le singe des quatre
par
Jean-Claude Mornard
Ses autres fictions
Le singe des quatre Juillet 10, 2007
Illustrations © Lysander


Une aventure de Shamrock Horse et du docteur Hansom

Tout à commencé par une belle matinée de printemps, aux alentours du 21 décembre. J'ai oublié l'année, au cas où cela vous intérésserait de le savoir. De savoir que j'ai oublié l'année, veux-je dire, pas de savoir en quelle année cette histoire se déroule puisque je l'ai oublié.
Shamrock Horse venait de résoudre l' affaire du mystère de l'énigme du secret de la pyramide de l'espadon de l'Atlantide et il se prélassait dans sa nouvelle chaise de camping tout en tirant de grosses bouffées malodorantes de sa pipe en papier mâché, celle-là même qu'il utilisait toujours pour se détendre après une affaire particulièrement complexe.
En ce qui me concernait, j'étais en train de recopier mes notes relatives à l'affaire du vampire aux dents jaunes et aux yeux violets. A moins que ce ne fut l'affaire du vétérinaire érotomane aux yeux jaune pâle, mon écriture de cochon pouvait laisser planer un doute. Ah non ! Ca me revient, c'était l'affaire du faux Van Gogh volé dans les toilettes de la gare d'Amsterdam !
Shamrock Horse déplia soudain son grand corps et se mit à faire les cent pas dans la pièce.
- J'enrage, Hansom !
- Qu'est-ce à dire ? fis-je, non sans à propos. Vous venez de récolter l'un des plus brillants succès de votre carrière ! Le reine vous a appelé "mon petit" et le premier ministre vous a offert un bel album à colorier, avec plein de dessins de grosses nabeilles comme vous les aimez... on se demande bien pourquoi d'ailleurs.
- Il s'agit bien de ça ! s'emporta mon vieil ami tout en tordant le tisonnier dans un mouvement machinal.
- De quoi s'agit-il, dans ce cas ? Vous êtes un homme comblé, vous avez une femme qui vous aime et...
- Je ne suis pas marié, bougre d'imbécile ! Vous me confondez avec vous... et c'est particulièrement insultant si vous voulez mon avis !
Après un bref instant de réflexion, je fus forcé d'admettre que, à défaut d'avoir entièrement raison, il n'avait pas tout à fait tort.
- Soit, mais vous avez un ami fidéle, toujours prêt à se jeter au feu au moindre commandement de votre part.
- Ah ? Et...euh... c'est qui, l'ami en question ?
- M'enfin, c'est moi !
Shamrock Horse observa longuement les flammes qui s'élevaient dans la cheminée puis m'adressa un sourire tentaculaire (il lui restait, coincés entre les dents, quelques vestiges des calamars avalés au petit déjeuner ).
- Jetez-vous au feu et qu'on en finisse, Hansom !
- Maintenant ? Tout de suite ? J'ai peur que ça soit un peu tôt après le repas, je risque de...
Le détective leva les bras au ciel et se remit à marcher à travers la pièce.
- Vous voyez, Hansom ? Voila pourquoi j'enrage: je suis entouré d'incapables ! Cette affaire de pyramide mystérieuse autant qu'énigmatique, par exemple, aurait pu être reglée en deux heures au lieu de trois si vous n'aviez pas oublié de me remettre le télégramme de Lescrade indiquant l'âge de l'amiral Bathroom !
Je ricanais avec détachement pour me donner une contenance.
En fait, je ne sais pas s'il vous est déjà arrivé de ricaner avec détachement pour vous donner une contenance ? Si c'est le cas, vous devez savoir aussi bien que moi que ça ne marche pas.
On a, tout au plus, l'air légèrement idiot, voire un peu inquiétant si les circonstances s'y prêtent (si l'on ricane dans un pensionnat de jeunes filles, par exemple).
- Quant à Lescrade, poursuivit Shamrock Horse, il est encore plus empoté que vous ! Il s'est trompé d'au moins six mois concernant l'âge de l'amiral, ce qui m'a également fait perdre un temps précieux !
A cet instant précis, sans doute pour confirmer ce proverbe où il est question, si ma mémoire est bonne, d'une peau d'ours dont on voit la queue quand on parle d'un chien qui aboie devant une caravane de bédouins ou une autre denrée exotique du même genre, une galopade retentit dans l'escaler et l'inspecteur Lescrade fit son apparition.
Il suait et soufflait comme ce phoque d'un âge certain que j'ai eu l'occasion d'admirer, aux jours lointains de mon enfance déjà moustachue, dans un cirque où l'animal en question faisait un numéro assez exceptionnel d'expert comptable.
- Quand on parle du boeuf, on voit un oeuf ! grommela Horse tout en se roulant une cigarette à l'aide d'une page du Times.
- Ah oui ! C'est ça ! Je m'y perdais un peu dans tous ces proverbes !
Lescrade s'assit plus qu'il ne s'écroula sur le canapé, ce qui était contraire à ses habitudes.
- Qu'est-ce qui vous amène, inspecteur ? demanda Shamrock Horse d'une voix où perçait un agacement certain et une pointe d'ail.
Le petit policier à tête de bouledogue ôta son chapeau et le mit dans sa poche de pantalon. Il s'essuya le front avec une de mes vieilles chaussettes qui traînait sur l'accoudoir du canapé.
- Une affaire extraordinaire, M. Horse ! Quelque-chose qui dépasse l'imagination, qui défie les lois de la logique, qui...
- J'avais déjà déduis cela du fait que vous ne vous êtes pas rasé depuis au moins trois mois, fit remarquer Horse sans avoir l'air d'y toucher (ou "mine de rien", c'est selon).
- Avez-vous entendu parler des frères Sholtoto, Thadolomew et Bartheus Sholtoto ? demanda Lescrade.
Horse se frotta longuement le menton.
- "Les Fabuleux Sholtoto Brothers" ? Ceux qui produisent un numéro de music hall mettant en scène je ne sais plus quelles bestioles: des anguilles, je crois ? A moins que ça ne soit des danseuses ?
- Eux-mêmes ! Mais, en fait, ils proposent au public un numéro de singe savant.
- C'est du pareil au même ! Ceci dit, je croyais que " Zeu Fabulousse Sholtoto Brozers" étaient quatre. Or vous ne me citez que deux noms, si toutefois on peut parler de "noms" concernant ces patronymes ridicules !
- Thadolomew et Bartheus ont deux associés, des cousins d'Amérique: Jack et Averell Sholtoto. Mais ce ne sont que des comparses insignifiants et je soupçonne que leur présence a pour unique but de donner un sens au titre de cette histoire .
Shamrock Horse apprécia en connaiseur.
- Et bien ? Que leur est-il arrivé à ces braves garçons pleins d'avenir ? demanda-t-il finalement.
Lescrade était tellement nerveux que, dans un mouvement réflexe, il donna un violent coup de pied au chat ( dont je n'avais pas encore parlé pour la bonne raison que je viens de l'inventer ).
- A eux, rien ! Mais leur singe est accusé de meurtre sur la personne du capitaine Morspanne !
- Et qui est le capitaine Morspanne ?
- C'est ce mec que le singe est accusé d'avoir tué ! Je viens de vous en parler, vous vous souvenez ?
- Je vois, fit Horse...qui, manifestement, ne voyait rien du tout ! Or donc, ce capitaine Morspanne a été assassiné ? Quelles sont vos présomptions contre le singe ?
- Plait-il ? demanda Lescrade qui avait toujours eu du mal à comprendre quand on causait un anglais correct.
- Qu'est-ce qui vous fait croire que le singe est coupable ?
- En dehors du fait qu'il a signé son crime vous voulez dire ?
- Oui, en dehors du fait qu'il...comment ? Cette bestiole a signé son crime ?
Lescrade se percha sur le dossier du canapé, uniquement pour faire le malin et avoir l'air plus grand que Horse.
- En toutes lettres ! Il y avait un bout de papier épinglé sur la poitrine de la victime ! Voila ce qu'il y avait d' écrit: " J'ai tué le capitaine Morspanne par erreur. En fait, à cause de son costume jaune, je l'avais pris pour une sorte de grande banane d'une variété inconnue et, le temps de me rendre compte de mon erreur, je lui avais déjà dévoré un bras et quelques orteils ! Le pauvre homme n'aurait pas survécu à ses blessures si, de toutes façons, il n'était pas mort de peur dès qu'il m'avait vu me jeter sur lui. Je suis confus." Et cette confession était signée" Babar" !
- C'est ridicule ! mugit Horse.
- Je ne vous le fait pas dire, intervins-je à brûle pourpoint.
- Donner un nom d'éléphant à un singe ! Ce sont de grands malades ces frères Sholtoto !!!
Lescrade s'éclaircit la gorge.
- Pardon, c'est ma mémoire qui m'a joué un tour : la lettre était signée "Louis".
- Et qui est Louis ? demanda Shamrock Horse tout en se grattant je ne sais plus quelle partie du visage.
- Le singe, bien sûr ! Vous vous souvenez ? Le singe qui a en partie dévoré le capitaine Morspanne, je viens de vous en parler.
- Mais vous avez dit que le nom du singe était Babar ! Louis est son nom de scène ?
- Non, le singe s'appele Louis, Babar n'existe pas !
Horse lança à l'inspecteur un regard furibond.
- Comment ça, "Babar n'existe pas" ?!? Bien sûr que Babar existe ! Il porte un costume vert et c'est le roi des zéléphants ! J'ai sauvé sa couronne, jadis, alors qu'il était la victime d'une sombre affaire de chantage. Cela m'a valu d'être décoré de l'ordre du Grand Mammouth Odorant , un genre de légion d'honneur chez les zéléphants !
Lescrade baissa les yeux vers ses sandales en épluchures de navet ( l'inspecteur , qui avait les pieds fragiles, portait exclusivement des sandales en épluchures de navet depuis l'âge de trente-trois ans).
- Nous ne parlons pas du même Babar, fit-il en arborant un air contrit.
- Il n'y a qu'un seul Babar ! scanda Horse d'un ton définitif.
Vous, je ne sais pas... mais, personnellement, je commençais à en avoir un tout petit peu ras le bol de ces histoires de néléphants !
- Si on revenait à nos moutons, dis-je subtilement.
- Des moutons ? s'étrangla Shamrock Horse. Je croyais qu'il était question d'un singe ?
Bon. On va dire que , malgré mon statut de biographe officiel du grand détective et l'obligation dont je me sens investi de rendre compte du moindre de ses faits et gestes, je vais vous faire grâce de l'épuisante suite de quiproquos qui se poursuivit durant plusieurs trrrrrrès longues minutes.
- Qu'est devenu le singe ? demanda Horse au bout d'un long moment.
Lescrade se mit à faire des espèces de grands gestes avec ses espèces de bras dans tous les espèces de sens.
- C'est là que ça devient extraordinaire, M. Horse ! Il s'est envolé !
Horse, dans un geste familier, joignit les extrémités de je ne sais plus quelles parties de son corps.
- Vous voulez dire qu'il s'est échappé ?
- Non, non ! s'étrangla le policier. Il s'est envolé, flap, flap, par la fenêtre ! Que je vous explique: le numéro monté par les frères Sholtoto est un numéro de singe volant !!! En fait, le crime a eu lieu dans la loge du singe...
- Cet animal possède sa propre loge ? De mon temps, une bonne cage bien solide et, hop, l'affaire était dans le lac !
- Dans le sac, Horse !
- La ferme, Hansom ! Si vous interrompez sans cesse notre ami Lescrade, on ne connaîtra jamais la fin de l'histoire !
- Moi, ce que j'en dis, c'était pour faire avancer les choses !
- Et bien gardez vos opinions pour vous: quand on est pas fichu de faire la différence entre St François d'Assises et Jean-Jacques Debout, c'est ce que l'on a de mieux à faire !
Lescrade toussota aussi discrètement qu'un phacochère asthmatique, histoire de nous ramener sur le droit chemin du fil de cette histoire.
- Or donc, le capitaine Morspanne était venu féliciter Louis dans sa loge, juste après son numéro (le numéro du singe, bien sûr ! Pas celui du capitaine Morspanne !) L'animal, selon sa propre confession a vu jaune et a dévoré en partie son visiteur. En proie au remord, il écrivait sa lettre de confession, penché sur le cadavre, lorsque Thadolomew Sholtoto, accompagné de quelques journalistes désireux d'interviewer Louis, a fait irruption dans la pièce. Le singe a terminé en vitesse ses travaux d'écriture et, ainsi que je vous le disais, s'est envolé, flap, flap, par la fenêtre, sous l'oeil de tous ces témoins !
Shamrock Horse , avant de répondre, laissa passer un ange ou deux qui jouaient du tuba.
- Si je comprends bien (précaution oratoire parfaitement inutile: je comprends toujours bien !) vous avez été chargé de l'affaire ?
L'inspecteur Lescrade s'agita sur le dossier du canapé, devint rouge comme un membre du parti radical et éructa:
- Pas du tout !!! C'est là que l'affaire devient vraiment extraordinaire : au lieu, en regard de ma longue expérience, de me confier l'affaire, le superintendant de Scotland Yard m'a superbement ignoré et a préféré mettre sur le coup cet imbécile borné, ce primate mal dégrossi, ce rebut de l'humanité... j'ai nommé l'inspecteur Atchoumsimpley Jones !!! N'est-ce pas un acte qui défie les lois de la logique, qui...
- C'est bon, Lescrade, c'est bon ! interrompit Horse. Nous avons compris l'idée générale !
- Cependant, poursuivit l'inspecteur, j'ai une revenge à prendre sur Atchoumsimpley Jones depuis le jour où il m'a férocement battu au cours d'une partie de Monopoly et j'ai décidé de lui couper le houblon sous le pied, officieusement, en m'assurant vos services, M. Horse.
Mon vieil ami se rengorgea comme la grenouille de la fable... à moins que ce ne fût le chêne, ma mémoire n'est plus ce qu'elle était il y a trois jours encore.
- Et vous avez bien fait, Lescrade. Toutefois, puisque le coupable s'est lui-même désigné et qu'il a, pour ainsi dire, été pris sur le fait, je ne vois pas trop où réside le mystère ni ce que je peux faire pour vous être utile ?
- D'après mes renseignements, Louis se prépare à quitter l'Angleterre. Il a loué les service d'un nommé Mordecouï Smith qui, à bord de son bateau " "Le Gros Rat", a accepté d'emmener le singe au large.
- J'ai compris, fis-je , vous voulez que nous interceptions ce bateau afin d'empêcher la fuite de Bab...la fuite de Louis !
- Vous permettez, Hansom ! C'est moi qui mène cette enquête ! me lança Shamrock Horse avec un regard assassin.
Puis, se tournant vers Lescrade:
- Vous voulez que nous interceptions ce bateau afin d'empêcher la fuite de Bab... la fuite de Louis, c'est bien ça ?
L'inspecteur à tête de belette rose hocha vigoureusement cette dernière.
- "Le Gros Rat" est en ce moment même ancré dans les docks Holliday, il attend la marée. J'ai déjà fait préparer une vedette rapide afin que nous nous lançions à sa poursuite.
Horse pinca distraitement les cordes de son violon avec une tenaille.
- Mais, cher Lescrade, si vous savez où est mouillé "Le Gros Rat", pourquoi ne pas arrêter tout ce joli monde alors que le navire est à quai ?
Je poussai une exclamation indignée:
- Et priver mes lecteurs d'une passionnante poursuite en bateau ? Alors qu'ils doivent déjà somnoler et rêver d'un peu d'action après ce préambule aussi bavard qu' interminable ? Vous n'y songez pas ?!?
- Vous avez raison, Hansom ! Allons, mes amis, en route pour les docks Holliday. The game is etc !

Quelques instants plus tard, nous étions à bord de la vedette rapide susmentionnée.
Les eaux de la Tamise étaient plus bourbeuses que le thé matinal préparé par Mrs Hickson, notre logeuse.
Un brouillard gras et luisant enveloppait les formes fantômatiques des pontons et des grues qui bordaient cette partie du fleuve.
De loin en loin, une sirène de navire trouait le silence de son hululement lugubre.
J'avais emporté mon vieux revolver et enfilé un caleçon propre afin de parer à toute éventualité.
L'inspecteur Lescrade arpentait, en long , en large et en travers, le pont du bateau tout en se rongeant les ongles.
Shamrock Horse, les yeux vissés à une paire de jumelles, observait "Le Gros Rat" qui mouillait à quelques encablures de notre propre embarcation.
- Ca y est ! hurla-t-il soudainement. Ils mettent les voiles ! Enfin... je veux dire: ils filent à toute vapeur !
Lescrade donna quelques ordres brefs, comme s'il avait exercé le métier de vieux loup de mer depuis sa plus tendre enfance.
Bientôt, les deux bateaux filèrent à la poursuite l'un de l'autre, sur les flots jaunâtres et sous le ciel plombé.
Les machines étaient poussées à fond et l'épaisse fumée s'échappant des cheminées avec une sorte de rage se mêlait aux écharpes de brouillard entrelacées.
- Regardez, s'écria Horse d'une voix ou perçait une pointe de terreur quasi superstitieuse.
A l'arrière du" Gros Rat" se dressait une silhouette grotesque et gigantesque. Mais, à cause du brouillard, nous ne distinguions qu'une vague forme dont émanait pourtant une sorte d'aura de terreur qui nous laissa bouche bée durant un bref instant.
Soudain, un coup de feu claqua en provenance du "Gros Rat", faible détonation noyée par le vacarme des moteurs, et l'une des oreilles de Lescrade fût emportée par une balle bien ajustée.
- Malgré le brouillard, ce gaillard ...enfin, ce singe sait manifestement viser ! observa Shamrock Horse d'un ton non dénué d'une certaine admiration pour le quadrumane. De toutes façons, ce n'est pas bien grave, Lescrade: cette oreille ne vous servait pas à grand chose et sa disparition, ainsi que la nouvelle physionomie qui en découle, risque tout au plus de vous valoir d'enviables succès auprès du beau sexe. Sans rire, cela donne du caractère à votre visage.
Lescrade ramassa religieusement le cadavre de son oreille et le glissa sous son chapeau.
- Souvenir, fit-il en français.
Cependant, notre bateau était presqu'arrivé à la hauteur du "Gros Rat". Aucun autre coup de feu n'avait éclaté et j'en déduisis que l'arme du singe avait dû s'enrayer ou quelque-chose de ce genre.
Quand les deux embarcations furent côte à côte, Shamrock Horse, qui, entre autres menus défauts maintes fois évoqués, était un sportif émérite, fit un impressionnant bond de carpe et atterrit sur le pont du "Gros Rat", juste sous le nez de Louis le singe.
- Il va se faire rétamer, me chuchota Lescrade en arborant un horrible sourire de satisfaction.
- Dix livres sur Shamrock Horse ! rétorquai-je, piqué au vif.
Un bref corps à corps s'ensuivit, au terme duquel, sous nos yeux horrifiés, Horse arracha la tête de son adversaire !
Cependant, chose plus horrible encore, le singe... avait une seconde tête sous sa tête !!!
Une tête hideuse, avec un nez verruqueux, des yeux chassieux, une bouche sans lèvres, hérissée de chicots noirâtres, une peau parcheminée et jaune, des touffes de poils jaillissant des oreilles en une cataracte velue, un front piqueté d'énormes pustules prêts à éclater, des... bref, vous avez compris que ce personnage n'était guère séduisant !
Toute vélléité de lutte semblait l'avoir abandonné. Ses épaules s'affaissèrent et il se laissa tomber sur le banc de bois qui courait tout au long de la face interne du bastingage.
Mordecouï Smith surgit subitement sur le pont, armé d'une espèce de sandwich au concombre mais je ne lui laissais pas le temps de l'utiliser: une balle entre les deux yeux lui règla son compte en moins de temps qu'il n'en faut pour... euh... pour tirer une balle entre les deux yeux d'un homme armé d'un sandwich au concombre.
- Bien joué, Hansom ! exulta Horse.

Une fois de retour à Baker Street, Horse se fit monter par Mrs Hickson un grand baquet de viande hachée et y trempa ses pieds avec délice.
- Après une poursuite en bateau, je me détends toujours de cette façon, fit-il d'un ton doctoral. En général, je préfère le boeuf mais, manifestement, ceci est du porc. Bah... il nous faudra faire avec les moyens du bord.
Lescrade était, une fois encore, assis sur le dossier du canapé. Ses pieds, toujours chaussés des éternelles sandales en épluchures de navet, étaient posés sur les épaules de l'homme-singe, assis à l'étage normal du canapé, afin de l'empêcher de bouger.
En fait, il ne s'agissait nullement d'un homme-singe mais tout bêtement d'un homme ayant revêtu une peau de singe.
- Il est temps de nous expliquer toute l'affaire, M.Louis.
A l'injonction de Shamrock Horse, l'individu eut un rire félé (vachement félé, même !)
- Je ne suis pas Louis. Et, si vous êtes observateur, vous avez dû remarquer que je ne suis pas non plus un singe.
- Ca reste à prouver, grommela Lescrade.
- Non, je ne suis pas un singe ! Le nommé Louis, à l'heure actuelle, a probablement été arrêté par votre collègue, Atchoumsimpley Jones !
Horse se baissa et, machinalement, porta à sa bouche un peu de viande hachée.
- Vous nous expliquez ? fit-il en mastiquant. On va pas y passer la semaine non plus !
L'individu renifla avec mépris, rapatriant du même coup dans ses narines caverneuses un filet de morve verdâtre d'un bon mètre de long.
- Soit. Mon nom est Jonathan Littlesmall et j'ai vécu une enfance misérable. Mon frère Roger m'en faisait voir de toutes les couleurs ! Il me jetait toujours des asticots ou des Playmobils à la figure. Sa torture préférée consistait à m'attacher, tout nu, la tête en bas, au dessus d'une baignoire remplie à ras bord d'escargots à l'ail. Mon père était prostitué et ma mère, alcoolique, le battait comme plâtre. L'ambiance, à la maison, était...
- On s'en tape, M. Littlesmall ! interrompit Horse. Venez-en à l'affaire qui nous préoccupe. Quoique, pour être honnête, elle me préoccupe de moins en moins, je dois l'avouer !
- Il y a vingt-cinq ans, M. Horse, j'étais amoureux d'une jeune fille véritablement charmante. Elle avait un nez si luisant, des dents si jaunes, de si jolis grains de beauté en forme de scarabée... un vrai poème ! Hélas, elle me préférait un rival détesté: le capitaine Morspanne, cet ignoble cafard, ce nain de jardin, cette moule au vinaigre, ce cornichon aigre-doux, ce buveur d'eau bénite, ce...
- On a compris, soupira Shamrock Horse. La suite, par pitié !!!
- En résumé, poursuivit Littlesmall, la femme que j'aimais, Violet Voilette, épousa ce castor galeux de Morspanne ! Ils ont d'ailleurs eut une fille charmante, Mary, qui, à ce que je crois savoir, est devenue votre femme il y a quelques mois, docteur Hansom .
- Nom de Dieu ! Il me semblait bien que ce nom, Morspanne, m'évoquait de vagues souvenirs !
- Quant à moi, devenu alcoolique, cocaïnomane, végétarien, syphilitique et bègue ( quant à ce dernier point, ça va mieux depuis depuis quelques temps) j'ai vécu depuis lors une existence de laissé pour compte. Un jour, alors que je travaillais pour un maigre salaire comme chasseur de rats dans le music hall où les frères Sholtoto présentaient leur numéro de singe volant, je revis Morspanne, devenu veuf. Pour une raison ou une autre mais plus probablement une autre, il se passionnait pour les galipettes de Louis, ce macaque doté d'une paire d'ailes en carton bouilli qui lui permettait de voleter de droite et de gauche sur la scène. Bientôt, Morspanne devint un habitué des lieux. Un plan diabolique germa dans mon cerveau tout aussi diabolique. Sachant que mon ancien rival, ce lépidoptère endimanché, ce ragondin à l'haleine fétide, ce crapaud mal fichu, cette limace enfari...
- LA SUITE !!! hurla Horse.
- Sachant, disais-je, que mon ancien rival succomberait tôt ou tard à la tentation de quémander un autographe, une photo dédicacée ou une autre bêtise de ce genre à son idole simiesque, je pris la place du singe grâce à une vieille défroque datant du dernier Halloween. Préalablement, j'avais enfermé Louis dans les caves du music hall. Voilà, vous savez tout: le jour où Morspanne vint me voir dans la loge de Louis pour me réclamer une mèche de poils, je le devorai à moitié et écrivis une lettre qui accusait le singe. Ensuite, après m'être échappé, flap, flap, par la fenêtre, je fis sortir l'animal de la cave et l'abandonnai devant les locaux de Scotland Yard où, en ce moment même, l'inspecteur Atchoumsimpley Jones doit être occupé à le passer à tabac. Quant à moi, je m'embarquais sur "Le Gros Rat" dans l'intention de quitter le pays.
- Quelle histoire ! s'exclama Lescrade tout en extirpant son chapeau melon de sa poche de pantalon avant de s'en coiffer (du melon, pas du pantalon, bien sûr !)
- Vous tenez votre coupable, inspecteur.
- Et je vous remercie du coup de main, M. Horse. Atchoumsimpley Jones va tirer une de ces tronches quand il va savoir que je lui ai coupé l'herbe sous les aisselles !
- Sous le pied, corrigea machinalement Shamrock Horse qui s'était emparé de sa pipe en plasticine et la bourrait de tabac et de deux ou trois groseilles, pour le goût.
Lescrade poussa Jonathan Littlesmall vers la porte tout en ricanant et en lui donnant des petits coups de pied vicelards dans les tibias.
Horse alluma sa pipe en plasticine et la mangea avec application.
- Voila une affaire rondement menée, mon cher Hansom.
- Et quelle affaire ! C'est le cas le plus étrange dont vous ayez eu à vous occuper depuis l'affaire du vicaire pétomane et des neufs girafes qui...
- La barbe, Hansom !!!!
Ce disant, il se mit à souffler dans son violon.



---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite