Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4642)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4642)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » La vendetta de Sherlock Holmes
La vendetta de Sherlock Holmes Critique de
La vendetta de Sherlock Holmes
par Jean Pandolfi-Crozier
chez Little Big Man
1 juillet 2004
» voir la fiche bibliographique
par
Eric Schneider
Ses autres critiques
Sherlock Holmes a t'il réellement existé? Septembre 5, 2004

Sherlock Holmes a t'il réellement existé?

Dès le prologue c?est le choc?

Les carnets d?Ugo Pandolfi ont disparu dans l?explosion de la Trésorerie de Bastia en 2002...

Cela met d?emblée en doute la réelle existence des preuves de la visite du détective en Corse. On peut alors se demander si toute l?histoire n?a pas été inventée, même si les deux points ne sont à priori pas liés, mais? le descendant de l?ingénieur corse, Jean Pandolfi-Crozier a tout prévu : disparus oui mais sauvés in extremis en numérique. Là au moins il est sûr que l?on ne les lui demandera pas, ces fameux carnets?.

? aussitôt sortis des brumes de ce découragement de départ, la lecture de l?ouvrage s?avère facile et captivante : le style employé est caractéristique de l?époque littéraire et la découverte de l?histoire nous plonge dans ce merveilleux passé ou les plaisirs des sens et du goût se mêlaient au quotidien sans retenue, et de surcroît en territoire corse.

Il n?y a pas de doute, il existe bien un lien entre Messieurs De Maupassant, Pandolfi, Holmes en ce qui touche la littérature. Leur plume facile et leur passion commune de la nature donnent une dimension littéraire à l?ouvrage qui n?est pas sans déplaire, en marge de sa dimension de policier à suspense? Du moins le croît t?on puisqu?à peu d?action(s) succèdent des saveurs par dizaines et une découverte du plus célèbre des détectives sous un angle inhabituel.

Les références historiques au passé de la Corse abondent et donnent toute sa crédibilité au récit de l?ingénieur Pandolfi. Du Corse redécouvrant son île et ses saveurs à l?Etranger les découvrant pour la première fois, tous se retrouvent autour de cette littérature de «voyage suspense» qu?Ugo Pandolfi se charge de diriger, tirant avec lui ce Sherlock Holmes dont nous avons tous entendu parler et qui devait apparemment décéder après un corps à corps avec? Moriartini lui-même. Coup de théâtre, Holmes est vivant et se cache pour mieux traquer ses ennemis, ce qui est une réussite.

Les révèlations de Mycroft Holmes sur Pascal Paoli et le rôle des services secrets britanniques sont des rebondissements inattendus et remettent à cette occasion certaines choses à leur place, voire expliquent certains comportements historiques des parties en présence en Corse à ce temps là. Paoli père de la nation corse en opposition à Bonaparte défenseur de la Corse française, une manière partisane d?opposer les Français aux Anglais, avec peu de choses restant à la patrie corse?

Sherlock Holmes existe bel et bien, c?est LA révélation du livre, Ugo Pandolfi l?a vu et grâce à son témoignage écrit, nous apprenons même à le connaître mieux, sans la présence de son cher Watson. Dommage que la lecture des notes de bas de page soit un peu gênante avec le décalage de plusieurs pages en aval, car elles représentent à elles seules le résultat des recherches historiques de Jean Pandolfi-Crozier, et sont de toute importance. Elles ne nous éclairent pas seulement sur le contexte mais tissent aussi les liens entre passé et présent. C?est ce passé, consigné dans un journal et découvert depuis peu, que nous acceptons et validons. Sherlock Holmes est bien venu chez nous poursuivre et éliminer le Professeur Moriarty, il n?y a pas de doute et la destruction même des carnets de Ugo Pandolfi n?y changera rien?.

Eric Schneider,
Ajaccio, le 5 septembre 2004

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite