Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » La vendetta de Sherlock Holmes
La vendetta de Sherlock Holmes Critique de
La vendetta de Sherlock Holmes
par Jean Pandolfi-Crozier
chez Little Big Man
1 juillet 2004
» voir la fiche bibliographique
par
Bernard Prunet
Ses autres critiques
Un bon pastiche Août 30, 2004

J?ai globalement aimé cet ouvrage, pour des raisons qui feront certainement que d?autres l?apprécieront moins : Il n?est pas extravagant, peut-être un peu classique diront ses détracteurs. Ce n?est pas une parodie ni une variation sur le grand détective, genre qui ne me plait pas beaucoup quand ça part trop loin dans le fantasy (alors que j?aime beaucoup par ailleurs le fantastique « classique ») ; je n?apprécie pas beaucoup les ?uvres du genre l?Instinct de l?Equarrisseur). La vendetta est un vrai pastiche, c?est à dire une « autre » aventure d?un Holmes plutôt conforme au modèle.

La période durant laquelle se déroule l?action (novembre 1893 / janvier 1894) se situe pendant le Grand Hiatus. Elle s?intègre aussi dans les théories chronologiques de Baring-Gould (selon lui, durant cette période Holmes était à Montpellier), ce qui peut agacer ceux qui n?acceptent pas la chronologie Baring-Gouldienne. Mais il n?est pas nécessaire d?y adhérer, il faut au minimum accepter que le Grand Hiatus couvre bien la période mai 1891 / avril 1894.

La trame du récit est une variation sur le thème « Moriarty », mais je la considère comme acceptable.
Le Holmes décrit est bien celui que nous connaissons, mais quelques fois il se découvre un peu et on en apprend un peu plus sur lui (mais encore une fois sans qu?il y ait contradiction véritable avec ce que nous savons tous de lui).

J?aime bien le style narratif de l?ingénieur Ugo Pandolfi, en particulier les chapitres se rapportant à la veille sur le plateau de Cauria. Sa description de l?environnement socio-géographique de la Corse de l?époque fait vraie. J?aime aussi les personnages secondaires tout en regrettant que l?auteur ait cédé à la tentation de mettre en scène quelques personnages connus (mais pas dans les rôles principaux).
J?ai moins aimé les trop nombreuses références à Guy de Maupassant tout au long du récit et la longue leçon d?histoire de Mycroft Holmes à la fin (avec une « erreur » : Pandolfi qui appelle Holmes, Sherlock !).

En résumé, pour moi un bon pastiche sans aucun doute.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite