Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » La Sagesse des morts
La Sagesse des morts Critique de
La Sagesse des morts
par Rodolfo Martinez
chez Mnémos
31 janvier 2010
» voir la fiche bibliographique
par
Max B.
Ses autres critiques
Un rendez-vous manqué Février 5, 2010

Le court roman (ou longue nouvelle) qui donne son titre au recueil, est un rendez-vous manqué : celui de Arthur Conan Doyle et celui de H.P. Lovecraft. L'affiche était alléchante. Sherlock Holmes d'un côté, Cthulhu et consorts de l'autre... Hélas, si le premier est bien présent (et même tout à fait canonique), le second l'est beaucoup moins, presque anecdotique, ou du moins à peine effleuré.

L'auteur incorpore habilement dans son récit quelques untold stories. L'explication qu'il donne à la disparition de James Phillimore manque singulièrement d'originalité, celle qu'il donne à la disparition du cutter Alicia fait appel au fantastique, celle concernant Isadora Persano et le ver mystérieux est finalement la plus convaincante.

Reste une écriture agréable, de multiples références canoniques et extra canoniques (un policier du Yard est le père de Philip Marlowe, le privé de Chandler), avec parfois des digressions watsoniennes un peu longuettes.

La nouvelle vampirique, pleine de références également, mais draculiennes cette fois, est pour moi la meilleure des trois, peut-être parce qu'elle est la plus courte et ne s'embarrasse pas de digressions.

Quant à la dernière, elle est trop prévisible dans son déroulement.

Pour finir, si l'auteur semble bien connaitre le Canon, on ne peut en dire autant du traducteur, qui traduit, par exemple, "Les Hommes dansants" par "Les Danseurs"...

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite