Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Les enquêtes d'Enola Holmes, T4 : L'étrange éventail
Les enquêtes d'Enola Holmes, T4 : L'étrange éventail Critique de
Les enquêtes d'Enola Holmes, T4 : L'étrange éventail
par Nancy Springer
chez Nathan
4 juin 2009
» voir la fiche bibliographique
par
Jean-Claude Mornard
Ses autres critiques
L'épouvantable évantail Juillet 9, 2009

La petite soeur de Sherlock Holmes est de retour.
Elle doit cette fois venir en aide à Lady Cecily (déjà aperçue dans le volume 2) promise à un mariage forcé.
Que dire ?
Cette série nous avait proposé un premier volume sympathique (à défaut d'être transcendant) mais, à mon humble avis, perd en qualité au fur et à mesure de des épisodes.
L'histoire qui nous est contée ici aurait nettement gagné à être proposée sous forme de nouvelle.
L'intrigue est incroyablement délayée et peine à captiver.
De plus, les personnages, par leur manque d'épaisseur, nous restent étrangers (un comble pour des personnages que nous connaissons si bien !), les "fanfreluches (à l'instar des romans de Carole Nelson Douglas) prennent de plus en plus d'importance et le lecteur commence à sentir les "trucs": répétition des situations, passages obligés durant lesquels Enola tente d'échapper à ses frères ou ressent un certain "blues" en songeant à sa mère, codes secrets infantiles à déchiffrer, déguisements peu crédibles.
Bref, du déjà vu et revu pour qui connaît les premiers volumes.
Le style ne possède ni le dynamisme d'un récit pour la jeunesse, ni la profondeur d'un récit pour adultes.
D'où,une impression désagréable d'avoir le cul entre deux chaises.
J'avoue, à partir d'un certain nombre de pages, avoir commencé à lire en diagonale, ne voulant pas renoncer - chuis comme ça, moi: persévérant !- mais refusant de continuer à être victime d'un ennui noir.
Enola Holmes, pour moi, est déjà un personnage (très improbable dès le départ) usé jusqu'à la trame.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite