Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » La femme en vert
Critique video
La femme en vert
par
Alexis Barquin
Ses autres critiques
Cherchez la femme en vert Mai 10, 2004

DVD : La femme en vert (The Woman in Green), 1945, de Roy William Neill avec Basil Rathbone et Nigel Bruce. Editions L'Odyssée du ciné.

Le DVD est dans la bonne veine de l'éditeur, à savoir pas de bonus et un sous-titrage peu scrupuleux (Mrs Hudson devient Mrs Hobson) et plein de fautes d'orthographes. Mais on a bien la version intégrale du film.

A propos du film, c'est amusant, autant Terror by Night était non canonique mais le générique affirmait que c'était tiré d'une aventure de Conan Doyle, ici l'histoire nous montre l'attentat contre Sherlock Holmes bien connu dans la Maison vide, mais le générique n'y fait pas allusion (juste "basé sur les personnage de Conan Doyle"). Sinon quel merveilleux titre ! La femme en vert, pour un film en noir et blanc ! Mais à l'époque cela devait être plus accrocheur que "Le mystère des doigts tranchés" ou "Moriarty Strikes Back" (oui car on apprend dans le film que Moriarty était censé être mort pendu à Montevideo). Le film a une structure plutôt holmésienne. Une cliente se rend à Baker Street pour engager Sherlock Holmes ; Moriarty et Holmes se rencontrent à Baker Street dans une atmosphère cordiale mais tendue, mais les quelques déductions sont trop légères. La partie "Maison Vide" est librement adaptée à la trame de l'histoire du film, en effet le tireur n'est pas le colonel Moran mais un pauvre bougre hypnotisé qui n'utilise même pas un fusil silencieux.
Comme d'habitude, Sherlock Holmes ne brille pas par son talent. Sa théorie n'est pas dû à son sens de l'observation et de la déduction mais parcequ'il a aperçu par hasard la femme suspecte dans un bar. En revanche Watson passe moins pour un imbécile dans ce film, sauf pendant la séance d'hypnotisme mais c'est assez drôle. A la fin, Moriarty tombe dans le vide et meurt... peut-être... Et on est loin de Reichenbach.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite