Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Les crimes du Dr Watson
Les crimes du Dr Watson Critique de
Les crimes du Dr Watson
par Duane Swierczynski / Conrad Hensen
chez Tornade
6 novembre 2008
» voir la fiche bibliographique
par
Jean-Claude Mornard
Ses autres critiques
Le titre de cette critique se trouve dans une enveloppe sous mon oreiller Novembre 29, 2008

Un "livre objet" superbe: chaque indice déniché par Watson est reproduit avec fidélité (enveloppes contenant billets de théâtre, horaires de chemin de fer, textes énigmatiques, pochette d'alumette vide sur laquelle est griffonné un message etc). Le tout présenté de manière somptueuse: format "à l'italienne", couverture cartonnée, graphisme "à l'ancienne", pages jaunies.
Et le contenu, me direz-vous, l'intrigue en elle-même ?
Et bien (attention, l'avis qui tue va débarquer, l'avis de chez avis, l'avis éclairé à la bougie !) j'ai trouvé ça... sympa.
Voilà.
Un peu court jeune homme ?
Ben oui, sans doute.
On suit sans ennui les pérégrinations du pauvre Watson accusé (excusez du peu)d'ivresse publique, d'attentat à la pudeur, de coups et blessures avec tentative d'homicide, d'incendie volontaire, de meurtre, de mutilation et de vol à la tire !
Les références holmésiennes sont nombreuses, le ton canonique est respecté...bref, on a vu bien pire.
La principale originalité, toutefois, est de présenter l'intrigue de manière à ce que le lecteur doive chercher lui-même la solution du mystère (qui se trouve bien à l'abri dans une enveloppe cachetée, à la fin du livre).
Ce n'est qu'une fois en possession de cette solution (ben oui, j'ai craqué et ouvert l'enveloppe ! Ceci dit, j'avais découvert le sens de plusieurs des indices...sans pour autant découvrir la solution dans son entièreté) que tout l'humour de la chose éclate au grand jour (ou " éclate à la lueur de votre lampe de chevet" si, comme moi, vous lisez pendant la nuit).
Mais, là, j'ai peur d'en dire trop.

L'holmésien et l'amateur de belles choses y trouveront leur compte: le lecteur lambda, l'amateur de romans policiers, d'intrigues tirée au cordeau, sera sans doute dérouté par ce qui n'est, sommes toutes, qu'un gag (very holmésien: il faut quand même connaître un minimum le canon pour en apprécier le sel) bien emballé.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite