Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Sherlock : Les Coquelicots du Penjab
Sherlock, T2 : Les Coquelicots du Penjab Critique de
Sherlock, T2 : Les Coquelicots du Penjab
par
chez Glénat
24 octobre 2008
» voir la fiche bibliographique
par
Alexis Barquin
Ses autres critiques
Suite décevante Novembre 7, 2008

Les auteurs auraient-ils abusé des coquelicots du Penjab ? On pourrait le croire en découvrant un scénario qui ne tient pas la route et des clichés qui font froid dans le dos.

Dès le départ, j'ai été choqué par le cliché éculé (sinon raciste) du restaurateur chinois qui enlève des chats pour les servir dans son restaurant. Sherlock Holmes découvre le trafic mais se lie d'amitié avec lui à cause sa fumerie d'opium (clandestine!!)... Problème, Sherlock Holmes n'était pas du tout opiomane (voir TWIS).

Le jour où un des clients de la fumerie est assassiné, Sherlock Holmes est appelé à la rescousse. Devant le cadavre, où un énorme poignard sanguinolent est planté dans le torse, le détective, au meilleur de sa forme, déclare "Il n'y a pas de doute : cet homme est mort !" (on se rappellera le film "Without a Clue" avec la même scène, sauf que là on est pas dans une BD comique). Le tenancier décide de se débarrasser du corps avec l'aval du détective ! On nage en plein délire. Là encore un cliché sur le faciès des Sikhs (nez busqué etc). Mettons cela sur le compte des à-priori victoriens mais le doute plane.

Sherlock Holmes se charge de l'enquête et part au Penjab à la poursuite du meurtrier. Il parcours des villes et villages en McFarlane et deerstalker et passe, bien entendu, inaperçu ! D'ailleurs les auteurs n'ont apparemment jamais vu de deerstalker de leur vie car celle ci est représentée comme une sorte de "bob" en tweed...

La poursuite en Inde se fait très rapidement grâce à des approximations et des raccourcis qui tombent à pic. Il retrouve finalement le coupable et nous avons droit au récit de ce dernier... Une histoire improbable et inintéressante à ce stade de lecture où on a qu'une envie c'est de refermer la BD.

La fin nous fait découvrir un nouveau personnage du Canon (Watson) que l'on devrait donc retrouver dans le tome 3.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite