Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Que l'éternité soit avec vous !
Que l'éternité soit avec vous ! Critique de
Que l'éternité soit avec vous !
par Louis Thirion
chez Fleuve Noir
1 mars 1986
» voir la fiche bibliographique
par
Manu Baranovsky
Ses autres critiques
Drôle, décalé, mais un peu confus Septembre 22, 2008

Gern Enez Sanders, agent surentraîné du voyage temporel, se voit confier par le ministère de la guerre la mission de retrouver, en 1882, un homme dont la disparition engendre la fin même du voyage temporel. Saut dans le passé, le dernier possible grâce à une machine qui conserve un résidu d’énergie, et « hop » ! « Et pour le retour ? » « Tu te débrouilleras »…

A qui va s’adresser le super agent du futur une fois plongé dans le Londres de 1882 ? Gagné ! A Sherlock Holmes bien sûr ! Enfin, non : au docteur Watson, doué semble t’il des formidables capacités de déduction de son ami détective.

Le « futur » est décrit avec un humour féroce, déjanté, et les personnages, volontairement caricaturaux font partie de la critique. Les années 1800 ne sont pas en reste non plus. L’intrigue laisse quant à elle apparaître très rapidement quelques éléments de réponse au scénario, sans casser pour autant l’envie de savoir du lecteur. Parfois, on a l’impression d’être dans un film d’espionnage - action des années soixante (1960 !), personnages bien trempés à la clé et confrontations « trash », loin des convenances victoriennes. Certainement aussi, l’écriture fluide, efficace, le style « action » du récit contribuent à la facilité à avancer dans ce court livre de moins de 200 pages.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite