Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Les Abeilles de monsieur Holmes
Les Abeilles de monsieur Holmes Critique de
Les Abeilles de monsieur Holmes
par Mitch Cullin
chez Naïve
14 septembre 2007
» voir la fiche bibliographique
par
Manu Baranovsky
Ses autres critiques
Une lecture marquante Novembre 2, 2007

Mitch Cullin nous fait là un très beau cadeau ! Je suis très impressionné par la qualité de l'écriture, sa douceur. Les procédés sont habiles, autour des jeux de mémoire, des re-descriptions altérées nous mettant en posture de nous souvenir comme le vieux Holmes décliné...

L'écriture montre de manière réussie les contradictions entre la solitude des personnes et la recherche de communication, voire, trop rarement, d'échanges. L'auteur décrit de manière stupéfiante comment les personnages, mus lentement par leurs quêtes, leurs manies (quand faute de mémoire il ne reste de l'identité essentiellement que des bribes rattachées aux objets ou aux obsessions, dont la question du "père"), sont des "phares" "figés", hantés, dans des environnements mouvants (que de descriptions d'odeurs, de bruits, de vents ! J'ai du mal avec les descriptions en temps normal, mais ici elle sont extrêmement dynamiques, au sens où elles décrivent des mouvements de vie, plus qu'une agitation), vivants malgré les drames (pertes, manques, guerre... et plus), et se rencontrent (au sens intime) trop rarement.

Que ce soit de Sherlock Holmes qu'il s'agit ne serait peut-être pas l'essentiel, mais pour moi, le personnage, son esprit, sa personnalité... sont respectés et bien animés.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite