Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Les enquêtes d'Enola Holmes : L'affaire Lady Alistair
Les enquêtes d'Enola Holmes, T2 : L'affaire Lady Alistair Critique de
Les enquêtes d'Enola Holmes, T2 : L'affaire Lady Alistair
par Nancy Springer
chez Nathan
15 septembre 2007
» voir la fiche bibliographique
par
Jean-Claude Mornard
Ses autres critiques
Gentil, le pastiche. Septembre 25, 2007

Le scénario de ce second volet des aventures d'Enola Holmes (comme celui du premier d'ailleurs) tient en quelques mots: la petite soeur de Sherlock Holmes mène l'enquête concernant la disparition d'une jeune lady tout en essayant d'échapper à ses deux frèrs ainés qui ne songent qu'à l'envoyer en pension (afin qu'elle devienne , enfin, une dame!).

Dans l'esprit et dans la construction, cette seconde aventure est également en tout point semblable à la première. A l'actif, une écriture simple et éfficace ( après tout, on est dans le domaine de la littérature pour ados)et des personnages bien campés quoiqu'à peine esquissés.

Au passif, une histoire trop délayée qui, malgré sa brièveté, tire vraiment en longueur dans le dernier tiers; des digressions (concernant autant le contexte social- trop effleuré pour une étude de moeurs, trop approfondi pour des aventures policières un peu légères- que l'apitoiement sur soi de notre ado d'Enola) qui prennent le pas sur l'action.
De plus(c'est là un "défaut" qui n'est pas propre aux romans de Nancy Springer mais est représentatif de toute une frange de l'édition de pastiches holmésiens)une utilisation du nom de Sherlock Holmes, ce grand misogyne devant l'éternel, pour "vendre un produit" typiquement féministe(il y est beaucoup question de la condition des femmes au XIXème siècle), ça crée une sensation un peu bizarre...presqu'une sensation d'imposture. D'autant que, dernier défaut notable du livre, il n'est pas au mieux de sa forme, notre grand détective! Alors, par exemple, qu'il a en sa possession tous les secrets des messages codés d'Enola, il se plante lamentablement sur un détail quand il rédige un message pour attirer sa jeune soeur dans un piège et l'envoyer en pension ! Pas vraiment digne de lui ce genre de choses ! Faut dire qu'il fallait bien ça pour que ladite Enola évente le piège et continue à vivre ses gentilles aventures vu que, sans offense, elle n'est pas toujours super futée comme détective, la petite soeur! Le lecteur découvre souvent la solution bien avant elle!

Malgré tout, dans l'ensemble, ce bouquin se laisse lire,par un dimanche après-midi plus vieux que la veille.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite