Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Menace sur Londres
Menace sur Londres Critique de
Menace sur Londres
par Austin MITCHELSON / Nicolas UTSCHIN
chez Chantecler
1 janvier 1979
» voir la fiche bibliographique
par
Manu Baranovsky
Ses autres critiques
Un pastiche moyen honnête Juin 10, 2007

On apprendra ici pourquoi le détective prend sa retraite apicole, qui lui sert en vérité de couverture, pour la mission d'intérêt international que lui a confié son frère Mycroft. Un danger menace le monde, et surtout l’empire britannique bien sûr !

Une fois en Russie, Holmes va collaborer avec la fille de LA femme, agent double au service du Tsar et de l'Angleterre. Il y croisera un fameux moine et y retrouvera le vilain, scientifique aux membres bioniques, en avance sur son temps évidemment, et dont les explications techniques sont crédibles. C’est plaisant. Le tout tournera au chantage à la destruction de Londres (dommage que le titre en vo nous en dise autant...), dans un duel méchant-Holmes bien mené, et où l'encore jeune Winston Churchill joue un rôle intéressant.

Les auteurs montrent à plusieurs reprises leur connaissance Holmésienne : le duo Holmes-Watson est ainsi visité par l'agent littéraire, Arthur Conan Doyle, le revolver d'officier du médecin est de la partie, et d'autres allusions ciblées nous font bien sentir dans l’univers qui nous est cher.

La structure de l'histoire suit la forme habituelle d’un récit holmésien, mis à part pour l'épisode Russe narré par Holmes. C'est déjà un intérêt du livre que cette alternance narrative entre Sherlock Holmes et John Watson.
L'écriture est efficace, presque sommaire, et donc l'action va vite. Trop peut-être, au point qu'il en ressort une frustration relative qui me fait classer ce pastiche comme « moyen mais honnête ». La qualité s'améliore toutefois à partir de la moitié du livre, avec toujours quelques coquilles, qui me font penser davantage à un problème général de traduction que d'écriture originale. L'ensemble reste pourtant agréable à lire.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite