Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Qui fait peur à Virginia Woolf ?
Qui fait peur à Virginia Woolf ? Critique de
Qui fait peur à Virginia Woolf ?
par Gabriel Thoveron
chez La Renaissance du Livre
13 avril 2006
» voir la fiche bibliographique
par
Manu Baranovsky
Ses autres critiques
Bien peu de passion mais des connaissances évidentes Janvier 4, 2007

Le docteur Watson, dans ses récits, avait su percevoir et faire partager au lecteur, sûrement grâce à sa propre grande sensibilité, ce qui animait Sherlock Holmes ou d’autres protagonistes de ses récits. Malheureusement à l’époque de cette aventure, le bon docteur repose sous terre. Il n’en est donc pas le narrateur.

Au delà de la faiblesse de l’intrigue, prétexte au récit, c’est donc la platitude de la narration qui nuit le plus, selon moi, à l’ouvrage. Après lecture, j’ai l’impression que l’histoire était narrée sur un mode impersonnel, de manière très extérieure, descriptive plus qu’empathique, comme en retrait. Un exemple pioché au hasard pour illustrer mon propos : « Le détective est résigné. Il se rend bien compte qu’une aide lui sera précieuse… » ; j’ai l’impression, puisque ce ton est général au livre, d’un « émotiongramme » plat, puisqu’on dit sur le même mode « Il pleut » ou « La nuit tombe », ou même « Le piège se referme », sans qu’on ait partagé vraiment les ressorts, les « pourquoi », les « comment », les doutes... bref, l’intimité des protagonistes.

J’en tire une impression mitigée, marquée d’une impression générale de froideur : les amantes partagent apparemment bien peu de passion ; Holmes comme Lupin apparaissent comme des machines, des condensés d’eux-mêmes, déshumanisés par cette réduction aux réflexes principaux : voler pour l’un, sauver pour l’autre, et exister, briller même pathétiquement, pour l’un comme pour l’autre, au travers de cette activité. Mycroft est un peu traité de la même manière.

J’en suis à me demander si tout cela n’est pas le prétexte pour venir servir en notes, en fin de chaque chapitre, l’indéniable culture de l’auteur. Heureusement, c’est un plaisir de partager ces connaissances. Malheureusement, elles mélangent indifféremment les sources littéraires (le canon, Baring-gould, Dumas, Leblanc évidemment…), politiques, culturelles, géographiques… au point qu’on ne saurait, sans être averti par ailleurs, différencier ce qui est canonique de ce qui ne l’est pas.

Je n’en suis pour autant pas à déconseiller la lecture de l’ouvrage, et je lirai avec plaisir des avis différents.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite