Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4655)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4655)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Le mystères des fées
Critique video
Le mystères des fées
par
Manu Baranovsky
Ses autres critiques
Et pourtant c'est vrai !! Décembre 9, 2006

La belle distribution (Peter O'Toole incarne un Arthur Conan Doyle splendide, généreux et fort !) ne détourne pas l'histoire de son intrigue principale : deux fillettes vont faire partager une rencontre au monde, monde qui ne rêvait que de cela.
Et c'est peut-être bien dans ce second aspect que le conte est finalement le plus fantastique.
En plein début de l'anthroposophie, au temps des enfants qui ne veulent pas grandir, en pleine ère des médiums, des escrocs, mais aussi des héros qui tel Houdini démasquent les charlatans (aujourd'hui c'est Gérard Majax qui le fait, l'histoire s'en souviendra-t-elle autant ?), aux temps du Strand Magasine donc, sur fond de première guerre mondiale, l'Angleterre se laissera gagner par la magie issue d'un coin de campagne où les deux fillettes, aux familles touchées par le drame (attendez-vous à pleurer), vont ensemble rencontrer et photographier les fées.
Les paysages sont enchanteurs, les fées très belles et malignes, les décors et accessoires bien fichus, la musique émouvante à souhait...
Que veut-on de plus ? Adultes comme enfants y trouveront leur compte (de fée), avant de, peut-être, se pencher sur des temps plus récents, quand, âgée de plus de 80 ans, Elsie (une des filles qui avait 15 ans en 1916) a avoué en 1986 le processus, généreux tous comptes faits, qui lui avait si longtemps fait tenir son rôle : insuffler un peu de rêve dans un monde où la seule fée s'appelle maintenant... électricité.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite