Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Les mystères du véritable Sherlock Holmes : L'énigme du chevalier blanc
Critique video
Les mystères du véritable Sherlock Holmes : L'énigme du chevalier blanc
par
R. Lucchini
Ses autres critiques
c'était donc lui ! Novembre 12, 2006

Alors que je flanais donc un grand magasin culturel, à la recherche d'un sympathique DVD, pour égayer une éventuelle soirée, je suis tombé en arrêt sur la collection "les mystères du véritable S.H." Intrigué par ce coffrêt que je ne connaissais pas, planqué honteusement derrière l'intégrale de la série de Granada, je me suis approché pour en inspecter la couverture et "ô merveille", elle était en acier !
Le prix et la curiosité aidant, je me suis donc décidé pour cet achat imprévu.

Je passe sur les autres épisodes de la série que d'autres ont déjà critiqué et dont j'approuve dans l'ensemble les commentaires, pour m'arrêter sur cet extraordinaire épisode du chevalier blanc.

Outre la réalisation soignée et le jeu sobre de l'ensemble des acteurs, cet épisode est à mon gout le plus "statique" de la série, même si l'on peut admettre quelques "actions" comme le vol plané de la dame dans les premières minutes ou l'attaque de l'un des protagonistes en pleine rue...
Et pourtant, au final, cet épisode est, j'en reste persuadé, le meilleur de la série (même si tous sont extraordinaires !)

Pourquoi ? Parce qu'enfin, nous voyons apparaître le moule initial de ce que Doyle utilisera (du moins c'est ce que je serais tenté de déduire) pour créer le seul et unique personnage qui donnera du fil à retordre à Holmes dans les canons, j'ai nommé le célèbre, l'indétronable, le souvent imité jamais égalé PROFESSEUR MORIARTY !!!
Tout y est pour le présenter en tant que tel, la respectabilité ( même si les deux personnages n'ont pas la même activité ), cette extraordinaire intelligence et cet art de la manipulation qui font que Bell et Holmes se retrouvent chacun en face d'un adversaire à la mesure de leur talent.

Bref tous les ingrédients sont présents pour tenir en haleine le spectateur, y compris, pour la première fois les doutes de Bell quant à son art, qui le pousse à la limite de la dépression, tout comme Holmes lorsque la solution d'un problème ne le satisfait pas entièrement ou qu'il pense avoir manqué de discernement sur une enquête.

Il est à noter que l'interprétation de Rick Mayall, tout en retenu parvient presque à dominer Ian Richardson ( peut-être est-ce pour cette raison que Doyle semble si intrigué par ce personnage ).

Et comme toute bonne critique doit aussi comporter du négatif, deux regrêts, outre l'impossibilité de visionner la sérier en version originale sous titrée: celui d'un Bell presque "effacé" dans cet épisode où le jeune Doyle semble avoir acquis une certaine maturité qui lui permet de voir clair dans les manipulations et de pouvoir à son tour manipuler lui-même et celui d'une fin trop conventionnelle; le personnage ténébreux aurait pu disparaître après un tour de passe-passe ou même simuler sa propre mort, afin de perpétuer une légende qui aurait pu faire de lui le plus grand criminel de tous les temps.

En conclusion, si l'on étudie attentivement l'ensemble de l'oeuvre de Conan Doyle, il y aurait au matière à une série beaucoup plus longue.
Reste un coffret de 5 épisodes à se procurer d'urgence dans tous les bons magasins, après avoir cependant relu l'intégrale de l'oeuvre du Maître afin d'en savourer tous les clins d'oeil.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite