Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » The Hound of the Baskerville (2002)
Critique film
The Hound of the Baskerville (2002)
par
Manu Baranovsky
Ses autres critiques
Une version vive du Chien Octobre 12, 2006

Téléfilm BBC avec Richard Roxburgh, Ian Hart, Matt Day et Richard E. Grant.

Autant être précis : cette version filmée du célèbre roman de Conan Doyle père n'y est pas totalement fidèle. Une ou deux simplifications font « disparaître » quelques personnages, et la noirceur du criminel est, au final, encore plus abjecte. Je ne donne pas de détail mais bon. C'est un choix, ça se défend.

Sinon, et pour tout le reste, on est là dans une très bonne adaptation filmée du « Chien des Baskerville ». Les décors et costumes sont tout à fait réussis, le choix des acteurs est convaincant : Roxburgh incarne un Holmes dont la suffisance s'équilibre d'une attention aux autres tout à fait humaine ; Ian Hart, qui rejouera Watson en 2004 dans « The case of the silk stocking », rend grâce au docteur en l'incarnant jeune, fougueux, fasciné par le détective mais ne lui faisant pas confiance ; quand à Richard E. Grant, on ne peut trouver de Stapleton plus ignoblement pervers.

Quelle oppression ! Le quatrième (ou le premier ?!) personnage de ce téléfilm est la plus lugubre lande embrumée par un climat d'hiver que j'ai vu dans un "Chien des Baskerville". Brume, brouillards, marigots, et lande déserte à perte de vue. Baskerville Hall n'est pas en reste, la perception de la vieille bâtisse lugubre étant influencée par le moral, fluctuant, de nos personnages.

Le chien, enfin, en images de synthèse, est un peu grossier (les moyens de la BBC ne sont pas ceux d'un Terminator, j'imagine), certainement torturé par son maître, et tout à fait effrayant dans sa course comme dans ses attaques !

Faîtes comme lui : jetez-vous sur ce bon téléfilm.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite