Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Le secrétaire italien : une nouvelle aventure de Sherlock Holmes
Le secrétaire italien : une nouvelle aventure de Sherlock Holmes Critique de
Le secrétaire italien : une nouvelle aventure de Sherlock Holmes
par Caleb Carr
chez Presses de la Cité
17 août 2006
» voir la fiche bibliographique
par
Jean-Claude Mornard
Ses autres critiques
Transparent comme un spectre! Septembre 4, 2006

Grosse déception après des mois d'attente.
Le livre est très bien écrit, il faut le reconnaître mais souffre de pas mal de défauts qui rendent sa lecture assez laborieuse.
En fait, comme on l'apprend dans la postface, Caleb Carr avait été contacté pour joindre une nouvelle de son cru à une anthologie consacrée à des textes holmésiens vaguement axés sur le surnaturel, les fantômes etc (un peu comme il y a déja eu "Sherlock Holmes en orbite" qui réeunissait des textes holmésiens teintés de SF).
Or, notre Caleb Carr, emporté par son lyrisme, ayant largement dépassé le "format nouvelle", l'éditeur décida (bin voyons!) que son texte ferait l'objet d'un volume à part . Un nouveau roman signé par un auteur de "best sellers", on ne va pas passer à côté de l'occasion de faire du blé !
Le problème est que, si l'on fait abstraction des digréssions historiques ( fort intérêssantes...à la limite, ce qu'il y a de plus intéressant dans le bouquin !)concernant l'époque de Mary Stuart et plus particulièrement l'assassinat sauvage de David Rizzio, son secrétaire italien, l'intrigue elle même peine à tenir le lecteur en haleine pendant quelque 250 pages...Doyle aurait accouché, avec ce thème, d'une nouvelle de trente pages, considérations historiques comprises, car, contrairement à Carr (...hum...) il se serait rendu compte, lui, de l'extrême minceur du scénario.
Beaucoup de remplissage aussi au niveau des états d'âme et autres considérations philosophico-politico-historiques de Watson (personnage qui semble avoir la nette préférence de Caleb Carr et prend le pas sur Holmes durant toute l'aventure, le détective étant particulièrement fallot...lui qui d'habitude est plutôt phallo ! L'holmésien pur jus risque de ne pas y retrouver ses marques ! M'enfin, ça ce ne serait pas trop grave si l'histoire était passionnante !).
En deux mots : une vague enquête à propos d 'attentats contre la reine Victoria qui débouche sur une banale affaire d'arnaque aux touristes par pseudo fantômes interposés - genre Scoubidoo, quoi... - et dont le coupable se repère comme le nez au milieu d'un visage d'ivrogne dès sa première apparition ( avec,pour pimenter le tout ,quelques apparitions de véritables - du moins le suppose t'on - entités surnaturelles qui peineraient à faire se dresser les cheveux sur la tête d'un gosse amateur de R.L Stine et sont juste là pour justifier le thème imposé au départ par l'éditeur!).
Bref, un livre "bâtard", ennuyeux (et ça, c'est le pire des crimes en littérature romanesque!) qui aurait nettement gagné à rester au format nouvelle prévu à l'origine.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite