Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Les carnets secrets de Sherlock Holmes
Les carnets secrets de Sherlock Holmes Critique de
Les carnets secrets de Sherlock Holmes
par June THOMSON
chez Le Masque
1 novembre 1993
» voir la fiche bibliographique
par
Manu Baranovsky
Ses autres critiques
Un pastiche "moyen de gamme" Juillet 14, 2006

Encore des nouvelles de la boîte en fer? : le docteur en philosophie John F. Watson a trouvé ces manuscrits inédits du Dr John H. Watson auprès d?une parente du collègue et ami de Sherlock Holmes.

Bon, j?ai lu d?abord « Les dossiers secrets de Sherlock Holmes », la « suite » des « Carnets secrets? », du même auteur et sur le même mode, que j?avais bien aimé. Ici, je soupçonne la différence de traducteur d?un ouvrage à l?autre d?être une des causes de mon désamour?
Effectivement, si June Thomson est toujours aussi savante dans sa connaissance canonique, le style est ici beaucoup plus ampoulé que dans « Les dossiers? ». Et si je m?y connais en ampoulage pour n?en être moi même pas exempt (la preuve !), là, on peut carrément dire que les phrases en deviennent souvent bien lourdes. Dommage. Du coup, faute de plus de données originales, je met ça sur le compte du traducteur de cet opus, le pourtant réputé et pseudonymé Jef Tombeur?

Les nouvelles, quant à elles, vont d?un intérêt moyen à quelques idées intéressantes pour des untolds : « Le rat géant de Sumatra », qui termine l?ouvrage, est assez crédible, par exemple. Tout cela reste copieusement annoté : chaque nouvelle voit ses propres annotations reportées en fin de nouvelle et non en fin de livre, ce qui facilite les allers-retours de la lecture à la note, même si le plus pratique serait quand même de simples notes de bas de page.

Pour synthétiser, je conseille cette lecture du bout des lèvres, en tant que « moyen de gamme » qui peut être apprécié en période de disette de chefs d??uvres Holmésiens. Sans plus.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite