Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Sherlock Holmes et la suffragette amoureuse
Sherlock Holmes et la suffragette amoureuse Critique de
Sherlock Holmes et la suffragette amoureuse
par Bernard Oudin
chez Mycroft's Brother
14 juin 2004
» voir la fiche bibliographique
par
Jean-Claude Mornard
Ses autres critiques
L'écrivain amoureux Juin 26, 2006

Déformé que je suis (Gaffe ! Restez poli, hein !) par la lecture de multiples pastiches où les différents auteurs imaginent l'une ou l'autre intrigue amoureuse dans la vie de l'hôte de Baker Street, je m'attendais, stupidement (Re-gaffe!) à ce ce que la fameuse sufragette du titre soit amoureuse de nul autre que Sherlock Holmes.

Mais non, ladite sufragette est bel et bien amoureuse mais pas du grand détective et ce n'est là qu'un des éléments de l'intrigue de l'une des sept nouvelles qui composent ce fort plaisant recueil.

Bernard Oudin, outre sa capacité indéniable à torcher des intrigues très agréables sur lesquelles plâne un agréable parfum de mystère, propose une vision teintée d'énormément d'affection pour les personnages canoniques. Certains passages sonnent littéralement comme des déclarations d'amour envers Holmes et Watson , un amour qui doit remonter à loin, un de ces longs voyages en commun , un peu comme celui accompli par Holmes et Watson, qui font que même ( surtout ?) les petits défauts des protagonistes participent pleinement de l'affection qu'on leur porte.

Des brumes de Londres aux berges ensoleillées du Nil, sur lesquelles se profile la malédiction des Pharaons, le lecteur est emporté dans une série d'aventures qui, si elles ne possèdent pas toutes ce sens du "grotesque" si cher à Sherlock Holmes,n'en sont pas moins passionnantes, à la fois drôles et dramatiques.

Bref, il s'agit d'un de ces pastiches (de plus en plus rares) où l'on a bel et bien l'impression que c'est le vrai Holmes qui évolue sous nos yeux et non pas un ersatz, un imposteur, un reflet déformé.

Un seul petit bémol: la relative brièveté du volume. Réellement, on quitte le livre avec regret.Allez hop, vite, un second recueil !


---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite