Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4642)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4642)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Le train de la mort
Critique video
Le train de la mort
par
Franck Blanche
Ses autres critiques
Holmes victime de la "métaphore du train" Juin 18, 2006

Certes cet épisode n'est pas le meilleur de la série. La raison essentielle tient au fait que le génie de Holmes est peu mis en valeur pour résoudre l'affaire. C'est l'intérêt majeur du genre et c'est bâclé, c'est un fait.
Mais bon, il y a une énigme qui tient la route (le vol de l'Etoile de Rhodésie), des meurtres en série, une ambiance de huis clos feutrée (à la Agatha Christie), des suspects à la pelle (dont une "vamp" subilme), un vrai "méchant" holmésien(= le colonel Moran, d'abord débonnaire puis gentillement inquiétant voir diabolique)et la dose d'humour nécessaire à toute série policière qui se respecte ( = le Dr Watson). Pas mal de points positifs en somme.
Et si le scénariste de cet épisode (Franck Gruber) a pris le parti de faire subir à Holmes les évènements plutôt que de les anticiper, c'est peut être pour nous rappeler la "métaphore du train". En effet, ce train, où se déroule l'histoire, pourrait être un acteur essentiel de l'intrigue. On le voit foncer dans la nuit comme un bolide et cela est très régulièrement souligné par des plans séquences. Et dans un train l'être humain est un "prisonnier" en puissance, il ne peut s'échapper, ne peut en sortir (sauf si on l'y pousse comme le suggère la tentative d'assassinat de Holmes). Soumis à la machine, l'homme n'a qu'à attendre la fin de son voyage et subit les évènements plus qu'il ne les contrôle. Et c'est bien ce que fait Holmes dans ce train et cette aventure! Holmes aurait donc été victime de la "métaphore du train"! C'est du moins tout le crédit que l'on peut accordé aux auteurs de cet épisode...pas si mal que ça donc.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite