Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Wiggins chez les johnnies
Wiggins chez les Johnnies Critique de
Wiggins chez les Johnnies
par Béatrice Nicodème
chez Syros Jeunesse
13 mars 2003
» voir la fiche bibliographique
par
Marc Madouraud
Ses autres critiques
Un entracte rafraîchissant Avril 22, 2003

WIGGINS CHEZ LES JOHNNIES

De Béatrice Nicodème

Syros Jeunesse, « Souris Noire », ill. Jacques Ferrandez, 2003.



Ces temps derniers, Wiggins, chef officieux des Irréguliers de Baker Street, se désole que son grand ami Sherlock Holmes ne lui confie aucune mission de confiance, alors qu'il voudrait tant démontrer ses propres talents d'investigateur. Pourtant, un message crypté, qu'il trouve dans une bouteille de lait, le lance sur une incroyable affaire : Holmes, en personne, serait retenu prisonnier dans la cave d'un pub, le Sanglier, et lui seul peut lui venir en aide !

N'écoutant que son courage, le jeune londonien se rend effectivement au pub, pour s'apercevoir que son adversaire est bien plus retors qu'il ne pensait ! Durant son enquête, il va faire connaissance avec un garçon français, Louis, et découvrir le monde des « Johnnies », ces Bretons qui venaient en Angleterre pour vendre, au porte à porte, des chapelets d'oignons.



Difficile d'en dire plus sous peine de déflorer l'intrigue. Ce roman, destiné à la jeunesse, se doit d'être effectivement lu avec des yeux d'enfants, car le lecteur un tout petit peu chevronné découvre vite la solution du mystère. Mais ce parti pris de se moquer ouvertement et malicieusement de son jeune héros, un peu trop pressé de jouer les grands détectives, s'avère bien sympathique.

D'un point de vue purement policier, les quatre opus précédents de la série Wiggins ("Un rival pour Sherlock Holmes", "Wiggins et le perroquet muet", "Wiggins et la ligne chocolat", "Wiggins et "Sherlock Holmes contre Napoléon") étaient probablement plus ambitieux, mais ce "Wiggins chez les Johnnies" fait figure d'entracte rafraîchissant, et nous permet d'aborder une profession oubliée, celles des Français qui traversaient périodiquement la Manche pour venir vendre leurs oignons en Angleterre. Cela nous

donne également une indication sur la prochaine aventure du petit Irrégulier : elle se déroulera en France !

Ce n'est guère Wiggins qui ne se mêlerait que de ses oignons !

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite