Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4655)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4655)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Coffret Sherlock Holmes (saison 3)
Critique video
Coffret Sherlock Holmes (saison 3)
par
Yves Tanguy
Ses autres critiques
Soyons serieux deux secondes Mai 22, 2006

Incarner Holmes. Bien sûr Jeremy Brett incarne Sherlock HOLMES ; jusqu'à la douleur même. D'accord le canon est récité studieusement, rien n'y manque. Au contraire il s'est même glissé un invité surprise absent des pages mais pas de la série. J'ai ressenti cela dés la première saison, comme un drôle de goût. Intrigué j'ai persévéré ; depuis le temps que j'en entend parler de cette série, je n'arrive pas a la regarder à la télé (pas le temps ou alors entre minuit et deux mais là... enfin c'est ma vie, de quoi vous mêlez-vous ?) et de toute manière c'est toujours la V.O. (là j'ouvre une parenthèse pour dire qu'en fait je m'en fous mais ça fait chic d'aaaadooooorrrrer la V.O. Parfois un bon doublage avec Balutin en Sherlock et Micheline Dax en... Excusez-moi je ferme la parenthèse). Où en étais-je ? Ah oui l'invité surprise, présent sur presque tous les films des deux premières saisons, j'ai espérer ne pas le revoir sur ce troisième coffret mais si ; il y est !!! Il transpire dans les menus et éclate dés le générique : L'ennui. Un ennui profond.

Que les Fans me pardonnent mais je ne prendrai pas ce train là. Trop lent trop de
naphtaline, Sherlock c'est ça aussi mais au départ c'est la folie, ce génie reclus qui meure si il n'affronte pas le crime, le mal, les plus tordu que lui et Watson avant d?être son ami est son médecin, l?inquiétude le ronge son couple passe au second plan, il ne vit que pour son malade et est devenu son biographe pour être sûr de ne rien rater de sa vie jusqu?à oublier la sienne, être sûr de transfigurer Holmes mais dans le fond ce qui lie ces deux là c'est plus que de l'amitié ou un intérêt purement clinique et de cela je ne vois rien dans la série. Pourtant on ne peut pas dire qu'il n'ont pas prit le temps pour planter le décor. Maigret (version Jean Richard pas le Tarentinesque Cremer) à coté c'est John Mc Clane.

Billy Wilder n'a eu besoin que d'un film et hors-canon en plus pour me redonner envie de relire Doyle.

Troisième série achetée (mon coté compulsif) et toujours rien.

Désolé.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite