Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Coffret Sherlock Holmes : L'indispensable
Critique video
Coffret Sherlock Holmes : L'indispensable
par
Jean-Claude Mornard
Ses autres critiques
Indispensable, non. Mais... Mai 13, 2006

Un coffret où il y a "à boire et à manger"... L'adaptation de HOUN est assez calamiteuse, avec un Matt Frewer aux limites du supportable. SIGN, malgré, ou grâce à, l'absence de la poussive poursuite en bateaux finale, est déja plus intéréssant, avec des pointes d'humour bienvenues (Thadeus Sholto hypocondriaque qui se rue sur Watson afin que ce dernier l'ausculte, tandis que Holmes, qui vient de se présenter, très sûr de sa notoriété, en est réduit à épeler son nom !)

Crime en Bohème, qui amalgame deux nouvelles, nous montre surtout que, lorsqu'il met la pédale douce sur les grimaces, Frewer campe un Holmes fort acceptable (le reste de la distribution, hormis Kenneth Welsh, très bon en Watson, est plus discutable... particulièrement le comédien qui joue Mycroft, vague sosie de Mel Gibson, aux antipodes -physiquement- du personnage décrit par Watson dans le canon) Quant au Vampire de Whittechappel, le scénario ,entièrement original, est trop simpliste dans son dénouement - très tiré en longueur- mais Frewer semble avoir définitivement trouvé ses marques : dommage que la série s'arrêta là.

A l'actif de cette mini-série : une réalisation nerveuse et rythmée - avec, pour une fois, des scènes d'action crédibles et musclées - bien adaptée aux critères actuels, un format adéquat (environ 70 minutes, ni trop, ni trop peu), une belle reconstitution et une approche sympa et parfois humoristique. Sans oublier une très belle musique de Marc Ouellette... particulièrement pour Crime en Bohème, où elle n'est pas sans évoquer, curieusement, les accents du "Benvenuta" de Frédéric Devreese.

Au passif, l'interprétation inégale de Frewer (mais elle bonifie vraiment au fil des épisodes... et pis, je trouve un peu absurde de lui reprocher ses grimaces et son jeu extraverti tout en portant aux nues un Jeremy Brett qui n'est pas loin d'avoir ouvert la voie à ce type d'interprétation... D'autant que dans le cas de Frewer, tout ça est très second degré: il s'amuse et n'a nullement la prétention de nous offrir "the Ultimate Holmes"!), l'absence totale d'allusion à la cocaïne (le but est manifestement de faire des téléfilms tous publics) et certains changements, assez gratuits, apportés au texte canonique.

Bref "L'indispensable", c'est nettement exagéré comme intitulé, mais ces téléfilms - à l'exception de HOUN, coup d'essai pas vraiment concluant- ne me semblent pas mériter l'opprobe dont ils sont souvent victimes de la part des holmésiens. Faut les prendre pour ce qu'ils sont, c'est tout... M'enfin, moi je dis ça, je dis rien... d'ailleurs, j'vais aller me fumer une cigarette, tiens...

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite