Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Les Vacances de Sherlock Holmes
Les Vacances de Sherlock Holmes Critique de
Les Vacances de Sherlock Holmes
par Martine Ruzé-Moens
chez Mycroft's Brother
1 décembre 2005
» voir la fiche bibliographique
par
Manu Baranovsky
Ses autres critiques
Un parti pris d'humanité Mars 5, 2006

Un bon point pour ce nouvel opus des éditions « Mycroft?s brother » : ce livre est très agréable par ses illustrations, son découpage et sa mise en page.

Dans ces cinq aventures inédites, nous trouverons chez l?auteure une approche pleine de sensibilité, faisant écho à celle du docteur Watson? Et nous éclairant parfois sur les états d?âme de ce dernier, souvent laissés de côté par « dévouement » dans le canon?
C?est donc bien le point de vue de Mathilde D?Alencourt, amie de feu Mary (Morstan) Watson qui est adopté par Martine RUZÉ-MOËNS.
Ce parti pris sensible est vraiment intéressant pour nous rendre humains les héros : le Holmes « machine à penser » est une invention de Watson, ou bien il était comme ça à ses débuts et a évolué avec le temps, mais son personnage, dans les histoires du « Strand magasine » reste fidèle -trop ?- à cette image froide. Les relations entre personnages sont donc chaleureuses ; ils connaissent aussi des doutes, peuvent faillir, vaciller? Tout cela est moins Victorien que ce que le style de Watson lui permettait d?écrire. Plus moderne donc ! Et c?est tant mieux.
Est-ce le pendant de cette approche très subjective ? La narration me donne l?impression de nous distancier souvent de l?action : on est ainsi, non pas dans l?action, mais dans le récit de l?action par l?un (ou l?autre) des personnages à ses compagnons. Cette action narrée nous en distancie par là même et c?est dommage quant à son intensité, je trouve.
D?autant que les idées et intrigues sont vraiment bonnes, originales et crédibles : se référant aussi avec érudition aux aventures canoniques ; ou bien au grand interstice du Hiatus, avec une hypothèse séduisante, certainement sans prétention, et que le lecteur gagnera à connaître.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite