Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » On a tué Sherlock Holmes (1937, H. Albers)
Critique film
On a tué Sherlock Holmes (1937, H. Albers)
par
Bernard Oudin
Ses autres critiques
Une pure comédie sans prétention Janvier 15, 2003

J'ai bien aimé ce film allemand, dont le seul défaut est d?être présenté sous le titre français "On a tué Sherlock Holmes". Une traduction grotesque, comme d?habitude, qui rejoindra au tableau d?honneur de la bêtise "Sherlock Holmes attaque l?Orien-Express" ou "Elémentaire mon cher...lock Holmes". Pour en revenir à ce film, non seulement on ne tue pas Sherlock Holmes, mais le titre allemand "Der Mann, der Sherlock Holmes war" veut dire "L?homme qui était Sherlock Holmes", c?est-à-dire à peu près le contraire.

Le film date de 1937, donc de la période nazie, mais n?a vraiment rien de nazi. Au pire les épidermes délicats noteront que l?intrigue se passe en France ? on ne sait trop pourquoi - et que les policiers français y sont un peu ridiculisés, mais pas plus que Scotland Yard dans Conan Doyle. L?ensemble est une pure comédie, sans prétention : les deux héros se font passer pour Holmes et Watson. Tout laisse penser qu?il s?agit de deux joyeux escrocs, alors qu?en fait ce sont deux détectives sans le sou qui usurpent cette identité pour trouver des clients. Bien sûr, ils résoudront au passage une affaire d?envergure et tout finira bien. Notons aussi la présence régulière d?un personnage en macfarlane qui ricane dans son coin. On croit qu?il s?agit du vrai Holmes mais là encore c?est une fausse piste (dont je ne vous donnerai pas cette fois la solution). Tout cela est bien enlevé. Il y a même une sorte de petite scène chantée, style comédie musicale, qui est peut-être un peu too much. Mais Hans Albers et Heinz Rühmann poussent bien la chansonnette et on leur pardonne.

Hans Albers est sublimement beau et séduisant, comme d?habitude. Un peu trop grand et blond pour le rôle, mais le profil est holmésien. Heinz Rühmann, très populaire outre-Rhin, est moins connu que Hans Albers, mais a fait comme lui une longue carrière en Allemagne, avant, pendant et après la guerre. C?est un comique au visage poupin qui fait un Watson assez crédible, ne tombant pas dans le ridicule comme un Nigel Bruce. Pour finir, livrons aux amateurs une bonne colle cinématographique à poser : quel acteur a interprété à la fois Watson et Maigret ? Réponse : Heinz Rühmann, qui a incarné notre commissaire national dans Maigret und sein grösster Fall en 1966.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite