Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4655)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4655)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Dracula et les spirites
Dracula et les spirites Critique de
Dracula et les spirites
par Fred SABERHAGEN
chez Pocket
1 août 2000
» voir la fiche bibliographique
par
Manu Baranovsky
Ses autres critiques
Le comte est bon... Sherlock un peu moins ! Février 3, 2006

Dracula et les spirites

J?avais finalement beaucoup aimé « Le dossier Holmes Dracula » dont j?avais fait une critique très positive. « Dracula et les spirites » est une suite de ce pastiche, et met à nouveau en scène nos trois héros : Holmes, Watson et? Dracula. Même auteur, même traducteur (François Truchaud).

Le mauvais point de départ revient avant tout à l?éditeur : ce livre, chez « Pocket ? Terreur », est bourré de coquilles ; une, deux ou trois, ça passe, mais là c?est au moins une trentaine en trois-cent pages ! C?est quand même un travail de professionnel qui est sensé nous être proposé par « Pocket » et là on est loin du compte (Dracula !).

Etrangement, ce que j?avais beaucoup apprécié dans le précédent opus est la même chose qui m?a irritée ici : l?alternance des narrateurs (Dracula et Watson se relaient dans la relation de cette aventure) est dans « Dracula et les spirites » bien plus artificielle que dans « Le dossier? », et parfois elle n?est même pas évidente, car souvent en cours de chapitre.
Ceci dit, le mode d?expression de Dracula et sa subjectivité « sensitive », sensuelle, animale, vampirique quoi ! sont très bien proposés (c?est quand même la spécialité de Saberhagen !), et la forme narrative par Watson est respectée : plus sensible façon « fleur bleue », dirais-je?
Un autre indice de la plus grande maîtrise de l?auteur des histoires de vampires est que l?histoire, selon moi, peine un peu jusqu?à ce que Dracula entre scène, et qu?elle prend dès alors une dimension bien plus palpitante : en effet, nous avons moins affaire à un scénario d?enquête et de détection (du « consulting detective » qu?est Holmes) qu?à une histoire de vampires. L?histoire d?ailleurs m?a un peu fait penser, pour sa deuxième partie au « Dracula » de Bram Stocker, car elle en « copie » la course poursuite finale, le mauvais vampire rentrant au pays, pourchassé par ses pisteurs?

Pour terminer, je continue de conseiller la lecture, avant tout, du « Dossier Holmes-Dracula », celle de « Dracula et les spirites » étant moins inspirante, et pour ma part je vais davantage me pencher sur les histoires de vampires de Saberhagen (« L?échafaud de Dracula » et « Les confessions de Dracula » attendent leur tour dans la pile?), que sur d?éventuels autres pastiches Holmésiens qu?il aurait pu écrire.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite