Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4655)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4655)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Sherlock Holmes (1932, C. Brook)
Critique film
Sherlock Holmes (1932, C. Brook)
par
Bernard Oudin
Ses autres critiques
Un bon acteur dans un film nul Janvier 16, 2003

Je crains qu?il n?y ait pas grand chose à dire de "Sherlock Holmes" de William K. Howard, produit par la Fox en 1932. Le commentaire le plus charitable que l?on puisse faire s?adressera à l?acteur principal, Clive Brook. Ce comédien a été la vedette de dizaines de films, mais ne reste dans la mémoire des cinéphiles que pour un seul, ce qui n?est déjà pas mal : il fut le partenaire de Marlene dans "Shanghai Express" de Josef von Sternberg. Clive Brook n?est peut-être pas Basil Rathbone ou Jeremy Brett, mais c?est tout de même un très bon Sherlock Holmes. Il a quelques atouts : il est anglais, a le bon âge (né en 1887, il a 45 ans), le physique du rôle et l?élégance. Son jeu froid et distant ? il ne sourit jamais - convient très bien au personnage. Détail amusant : il a incarné deux fois Holmes, mais son autre film "The return of Sherlock Holmes" est, en dépit de son titre, antérieur de trois ans à celui-ci...

Hélas, si l?interprète est digne d?éloges, que dire du film ? Pour résumer d?un mot, il est nullissime. Le scénario, adapté en principe de la pièce de William Gilette, n?a que de lointains rapports avec elle. Le Dr Watson est inconsistant et ne fait qu?une apparition. L?acteur qui incarne Moriarty, Ernest Torrence, joue d?une façon bonasse et mielleuse qui conviendrait à la rigueur à Charles-August Milverton, mais sûrement pas au Napoléon du crime. Enfin, cerise sur le gâteau, Holmes est affublée d?une fiancée très BCBG avec laquelle il se marie à la fin du film. Elle le qualifie d?ailleurs d?impetuous lover ! Ce n?est pas une paire de lunettes qu?il faut offrir à cette demoiselle, mais une canne blanche et un chien...

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite