Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4642)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4642)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Le Chien des Baskerville (K7 audio)
Le Chien des Baskerville (K7 audio) Critique de
Le Chien des Baskerville (K7 audio)
par Arthur Conan Doyle
chez Livraphone
1 février 1993
» voir la fiche bibliographique
par
Jean-Claude Mornard
Ses autres critiques
Waf, waf Janvier 13, 2006

L'histoire est connue, il est donc totalement inutile de la résumer. En parlant de résumé, on peut dire que le format de 55 minutes ne convient guère à cette aventure!

Qui plus est, l'adaptation a beau être le fruit du travail d'un grand nom du polar français ,Thomas Narcejac ,auteur avec son compère Pierre Boileau de nombreux thrillers et d'au moins un pastiche holmésien ("L'affaire de Nightingale Mansion" in "Usurpation d'identités") on s'explique mal certaines libertés prises avec l'original. Pourquoi diable, par exemple, sir Charles Baskerville se transforme-t'il en sir Henry, comme son neveu ? Comment se fait il que Baskerville Hall (tout comme le 221b Baker Street) soit équipé du téléphone ?...L'isolement des personnages en prend un rude coup, l'atmosphère de terreur aussi !!! Plus grave, pourquoi Narcejac s'arrange-t'il pour flinguer tout le suspense d'entrée de jeu.

La "mise en ondes" est assez pauvre, avec un minimum de bruitages...Dont certains trouvent encore le moyen d'être intempestifs, tel cet aboiement du chien après qu'il se soit pris une balle en pleine tête ! Une partie de la distribution relève un peu le niveau de l'ensemble: Jean Bolo est un excellent Watson et Jean Topart ( Qui prêta sa voix si particulière à Christopher Lee et fut un vénéneux Sir Williams dans le feuilleton télévisé "Rocambole") est parfait en sir Henry (le jeune!). Louis Arbessier, premier Maigret de l'histoire de la télévision en 1960 et pilier de la post-synchro (on l'entend fréquement dans la VF de la série Granada ), est un Stapleton acceptable. Seul Henri Guisol fait tache...Ce qui est quand même fort dommage puisque c'est lui qui joue Sherlock Holmes!!! Sa diction empruntée (on dirait qu'il a en permanence une patate chaude dans la bouche!)et son débit monocorde (on sent vraiment qu'il lit son texte) rende le personnage parfaitement insupportable et mollasson.

Bref, un ratage de chez ratage...Ce qui est d'autant plus dommage que la collection "Les maîtres du Mystère", dont cette cassette reprend l'un des épisodes, diffusé en 1955, compte de nombreuses réeussites .

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite