Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Le nouveau musée de Sherlock Holmes
Le nouveau musée de Sherlock Holmes Critique de
Le nouveau musée de Sherlock Holmes
par Jacques Baudou / Paul Gayot
chez Néo
1 novembre 1989
» voir la fiche bibliographique
par
Manu Baranovsky
Ses autres critiques
Reçu au rattrapage. Décembre 21, 2005

Après « Le musée de l?Holmes » en 1987, dont j?ai fait ci-avant une critique mitigée, Baudou et Gayot ont donc - quand même - récidivé deux ans plus tard, toujours dans la collection « Sherlock Holmes and Co », chez Néo ? attention : papier glacé s?il vous plaît !
Ils ont bien fait !
Pour « Le nouveau musée de l?Holmes », nos deux "érudits" ont cette fois fait le choix de la qualité : qualité littéraire générale d?abord, avec de belles écritures biens traduites. Qualité policière aussi, avec de bons auteurs qui ici, n?ont pas commis des délires un peu incohérents, qu?on leur pardonnerait sous prétexte qu?il ne s?agit que de nouvelles. Il s?agit ici de vrais récits avec des situations intéressantes d?un point de vue policier, et surtout « holmésien ». Entendons-nous bien, par comparaison au premier tome de l?anthologie, ceci ne veut pas dire que tout humour est strictement absent de la sélection présentée. D?ailleurs, l?anthologie débute par un texte pataphysicien (« Reliques holmésiennes ») de toute première qualité, même si un peu ardu pour le profane. Ouf !
Certains textes sont courts (le très bon « Sherlock Holmes et Hercule Poirot » de Julyan Simons fait neuf pages) voire très courts (trois pages pour « Observation 153 bis » de l?excellent auteur Alexis Lecaye), et nous verrons Holmes dans de très diverses situations, parfois délirantes mais jamais déjantées : « Mort à Noël » (de James Powell) présente une poupée victorienne de Holmes qui, comme tous les jouets, reprend vie durant une heure lors de cette nuit? D?autres textes sont centrés soit sur M. et Mme Watson, soit par exemple sur l?infâme? Moriarty.
Les textes sont d?une bonne qualité globale, comme je l?ai déjà dit, je n?en ai donc pas, cette fois, de préféré. Avec les auteurs déjà cités ou d?autres choisis par nos anthologistes, comme Poul Anderson ou René Réouven, on était à peu près couvert contre la médiocrité.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite