Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » La Folie du Colonel Warburton
Sherlock Holmes, T2 : La folie du colonel Warburton Critique de
Sherlock Holmes, T2 : La folie du colonel Warburton
par
chez Soleil
2 mai 2000
» voir la fiche bibliographique
par
Jean-Pierre Crauser
Ses autres critiques
Un mix peu inspiré entre HOUN, SIGN et FIVE Novembre 10, 2000

"La folie du colonel Warburton" de Croquet/Bonte (Editions Soleil Prod.)

Le scénario me paraît bien faible et assez convenu. Il s'agit d'un mix peu inspiré entre Le Chien des Baskerville (construction du récit, menace surnaturelle, absence de Holmes) et Le Signe des Quatre (visite de la jeune cliente en plein désarroi, la vie de garnison aux Indes, le mystérieux passé qui resurgit brusquement). Ajouter un zeste de pépins d'orange version clous de fakir, un soupçon de spiritisme et vous obtenez un récit digne de la série BDétective.

Le dessin me parait plus réussi, notamment les décors. En revanche les visages des personnages me semblent excessivement anguleux. J'ai notamment été effrayé par le visage de Mrs Hudson. Rien à voir avec notre Mrs Hudson.

J'ai également relevé un anachronisme majeur. Dans les premières pages du récit Watson rentre au 221B avec le dernier exemplaire du Strand Magazine de décembre 1891 puisque le numéro inclut l'Aventure de l'homme à la lèvre tordu... Ce qui nous situe donc en plein Grand Hiatus. Holmes devrait se trouver quelque part au Tibet plutôt que tranquillement installé dans son salon londonien.

Autre détail qui ne plaide pas en faveur de la véracité du récit. L'action se déroule sur plusieurs jours en Ecosse et je n'ai relevé que deux averses... Totalement improbable.

Voilà déjà une BD qui n'obtiendra pas le prix quincailliers 2001.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite