Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Green Manor : Fantaisies meurtrières
Green Manor, T3 : Fantaisies meurtrières Critique de
Green Manor, T3 : Fantaisies meurtrières
par
chez Dupuis
3 mai 2005
» voir la fiche bibliographique
par
Kevin Colette (alias Brett Sinclair)
Ses autres critiques
Breakfast at Green Manor Septembre 28, 2005

Sur l?initiative du service de communication des Editions Dupuis a eu lieu à Paris le mardi 27 sept. dernier une rencontre informelle avec les auteurs de la collection « Expresso » .
Joie et bonheur, le scénariste inspiré de la série Victorienne des « Green Manor » était parmi les convives...
Pour mémoire, les chroniques de « Green Manor » narrent des histoires de meurtres « impossibles » ? rapportées par les auguste membre d?un club de Lords très spécial...
Le tome trois de ces bizarres anecdotes sort donc ces jours-ci et s?intitule « Fantaisies Meurtrières »
Conversation entre deux muffins et trois cup of Tea...

Quand, en 1998, Denis Bodart dessine le premier épisode de "Green Manor" paru dans "Spirou", "pour se détendre entre deux projets plus sérieux", il ne sait pas encore dans quel guet-apens il est tombé !

Ce virtuose, dessinateur de "Nicotine Goudron" et de "Célestin Speculoos", vient de croiser le chemin d'un jeune scénariste surdoué, aussi à l'aise dans l'humour (noir, si possible) que dans la construction d'intrigues machiavéliques : Fabien Vehlmann.
Depuis, sans délaisser leurs autres travaux, les deux auteurs s'amusent à livrer leurs petits contes très noirs, dont les héros constituent le plus grand ramassis de meurtriers, escrocs et bandits que la reine Victoria ait jamais connus !

Nous sommes donc en 1871, au sein d?un de ses Clubs british ultra-privés qui fleurissaient alors à Londres.
Quelques Lords dés?uvrés passent leur temps à se raconter des histoires policières ?Un poil bizarre.
A mi-chemin entre une enquête de Sherlock ? pour le côté ultra détaillé de l?histoire ? et un conte de l?Oncle Creepy ( des célèbres E.C Comics ) , les chroniques de Green Manor se dégustent avec langueur, le petit doigt en l?air et la cup of tea sur le guéridon...

Une réussite...







---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite