Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Travaux
Articles (90)
Critiques (597)
Fictions (119)

Outils
Bibliographie (3619)
DVDthèque (213)
Encyclopedia (5586)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (5586)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Baker Street : Sherlock Holmes n'a peur de rien
Baker Street : Sherlock Holmes n'a peur de rien Critique de
Baker Street : Sherlock Holmes n'a peur de rien
par
chez Delcourt - Humour de rire
1 avril 1999
» voir la fiche bibliographique
par
Bénédicte S.
Ses autres critiques
Mourir de rire, la plus belle des mort ! Janvier 10, 2018

Je n'ai rien contre les parodies, tant qu'elles sont bien fichues… Sherlock Holmes avait déjà été excellemment parodié dans le film "Without a clues" (Élémentaire mon Cher Lock Holmes) et ici, il en est de même : excellent !

Oubliez ce que vous savez du plus célèbre détective de Baker Street, celui est plus burlesque et moins… grand détective qui résout tout.

Pourtant, on sent que les auteurs ont potassé leur canon et qu'ils n'ont pas fait cela à la légère puisque dans ce premier tome, ils remercient les Quincaillers de la Franco-Midland !

Ce premier tome regroupe 4 enquêtes de notre plus célèbre détective d'Angleterre et de son ami, le bon docteur Watson.

Watson dépeint comme un gros gourmand, un amateur de boisson alcoolisée, meilleurs en découverte de solution que Holmes et bourré d'humour dans ses petites pensées.

Sans oublier leur logeuse, madame Hudson, toujours bourrée et l'inspecteur Lestrade, l'emmerdeur de service.

Nous sommes dans une parodie, c'est drôle, amusant, on nous présente un Holmes aux antipodes du canonique puisqu'il n'est pas le roi de la déduction, est colérique, s'engueule avec Watson, est mauvais joueur, imbu de sa personne, il déteste la reine Victoria, est parfois perdu dans son enquête et pique une crise digne de Joe Dalton lorsque l'on dit "Moriarty".

Les dessins sont drôles, sans être des oeuvres d'art, mais faut chercher les petits détails et les expressions faciales valent leur pesant de tabac, le scénario comporte de véritables enquêtes, leur solution, mais elle n'est pas toujours celle trouvée par Holmes…

À déguster avec une tasse de thé et le sourire aux lèvres !

Une bédé drôle, une parodie réussi, ou : comment retrouver des personnages cultes dans des situations abracadabrantesques…

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite
Politique de confidentialité