Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Travaux
Articles (90)
Critiques (597)
Fictions (119)

Outils
Bibliographie (3619)
DVDthèque (213)
Encyclopedia (5586)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (5586)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Baker Street : Sherlock Holmes et le club des sports dangereux
Baker Street : Sherlock Holmes et le club des sports dangereux Critique de
Baker Street : Sherlock Holmes et le club des sports dangereux
par
chez Delcourt - Humour de rire
1 janvier 2001
» voir la fiche bibliographique
par
Bénédicte S.
Ses autres critiques
L'art de la parodie Janvier 10, 2018

Allez hop, on reste dans la parodie mais cette fois-ci, au lieu de plusieurs enquêtes séparées (même si elles ont un fil rouge), on passe à 3 enquêtes faisant partie d'un tout.

Vous suivez ou vous avez abusé de la morue au whisky de madame Hudson ?

Bon, on récapitule pour ceux du fond qui ne suivent pas : Lestrade, l'empêcheur de glander en paix, demande l'aide de Holmes parce qu'il a rendez-vous avec son indic sur les quais de Limehouse.

Son indic aurait des infos sur Jack le Moustacheur, un dangereux hors-la-loi qui dessine des moustaches sur les portraits de la reine.

Nous aurons aussi la mort naturelle en chambre close d'un des membres du Club des Sports dangereux qui, selon ses dirigeants, n'est pas naturelle sinon ce serait shoking qu'un membre meure paisiblement dans son lit.

Oh, j'ai failli oublier la gerbille d'un rouquin qui se met à sauter dans tous les sens à heure fixe, des disparitions inquiétantes sur les quais de Limehouse.

Ben tiens, ça en fait 4 ça ! Même moi je ne suis plus…

Nous sommes toujours dans la dérision, dans la parodie, dans l'absurde, dans le burlesque et j'aime ça !

Holmes est un vrai mauvais perdant, toujours imbu de lui-même et persuadé qu'il est le meilleur, il utilise les cellules grises de Watson pour se faire valoir et pique des crises de nerfs quand ce dernier lui casse ses coups.

Les dessins sont toujours remplis de détails, les expressions des visages suffisent à tout nous dire, les dialogues passant ensuite. Sinon, niveau répliques, ça vole bas et ça casse à tour de bras.

À noter que des personnages existants sont croqués dans ses pages… et qu'aucun membre de la Société Sherlock Holmes de France n'a été blessé durant le tournage.

Ma foi, cette série est une véritable petite pépite que je regrette de ne pas avoir acheté plus tôt…


---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite
Politique de confidentialité