Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Les hommes de cire
Les hommes de cire Critique de
Les hommes de cire
par Jean-Pierre Naugrette
chez Climats
1 janvier 2002
» voir la fiche bibliographique
par
Roland Nicolas
Ses autres critiques
Un faux livre policier Février 7, 2002

Ce livre est sous-titré "Sherlock Holmes et les singes", et de singes, il en sera bien sûr question. Mais reprenons tout d'abord dans l'ordre. Il s'agit ici du second roman de Jean Pierre Naugrette qui nous avait déjà livré son propre récit du Dr. Jekyll et Mr. Hyde (dans lequel Sherlock Holmes apparaissait), et qui avait rédigé une étude dans le recueil Les Masques de Sherlock Holmes (* je ne suis plus sur du titre) qui avait reçu notre prix Quincaillier 1999.


Ce nouveau roman est très tentant à la lecture de la quatrième de couverture, où on nous parle d'un gigantesque complot visant à remplacer l'humanité par des singes. Mais au final...


En effet, ce livre n'est pas un roman policier ! Il en emprunte le héros, et l'auteur semble disposer d'une bonne culture canonique, mais nous sommes bien loin du style si souple du Dr. Watson.


Chaque chapitre a son propre narrateur : voix off, journal de bord d'un capitaine de vaisseau, Watson, le Dr. Murwaith, Holmes... et comme dans le précédent livre de Naugrette, certaines parties sont dépourvues de toute ponctuation. Et si dans ce précédent roman, cet effet de style marquait le passage de Jekyll à Hyde, et les délires verbaux de ce dernier, ici l'effet est plus gratuit et ne semble traduire que l'excitation des personnages.


Le thème de l'histoire lui-même est confus. Il s'agit d'une suite du précédent livre de Naugrette. Hyde n'est pas mort, et reprendrait de mystérieuses recherches sur le clonage, et créerait des sortes d'automates à figure humaine abritant un singe intelligent. Pour compléter, tout cela est en rapport avec une légende védique et un dieu hindou Jagannata, ou Juggernaut. Et tout au long de l'histoire transparaît un mystérieux vaisseau à quatre mats espagnol du XVIIIe siècle...


De plus, à cause d'un tournois auquel participe Holmes, il y a toute une digression sur le jeu d'échec dans le chapitre sur la croisière de Londres à l'Inde. Etait-il indispensable de s'y appesantir à ce point ? Soit on lasse le lecteur qui n'y porte aucun intérêt, soit on fruste l'amateur car les descriptions sont trop parcellaires. Enfin, si c'est pour montrer le niveau d'abstraction auquel cette enquête se situe, et placer l'histoire dans son contexte en citant des champions de l'époque, pourquoi n'avoir pas été jusqu'au bout et utiliser la notation anglo-saxonne au lieu de l'actuelle notation internationale d'origine française ? Il aurait été historiquement exact de parler de pion de la Reine, et cela n'en aurait rendu ces description que plus abstraites...


Passons sur ce détail, et revenons à l'histoire. Comme je vous le disais, si ce livre emprunte au genre policier, ce n'en est pas un. N'attendez donc pas une enquête avec de brillantes déductions, et surtout une solution. Car si ce livre a une chute, il n'en a pas pour autant une fin !


En conclusion, de par sa construction et le nombre de pistes intelligemment lancées tout au long de l'histoire, ce livre qui se termine de façon si abrupte et si frustrante m'a donné l'impression de lire un nouvel épisode de X-Files avec Sherlock Holmes, mais sans Scully...

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite