Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Les Quatre de Baker Street, T5 : La Succession Moriarty
Les Quatre de Baker Street, T5 : La Succession Moriarty Critique de
Les Quatre de Baker Street, T5 : La Succession Moriarty
par
chez Vents d'Ouest
2 avril 2014
» voir la fiche bibliographique
par
Bénédicte S.
Ses autres critiques
He's back ! Avril 27, 2014

Dire que j'ai bondi de joie lorsque j'ai vu que le tome 5 était sorti serait un euphémisme !

Depuis que nos trois lascars et le chat s'étaient retrouvé orphelins suite à la fausse mort de Holmes (eux ne savaient pas qu'elle est fausse), je me demandais ce que l'auteur allait apporter comme contribution au Grand Hiatus (mai 1891-1894).

Il m'importait surtout de savoir si l'auteur allait faire revenir Holmes plus vite ou s'il allait laisser les Quatre se débrouiller seuls durant quelques albums. Ma crainte étant de ne pas revoir de sitôt l'ombre du Grand Holmes planer sur les rues de Londres.

Alors ? Mystèèèère.... Je vous rassure, cet opus ne m'a pas déçu et retrouver Sherlock Holmes fut un grand plaisir pour moi, autant que pour les quatre francs-tireurs de Baker Street.

Londres, 1892... Oui, Holmes se montre beaucoup plus vite que prévu, mais son frère Mycroft l'a informé d'une affaire pressente, qui, si elle arrivait à son terme, permettrait aux successeurs de feu Moriarty de renflouer leurs caisses (les comptes en Suisse, pays du secret bancaire, y'a que ça de vrai !).

Les dessins sont toujours soignés, lumineux, aérés et non surchargés, le Londres de l'époque est bien représenté, avec ses différences entre les classes sociales, bien que le côté politique et social soit moins présent dans ce tome.

Holmes a de multiples expressions, les gamins sont débrouillards, attachants et pas toujours obéissants. On sent qu'ils aiment travailler pour Holmes : il est réglo, paye rubis sur l'ongle et ça pimente leur vie.

Ajoutons à cela que nous avons une affaire délicate, des méchants au petit poil, le colonel Moran, un fusil à vent, des déguisements et un Watson... Ah, ce cher docteur Watson !

Je me demandais si l'auteur allait choisir l'évanouissement et l'absolution totale à la Conan Doyle, ou le coup de poing à la Moffat (BBC). Autre version dans la bédé, mais bien plus en adéquation avec la réaction que le docteur aurait dû avoir lors de la réapparition de Holmes dans les récits canoniques.

Tromperies, trahisons, magouilles, extorsions de fonds, coups de poignard dans le dos, sont aussi à la carte de ce tome 5.

On le sait, lors d'une succession, les coups bas ont toujours lieu. Et puis, le pouvoir, ça ne se partage pas !

Bref, de l'action, une enquête holmésienne, des personnages très attachants : le cocktail parfait à siroter dans son fauteuil, sans modération.


---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite