Société Sherlock Holmes de France Bibliographie française de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4645)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4645)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Au théâtre ce soir : Le chien des Baskerville
Critique video
Au théâtre ce soir : Le chien des Baskerville
par
Jean-Claude Mornard
Ses autres critiques
L'étrange incident du chien dans la coulisse Mai 24, 2005

Cette pièce fut mon premier contact avec l'univers de Holmes alors que j'avais neuf ans. Maintenant que je me trouve depuis un bon moment du mauvais côté de la quarantaine, je la regarde toujours avec une certaine nostalgie teinté de partialité.Je me suis repassé la cassette cet après-midi après avoir lu la critique acerbe d'Alexis Barquin concernant le jeu de Raymond Gérôme. Qui,soit dit en passant est belge et non français... Mais bon,être belge peut arriver aux meilleurs d'entre nous,j'en suis la preuve vivante !Certes le comédien est trop grassouillet,certes il abuse de grimaces, certes sa diction nous donne parfois l'impression qu'il a abusé du Beaujolais avant la représentation mais son jeu,aux limites de la parodie,est assez truculent. J'apprécie particulièrement (pour de mystérieuses raisons, car j'avoue qu'il n'y a pas de quoi se taper sur les cuisses !) le moment où Holmes répond à Watson, lui demandant s'il a passé une bonne journée : "Excellente... J'ai mangé des oeufs brouillés !". En gros la pièce constitue un spectacle plaisant même si elle n'est pas très canonique. De plus le fait de ne pas voir le chien mais d'entendre simplement ses hurlements mêlés à ceux du vent nous évite l'habituelle déception et laisse la porte ouverte à notre imagination. D'ailleurs j'en ai fait des cauchemars... à neuf ans !

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite