Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4642)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4642)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Les enquêtes d'Enola Holmes, T4 : L'étrange éventail
Les enquêtes d'Enola Holmes, T4 : L'étrange éventail Critique de
Les enquêtes d'Enola Holmes, T4 : L'étrange éventail
par Nancy Springer
chez Nathan
12 avril 2012
» voir la fiche bibliographique
par
Benedicte S.
Ses autres critiques
Ça mange pas de pain, mais ça fait du bien Juillet 6, 2013

Tiens donc, v’là ti pas une ancienne connaissance que nous avions croisé dans le tome 2 "L’affaire Lady Alistair" : la jeune Cécily qui avait été enlevée et droguée (y’a plus d’jeunesse) ! Le monde est petit, non ?

L’auteur, pour nous mettre directement dans le bain, a décidé de nous entraîner dans un lieu d’aisance… et elle fait bien puisqu’elle a l’ambition de nous faire découvrir le Londres tel qu’il était, avec ses bons et ses mauvais côtés. Là, je vous rassure de suite, l’auteur ne sombrera pas dans la scatologie. Quoi ? Ah, vous auriez aimé des détails… Pas de chance.

Aux latrines, la demoiselle Cecily (et pas Cécilia) n’a pas l’air dans son assiette… Non pas qu’elle souffre de diarrhée aiguë, mais juste parce qu’elle est escortée par deux vieilles biques mal baisées, aux manières fort rêches (normal, jamais baisées, donc, elles sont fort sèches).

De plus, la jeune fille est engoncée dans une toilette qui entrave le moindre de ses mouvements. A si elle avait connu les jean’s ! Plus simple d’aller au petit coin en jean’s que lorsque qu’on est empêtrée dans des jupons, des sous-jupons, des corsets, des machins et des trucs qui rendent l’opération de vidange aussi complexe que si on devait extirper une idée lumineuse du cerveau de Nabilla et Bush Jr.

C’est son jour de chance puisqu’Enola est elle aussi dans les toilettes (les miracles de la narration) et notre pauvre coincée lui communiquera un message de détresse original…

Un peu à la manière de Louis De Funès dans "La folie des grandeurs", quand il était déguisé en vieille rombière et qu’il agitait son éventail devant Blaise (Yves Montand) qui ne l’avait pas reconnu ou celle d’Alice Sapritch (même film, scène du stip), l’allusion sexuelle en moins, évidemment !

Le cerveau un peu embrumé, Enola mettra quelques heures avant de comprendre le message caché de la pauvre fille qui ne pouvait même pas aller faire pipi toute seule.

Dans quel guêpier Cécily Alistair s’est-elle donc encore fourrée, bien malgré elle ? Aurait-elle enfilé une guêpière devant ses gardiennes eunuques ?

Pourquoi sa mère, lady Theodora, ne répond-t-elle à aucun message et ne reçoit-elle aucune visite ? Chez les gens de la Haute, c’est "shocking".

Que cache cette famille (un ogre, une sorcière ?) qui, pour bien se faire voir de la bonne société, n’hésiterait pas à compromettre la naïveté de Cecily, qui est jeune fille abîmée moralement car elle souffre de troubles de la personnalité ?

Vous le saurez en lisant le tome 4 des aventures d’Enola Holmes !

Dans cette série, c’est place aux femmes (contrairement aux histoires de Conan Doyle). La petite soeur fictive de Sherlock en profitera pour nous décrire l’injuste condition de notre sexe "faible".

Enola est une jeune fille rebelle (héritage de sa suffragiste de maman) : elle s’est enfuie pour éviter de se retrouver enfermée dans une école pour "jeunes filles de bonne famille" par son frère Mycroft parce qu’elle n’en a rien à foutre d’apprendre "les arts domestiques dans l’attente de son prochain mariage". Et puis quoi encore ?

Loin d’être une pique-assiette, elle a monté son cabinet spécialisé en recherches, se camoufle sous des déguisements et se joue même de ses propres frères, passant sous leur nez sans qu’ils ne la reconnaissent ! Humour garantit.

Enola se trouvera aussi face à Sherlock et on sent bien qu’elle a envie de se rapprocher de lui, de tisser des liens affectifs avec le frangin, mais la confiance est une denrée rare chez les Holmes ! Pourtant Sherlock est amusé par le tour de force de sa petite sœur et de la colère qu’elle suscite chez l’aîné, Mycroft.

Ce quatrième tome se lit d’une traite ! Chapeau bas aussi, parce qu’au fil des tomes, le style d’écriture ne se délétère pas et ne sombre pas vers le pis en pis (Gruz, je viens de la placer). Mieux, je bois du petit-lait en lisant Enola.

J’ai déjà fait l’éloge de ses nombreuses qualités et je le répète, cette série est une lecture agréable, sans prise de tête et conseillée pour ceux qui voudraient découvrir Sherlock Holmes autrement que par les récits de son père littéraire.

Convient aussi pour les amateurs de gentilles intrigues policières – qui ne casseront pas trois roues au chariot d’un cul-de-jatte – avec un fond de vérité Historique ou pour ceux qui, après avoir lu des tas de romans noirs, voudraient se refaire une santé.

Convient aussi pour les holmésiens de tous poils qui voudraient changer de lecture et trouver un peu de fraîcheur.

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite