Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Les enquêtes d'Enola Holmes, T1 : La Double disparition
Les enquêtes d'Enola Holmes, T1 : La Double disparition Critique de
Les enquêtes d'Enola Holmes, T1 : La Double disparition
par Nancy Springer
chez Nathan
4 juin 2009
» voir la fiche bibliographique
par
Benedicte S.
Ses autres critiques
Sherlock à une p'tite soeur ! Et quelle soeur. Juin 21, 2013

♫"Enola gay, you should have stayed at home yesterday, ♫ Aha words can’t describe the feeling and the way you lied"♪… Pardon, j’avais la chanson de OMD en tête…

J’ai toujours pensé que Sherlock Holmes était le meilleur détective du monde et surtout, le SEUL ! J’ignorais l’existence de sa soeur : Enola Holmes !

Oui, Mycroft et Sherlock Holmes, le célèbre détective, ont une petite soeur et ils ont respectivement 20 et 27 ans de plus qu’elle.

Leur père est mort quand elle avait quatre ans et Enola vivait avec sa mère dans la maison familiale, Ferndell Hall, près du village de Kineford.

On ne peut pas dire qu’Enola et sa Mère ont eu une relation fusionnelle. Elle était même distante. C’était intentionnel car sa mère voulait secrètement l’encourager à s’habituer à vivre de façon indépendante.

Mais voilà, maman a disparu et les frangins ont décidés de confier la petite soeur à un pensionnat, surtout Mycroft.

Enola au pensionnat ? Non ! Enola n’est pas Martine qui obéit à Grand Frère et la voilà qui se fait la malle, au nez et à la barbe des frangins…

Hé oui, je lis aussi des pastiches holmésiens "jeunesse" et j’avoue que je me suis bien plu à lire ce premier tome.

Géniale idée que d’affubler Mycroft et Sherlock – plus que guindés ici – d’une très jeune soeur qui se tamponne des convenances que les jeunes femmes et jeunes filles anglaises du 19e siècle devaient respecter.

C’est court, rythmé, drôle, ça se lit en une soirée (200 pages) et je dois dire que c’est de la lecture très agréable quand on est en vacances, les pieds dans l’eau. Les romans ne prennent pas de place dans les valises.

J’ai apprécié Enola Holmes, ses qualités, ses défauts, son caractère indépendant,… Elle n’hésite pas à se remettre en question, ce qui rend son personnage plausible.

Par contre, le fait qu’elle se tire de toutes les situations avec des stratagèmes élaborés, alors qu’elle n’a que 14 ans, est parfois un peu "gros".

Mais bon, on pardonne. Et puis, c’est une Holmes, non ?

L’avantage est que l’auteur, Nancy Springer, nous ait écrit un pastiche holmésien en créant une héroïne de toute pièce. C’est une Holmes, mais elle est à part tout en étant en même temps proche de Sherlock.

Du coup cette incursion dans le monde de Sherlock Holmes passe bien parce qu’on a pas une "réécriture" du détective – bien qu’il fasse quelques apparitions – mais une toute autre histoire.

Le détective n’a pas les projecteurs braqués sur lui, il est dans une semi-ombre, on le croise mais on ne reste pas longtemps avec lui.

Sa personnalité est respectée, il est taciturne, malade de dépression et se méfie de la gente féminine….

Comme je vous le disais, nous sommes dans un roman jeunesse mais j’en ai appris plus sur Londres et la société victorienne en lisant ce petit roman qu’en lisant Conan Doyle ! Lui ne parlait pas vraiment du poids que cette société faisait peser sur les femmes.

Ici, je suis devenue incollable sur les releveurs de popotin, les metteurs en valeur de poitrine, sur les dangers des corsets et autres… Nous avons droit à une vision très pertinente de la condition des femmes au 19ème siècle qui n’était pas rose.

Enola porte aussi un poids qu’elle ne comprend pas toujours : c’est l’enfant du scandale et de la honte car née tardivement (sa mère avait cinquante ans) et dans la bonne société anglaise c’était simplement inadmissible de tomber enceinte à cet âge là (jaloux qu’elle s’envoie encore en l’air à 50 piges et pas elles ??).

Point de vue intrigue, ça ne casse pas 3 pattes à un canard (on a une étrange affaire de disparition d’un jeune vicomte de 12 ans) mais le récit est plaisant à lire et la lecture rapide. Le plus intéressant est ce fil d’Ariane qui va nous suivre dans toute la saga.

L’écriture est simple, facile à lire, pas de style ampoulé ou pédant, un langage clair sans prise de tête (mais pas gnangan non plus).

Les messages codés étaient bien trouvés et je plains les traducteurs car ce n’est pas toujours facile de traduire tout en respectant le sens des codes ou des noms.
Le roman ne manque pas d’humour aussi : lorsqu’Elona se retrouve tout près de son frère et qu’il ne la reconnaît pas… Un peu tordu mais hilarant !

Et c’est parti pour de l’aventure dans un Londres bruyant, malodorant, puant et livré à la plèbe qui plie sous le travail…

Grâce à son intelligence et sa bravoure, Enola promet de tenir la dragée haute à l’éminent Sherlock Holmes !

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite