Société Sherlock Holmes de France Encyclopédie de l'oeuvre de Conan Doyle

L'Association
Qui sommes-nous ?
Statuts
Inscription
Historique
Publications
Réunions
Expositions
Boutique
Dons
Contact

Forums

Travaux
Articles (90)
Critiques (581)
Fictions (118)

Outils
Bibliographie (3613)
DVDthèque (211)
Encyclopedia (4643)
Argus (2184)
Recherche canonique


Et en anglais...
Encyclopedia (4643)
Arthur Conan Doyle
   Biography
   Chronology
   Complete Works
Sherlock Holmes
   Canonical search
   Stories
   Characters
   Sherlockiana
     Definition
     Studies
     Scholars
   Adaptations
     on Paper
     on Screen
     on Stage
     on Radio
   Sherlockian FAQ
Search Encyclopedia



Accueil » Critiques » Les premières aventures de Sherlock Holmes, T1 : L'Ombre de la mort
Les premières aventures de Sherlock Holmes, T1 : L'Ombre de la mort Critique de
Les premières aventures de Sherlock Holmes, T1 : L'Ombre de la mort
par Andrew Lane
chez Flammarion
2 mars 2011
» voir la fiche bibliographique
par
Méloë
Ses autres critiques
Un premier tome sympathique Mars 17, 2013

Je n’avais encore jamais lu de roman mettant réellement en scène un jeune Sherlock Holmes.
J’étais assez curieuse de voir ce que cela pouvait donner et j’ai finalement beaucoup aimé
ce premier volume, malgré une ou deux petites choses qui m’ont un poil moins convaincue
que le reste.

Le premier point qui m’a marquée est l’effort fait par l’auteur pour créer un cadre vivant
et détaillé. Les descriptions sont suffisamment nombreuses pour que le lecteur n’ait aucun
mal à se représenter l’univers dans lequel évoluait un jeune homme dans la seconde moitié
du XIXème siècle. Odeurs, couleurs, conventions… l’époque est brillamment rendue :
l’auteur glisse tout un tas de détails très chouettes qui loin d’alourdir le texte le
rendent très vivant. On voit vraiment le décor prendre vie sous nos yeux.

Quant à Sherlock, je me faisais une joie de le rencontrer à 14 ans et j’ai plutôt bien
aimé le jeune homme que j’ai rencontré. Je l’ai trouvé attachant et touchant tout en étant
plutôt assez cohérent avec l’adulte que l’on connaît bien. Il est intelligent, sportif,
brillant, original et unique mais reste un ado qui a beaucoup à apprendre. J’ai aimé voir
comment son caractère s’est formé, de même pour ses connaissances, sa méthode…

C’est très intéressant et j’ai trouvé qu’Andrew Lane avait su utiliser judicieusement
toutes les lacunes du Canon sur la jeunesse de Sherlock. Il connait bien le texte de Conan
Doyle et lorsqu’il prend quelques libertés dont je n’aurais pas forcément fait
personnellement le choix, cela reste cohérent avec le texte original.

Bon, j’aurais aimé voir Sherlock un peu plus autonome, que son comportement lui
appartienne d’avantage et ne soit pas seulement le fruit de l’influence de ceux qui ont
participé à son éducation mais cela ne m’a pas dérangée outre mesure. En fait, la
construction du personnage tel qu’on le connait dans le Canon et les nombreuses références
à ce dernier manquent un peu de finesse dans ce roman mais ça n’est pas très grave : on
est clairement dans un roman jeunesse et du coup, j’ai accepté sans trop broncher ce que
nous propose l’auteur. Moi, râleuse professionnelle, pour une fois, je me suis laissée
divertir par ma lecture sans chercher à me montrer trop exigeante.

Le seul point qui m’a un peu chagrinée concerne la relation qui se développe entre
Virginia et Sherlock. Je n’ai pas vraiment adhéré à l’idée d’un Sherlock flirtant
maladroitement avec une jeune dévergondée américaine… C’est vraiment le petit point qui
m’a embêtée et ne colle pas à l’image que j’ai du personnage. Pour moi, ça n’est tout
simplement pas sherlockien comme comportement et je n’ai pas bien vu l’intérêt d’ajouter
un tel ingrédient au roman.

Bref, une première rencontre avec un Sherlock Holmes adolescent qui m’a enchantée malgré
ses petits défauts. La série semble clairement destinée à des lecteurs assez jeunes (une
dizaine d’années, je dirais), mais on se laisse transporter sans souci. On s’attache à
Sherlock et savoure les nombreuses allusions au Canon.

Pour lire ma chronique dans sa version intégrale :
http://leboudoirdemeloe.wordpress.com/2013/01/01/lane-andrew-lombre-de-la-mort/

---

© Société Sherlock Holmes de France
Toute reproduction interdite